AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2843463483
Éditeur : Coop Breizh (25/06/2008)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Jacquot et Jacob deux êtres que tout sépare, à commencer par l'âge, et que le destin rapproche autour d'une même passion pour la broderie. Nous sommes au milieu du 19è siècle, en Basse Bretagne, et le jeune orphelin Jacquot perd son chemin dans la forêt de Locronan. Il est recueilli par Jacob, un vieux tailleur qui devient son père adoptif. Une nouvelle vie s'annonce pour l'artisan au métier si décrié dans les campagnes de l'époque. Et, alors même que, menacé de per... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
sld09
  27 juin 2017
En lisant le brodeur de la nuit, j'ai tout de suite pensé au roman d'Edouard Brasey, Les pardons de Locronan. L'histoire n'est pas du tout la même, la période non plus, mais il est difficile de ne pas leur trouver quelques points communs alors que les deux intrigues se déroulent à Locronan, ville marquée autant par le tissage qui fit sa fortune que par Saint Ronan et sa Grande Troménie.Comme Les pardons de Locronan, j'ai beaucoup aimé le brodeur de la nuit. D'une plume toujours aussi agréable, Daniel Cario nous entraîne dans l'histoire touchante d'un père et d'un fils qui se sont choisis. le récit est riche en détails sur le métier des tailleurs-brodeurs, mais aussi sur le quotidien des Locronanais de manière plus générale.Il y a bien eu quelques passages un peu longs, mais dans l'ensemble j'ai passé un bon moment avec ce roman qui aborde à travers des situations très diverses toutes sortes de questions toujours actuelles (deuil, refus du changement, place de l'enfant dans la famille, peur du handicap, etc)Et en bonus, il y a le talent de conteur de Jacob, l'un des personnages principaux, qui nous offre quelques récits pittoresques dignes d'une veillée au coin du feu...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
FLAORI
  03 novembre 2012
Une belle histoire émouvante et pleine de sensibilité qui se passe au coeur du Finistère.
Elle nous fait découvrir le métier de brodeur qui se perd, donc c'est un retour au source bienvenue pour les bretons avec ses traditions et ses coutumes et sans oublier la langue bretonne.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
MagreeteMagreete   11 mars 2014
… Jacob tressailli de sa rêverie…
- Oui, je dois être fatigué… bredouilla-t-il enfin. Mais je suis si content d'être revenu.
- C'est vrai ? s'exclama Jacquot, inquiet de ne découvrir chez son vieux compagnon guéri aucun signe de l'enthousiasme espéré.
- Pourquoi veux-tu que ce ne soit pas vrai ? Tu m'as redonné des yeux pour te voir enfin. J'avais oublié comme tu étais beau. Viens près de moi, j'ai besoin de toi.
Jacquot s'assit sur le banc à côté du tailleur ; celui-ci le contemplait, comme si toutes ces dernières semaines, il n'avait vu grandir qu'une silhouette sans visage.
De son index noueux, il effleura la petite cicatrice sur la tempe.
- Je me demande comment tu t'es fait cela.
- Je ne sais pas ; ma mère me disait qu'elle avait oublié, mais je crois qu'elle ne voulait pas me le dire.
- On dirait que cette cicatrice est la braise ou naît la flamme rousse qui t'orne la tête.
- Peut-être qu'il y a du brasier au fond de ma mémoire…
- J'ai le pressentiment qu'un jour tu sauras tout ça.
- Te voilà donc devenu devin ! se moqua gentiment Jacquot. Comment veux-tu que je découvre des choses si anciennes, maintenant que ma mère est morte.
- Le passé n'a pas toujours besoin de la mémoire des hommes pour remonter à la surface. (p 365)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MagreeteMagreete   11 mars 2014
… Depuis le début du siècle, les gens réclamaient leur tombeau familial. Amené à gérer avec l'église et la mairie cette délicate répartition, le fossoyeur était devenu un personnage important. Celui de Locronan, Donatien Lagadu, était de surcroit hors du commun. L'image habituelle du cantonnier de la mort est un être au visage blême, voûté et maigre, et les doigts crochus, celle d'un croque-mort du temps ou les croyances populaires alléguaient qu'il mordait l'orteil des trépassés pour voir s'ils l'étaient vraiment.
Donatien était tout le contraire : de taille moyenne, il affichait une bouille rigolarde, avec des sourcils jaune orangé, et un gros nez épaté. Par-dessus la ceinture de cuir usée, une bedaine replète lui tendait le gilet, et il avait du mal à supporter les trois épaisseurs de drap de ses chupennoù. Son brazoù ridet semblait cousu de deux sacs énormes sur ses cuisses courtes. Toujours un mouchoir à portée de main, il suait du matin au soir, même par les plus frisquettes gelées. Ne pas parler de sa voix serait oublier le plus pittoresque d'un tel personnage : il développait une puissance vocale sans égale, qui tenait des roulements du tonnerre dans le ciel fissuré d'éclairs, et du fracas des vagues sur les rochers de la baie de Douarnenez par grande tempête.
Sa plaisanterie préférée était d'affirmer qu'il avait une voie d'outre-tombe, en roulant des yeux effrayants qu'il resculsait à souhait, ce qui terrorisait les gamins à venir rôder entre les croix de ses résidents. … (p. 169)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MagreeteMagreete   11 mars 2014
- Tire tes loques, et plus vite que ça, ou on te tanne le cul !
Le malheureux allait s'exécuter quand tonitrua une voix gutturale derrière le cercle d'enfants. C'était le fossoyeur.
- Qu'est-ce que vous fichez là, à jouer dans mon cimetière ? Vous n'avez pas assez de place devant l'église ?
Ecartant les miséreux, il découvrit alors leur proie.
- Et toi, qu'est-ce que tu fais là habillé en dimanche ? On n'a personne à enterrer aujourd'hui ! (p 169)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MagreeteMagreete   11 mars 2014
... je te confie mon garçon, mignonne. Tu as du caractère et tu es plus jolie que les fées qui m'ont consolé lorsque j'étais trop malheureux. Prend soin de mon petit renard ; dans les dédales de l'existence sont tendus des pièges plus sournois que ceux de la forêt.
Jacon se rassit, le visage grave ; il venait d'officialiser la passation de son activité à son fils adoptif, une décision désormais irrévocable. (p. 374)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MagreeteMagreete   11 mars 2014
Maurice Bert affichait une profonde jubilation, et Jacquot su que cet homme là n'était venu au monde que pour faire le mal. Les mors de métal avaient capturé l'animal à l'encolure et l'ornaient d'un cruel collier. (p 68)
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Daniel Cario (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Daniel Cario
Daniel Cario, écrivain morbihannais et auteur de nombreux romans, publie "Les yeux de Caïn", "Ne reposez pas en paix" et "Rappelle-toi Ève" chez Groix Editions diffusion. Il a répondu à quelques questions sur sa manière de vivre l'écriture et ses relations avec les lecteurs.
autres livres classés : coutumesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
267 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre