AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Kushiel, tome 1 : La marque (116)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
titi45
  01 janvier 2015
Ayant déjà lu les deux premières intégrales du Trône de Fer, je ne peux pas m'empêcher de faire la comparaison entre ces deux oeuvres.
Kushiel est une épopée monumentale, un véritable monde parallèle inventé par l'auteur, avec ses rites, religions, peuples et langages propres. En cela, ce roman est véritablement magistral et très intéressant.
Ce qui me fait ne mettre que 4 étoiles au lieu de 5, c'est la longueur du récit. Les 900 pages ont été très longues à lire, j'ai commencé à décrocher vers la page 600...
On suit les aventures de Phèdre dans le monde de Terre d'Ange, puis à travers les pays frontaliers dans diverses aventures. Mais je me suis lassée car (contrairement au Trône de Fer), on ne suit finalement qu'un personnage principal.
Je ne lirai probablement pas les tomes suivants, en tout cas pas tout de suite. Mais ce n'est pas très grave, car le tome 1 constitue en lui-même une histoire avec un début et une fin.
Commenter  J’apprécie          41
Sev59283
  12 août 2014
Premier tome et quel tome quand on voit que ce joli pavé (brique non-pire quand même là, on est dans la catégorie Parpaing non ?) fait pas moins de 1151 pages, oui moi, j'ai la version France loisirs. Et je suis passée par tous les stades. Faut préciser que si je ne l'avais pas lu avec Sarah, je pense que je l'aurais arrêté au bout de 200 pages.

J'ai eu deux soucis avec ce roman. le premier est de taille vue que c'est 25 % du roman, c'est les 25 premiers % ou c'est juste chiant alors certes, il faut cela pour bien mettre en place le roman. Mais que c'est lent, long, tout ce que vous voulez. En plus, ce n'est pas forcément facile, car bon, on parle d'abandon d'enfant, de prostitution d'enfant, etc. Ce qui est normal chez eux, mais pas forcément pour moi alors ça m'a gênée et c'est là que m'a Sarah a su me motiver pour continuer à lire parce qu'elle avait pris de l'avance et qu'elle me disait, c'était plus intéressant après. (ça l'est tellement devenu que je ne le lâchais plus et que j'ai devancé Sarah qui avait une belle longueur d'avance !)

Le second problème est en cause de l'âge des personnages. Car en faite à un moment donné, on perd un peu (beaucoup) le fil des âges des personnages et par moment, c'est assez déconcertant de ne pas savoir leur âge. J'ai souvent eu ce problème avec Phèdre, et de ne pas savoir si au moment où on parle, c'était une adulte ou pas est assez gênant, mais bon au fil de la lecture ça passe même si au final, je ne peux pas vous dire son âge à la fin du bouquin !

Quand j'ai découvert que le personnage principal s'appelait Phèdre, oui vu que je ne n'ai pas lu le résumé, un petit découragement est venu pointer le bout de son nez. Car bon le seul livre que j'ai lu avec une Phèdre est une pièce de théâtre et faut dire, je n'en ai pas gardé un bon souvenir. Déjà, j'avais et j'ai toujours du mal avec ce genre de texte, mais en plus, la prof ne m'aidait surtout pas ! Bref au final, je préfère cette Phèdre la ! En plus des le départ l'auteur précise que son prénom est signe de malheur ce qui m'a fait doucement rire, quand je me rappelle le calvaire de la pièce de Théâtre et bon, j'avoue que ce n'est pas forcement faux quand tu vois ce qu'elle va se prendre dans la tête pendant tout le roman ! Bref passons !

Comme je l'ai dit, le départ est très difficile, car l'auteur prend le parti d'expliquer la jeunesse de Phèdre. L'éducation qu'elle va recevoir, etc. Ce qui personnellement m'a beaucoup ennuyée, mais toutes les choses au final vont-nous servir tout au long de son aventure. Après je ne sais pas si ça n'aurait pas été mieux qu'elle le dissémine un peu partout que de nous en faire un énorme bloc avalé.

