AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2930783214
Éditeur : Traverse (01/12/2018)

Note moyenne : 2.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Je me suis levé et j’ai enfoui mon nez dans sa barbe, non sans une certaine appréhension, pour vivre l’instant le plus intensément sensuel de nos rencontres, le prélude et le finale auxquels j’aspirais toujours avec une subtile trépidation. Lors de nos accolades, dont il n’était pas avare, je profitais de ce court contact pour la renifler avec délice. À chaque fois, je repensais à cette périphrase qu’enfant j’avais lue dans la Chanson de Roland, et qui désignait Cha... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Fleitour
  21 mars 2019
Est-ce qu'une belle citation, fidèle à Pascal Quignard, "c'est parce qu'il coïtaient que nous existons", est suffisante pour que l'on puisse lire avec plaisir et attention, un premier roman ?
Si l'auteur a cherché à se mettre dans les pas d'Albert Camus qui lui-même avouait," à un moment difficile de sa vie, "j'ai besoin que quelqu'un me montre la voie, non selon son bon vouloir mais selon l'autorité", " j'ai besoin de mon père", citation qui figure dans le premier homme.

C'est un livre sur le père, l'auteur a la particularité d'être moitié italien par son père et belge par sa mère, Lorenzo Caro'la est né à Naples. Ayant passé son enfance et son adolescence entre l'Europe et l'Afrique, il a choisi une carrière assez étonnante celle de chanteur d'opéra. C'est un migrant, ou un voyageur, passant son adolescence entre l'Italie et la Belgique, les Pays-Bas et l'Angleterre, il s'est établi finalement Bruxelles, le roman le dieu des pierres est bien son premier roman

L'écriture est assez fluide, il se lit sans difficulté mais il manque sans doute de cette pointe d'émotion, de cette nécessité de ramasser son texte pour le rendre percutant

On a plus l'impression de réaliser une étude comparative des meilleurs bordels de Naples que de vraiment comprendre pourquoi son père était si attaché à la compagnie des prostituées. Page 144, il s'exprime en bon père de famille, et " aborde enfin un bordel de qualité" où il "croisait parfois des connaissances plus âgées, des maris exemplaires, des pères de famille, qui le toisaient avec un sourire entendu de bienvenue", de "mais regarde un peu comme la jeunesse pousse vite donnant ainsi leur bienveillante bénédiction au succès du rituel de passage". Un bordel convenable en somme.

Mais en bout de course, ce parcours du combattant, pardon, le parcours de ce père de famille soucieux de faire l'éducation sexuelle de son fils, vient trop vite lassant.

Il manque je crois à un tel récit cette pointe d'humour, cette pointe d'ironie qui permet d'échapper à ces visites presque imposées, aux mains sales, à la nausée qu'inspire ces établissements qui avaient peut-être un certain charme dans les années 40. Sans prendre du recul, sans comprendre pourquoi, sans paraître ni en colère ni exaspéré, ces grignotages, me laisse une impression d'inachevé.
Faut-il se retenir pour atteindre le bonheur?
La fin tragique, on la voit venir, le palud de son père navigue sur les 20 dernières pages, sa fin du voyage aurait surement dû constituer le tiers de l'ouvrage.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
ANISETTE23
  19 avril 2019
Lorenzo Caróla parle d'un passé que les plus jeunes ne peuvent pas connaître. Un temps où l'initiation sexuelle passait par les bordels d'ici ou d'ailleurs et où les adolescents s'activaient à perdre leur pucelage pour devenir des hommes, encouragés par les aînés. L'auteur raconte de quelle manière son père l'a initié aux plaisirs de la chair, à la fois incontournables sur le plan de la procréation et nécessité narcissique. Sans grands effets lyriques et avec un ton racé, il décrit une humanité fragile, acceptant d'aller à la rencontre d'elle-même, et de narrer de quelle manière on grandit dans certaines familles bourgeoises. Récit d'initiation autant que roman, « le dieu des pierres » nous emporte en Italie et le long des berges du Nil à la rencontre d'une existence sans tabous, de réflexions sur le présent, le futur et la quête de soi. Au demeurant, l'auteur nous gratifie d'un livre haletant, pétri de sentiments et d'une pertinence contagieuse. La chronique d'une époque sous forme d'autobiographie romancée et romanesque !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : roman initiatiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
522 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre