AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur International Guy, tome 1 : Paris (39)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
echosdemots
  30 octobre 2018
POURQUOI ON PEUT PAS METTRE ZERO ETOILE?^^

En temps normal, je ne chronique pas les livres que j'ai détesté et, si je suis obligée de le faire, j'essaie quand même d'expliquer ce qu'il y a de positif dans le livre (tout en restant honnête, bien sûr).
Aujourd'hui je vais vous parler d'un livre que j'ai vraiment, vraiment, VRAIMENT détesté. Je ne vais m'imposer aucune limite dans mon honnêteté, et ça va piquer.
Ce qui me rassure, c'est que l'auteure a un succès monstre (enfin ça me rassure... Non, ça m'inquiète en vrai. M'enfin.) et que je ne vais donc pas tacler une petite auteure qui tente de se faire sa place.

Bref... Allons-y gaiement.

Donc l'auteure n'est autre que Audrey Carlan, qui a connu un succès monstrueux avec ses Calendar Girls. Je n'ai lu aucun tome donc je ne jugerai pas cette série... Mais autant vous dire que je ne m'en approcherai JAMAIS sauf si je suis habillée d'une combinaison anti-radiations.


Comme je suis quand même vachement sympa, je vais parler du positif avant de lancer les hostilités. Attention, ça va être rapide : J'ai aimé le fait que le narrateur soit l'homme, pour une fois. Voilà. Attention hein, je n'ai pas aimé le narrateur (Ahahah. Non.) mais la narration de son point de vue sortait un peu du lot.
Le seul vrai point positif dans mon expérience était le format de ma lecture : je suis passée par Audible et j'ai donc découvert cette bouse ce livre sous un format audio. Je tire mon chapeau au lecteur - François Tavares - qui est peut être le seul à avoir (probablement, j'en sais rien, on n'est pas copinous) souffert davantage que moi au cours de cette Ô délicieuse aventure.



Alors, pourquoi ce livre m'a TERRIBLEMENT ÉNERVÉE :

Déjà, si ce n'est pas la preuve que certaines maisons d'édition se foutent complètement de la qualité de leur contenu tant qu'ils peuvent vendre... Je ne sais pas ce qu'il vous faut. Sans parler de toutes les choses qui m'ont agacées au cours de ma lecture, ce livre est surtout d'une médiocrité totale. Voilà pourquoi :

Dire que Internationnal Guys : Paris ne révolutionne pas le genre est le plus gros euphémisme des 3 derniers siècles. La moindre situation, la moindre pensée, la moindre scène « chaude », la moindre réaction, les figures de style employées... TOUT est lu, relu, rerelu et rererelu. Après, c'est assez souvent le cas avec la romance mais la plupart des auteurs trouvent un moyen de se démarquer d'une manière ou d'une autre – par une écriture intelligente, un humour piquant, des personnages marquants ou autres... Ici, Audrey Carlan n'a RIEN à offrir au lecteur. Bref, mon premier point est donc que ce roman est un dégueulis de clichés seulement interrompu par une fin aussi plate que le reste du livre. La femme qui trébuche et le héros mi-homme mi-ninja qui a assez de réflexes pour s'élancer et la rattraper, avant de la serrer contre son corps musclé alors qu'il devient dur et qu'il sent qu'elle est dans le même état même si ça fait 4 secondes qu'ils se connaissent, est un exemple parmi 856332 autres scènes clichées. Merci de votre attention.



Éloignez les féministes les plus engagées ou toute personne ayant un minimum de respect envers la femme... International Guys est un gros molard dans la face de l'indépendance de la femme. Déjà, on le sait à la base puisque l'agence même est composée de trois hommes uniquement là pour aider les femmes... Bon. Si il n'y avait que ça. Pourquoi pas, je ne suis pas contre le délire chevalier servant qui vient sauver sa princessounette – je sais ce que je vaux et ce que valent les femmes pour comprendre que ça appartient à la fiction et, surtout, qu'on a le droit d'aimer ça. C'est quoi alors le problème espèce de chieuse – me demanderez-vous ? Et bien l'auteure (ou l'autrice hein, sortez pas les chiens) nous offre le personnage féminin le plus MOU du monde. Ce n'est pas une femme, c'est un tapis. Et même pas un beau tapis d'Orient hein, non non non, une vieille carpette qui pue la pisse du teckel incontinent de mémé Yvette. Pendant un bon tiers du livre, Audrey Carlan offre à « l'héroïne » le moins de phrase possible et ne fait d'elle qu'une espèce de cruche qui ne parle pas mais qui met 3 secondes à tendre les fesses en arrière en apercevant le héros. Honnêtement, il faut le lire pour comprendre à quel point c'est abusé. Je vous assure. Donc, deuxième énervance (si, si, j'ai l'impression d'être un héros de guerre après m'être farci ce livre donc laissez-moi inventer des mots, je l'ai mérité): Une héroïne de merde.