Phèdre est une enfant spéciale, car elle possède une tache rouge dans son oeil ce qui fait d'elle une anguisette. Elle prend son plaisir dans la douleur. Elle va donc être achetée par Anafiel Delaunay, et elle va donc travailler pour lui jusqu'à ce que sa marque soit achevée. Elle n'aura pas que son rôle d'anguisette, mais aussi d'espionne et c'est là que Delaunay entre en scène pour lui apprendre les ficelles. Et c'est surtout à cause de ça qu'elle va se retrouver dans des situations impossibles qui permettront plus d'une fois en danger.

À partir du moment où le complot est en marche, je n'ai pu acheter le bouquin d'où les 800 pages lus en trois jours. L'auteur s'amuse à laisser filtrait quelques infos, mais pas plus pour qu'on ne comprenne pas toute la machination qui est à l'oeuvre. Elle va mettre les personnages dans des situations impossibles il y a des scènes qui m'ont beaucoup chagriné, elle a créé des personnages justes géniaux que ce soit Delaunay, Alcuin, Hyacinthe (qui est un homme hein) et Joscelin le meilleur d'entre eux (il est à moi !!). Je ne vais pas citer tout le monde puisse que l'auteur a créé un monde très vaste et un peu comme dans le trône de fer il y a plein de familles ce qui fait que l'on s'y perd un peu en tout cas moi ça été le cas ! Pourtant y a un dramatis personae de 5 pages, mais bon y revenir à chaque fois, c'est plus soulant qu'autre chose, mais j'arrivais quand même à piger le principal !

J'ai vécu une aventure palpitante notre héroïne ne va pas lâcher l'affaire pourtant au vu de ce qui lui arrive, elle aurait pu. L'auteur réserve des retournements de situation que je n'ai jamais vue venir. Elle ne laisse pas ses personnages souffler surtout Phèdre et Joscelin qui vont en prendre pour un moment.
C'est une saga que je conseille, mais en personne qui ont déjà lu de la fantaisie et qui n'ont pas peur de ce genre de pavé qui est assez complexe, il faut le dire.

À partir de certains événements, j'ai commencé à me demander comment l'auteur allait faire pour engager son second tome parce que bon, ce n'est pas un tome unique si je ne me trompe pas la saga compte neuf tomes et c'est vraiment dans le dernier chapitre dans les dernières pages que l'on comprend vraiment ce qui va se passer ben du moins ce qu'on pense qu'il a passé dans le second tome.

J'ai très envie de lire ce second tome sauf que bon, la version France loisirs me donne 998 pages sachant que j'en ai bouffé 1151 pour ce premier tome alors je pense que même si je ne vais pas lire ce mois-ci avant la fin d'année, je pense que je le lirai, faut bien digéré celui-là d'abord hein !

Pour conclure que je veux dire que c'est une aventure palpitante, des personnages géniaux c'est sûr qu'à côté de ça c'est sur on a quand même un livre complexe à lire pour ma part une première partie assez laborieuse, mais bon quand tu arrives à la fin j'étais bien contente de ne pas avoir lâché au départ.
Lien : http://toutelalecturedesev.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
tiboudne62
  21 mai 2014
Jacqueline Carey nous emmène à travers ce livre dans son univers à elle, qui malgré tout nous semble assez proche du nôtre, ne serait-ce déjà que par la carte, ou par les noms qui me semblaient juste dérivés de notre "mythologie".

L'histoire est géniale, pleine de rebondissements, d'actions... Peut-être a-t-on du mal au début à rentrer dedans, comme dans tout livre, mais passé la mise en contexte, on ne lâche plus le bouquin, même s'il faudra quelques temps pour en venir à bout !
L'écriture est très fluide, aucun besoin de relire certains passages qui auraient été mal compris, c'est un véritable repos pour l'esprit et une très bonne distraction.

Je le conseille à tout ceux qui n'ont pas peur de s'attaquer à un pavé de 960 pages, ainsi qu'aux autres... (qui n'essaye pas ne peux pas savoir :P)
Commenter  J’apprécie          40
LeManegeDePsylook
  02 mars 2014
Dès les premières pages, on entre dans un univers complexe mêlant religion, histoire, politique, etc… C'est peut-être également une des raisons qui ont fait que j'ai pris du temps pour le lire: je retenais au maximum les nombreux noms, lieux et relations qui correspondaient les uns aux autres et parsemaient les pages de ce livre. Et elles sont foultitudes !

