AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Kushiel, tome 1 : La marque (116)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
LeCoindAudrey
  16 juin 2019
Il m'aura fallu deux ans pour me décider à lire ce premier tome, mais je ne regrette pas cette attente, car dès le début du roman, l'ambiance se pose, mais aussi toute sa complexité et, il ya deux ans, je n'aurais pas accrocher ce genre de roman.

Pendant de nombreuses pages, l'héroïne de l'histoire, Phèdre, nous explique sa situation, les nombreuses familles puissantes, leur particularité et ainsi de suite, ce qui, dès le départ, embrouille un peu l'esprit ! A plusieurs reprises, je me suis demandé si j'allais pouvoir suivre la totalité du roman (qui n'est que le premier volet de la trilogie) et j'ai souvent comparer l'histoire à celle de Game of Thrones, non pas par sa ressemblance d'histoire, mais par cette complexité qui intrigue quand même et nous fait avancer.
Puis vient ce petit déclic qui sort de je-ne-sais-où et qui rend la suite beaucoup plus agréable, plus "lisible".

A partir de ce moment, Phèdre est devenu un guide très appréciable et nous entraîne dans un monde de cruauté gratuite, complots à gogo et j'en passe. Son entourage est très riche et leur personnalité est parfaitement bien recherche. On les apprécie, on les aime, on les déteste, mais dans tous les cas, ils ont de l'importance pour Phèdre et son avenir.

Dans sa globalité et durant toute ma lecture, l'histoire m'a emportée, transportée, chamboulée. L'auteure, Jacqueline Carey, invente son propre univers avec ces règles, ces lois, ces croyances et fait en sorte que tout tienne la route avec une telle facilité. Ce premier roman est une découverte de l'auteure et je suis impressionnée par un tel travail, j'en suis tellement admirative que je compte poussée cette découverte à la suite de la série.

En résumé, malgré le temps que j'ai pris à tout mettre en place dans ma petite caboche, je conseille ce roman, mais assurez-vous d'être réellement prêt(e)s à y plonger. Je sais que cela peut en effrayer plus d'un(e), mais l'histoire en vaut réellement le détour. Beaucoup attendent cet avis depuis la fin de ma lecture qui a durée une bonne semaine (chose rare quand on me connaît), mais j'en garde un très bon souvenir ! Je ne le classe pas dans la catégorie "Coup de coeur", mais l'envie de poursuivre est bien présente, donc plus bon signe, non ? A votre tour d'en faire votre avis !
Lien : https://livres-et-compagnie...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Texte
  17 avril 2019
On ne va pas se mentir: il faut s'accrocher pour entrer dans l'histoire. J'ai été à deux doigts d'aller chercher une feuille et un crayon en me disant: personnage important ou pas , je retiens ou j'oublie? Finalement tous ces galets semés sur la première partie du livre (et sur lesquels j'ai souvent glissé) forment ensuite le dallage qui nous guide vers des intrigues de plus en plus folles. Un livre qui monte crescendo.
Commenter  J’apprécie          50
Duv
  26 octobre 2017
La marque est un roman de fantasy soigné ; un parcours initiatique plein de charme qui se déroule dans un univers créatif et bien ficelé.

La plume très élégante de Jacqueline Carey nous entraîne dans de nombreuses péripéties qui laissent peu de place à l'ennui. Pourtant, on a parfois la sensation de survoler ce monde qui reprend des codes plutôt classiques en les déclinant habilement, mais peut-être pas encore assez.

La lecture est plaisante et sans encombre mais bien que je n'aie absolument rien à reprocher à ce récit de qualité, je ne suis pas certaine de prendre le temps de lire la suite.
Commenter  J’apprécie          50
Alapagedeslivres
  14 décembre 2015
Voici un avis particulièrement mitigé ! J'ai lu, en deux semaines, Kushiel, la marque, le tome 1 écrit par Jacqueline CAREY. Voilà qui ne me ressemble pas du tout… Je n'ai pas l'habitude de laisser traîner un livre sur autant de jours !

Je ne pourrais pas dire que ce livre m'a déplu mais la longueur de l'intrigue a entravé mon intérêt pour ce monde fantastique et pour ces personnages intéressants, néanmoins.

Le contexte de ce monde particulier est très riche. La religion est décrite, la politique est précisée, les personnages sont autant manipulés que manipulateurs. L'ensemble est complexe, voire compliqué et je me suis forcée à lire lentement pour ne rien manquer de ces descriptions qui promettaient et ont fait de ce premier tome une intrigue très bien construite dans le temps.

Le temps… il passe et l'évolution des personnalités est décrite avec précision. J'étais avide de comprendre cette progression, m'attachant de plus en plus à chacun des personnages : Phèdre, le Prince des Voyageurs, son mentor, son « frère »… L'auteure nous dépeint chacun d'eux et c'est un véritable bonheur d'obtenir des esprits presque réels, intelligents, fonctionnant chacun à leur manière, unique.

Une petite pointe d'érotisme se glisse entre les pages et dans les corps. Ce n'est pas désagréable. Ce n'est pas dominant et cela s'estompe au fur et à mesure de l'intrigue et de l'aventure. Phèdre est une courtisane particulière, dans un environnement étonnant mais elle a d'autres qualités comme sa curiosité, son écoute, sa volonté de se soumettre dans la droiture en respectant ses croyances religieuses et politiques. Ce livre est intéressant…

Il répond à mes attentes. Lorsqu'on le possède entre ses mains, on n'ignore pas que le chemin sera long et difficile. le complot est dense. Multiples partenaires et peuplades se déchirent durant les mille pages… si bien qu'à la fin, j'avais un peu hâte d'arriver au dénouement et à la chute de l'intrigue. Mais celle-ci ne se finit pas et cela ne semble être que le début d'une encore plus longue aventure.

