AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782755627855
Éditeur : Hugo et Compagnie (05/10/2017)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 134 notes)
Résumé :
Mia est de retour à Malibu, la ville où elle a choisi de vivre. Sa dette est payée et son ex n’est plus une menace. Finie la vie d’escort. Son nouveau job ? Bosser à la télévision pour le Docteur Hoffman, célèbre médecin qui anime une émission. Il voudrait confier une rubrique à Mia : Vivre en beauté. Dans cette ville où tout est faux où la plupart des filles sont des poupées Barbie siliconées, Mia va devoir trouver de belles personnes, des gens simples mais qui, pa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (67) Voir plus Ajouter une critique
Gaoulette
  15 janvier 2018
Ne pas lire ma critique si âme sensible...
Quand la bouffeuse de quequette rencontre l'accro au minou cela donne la catastrophe Calendar Girl, en tout cas les 3 derniers mois.
Un sacré coup marketing pour cette maison d'édition. Et l'auteur nous a gardé captive pour rien au final.
Dés janvier, je ne voulais pas miser sur ce couple que je trouvais bancale et trop cochon. Ils copulent partout et tout le temps et pour n'importe quelle raison. Franchement ce tome n'apporte plus rien à l'histoire de départ.
On est toujours dans la trame tout le monde il est gentil tout le monde il est beau. Tout le monde il est joyeux. Mia aime sa nouvelle vie et elle le montre. Désolée mais mademoiselle régresse du coup au fil des tomes.
De plus Audrey Carlan veut parler du Syndrome Post traumatique qu'elle survole complet. Je ne pense pas qu'elle ait fait un brin de recherche. Pourtant il y avait matière à développer, mais non pour l'auteur il est plus facile de faire copuler ses héros.
En conclusion, je n'ai rien à dire sur ce tome à part qu'il ne sert à rien. Rien est abouti, rien est exploité.
Une grosse déception car je me demande si l'auteur savait où elle voulait aller réellement. ET puis ça me gonfle cette obligation des 160 pages.
Allez on finit une bonne fois pour toute l'année car je ne suis pas prête de faire sa pub. J'ai connu mieux en saga Hugo Roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Pois0n
  03 juillet 2019
Problématique : s'il fallait décrire ce dixième tome de Calendar Girl en un seul mot, ce serait celui-ci. C'est bien simple, absolument rien ne va, tout est à gerber, il n'y a rien à sauver.
Pourtant, consacrer presque entièrement ce volume au traumatisme de Wes était a priori une bonne idée. Bref, le fond, ça va, mais là où ça devient n'importe quoi, c'est dans la forme, les crises de panique du jeune homme le... métamorphosant en bête décérébrée assoiffée de sexe. Qu'à cela ne tienne, Mia décide donc d'entièrement se soumettre à la volonté de son homme, dans l'espoir de le « réparer ». « L'aider à se reconstruire » ou « l'aider à reprendre pied » aurait été plus judicieux, mais non, tout le tome est tourné de telle façon que la responsabilité de l'état mental de Wes repose toute entière sur les épaules de Mia, qui se transforme de son plein gré en objet sexuel en espérant que ça suffise. Vous le sentez le malaise ?
Jusqu'à présent, Wes avait toujours été le plus toxique des hommes de la série et il aurait été illusoire d'espérer que ça passe comme par magie après ce qu'il a vécu. Néanmoins, là où c'est nouveau, c'est que Mia, au lieu de se rebiffer comme elle l'avait toujours fait, se coule dans le rôle de la femme-esclave entièrement dévouée à son mâle. Elle est paumée, certes, ne sait pas comment gérer et tente juste de se débrouiller, mais... ce n'est pas censé être son rôle. Qu'elle soit là pour Wes et le soutenir, c'est normal, mais là, ça va bien au delà.
Donc on a du sexe, du sexe et encore du sexe, et pas forcément du sexe joyeux et récréatif comme on en a l'habitude avec la série. D'un côté, ce n'est pas si mal que Calendar Girl prenne une tournure plus sombre, à des années-lumière de l'aspect décérébré du début, de l'autre, c'est tellement mal géré qu'on en vient à regretter une lecture légère.
A côté de ça, on parle tout de même un peu de l'émission de télé dont Mia est censée s'occuper. Là encore, à première vue, une bonne idée : centrer le sujet sur les mères au foyer, ces héroïnes du quotidien. Sauf qu'à nouveau, le traitement de l'idée en question se révèle nauséabond au possible, glorifiant les mères au foyer... dans leur aspect corvéable à merci, s'occupant toutes seules de la maison, des enfants, du mari, du jardin, sans avoir la moindre minute à elles mais avec le sourire, parce que, quel bonheur d'être l'esclave des gens qu'on aime !
Mais quel message au juste Audrey Carlan a-t-elle essayé de faire passer avec ce tome ? « Subissez tout avec le sourire, c'est pour le bonheur des autres et vous verrez, c'est l'accomplissement ultime en tant que fâaaame ? » Je ne suis pas vraiment féministe mais là, j'ai juste eu envie de balancer le bouquin par la fenêtre d'un bout à l'autre.
Bref, Calendar Girl, c'était sympa au début, voire même très très bon par moments, mais là, ça devient franchement de pire en pire et je n'ai plus qu'une envie, expédier les deux derniers tomes et passer à autre chose. A moins que ceux-ci ne parviennent à redresser la série, mais à ce stade, j'en doute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MissCroqBook
  08 octobre 2017
Nouveau tome de cette saga et nouveau flop pour moi. J'ai trouvé ce dixième tome vraiment très nocif, creux et sans réel intérêt. Chaque mois, mon envie de lecture de cette saga se ternit un peu plus.
Depuis que Mia a enfin payé sa dette à Blaine grâce à son frère, elle est libre. Libre de commencer une nouvelle carrière et surtout libre de vivre enfin son histoire avec Wes.
Mais le retour de Wes s'avère compliqué. Son mois de captivité en Asie n'est pas sans avoir laisser des traces. Des traces physiques mais aussi psychologiques. Il n'est plus le même. Il souffre de terreurs nocturnes assez violentes. le retour à la réalité s'annonce difficile pour les amoureux.
Mia et Wes réussiront-ils à faire face aux séquelles dont souffre ce dernier ?
Chaque mois je me dis que je vais peut-être avoir une bonne surprise, que je vais enfin trouver de l'intérêt à cette saga tant plébiscitée par le public. Mais non. A part une ou deux saisons que j'ai trouvées un peu au-dessus du lot, je n'accroche pas. Maintenant qu'il ne me reste que deux épisodes à découvrir, je vais m'accrocher pour connaitre le dénouement final mais franchement c'est juste par pure curiosité. Chaque lecture est de plus en plus pénible.
J'ai d'ailleurs eu beaucoup de mal à lire ce tome ci. Soyons honnêtes, je me suis clairement ennuyée ! Je lui ai trouvé un côté malsain voire pervers.
Point positif toutefois, c'est l'évolution du personnage de Mia. Maintenant qu'elle n'est plus escort, elle se montre un peu moins frivole. Au contraire, même. Elle montre beaucoup d'attentions envers Wes. Elle se sent concernée par son syndrome de stress post traumatique, lui apporte son soutien et essaie de trouver des solutions pour l'en sortir. J'ai apprécié cet aspect de sa personnalité. En revanche, j'ai trouvé que l'utilisation du sexe comme catalyseur des terreurs nocturnes de Wes très malsain, dangereux et immoral. Je ne comprends même pas comment l'auteure a pu envisager un tel scénario.
Finalement, dans ce tome, l'auteure met davantage l'accent sur le côté psychologique. Ce tome est du coup plus sombre que les premiers. Même si je n'avais pas apprécié plus que ça le côté volage et vulgaire des précédents tomes, je me demande si ce n'était pas préférable à cette nouvelle orientation de l'histoire. Bref, un tome qui est une fois de plus une déception.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Ninie067
  04 octobre 2017
Tout d'abord je tiens à remercier Olivia, Stéphanie et Hugo & Cie pour m'avoir offert l'opportunité de lire ce livre en m'accordant leur confiance.
Alors que ce dixième opus sera disponible dans toutes les librairies dès demain, je l'ai déjà en ma possession depuis quelques jours et je viens tout juste d'en finir la lecture. Et je me désespère déjà de penser qu'il n'y aura plus que deux épisodes avant de devoir tourner la page d'une nouvelle série, je m'étais trop attachée à ce rendez-vous mensuel. Mais si vous lisez cet avis ce n'est pas pour m'entendre me plaindre de la fin toute proche n'est-ce pas ?
Dès le début de la série, je me demandais comment l'auteur Audrey Carlan allait pouvoir faire en sorte que Mia Saunders, son personnage féminin se retrouve amoureuse d'un des 12 hommes (de préférence Wes qui m'avait fait craquer) qu'elle devait rencontrée au cours de cette année. Et Audrey Carlan a réussi le tour de force de changer son fusil d'épaules pour nous offrir une histoire digne des plus grandes romances.
Les choses ont évoluées pour Mia, sa dette a été remboursée par son frère Max. Elle n'a donc plus besoin de continuer sa profession éphémère d'escort, elle peut enfin prendre les choses en main et rêver de faire quelque chose pour elle, de se construire une carrière dans le showbiz. Elle rentre donc à Malibu dans la maison qu'elle partage avec Wes alors qu'elle n'y a pas mis les pieds depuis deux mois.
Alors que Weston Channing était quasiment absent sur le mois précédent, il est de retour dans ce dixième opus pour notre plus grand plaisir. Wes revient de loin, il a du mal à faire face à tout ce qui lui est arrivé, il n'est plus vraiment lui-même. Cet homme souriant, protecteur, et charmant qui nous avait toutes fait craquer, il est perdu et souffre de SPT.
Ce tome est donc essentiellement consacré à Mia et Wes, à tout ce qui fait la force de leur couple, des sentiments qu'ils ont l'un pour l'autre, mais surtout la conséquence des SPT de Wes. Audrey Carlan a concentré cet opus sur le côté psychologique et tous les changements effectifs suite au bouleversement qu'à rencontré Wes car en en effet souffrir d'un syndrome psycho traumatique (SPT) n'est pas comparable à d'autres maladies physiques ou mentales. Cette maladie peut être vécue et ressentie comme un réel handicap et peut transformer une vie de façon durable en ayant des répercussions sociales, familiales ou encore professionnelles lourdes.
Le comportement de Mia est exemplaire dans ce tome, elle offre à Wes tout le soutien dont il a besoin, elle accepte la présence de Gina DeLuca aux cotés de Wes… Elle a vraiment évolué depuis le début de la série et je ne l'en apprécie que plus. Mais j'ai trouvé le fait qu'ils utilisent le sexe comme catalyseur lors des cauchemars traumatiques de Wes assez pernicieux et immoral à certains points de vue d'où la note légèrement moins élevée.

