AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2367933456
Éditeur : L'Atalante (24/10/2014)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 232 notes)
Résumé :
La rencontre entre les univers de Kazuo Ishiguro et The Walking Dead.

Tous les dons ne sont pas une bénédiction

Chaque matin, Melanie attend dans sa cellule qu'on l'emmène en cours. Quand on vient la chercher, le sergent Parks garde son arme braquée sur elle pendant que deux gardes la sanglent sur le fauteuil roulant. Elle dit en plaisantant qu'elle ne les mordra pas. Mais ça ne les fait pas rire.

Melanie est une petite f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (78) Voir plus Ajouter une critique
ange77
  09 janvier 2019
📖 « La jeune fille ET la mort, deux pour le prix d'une, malgré ses dix ans. »

Première critique de l’an neuf ; une vraie belle découverte !

• Résumé :
Tous les dons ne sont pas une bénédiction.
Chaque matin, Melanie attend dans sa cellule qu'on l'emmène en cours. Quand on vient la chercher, le sergent Parks garde son arme braquée sur elle pendant que deux gardes la sanglent sur le fauteuil roulant.
Elle dit en plaisantant qu'elle ne les mordra pas. Mais ça ne les fait pas rire.
Melanie est une petite fille très particulière…

📖 « Ces enfants ont beau être infectés depuis des années, ils parviennent toujours à penser et à parler. Et même à apprendre. (...)
Une immunité partielle. »

• Ma rencontre avec Celle qui avait tous les dons :
J'ai commencé par découvrir la bande-annonce de « The last girl » (l'adaptation cinématographique) il y a quelques temps déjà et je me souviens très bien m'être dit alors que ça avait l'air intéressant, que je devrais le noter dans un coin de ma tête et me le mater un de ces jours...
L'histoire semblait originale, mais bon, à l'époque je frisais un chouïa l'overdose de ce genre de films, et puis finalement je n'ai jamais eu l'occasion de le voir - tant mieux d'ailleurs ^^
J'ignorais aussi totalement l'existence du bouquin de M. R. Carey, donc vous pouvez imaginer quelle fût ma surprise de tomber dessus au détour de quelques-unes de mes pérégrinations littéraires.
Pour moi, c'était comme un signe ; une évidence.
Allez hop ! Dans l'panier !
Aucun regret.
J'ai dévoré telle une affam(ée !) le récit percutant qui s'offrait à moi.

📖 « Elle se débat contre une bête sauvage, et cette bête, c'est elle.
Donc elle sait qu'elle va perdre. »

• Celle qui avait tous les dons et moi :
Sorte de road-trip post-apocalyptique en mode darwinien, ou l'évolution des zombis est-elle envisageable ?
J'ai rapidement pris en affection le personnage de Melanie ; une gamine affam d'une intelligence rare. La vie, telle qu'elle est devenue, si l'on peut encore la nommer ainsi, lui est soudainement jetée au visage après que la base militaire dans laquelle elle se trouvait subisse une attaque lourde en conséquences. Sa fuite éperdue en compagnie de quelques adultes humains, se révélera riche en apprentissages, sur leur condition, sur ce monde post « Cassure », et plus particulièrement encore, sur elle-même.
📖 « - Comme on ne pouvait pas tuer les affams, on s'est tué nous.
Un tour de prestidigitation que chacun nous envie dans les soirées. »
Confrontés à une bien cruelle 'réalité', l'humanité peut-elle suffire ? Ou même subsister ?
Au final, c'est l'âme humaine et son panel varié de sentiments qui sont ici disséqués dans une singulière analyse. Et personnellement, j'ai beaucoup apprécié le point de vue que l'auteur a choisi de nous proposer - dans ce qui s'avère être à l'origine une nouvelle intitulée « Iphigenia at Aulis » et rédigée pour une anthologie américaine que dirigeaient Charlaine Harris et Toni Kelner.

• Celle qui avait tous les dons, en bref :
5 étoiles...
... voilà qui devrait en dire suffisamment, non ?

📖 « Personne ne sait. Pas plus qu'elle, personne ne sait où il va vraiment. »

• Celle qui avait tous les dons et vous...
Ferez-vous de ce roman votre prochaine lecture ?
Je vous le recommande ardemment !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          395
Juin
  03 janvier 2015
Elle s'appelle Mélanie, elle a 10 ans. Elle aurait préféré un autre prénom, mais quand elle est arrivée on en était au M. Elle va à l'école avec d'autres enfants. Mais pourquoi sont-ils attachés sur des fauteuils roulants, pieds, mains et cous sanglés? L'histoire débute dans un centre militaire où a lieu des expériences scientifiques. Mélanie aime y suivre les cours, surtout avec Mlle Justineau et ne connaît rien d'autre comme horizon que ces murs.
Avant, il y a une vingtaine d'années il y a eu La Cassure, suite à une histoire de champignons infectieux...
On entre peu à peu dans ce roman où de nombreuses questions se posent.
Après bienvenue dans un monde d'horreur.
Et puis fuyez les affams, les cureurs et sans doute aussi Caroline Caldwell
Et battez-vous pour survivre.
de ce livre il ne faut pas en dire trop, mais le découvrir page après page. Pages qui se tournent très rapidement. L'écriture est aisée, le point de vue de chaque personnage amène un intérêt non négligeable et un peu d'air tant on est au bord de la nausée dans certains chapitres.
J'ai été happée par ce roman, lu avec effroi et dégoût mais je n'ai pu le lâcher.
Peu habituée à ce genre de littérature j'ai été bluffée par ce récit. Certains y trouveront à redire sans doute. Je n'y ai pas vu les défauts.
Reçu dans le cadre de masse critique je ne l'aurais jamais lu sans doute. Mais je ne me suis forcée à aucun moment. L'écriture est habile, la réflexion passionnante, l'humanité désespérante...
Merci à Babélio et à l'Atalante.
Et puis j'ai découvert cette maison d'édition créée en 1982, qui a débuté comme librairie à Nantes en 1979. L'histoire se poursuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          353
Souri7
  23 septembre 2016

Ce livre ne m'a pas emballé plus que cela parce que ce n'est pas un genre que j'affectionne.
Par contre, j'ai trouvé la manière dont le récit se présente plutôt bien pensé avec un inversement de situation où les bourreaux deviennent dépendant de leur victime . La fin est également bien pensée et change de tous les romans dystopiques où le monde est sauvé … là le monde est certes sauvé mais pas pour tous et pas comme on s'y attend*: la société du plus fort, du plus dominant passe à la trappe.
En ce qui concerne la lecture.. la première partie super rapide, dynamique, entrainante même si on ne comprend pas exactement pourquoi le monde en est arrivé là. Par contre, la seconde partie, le périple après l'attaque de la base... une rythmique plus lente et attendue. Il était évident qu'ils allaient croiser des zombies et qu'ils allaient se faire attaquer.
Les personnages ... un peu commun : une savante folle , un militaire strict qui craque pour la civile professeure super sympa... un jeune militaire et ... une zombie-allié ! C'est surfait !!!! Ne me dites pas que vous n'aviez pas venir les choses que cela soit les rapprochements, les morts et les faits. J'ai par contre apprécié la place que prend la psychologie des personnages dans le récit : on part au départ avec le postulat (gentils vs méchants) et au final on découvre que les gentils ne sont pas si gentils que cela et inversement.
Un bon roman pour quelqu'un n'étant pas fan du genre dystopie, fin du monde, morts-vivants et compagnie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
kuroineko
  05 mai 2018
Celle qui a tous les dons... Un titre mystérieux, une couverture d'un jaune qui explose aux yeux depuis l'autre bout de la librairie, une quatrième sybilline... Et voilà ma curiosité furieusement titillée et des envies de découvrir les raisons du résumé énigmatique. Impossible de résister à ce merveilleux vilain défaut.
Aussitôt acheté, aussitôt commencé... Les pages défilent décrivant une situation très bizarre. Comme on arrive au coeur d'événements en cours, je ne comprends que pouic au début. Normal. Je trouve l'entame assez originale, me réjouissant par avance d'une copieuse séance de lecture qui risque bien de m'emporter à des heures tardives.
Sauf que ça ne se passe pas toujours comme on prévoit les choses. J'en dirai le moins possible pour ne pas déflorer intrigue et thèmes. Les bonnes idées de départ ont fini par arriver à un élément que je pressentais peu à peu. Et le récit jusqu'ici original de se placer confortablement sur les rails du déjà-lu. Persévérante, j'ai voulu continuer... Encore un chapitre. Allez, encore un! Un petit der- Stop! Quand la persévérance tourne au masochisme, il faut savoir mettre le holà. Il y a trop de bons livres qui attendent pour  s'embourber dans une lecture-pensum.
Ça m'apprendra à être trop curieuse!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          331
Shan_Ze
  23 novembre 2017
Mélanie a dix ans, elle aime beaucoup son professeur, Mlle Justineau. Elle sait beaucoup de choses, elle aime apprendre. Mais il y a une chose qu'elle ne comprend pas c'est pourquoi ses camarades de classe et elle, sont constamment attachés à leur fauteuil et surveillés par des gardes.
Pour une fois, la quatrième de couverture est assez discrète. On rentre doucement dans le quotidien de Mélanie mais aussi celui des autres personnages de l'histoire. D'un coup, ça s'accélère mais il y a une espèce de faux rythme parce qu'un élément peut être déclencheur… ou pas. Une fuite pour échapper aux affams, un genre de zombie un peu spécial. Mais ce ne sont pas les seuls dangers pour Mélanie et les autres rescapés de l'Attaque. Dans l'ensemble, les personnages sont un peu convenus et j'ai trouvé que Mélanie, même si présentée comme très intelligente, a un peu trop de leadership pour une fillette de dix ans.
Un nouveau roman post-apocalyptique mais qui a le mérite d'être original… sauf peut-être la fin qui m'a fait penser à celle de Sweet tooth (comics en trois tomes) et qui fait réfléchir sur l'homme. Une belle découverte, à compléter peut-être avec le film qui a été adapté du livre par Colm McCarthy.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320