Côté héros ? Ah ben ce n'est pas beaucoup mieux. Alors OUI, on le sait que les hommes à fort caractère, sûrs d'eux, taquins et un peu pervers sont à la mode dans les romans de ce style et que ça plaît plutôt aux femmes. Perso, j'crache pas sur un bad boy fictif. En vrai j'ai 27 amants qui existent sous forme de papier et on vit tous heureux et épanouis ensemble, merci pour nous. Malheureusement ici, le héros est carrément détestable... Pas le héros détestable qui rencontre l'amour et devient meilleur hein.. Non, non. C'est juste un con. Imbu de sa personne, persuadé que les femmes ne s'en sortiraient pas sans lui et qu'elles sont toutes prêtes à ouvrir les cuisses à la seconde où elles le voient. C'est romantique.
A 3h et quelques d'écoute, je me suis aperçu que les hommes dans ce livre au lieu de dire « les femmes », disent... Vous êtes prêts ? Non parce que moi j'étais pas prête ; je conduisais et j'ai ri si fort que j'ai dépassé la ligne blanche à l'approche d'un virage. C'est à dire qu'en plus de m'avoir volé du temps de ma vie et une bonne poignée de neurones, Audrey Carlan a failli me tuer. Vous croyez que je devrais porter plainte ? Pardon, je m'égare. Donc au lieu de dire « les femmes », ils disent « les poulettes »...
LES.
POULETTES.
Je prie pour que ce soit juste le choix de traduction d'une traductrice dont le cerveau aurait grillé après avoir dû travailler sur ce chef d'oeuvre pendant des jours.
ATTENTION LA C'EST LE MOMENT OU JE ME FÂCHE. Cachez les enfants, les animaux et toute personne âgé qui n'aurait pas mis à jour son pacemaker ces deux derniers mois. Au passage, je vais spoiler, vous êtes prévenus. L'héroïne, suite au décès de son père doit gérer son entreprise. Rapidement, elle se rend compte que l'un des employés harcèle sexuellement les femmes et est même allé jusqu'à en toucher (au moins) une. Là, l'héroïne soutient à fond la victime, lui dit qu'elle ne doit pas avoir honte bla bla. Très bien. Et normal. MAIS A LA FIN... le porc est viré et il y a toute une scène avec le père de ce dernier qui pèse dans les finances de la boîte nanana et qu'entends-je ? Je m'attendais à un « Machine va porter plainte contre votre porc de fils parce qu'on va pas lâcher l'affaire comme ça ». Non non non.
« La victime accepte de ne pas porter plainte contre le groupe ou votre fils tant qu'on la laisse tranquille »
J'en rajoute ? Est-ce bien nécessaire ? Non mais c'est QUOI le message que ça fait passer sérieusement ?


Je terminerais juste par dire qu'à ce qu'il paraît, si on en croit le héros, l'héroïne aurait – au niveau de ce qu'il se passe dans sa culotte – un « goût de miel et de soleil ».



Allez, j'arrête là (mais je pourrais continuer des heures. Bisou.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          73
Celine_Vob
  28 juin 2019
Lecture très agréable, je me suis bien amusé :).

Avec tous les avis que j'ai lu concernant cette saga, j'étais un peu réticente mais je me suis lancée et je l'ai découvert par moi-même. Je ne regrette pas du tout, J'AI ADORE.

Les 3 personnages m'ont bien plu : Parker me donne envie de le rencontrer, Royce est plutôt à l'écart et Bo m'a fait sourire et rire :D!!
Commenter  J’apprécie          60
Gaoulette
  25 septembre 2018
Des progrès non négligeable pour Audrey Carlan. Une même construction de roman certes, 10 chapitres, pas un de plus mais avec quelques innovations bien sympas. Encore une fois une idée originale comme Calendar Girl et j'espère qu'elle va tenir la route cette fois ci.
Ici pas d'escort pauvre mais 3 hommes riches à la disposition des femmes d'influence. Pas à la disposition sexuelle, ils sont là pour redonner confiance aux femmes. 3 hommes 3 personnalités bien distincts et surtout complémentaires et qui fait un boulot énorme auprès des femmes. Première mission Paris et j'en suis restée baba. J'ai peur que l'auteure s'enlise dans les mêmes travers que Calendar mais elle respecte sa trame et son idée de départ. Un homme à la disposition de la riche héritière avec plus si affinité et sous consentement mutuel.
Je me pose des questions pour la suite : est ce que Parker sera le seul intervenant jusqu'à ce qu'il trouve chaussure à son pied, Audrey Carlan va t'elle enchainer les amitiés, comment vos évoluer ces 3 adonis.
Affaire à suivre, j'aime bien pour le moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
Missnefer13500
  30 décembre 2018
Oui, je sais, j'aurais dû m'en douter, après la lecture de Calendar Girl comment pouvais-je espérer un virage complet de l'auteure ? J'avais bien dis, haut et fort, après être allée jusqu'au bout du voyage et la grosse déception s'amplifiant au fil des chapitres, qu' Audrey Carlan, non merci, plus pour moi ! Et pourtant voilà-t-il pas que je m'y recolle ? La faute à ma binôme, en qui j'ai confiance dans le jugement vu que nous avons les même goûts et surtout les même attentes livresques, assez éloignées coté New Romance du public actuel. Je ne veux blesser personne, mais pour moi une histoire ne suffit pas, il faut qu'elle me soit racontée avec style, que je vibre pour les personnages, que mon petit coeur tombe amoureuse du mâle de service. Je veux du suspens, de la cohérence et de l'érotisme aussi, mais sciemment dosé, pas qu'il prenne toute l'histoire.
Exigeante moi ? À peine !
Donc avec toutes ces attentes, eh bien forcement c'était couru d'avance. Pourtant j'y ai cru. Eh oui l'idée est originale. Nous faire partager les aventures d'un trio de choc, d'une équipe talentueuse en coaching qui aime les femmes, cherche à les sublimer, leur donner confiance en elles. le sexe n'est pas une option. Bref c'est là où d'entrée le bât blesse, parce que Parker n'a que cette idée en tête dès qu'il pose le regard sur Sophie. La petite bombe insignifiante, (oui c'est 2 mots ne vont pas bien ensemble, je le concède, soit on est insignifiant soit on est une bombe) le fait b.... à mort !
Eh voilà le ton est donné très vite.
Notre trio est super efficace. À peine débarqués ( après 7 heures de vol quand même) les voilà sur le pied de guerre. Les objectifs sont déjà établis, avant même d'avoir rencontrée la cliente.
Bo, le Love Maker s'attache au relooking, tandis que Parker met son grain de sel, se frotte tant et plus à la sublime Sophie (eh oui, déjà !)
Tout aussi vite Royce maîtrise la complexité de l'entreprise que Sophie Rolland a reçu en héritage (dès le lendemain, c'est qu'ils sont brillantissimes nos nos coachs !), met en avant les problématiques de relations et autres, que notre belle Sophie va régler bien évidement comme la femme compétente qu'elle est.
Quel est le rôle de Parker dans tout ça ? À part mettre la cliente dans son lit ? Une cliente effacée, transparente qui se révèle néanmoins être dès le premier soir une bombasse au pieu (eh oui, mesdames, mesdemoiselles, des Louboutins et une robe rouge ça vous rend sexy et audacieuse, il ne vous reste qu'à tester, coût de l'opération 600 euros, ça va non ? On est loin de la paire de Jimmy Choo à 4000 euros !) Bon revenons à la mission de Parker, eh bien je cherche encore. Ok, c'est le Dream Maker ! Et donc ? Je n'ai toujours pas de réponse.
Non, Parker ne me séduit pas. je n'accroche pas à son personnage trop superficiellement traité. Je dois faire partie des extraterrestres qui n'ont pas été touchés par le bel Apollon comme la majorité des lectrices. Et à l'histoire, au départ intéressante ? Non plus.
Le décor est féerique, LE Paris magique ! Comment ne pas rêver de plus beau décor ?
Tous les ingrédients pour une belle aventure sont là. Il ne restait donc qu'à lier la sauce. Malheureusement, les part des différents éléments sont trop disproportionnées les unes par rapport aux autres et le résultat final s'en trouve très déséquilibré. Trop de sexe, 2/3 pour 1/3 de descriptions (merci Mon Dieu ! l'auteure ne connait pas nos vins français, nous permettant ainsi d'échapper à l'énumération des 6 verres prévus lors du repas Chez Jules Verne), oui la description c'est nécessaire mais trop détails, vestimentaires, culinaires, c'est du remplissage quand l'action manque au menu. Et donc le dernier 1/3 est consacré à la mission ( j'avoue que j'ai été large sur le partage, à vrai dire, c'est plutôt moins qu'un tiers, mais bon on évalue tout ça à la louche, hein vous m'en voudrez pas ?).
Et c'est de cette construction déséquilibrée que vient ma déception. J'aurais aimé cette partie là, plus développée en accord avec ce qu'on nous a vendu, voir l'évolution de la personnalité du personnage féminin sous l'influence de ses coachs. Une différence entre, avant et après, une protagoniste à la personnalité plus affûtée, après le travail de coaching.
À vrai dire aucun des personnages n'est abouti. Tout est terriblement superficiel, voire même truffé d'incohérences. Comment Parker, peut-il s'extasier sur les beautés architecturales des Galeries Lafayette, certes une petite merveille, il faut bien le reconnaître, mais notre PDG semble si ébloui qu'il en embrasse Sophie sous un coup de tête ! Et d'abord qui vient acheter des jeans aux Galeries, quand on vient de claquer des sommes folles chez Dior, Gucci et Cie ? Les temples de monde pour les gens aisés ? Ils ont pas de jeans chez Dior ? Coté incohérence, je tiens à signaler que notre working girl parle 5 langues dont l'anglais et pourtant Parker la corrige sans cesse pour l'emploi erroné de son vocabulaire ? Bizarre non ?
Oui je sais, je fais ma chi...se. Je suis dé..so...lée, mais c'est trop énorme et tout est si inintéressant que je ne peut m'empêcher de relever les faiblesses du texte.
L'entrée en scène de la cliente suivante est quant à elle, des plus prévisible et l'évolution de la série cousue de fil blanc, tout à fait dans la lignée de Calendar girl, avec son style affligeant et je me désole de voir que pour beaucoup peu importe le contenu pourvu qu'on ait l'ivresse. Après tout, c'est ce qui a fait le succès d' Audrey Carlan. Malheureusement pas d'effet pétillant chez moi, ni aucune émotion pour ce premier tome, cette mise en bouche. Néanmoins, comme je suis très curieuse, et que j'ai le tome 2 dans ma PAL, je vais aller voir ce qui se passe et peut-être que Bo et Royce vont m'amuser dans le prochains tomes avec des rôles plus audacieux.

Lien : http://missneferlectures.ekl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Leslecturesdangelique
  01 août 2018
J'attendais de lire cette saga avec grande impatience, j'ai énormément aimé la saga Calendar Girl, donc j'ai sauté sur l'occasion de lire ce livre, et je ne suis pas déçue. Je trouve chouette le fait qu'on a le point de vue d'un homme pour une fois dans pareilles circonstances
Lien : https://leslecturesdangeliqu..
Commenter  J’apprécie          20
Kaky
  07 février 2020
J'ai aimé le fond de cette histoire qui parle de quelques sujets encore trop tabou dans les sociétés. Mais sans trop aller jusqu'au bout des choses. Mais sinon, je ne suis pas très new romance, ce n'est pas trop mauvais mais je m'arrêtai ici. C'est un peu trop court, expéditif et le côté trop cru m'a déplus.
Commenter  J’apprécie          10
mllewen
  09 septembre 2019
International Guy #1 Paris de Audrey Carlan

Parfois il y a des romans qui te laisse complètement dans le brouillard. Où tu te demande pourquoi pourquoi et pourquoi?

C'est bien ce qui se passe avec ce livre. Je me demande pourquoi je l'ai voulu?

Bon on va aller direct au but, je n'ai pas aimé. Je pensais avoir un livre dans la trempe des beautiful. Bon on est un peu dans le même style, mais il y a des petites choses qui me chagrine. Déjà l'histoire va trop vite, on est le matin et directe le soir. Mais du coup j'ai eu l'impression plusieurs fois de me dire mais merde il me manque des pages ou quoi? Bien sûr que non, mon livre est bien complet.

Trop peu de détails, d'histoires personnelles,de description (je dis cela alors que je ne suis pas fane des grandes description). Ce qui empêche de s'attacher aux personnages.