Malgré sa complexité, l'histoire est aussi géniale que complète. Passionnante, c'est le mot que je cherche.
Sur les 96 chapitres, seuls 2 moments m'ont bloqué: les premiers pas de Phèdre au service de Naamah que j'ai trouvé trop plat par rapport au début, on aurait dû être aussi malmené psychologiquement parlant que lors de son apprentissage mais non; et la seconde partie était vers la fin, après le départ des héros de chez le Vieux Frère jusqu'à l'entrée en jeu de Ghislain de Somerville – ce n'est pas que ce n'était pas intéressant, c'est juste que j'ai été incapable de me concentrer sur ce passage, peut-être était-ce trop pragmatique et pas suffisamment narré par rapport au reste du récit.

J'ai beaucoup aimé le style de l'auteure: il est fluide, le vocabulaire est parfois simple, d'autres fois soutenus mais ce n'est nullement choquant ni dérangeant.
Le fait que la narration soit faite par l'héroïne, Phèdre, donne plus d'authenticité au récit. Certes, grâce à cela, on s'identifie plus facilement à la jeune fille mais cela permet également et surtout d'expliquer les sentiments complexes et contradictoires qui la tiraillent.

J'ai bien apprécié les personnages principaux -non, c'est pas vrai, en fait, je les ai adoré ! :D – ils sont très alambiqués sans que ce soit pour autant exagéré.
Phèdre est attachante, torturée, tenaillée entre son rôle d'anguissette (qui ressent la jouissance notamment dans la douleur) et d'espion que Delaunay lui a assigné. Je l'ai trouvé par moment excessivement perspicace mais d'autres fois atrocement lente d'esprit. Marquée par le Signe de Kushiel, elle accepte ce qu'elle est, pourtant, à l'inverse, elle se méprise terriblement.
Joscelin, n'en parlons pas, il est sûrement le personnage que je préfère. Il est Cassilin, raide comme la justice, empêtré dans son ordre et ses obligations, et pourtant tellement humain, prit entre deux feux: ses sentiments et sa raison.
Mélisande, je l'ai détesté dès le début et ce, tout au long du roman. Je ne comprends pas la fascination qu'elle exerce sur Phèdre, c'est la seule faiblesse de l'héroïne que je n'accepte pas.
Pour les autres, je n'en dirai rien pour la simple raison qu'il y en a beaucoup trop, la preuve en vrac: Delaunay, Alcuin, Hyacinthe, Thelesis de Mornay, Cécilie Laveau-Perrin, Quintilius Rousse, Ysandre de la Courcel et Ganelon, Selig Waldemar, Gunter d'Arnlaugson, Hewig, la famille Trevalion, d'Aiglemort, Morbhan, Drustan, Grainne, Eammon, les Somerville, Childric d'Esoms, etc…
Et ce ne sont que ceux qui me viennent immédiatement, il y en a encore une multitude…

Bref, j'ai adoré. Si je n'avais pas eu mes 2 passages difficiles, ça aurait été un coup de coeur. J'ai particulièrement apprécié le fait que l'histoire commencée au début du roman se termine. Il y a bien entendu un second volume sur lequel on nous lance dans les dernières pages, mais ce n'est pas une nécessité absolue. Je pourrai donc mettre de la distance entre les deux tomes.
Lien : http://psylook.kimengumi.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          44
Eden_Zorjunn
  24 février 2014
Voici un roman magnifiquement écrit. Il y a beaucoup de scènes charnelles, mais elles ne sont pas décrites avec les mots habituels. Cela change tout ! Phèdre est à la fois l'archétype de l'héroïne fantasy et atypique. le lecteur connait presque toutes ses pensées, ses histoires de coeurs, particulièrement celle avec Joscelin. La géographie de ce monde, datant d'une sorte de Renaissance, est très proche de celle de l'Europe. J'aime beaucoup les Dieux et la magie de cette épopée.
Commenter  J’apprécie          40
Titi06
  11 novembre 2013
Un vrai petit joyau de Fantasy ! Loin des clichés et des sentiers battus, loin du côté parfois trop enfantin de ce genre, l'auteur nous entraîne dans un univers à la fois imaginaire et qui plonge pourtant au coeur des racines et de l'histoire européenne. L'intrigue est riche, dense, pleine d'action, de rebondissements, mais également d'émotion, de réflexions, de luxure, d'amour, de spiritualité ! Il y a tout dans ces trois tomes (et dans la seconde trilogie, l'histoire d'Imriel, tout autant), et tout est parfait, subtilement amené, dans une écriture à la fois simple et flamboyante. Quand aux personnages, ils restent pour longtemps dans les mémoires, ils touchent au coeur. Un pur chef d'oeuvre !
Commenter  J’apprécie          40
PLUMAGILE
  17 août 2013
En commençant cette lecture, munissez-vous d'un papier et d'un crayon ! En effet, le monde créé (ou re-créé) par l'auteur est foisonnant et il faut un temps certain, avant de situer les personnages, leur appartenance et ce qui les fait avancer... de plus, le "don" de Phèdre n'est pas clairement écrit, et d'allusions en sous-entendus, on peut mettre quelques pages avant d'entrer dans la danse et comprendre ainsi ce qu'est "la marque". Enfin, il faut facilement 200 pages pour que l'action s'accélère (le temps de planter le décor Sourire) Aussi je vous en conjure, SOYEZ PATIENTS, cela en vaut largement la peine....