Lien : http://thereadinglistofninie..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
elise3coco
  31 octobre 2017
Vraiment le pire tome de la saga.. Il ne se passe absolument rien !! On s'ennuie de A à Z.
Comme je l'avais déjà évoqué pour le mois de septembre, ici pas de 10ème homme. Et à tout ceux qui me diront "Mais si, il y a les docteur.." alors là non, je crie à l'imposture, ce personnage ne sert à rien.
Il n'y a pas non plus de 10ème ville car nous retournons au même endroit que le tome 1.
J'ai l'impression que l'auteur veut tellement son happy end pour Mia qu'elle en a même oublié l'intrigue principal. Moi aussi je veux que Mia ai un happy end mais pas au tome 10, juste au 12.
Je me demande même ce qu'il va se passer dans les deux prochains car ce tome en lui-même est déjà une fin ! L'auteur pourrait s'arrêter là.. Je pense que dans les deux prochains je vais m'ennuyer.
Autant à d'autres moments on peut se plaindre que 150 pages ce n'est pas assez, mais là autant dire que je ne sais même pas comment elle a réussi à en faire 150.
Elise__♥
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Marlene_lmedmlMarlene_lmedml   29 septembre 2017
Wes.

Mes larmes coulent déjà, il pose une main sur ma joue.

-Je t’ai manqué ? demande-t-il en souriant.

J’en perds la tête. Aussi rapide qu’un Ninja, je pousse sur le dos et m’installe au-dessus de lui. Une partie très impressionnante de son corps semble ravie de me dire bonjour, mais je m’en occuperai plus tard. Je dépose des baisers sur chaque centimètre de son visage, son front, ses joues, son menton et sa barbe qui me chatouille. Je prends néanmoins soin d’éviter son cou recouvert d’un pansement.

Mon dieu, je n’arrive pas à croire qu’il est là en chair et en os.

Je pose enfin mes lèvres sur les siennes, et il ouvre la bouche. Sa langue est chaude, mouillée, et je réalise combien elle m’a manqué pendant deux mois. Je prends son visage dans mes mains et nos langues commencent leur danse. Ses mains caressent mon dos et il avance une cuisse entre mon entrejambe, m’apaisant autant qu’il m’excite.

-Besoin d’être en toi, Mia. Répare-moi, grogne-t-il en reculant brièvement le visage.

Sans rompre notre baiser, je me dresse sur mes genoux pour me débarrasser de ma culotte. Ensuite, je me débats avec son boxer et le baisse le long de ses jambes, finissant de l’enlever avec mes pieds. Sa verge est longue, épaisse et dure comme du fer, prête à rentrer à la maison.

Je n’ai pas besoin de préliminaires, de caresses ni de paroles coquines. Il ne s’agit pas de faire l’amour ni de baiser. Il s’agit de prendre possession l’un de l’autre. C’est animal et passionné.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Ninie067Ninie067   04 octobre 2017
Un silence pesant m’accueille lorsque je passe la porte de la maison de Wes. Ma maison. Je ne sais pas à quoi je m’attendais. J’espérais sans doute que, pour une fois, la vie se montrerait clémente avec moi, qu’elle me rendrait mon homme et que celui-ci m’attendrait dans notre nid douillet. Car c’est bien notre nid, Wes a insisté pour que je change ma façon de voir « le manoir de Malibu », comme dit Gin. Le seul choix qu’il m’a laissé est que nous trouvions une nouvelle maison ensemble. Or je n’en ai pas envie, je préfère vivre dans un endroit qui lui ressemble. Wes a travaillé dur pour obtenir tout ce qu’il a. Il a beau être jeune, il n’est ni vantard ni avare et la décoration modeste de sa maison en dit long sur sa personne. Je traverse lentement les pièces sombres et sans vie, et je sens que quelque chose a changé. Lorsque j’inspecte les bibelots de plus près, je note les différences avec la dernière fois que j’étais là, il y a deux mois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AudreyMarieAudreyMarie   20 novembre 2017
- Je te raconte quelque chose d'affreux, une chose qui me ronge profondément, et tu trouves un moyen de l'encaisser avec grâce. Je ne sais pas comment tu fais, [...].
- C'est facile. Je sais que je peux me reposer sur toi. Je crois que c'est ce qui fait notre force. Tout [...] peut devenir beau si on y fait face ensemble. Seuls, nous n'avons aucune chance, mais ensemble, on peut survivre à tout.
Commenter  J’apprécie          20
s0-kellys0-kelly   24 novembre 2017
"Seuls, nous n'avons aucune chance, mais ensemble, on peut survivre à tout."P.91
Commenter  J’apprécie          40
LoveBooks295LoveBooks295   10 janvier 2018
L'homme qui, depuis un mois, utilise le sexe comme un pansement pour recouvrir le trou sans fond qu'est devenu son cœur... .
Commenter  J’apprécie          21

Videos de Audrey Carlan (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Audrey Carlan
Extrait de "Calendar girl - Automne" d'Audrey Carlan lu par Helena Coppejans. Editions Audiolib.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/calendar-girl-4-automne-octobre-novembre-decembre-9782367624587
autres livres classés : érotiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
294 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre

.. ..