Et pour couronner le tout à un moment on parle de Royce et puis on l'appelle Bo, alors que ce dernier n'était pas du tut présent dans le chapitre. Et pareil une fois elle s'appelle Skyler et puis trois lignes plus tard Skylar. Personnellement soit j'ai loupé un détail, soit je comprends plus rien.

Le seul petit truc qui change c'est que l'histoire est totalement narré par un homme. Et encore heureux il est assez court

Voila ce livre est mon pourquoi et je ne lirai pas la suite. Pas forcément envie de savoir si les tome suivant sont écrit différemment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
theannashaw
  28 juin 2019
En début d'année j'ai traversé une période un peu compliquée de ma vie aussi pour tromper mon cerveau qui pendant un temps a été mon pire ennemi je me suis mise en quête de lectures qui soient à la fois légères mais suffisamment intéressantes pour me permettre de déconnecter une seconde tout en n'étant pas trop longues. Et bien que je n'ai été que très moyennement convaincue par Calendar Girl, la première série en douze volumes d'Audrey Carlan, International Guy, sa nouvelle saga me semblait à l'époque une lecture toute indiquée. C'est comme ça que j'ai fait la connaissance de Parker et de ses acolytes et que j'ai découvert leur entreprise.

Parker Ellis dirige une des agences de coaching les plus en vue du moment. Accompagné de ses deux meilleurs amis et selon les besoins de leurs missions, il voyage à travers le monde. C'est d'ailleurs une mission qui les conduit tous les trois à Paris, capitale de l'amour et de la mode, où ils vont devoir mettre tous leurs talents au service de Sophie, jeune héritière d'une grosse société en mal de confiance en elle. Une chose est sûre ils ont du pain sur la planche pour aider la jeune femme à laisser parler tout son potentiel.

Le moins que l'on puisse dire c'est que cette lecture a vraiment fait son office au sens où il s'agit bel et bien d'un très court roman sans prise de tête, mais suffisamment prenant pour capter mon attention. de plus, contrairement à la série précédente de l'autrice, celle-ci se déroule dans un contexte moins sujet à débat même si le fait que Audrey Carlan a fait le choix de faire de son héroïne féminine une call-girl de luxe et de ses héros masculins des playboys business men qui viennent en aide à des gens, principalement de très belles femmes, a fait l'objet de nombreuses critiques sur lesquelles je ne m'étendrai pas.

Concernant le livre en lui-même, on est tout de suite séduit par les trois amis qui composent l'équipe de International Guy : Bo, le spécialiste du style, Royce, le spécialiste des finances et Parker le chef de la team dont le travail consiste à aider les clients à développer tout leur potentiel. Chacun d'eux est à la fois cliché et attachant, de même que Sophie, la première cliente de l'entreprise, est l'archétype de la jeune beauté qui s'ignore et se révèle au fil de l'ouvrage.

Rien de très original donc dans cette histoire qui mêlent scènes de relooking, de coaching personnel et professionnel ainsi que scènes de sexe débridé. Malgré le peu de pages de ce roman, on notera cependant quelques répétitions, notamment dans les « messages » que l'autrice veut faire passer à travers les voix de ses personnages qui alourdissent un peu le texte et rendent les dits « messages » un peu forcés.

Un premier tome assez divertissant bien que nous n'ayons affaire ici ni à un chef d'oeuvre de la littérature ni à une oeuvre d'une grande profondeur. Mais parfois c'est aussi ça qui fait du bien et dont on a besoin. J'ai passé un très bon moment en compagnie des trois garçons d'International Guy, aussi suis-je bien décidée à les suivre dans la suite de leurs aventures à New-York.
Lien : HTTP://mabibliothequerose.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lussailles67
  09 mai 2019
Un premier opus qui met tout les personnages en places, l'équipe de International Guy, et une premiere cliente attachante...

J'avais dévoré la série Calendar Girl, et je pense que je vais dévorer la série des International Guy (seulement, ce coup ci, je l'ai fait un peu plus intelligent, j'ai attendu que tous les opus soient sortis....)
Audrey Carlan a une plume fluide, qui rend les livres d'une faciles à lire, et de deux captivants.

Hate de lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
RouquineBookine
  29 avril 2019
Un livre que j'ai pris plaisir à lire car il est sans prise de tête!
Je trouve le style d'écriture aéré, sympathique et très facile à lire!
Et on ne va pas se le cacher, on aimerait tous avoir Parker et ses acolytes à nos côtés!
Commenter  J’apprécie          10


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
292 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre
.. ..