Pour moi, elle s'arrête ici. Malgré ses qualités et cette complexité très innovante et déroutante, où le monde presque réel se mêle à la magie des peuples, je stoppe l'expérience et reste assez mitigée par cette lecture. Je n'ai rien à redire sur les personnages, sur l'histoire, sur la qualité incontestable de l'écriture mais je me suis essoufflée dans ma lecture et la fin m'a paru presque pénible. Je reste sur ma faim. L'aventure continue et je ne la poursuivrai pas avec le deuxième et troisième tomes. D'autres avis sont bien plus passionnés que je ne le suis… C'est dommage pour moi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Xialyd
  27 novembre 2015
Une histoire de fantasy romanesque pleine de complots dans un univers intéressant ressemblant à notre monde de la Renaissance (décrit comme tel mais je ne l'ai pas trop ressenti) : Terre d'Ange représente la France par exemple.
Nous suivons Phèdre No Delauney, une jeune fille dévouée à Namaah, déesse que j'aurais du mal à décrire au niveau de son concept. Les serviteurs de Namaah sont en général des Courtisanes et Courtisans qui œuvrent au noms de grandes maisons luxueuses formant une sorte de guilde nommée la "Court de Nuit" . Phèdre a été vendue par sa mère ancienne courtisane à la maison de Ciréus puis racheter par un noble mystérieux Anafiel Delauney qui lui apprendra les jeux politiques, l'instruira et l'entrainera afin d'utiliser ses talents acquis au services de Namaah pour recueillir des informations politiques sur l'oreiller si je puis dire.
Phèdre n'est d'ailleurs pas une simple courtisane comme il y en a beaucoup, elle est porteuse d'une marque rouge dans son œil gauche la désignant comme élue de Kushiel, trouvant son plaisir dans la douleur. Cette particularité lui permettra d'ailleurs de pouvoir résister plus aisément à la torture.
Pour être franche, j'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire malgré le style vraiment très joli de Jacqueline Carey. Je me suis perdue avec le concept religieux de l'univers, les nombreux personnages de la noblesse intriguant pour le pouvoir alors que je n'ai aucun mal avec des sagas comme la Roue du Temps de Jordan ou Le Trône de Fer de Martin.
Je n'arrivais pas trop à m'attacher à l'héroïne qui à mes yeux est un peu trop parfaite : beauté sans pareille (sachez qu'elle est de Terre d'Ange et que les D'Angelins sont tous beaux de par leur descendance avec Elua le béni si je me souviens bien. Et bien, elle est encore plus belle), elle est très intelligente, perspicace, lettrée, cultivée, parle plusieurs langues, fine politicienne et stratège, est forte et volontaire, courageuse et connait même un peu d'acrobatie, plus évidemment, ses connaissances charnelles. Il lui manquerait plus que celle des armes. En même temps difficile de lui en vouloir de par son histoire et la façon dont elle a été élevée. J'ai quand même fini par l'appréciée mais il m'a fallu du temps.
J'ai commencé à accrocher réellement seulement vers la moitié du livre, une fois que cette grosse mise en place de l'univers, des rôles des personnages ont été mieux définis. J'adore le duo qu'elle forme avec Joscelin personnage très rigide de par sa croyance et son statut mais qui évolue énormément, peut-être même un peu trop vite. Le personnage Hyacinthe hélas ne m'a pas trop touché bien que j'ai vraiment aimé le peuple Tsingano.
Puis ce grand bon en avant dans le côté magie avec le Maître du Détroit me laisse perplexe. Je trouve que c'est mal amené et bizarrement crédible alors que le côté magique/fantasy ne se laissait pas tant entrevoir à part la marque de Kushiel qui fait de Phèdre ce qu'elle est.
Par contre je trouve intéressant ces mœurs assez "libertines", disons plus ouvertes. Visiblement, les hommes et les femmes sont à peu près sur un même pied d'égalité et ont des orientations sexuelles ouvertes et acceptées. Mais est-ce moi ou on a l'impression que beaucoup de nobles ou riches dignitaires sont très portés sur le BDSM ? LOL
Là où, les statuts sociaux me rendent dubitative, c'est qu'à plusieurs reprises Phèdre et Alcuin sont traités de "putains" avec tout le mépris qu'on peut y mettre. En soit, ils le sont d'une certaine façon et les termes de "trainée" a été utilisé aussi et par des gens de la même culture/nationalité. Cela pose question sur les personnes qui sont obligées de vendre leur corps pour survivre et comment elles sont perçues, et comment elles servent leurs dieux. Car à nouveau, il semble que la sexualité soit beaucoup moins taboue dans ce monde.
En bref, j'ai finalement bien adhéré à tout le concept, me suis attachée à Phèdre, j'ai fini par mieux comprendre les complots et même si l'histoire pourrait presque se finir sur ce premier tome, j'ai réellement envie d'en apprendre plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
leslecturesdeDoris
  14 janvier 2015
Au premier abord, ce roman peut faire peur. On ne se lance pas dans une récit de plus de 900 pages sans une certaine appréhension. Pourtant, je conseille de tout mon coeur de lire ce livre. Jacqueline Carey a réussi à créer un monde à part, tellement réaliste qu'on y croirait, "un roman historique contenant une histoire qui n'a jamais eu lieu" pour citer l'auteure elle-même.

Si j'ai eu un peu de mal à avancer jusqu'à la première moitié du livre, ça tient du fait que le contexte, les enjeux politiques, les moeurs de Terre d'Ange sont explicités dans cette partie et qu'il faut donc prendre son temps pour assimiler tous ces détails car c'est une histoire riche dans un monde pensé dans le moindre détail. Ensuite l'action se met en place et il m'a été très difficile d'arrêter ma lecture tellement j'étais prise dans les multiples rebondissements de l'intrigue.

Cette addiction au récit vient aussi de l'écriture. En effet, l'histoire est racontée du point de vue de Phèdre, a posteriori, sans qu'on sache combien de temps après les évènements, comme si elle nous racontait directement son histoire. Elle lâche d'ailleurs quelques petits commentaires pour maintenir le suspens comme "je n'aurais pas dû faire cela", qui donnent juste envie de tourner les pages encore plus vite!

Les personnages sont surprenants et bien construits, aussi bien les personnages principaux que les secondaires. Personne n'est oublié et chacun a son utilité dans le récit. Chacun est complexe, ni tout blanc ni tout noir, et ça j'apprécie.

Il faut également signaler que le personnage central étant une courtisane, il y a un certain nombre de scènes de sexe. Pourtant, même si elles sont érotiques à souhait, il n'y a jamais rien de vulgaire ni de déplacé. Au contraire, chacune trouve sa place dans le récit même s'il peut devenir un peu lassant que la plupart des situations se résolvent par le sexe...

C'est une magnifique fable, avec de l'action, de l'amour, de l'humour, de la réflexion ("Aime comme tu l'entends"). Et pour cela, j'accorde bien volontiers un énorme coup de coeur!
Lien : http://dorisbouquine.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
karline05
  12 février 2014
Une aventure épique emplie de complots, de traitrises et de plaisirs. La magie est peu présente et c'est peut-être mon seul reproche pour cet ouvrage, mais elle pointe son nez à certains passages et avive la curiosité quant à la suite des événements. Les personnages sont entiers et charismatiques , on les aime, on les déteste...On ne ressort pas indifférents de cette magnifique aventure où la plume de Jacqueline Carey nous berce et nous emporte dans son univers fantasy brillant avec habileté et audace. Cessons les bavardages... les amateurs de fantasy riche et intense vont adorer !!!
Lien : http://unbrindelecture.blogs..
Commenter  J’apprécie          50
xgalaup
  25 juillet 2010
Fantasy détonante

Ce roman de Fantasy s'éloigne avec brio et inventivité des poncifs du genre, c'est à dire un groupe d'aventuriers qui sauvent le monde à coup d'épées et de magie. Rien de tout cela ici, Kushiel tient plutôt du roman historique qui se déroule dans un monde imaginaire assez proche de la renaissance européenne. Phèdre no Delaunay, l'héroïne principale, appartient à la caste des femmes destinées aux arts du plaisir sauf qu'elle est marquée par le signe de Kushiel. Ce qui la prédispose pour le masochisme. Cette prédispositon ne cessera de la mettre dans des dilemmes tout au long de la saga.

Ce tome 1 nous trace le destin tragique de Phèdre, de son apprentissage de prostituée à la possession d'un titre et d'un domaine en passant par une période d'esclavage en terre hostile et une guerre pour sauver le royaume de sa reine.

J. Carey nous tient sans cesse en haleine soit grâce à des intrigues bien ficelées soit grâce à la profondeur des personnages et de leurs liens. L'excellente traduction donne toute la mesure à cette fantasque et trépidante fantasy.
Lien : http://xg-melanges.tumblr.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
jeeves_wilt
  14 mars 2017
Je me suis pris d'intérêt pour le récit, à ma grande surprise!
C'est la curiosité, et le côté sulfureux du livre qui ont guidé mon choix, je dois l'avouer confirmé par Nadou38(c'est mon binôme).
Je n'ai pas regretté, belle performance de l'auteur, d'où le 3.5.
C'est bourré de romance, mais l'intrigue est bien ficelée, on se pique de savoir la suite, la fin est un peu convenue, mais nécessaire pour le tome suivant...
Ca se lit très bien et franchement ça vaut le détour comme lecture détente.
Comme disait celle qui conseil La bruyère pour les lieux d'aisance, ce n'est que mon avis et il ne vaut pas un rouleau bon marché.
Commenter  J’apprécie          40
Nelcie
  19 décembre 2015
Les premières pages de lectures n'ont pas été aisées. Il y avait pas mal d'informations, des personnages et des lieux à découvrir. L'auteure nous familiarise avec son univers, et j'avoue qu'au début j'ai eu peur de m'y perdre. Et puis peu à peu, je me suis laissée prendre par l'histoire, j'ai appris à connaitre les différents personnages, et j'ai été totalement emportée par l'intrigue.

Si au début, j'ai trouvé le synopsis attirant, au fur et à mesure, j'ai découvert une histoire bien complexe, dont chaque personnage tire les ficelles à sa manière, et qui donne au final une histoire aux enjeux géopolitiques des plus intriguants mais également des plus passionnants. Très honnêtement, je ne m'attendais absolument pas à découvrir un plan historique aussi bien décrit…

Donc, ce premier tome, c'est un entremêlement de relations entre les personnages. Il y a du politique, du mariage, des relations maître esclave, ou maître élève, et les plus mal lotis ne sont pas forcément ceux que l'on s'imagine…

Le personnage principal, Phèdre, est une courtisane destinée à devenir également l'espion de la couronne de Terre d'Ange. Evidemment, devenir espion n'est pas sans conséquence, surtout quand de nombreux complots se trament en tout sens… Quand à devenir courtisane, et bien cela aussi s'apprend !
La première partie du roman se concentre donc essentiellement sur l'apprentissage de la jeune femme dans son nouveau rôle. Une partie qui présente peu d'action en soit, mais qui reste tout de même une lecture bien intensive, compte tenu des nombreux renseignements qui commencent à pointer ça et là. Dès le début, le personnage de Phèdre m'a plu. Ni trop timorée, ni casse-cou sans raison, elle fait partie de ces héroïnes qui ont du caractère sans pour autant paraître « grande-gueule ». A la fois soumise, indépendante, forte, secrète… Phèdre intrigue autant que les complots qui se jouent dans le royaume. Mais la seconde partie du roman va voir les choses s'accélérer, et les actions devenir plus fréquentes. Certains personnages se font plus précis… ou plus ambigüs, les destins se mettent en place. Si dès le départ j'avais bien compris que Phedre était destinée à la prostitution et l'espionnage, je n'avais pas saisi que la jeune femme entretiendrait des relations faites de souffrances physiques avec ses clients. Et quand en plus tu comprends qu'elle y prend du plaisir, il y a de quoi rester perplexe. Mais ne nous y trompons pas ! Si le rôle de prostituée prend une part importante dans l'intrigue, ce roman n'est en rien une romance érotique, comme j'ai pu le lire dans certains résumés. L'érotisme est là pour servir une cause, et non en tant que but principal. Cette saga, c'est avant tout l'histoire de Terre d'Ange, d'un Royaume menacé, même si l'on ne sait pas encore précisément comment ou pourquoi. Et c'est l'histoire de Phedre, une jeune femme dont le destin encore bien incertain va sans aucun doute rester lié à celui de son Royaume et de son peuple.

Jacqueline Carey nous offre là un très beau début de saga. Et sa plume ne fait qu'accentuer la force du récit grâce à la richesse du vocabulaire. Ce roman ne fait pas partie de ces lectures dont je dirais que « les pages se tournent toutes seules », parce que non, justement. Non pas qu'il soit compliqué à lire, ni élitiste dans son style, mais Kushiel est un roman qui pour moi mérite que l'on prenne le temps d'intégrer les éléments, aussi bien sur le fond que sur la forme. Et c'est ce qui fait, en partie, la force de cette histoire : le fait que rien ne coule vraiment de source, aussi bien pour l'intrigue que pour le style.

Bref, tout ça pour dire que je lirai la suite avec le plus grand intérêt.
Lien : http://voyageauboutdelapage...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien Kushiel (Tome 1) ?

Dans quelle maison a grandi Phèdre ?

Camélia
Valériane
Cereus
Mandragore
Orchis

22 questions
71 lecteurs ont répondu
Thème : Kushiel, tome 1 : La marque de Jacqueline CareyCréer un quiz sur ce livre