critiques presse (1)
LesVagabondsduReve   23 février 2015
La forme est celle d’un thriller. Le fond, sous des airs de ne pas y toucher, une fine recherche de ce qui définit précisément l’être humain. Pas pour y apporter de réponse mais plutôt, par petites touches, pour que chacun puisse y apporter la sienne propre.
Lire la critique sur le site : LesVagabondsduReve
Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
ange77ange77   05 janvier 2019
(...) La sécurité prime. Elle laisse la tête sur le plan de travail une seconde ou deux, le temps de repartir vider le sas, de balancer sur le macadam le cadavre qui tressaille toujours.
Il y gît bientôt comme un reproche adressé non seulement à elle-même, mais à l’aventure scientifique en général.

Caldwell lui tourne le dos et claque la porte. Si le chemin de la connaissance est pavé d’enfants morts - comme ç’a déjà été le cas à certaines époques et en certains lieux - elle le parcourra tout de même, quitte à s’absoudre ensuite. Comment faire autrement ? Tout ce qui compte à ses yeux, c’est ce qui se trouve au bout.
Elle ferme les portes, repart au labo et se met au travail.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ange77ange77   28 décembre 2018
Lorsqu’il n’y a rien à faire et qu’on ne peut même pas bouger, le temps va beaucoup moins vite.
Melanie a eu des crampes atroces dans les jambes et dans son bras gauche encore sanglés au fauteuil, mais c’était il y longtemps. Maintenant la douleur s’est endormie. On croirait que son corps a cessé de prendre la peine de lui montrer ce qu’il ressent, alors, elle n’a même plus la distraction de souffrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
kuroinekokuroineko   02 mai 2018
Maintenant, Melanie a dix ans, et un teint de princesse de conte de fées: une blancheur de neige. Donc elle sait que quand elle sera grande, une beauté, les princes se bousculeront pour escalader son donjon et pour la sauver.
En supposant qu'elle ait un donjon, bien sûr.
D'ici là, elle a cette cellule, le long couloir, la salle de classe et celle des douches.
Commenter  J’apprécie          140
ange77ange77   03 janvier 2019
Ces maisons se ressemblent toutes. Des intérieurs sombres avec des odeurs de pourri, des moquettes spongieuses sous vos pieds, des rideaux moisis et des champignons sur les murs. Encombrés de milliers de trucs qui ne servent à rien sauf à se mettre dans vos pattes et presque vous faire trébucher.
À croire qu’avant la Cassure les gens passaient toute leur vie à se fabriquer des cocons avec des meubles, des bibelots, des livres, des jouets, des images et toutes les conneries qu’ils pouvaient trouver. Comme s’ils espéraient renaître dedans pour devenir autre chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ange77ange77   24 décembre 2018
Dans le bol, il y a des millions de larves vertes qui se tortillent et qui rampent les unes sur les autres.

Les enfants mangent.

Dans les contes qu’ils lisent, un enfant, ça mange parfois autre chose : des gâteaux, du chocolat, des saucisses, de la purée, des chips, des bonbons, des spaghettis, des boulettes de viande. Eux, ils n’ont droit qu’à des larves, et seulement une fois par semaine, parce que eux - comme le professeur Selkirk l’a expliqué une fois, quand Melanie a posé la question - leurs corps est d’une efficacité spectaculaire lorsqu’il s’agit de métaboliser les protéines. Ils n’ont pas besoin d’absorber quoi que ce soit d’autre, pas même d’eau. Les larves leur fournissent tout ce qu’il faut.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Mike Carey (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mike Carey
Exclusivité Audible : http://bit.ly/2SWte2S
Tous les dons ne sont pas une bénédiction. Chaque matin, Mélanie attend dans sa cellule qu'on l'emmène en cours. Quand on vient la chercher, le sergent Parks garde son arme braquée sur elle pendant que deux gardes la sanglent sur le fauteuil roulant. Elle dit en plaisantant qu'elle ne les mordra pas. Mais ça ne les fait pas rire. Mélanie est une petite fille très particulière...
Colm McCarthy porte à l'écran le roman de M. R. Carey avec, à l'affiche, Glenn Close et Gemma Arterton.
autres livres classés : zombiesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2714 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
.. ..