C'est Phèdre no Delaunay, le personnage principal, qui raconte son histoire. Autour d'elle, des figures importantes : Anafiel Delaunay, Alcuin, Hyacinthe, Joscelin, puis par cercles concentriques tout une foule de personnages apparaissent en fonction de leur domaine d'action : politique, commerce, charme... Tous, bien qu'en grand nombre, sont fouillés, soignés et servent magnifiquement l'intrigue.

L'intrigue est très finement ficelée, compliquée mais tout à fait vraisemblable. L'univers, situé dans ce qu'on reconnaît d'une Europe de la Renaissance, est riche de pays, peuples, coutumes et relations. En cela, on peut saluer l'imagination et la rigueur de l'auteur. Hormis les grands classiques de la fantasy, je n'avais trouvé un monde aussi élaboré que dans Filles de Lune d'Elisabeth Tremblay. Il y a là un véritable souffle épique et tout est savamment dosé : récit, descriptions, dialogues, rythme.

Enfin je voudrais faire une mention spéciale au traducteur Frédéric le Berre. La traduction est un art difficile : saisir l'intention de l'auteur et la restituer sans l'affadir ou la dénaturer, une gageure ! Eh bien, en l'occurence, nous avons affaire à un traducteur qui a su, malgré le foisonnement, user de toutes les ressources de notre belle langue pour magnifier le texte de J. Carey. Une performance que je salue !

Ce roman est une réussite et je vous le conseille vivement !
Lien : http://la-clef-des-mots-e.mo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
beugzbee
  19 mars 2013
Bon la bonne moitié du roman c'est de la mise en place, c'est un peu long.
Mais sinon, les aventures de Phedre sont pleines de rebondissements, le monde si long à mettre en place est tellement complet. Et peut-être un peu inspiré du notre (par exemple, des guerriers qui viennent d'une île se peignant en bleu, c'est très picte, les gens de la société de Phèdre font plutôt renaissance, ...)
Et malgré ce que l'on pourrait croire, il y a quelques scènes à caractère sexuel, mais ce n'est pas l'essentiel, loin de là.
Commenter  J’apprécie          40
Acerola13
  18 février 2011
Premier tome d'une série époustouflante qui révolutionne le genre de la fantasy.
A lire de toute urgence!
Commenter  J’apprécie          40
BlackWolf
  19 novembre 2010
En Résumé : Comme je l'ai dis au début pour moi ce cycle et un vrai coup de coeur. L'auteur a une écriture fluide rythmée et efficace. Les personnages sont attachants, singuliers et parfaitement décrits et l'intrigue est efficace et sans temps morts. Certains ressentiront peut être certaines longueur au début le temps de poser l'histoire, ce que je n'ai pas personnellement ressenti.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
Commenter  J’apprécie          40


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien Kushiel (Tome 1) ?

Dans quelle maison a grandi Phèdre ?

Camélia
Valériane
Cereus
Mandragore
Orchis

22 questions
71 lecteurs ont répondu
Thème : Kushiel, tome 1 : La marque de Jacqueline CareyCréer un quiz sur ce livre