AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2265040401
Éditeur : Fleuve Editions (01/01/1989)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Dans l'Allemagne de 1988, il y a des promoteurs comme en France. Ils aiment aussi les lotissements. On bâtit des villas sur un terrain en apparence innocent, mais les clients sont-ils bien lotis si ce terrain fut autrefois imbibé de sang ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Fab72
  27 juillet 2014
« Extermination » est l'unique livre d'André Caroff publié dans la collection Gore. Cet auteur français, très prolifique et populaire, bien connu des amateurs de SF signe là un roman Gore de très grande qualité.
Dès le prologue, le lecteur est plongé dans l'horreur du camp d'extermination allemand de Friedhausen en décembre 1944 :

« Mais ici, à Friedhausen, la mort était au bout d'un soupir, d'un geste de trop, d'un regard plus appuyé que d'habitude ou, tout bêtement, d'une saute d'humeur chez le sinistre Kommandoführer Steinbauer… ».
Dans ce camp oublié de tous, près de la moitié des cinq mille prisonniers sont déjà morts. Sentant le vent tourner, les nazis massacrent précipitamment tous les survivants avant l'arrivée des Alliés. le camp est rasé. Seul subsiste au milieu du carnage un mystérieux rocher en forme d'enclume. Ce météore était là avant la construction du camp et restera bien après sa destruction. C'est devant celui-ci que Moïse Katz, un diamantaire juif, est tué d'une balle dans la tête par le Kommandoführer Steinbauer.
De nos jours en Allemagne, sur les lieux où se trouvait le camp de Friedhausen, vivent des descendants de nazis dans un lotissement tout neuf, « La résidence de l'Enclume » du nom du météore. Une des résidentes, Margarete Muller est témoin depuis quelques temps de phénomènes étranges. Elle entend les bruits d'une troupe en marche et des ordres claquer (« Halt ! ») dans la rue déserte. Elle est victime d'hallucinations. L'ombre de sa fille, Steffi, correspond à quelqu'un de plus grand, portant une casquette à visière cirée noire et un pantalon enfilé dans des bottes. L'adolescente, délurée et manipulatrice, a des crises de somnambulisme. Ainsi, elle est retrouvée par ses parents endormie en chien de fusil sur l'étagère du haut de la penderie comme une prisonnière. Peter Muller, le mari, sent une odeur de cadavre dans la maison…

Le passé ressurgît et la famille Muller est au premier plan. Ce qui peut s'expliquer :
« Elle (Margarete Muller) était trop timide. Sa discrétion avait tout du syndrome congénital. Dans sa famille, son nom de jeune fille était Steinbauer, on ne disait jamais rien à temps. Comme si les Steinbauer étaient moins méritants que les autres, ou qu'ils aient quelque chose à se reprocher… ».

Dans le même lotissement vivent David Katz et sa famille. Ces temps-ci, David rêve de son grand-père Moïse…

Voilà le début de cet excellent roman qui aurait mérité une réédition. Il est dommage qu'à l'époque André Caroff n'ait pas récidivé dans cette collection.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Keoma82
  04 janvier 2017
Une poignée de familles installées dans un quartier pavillonnaire isolé d'Allemagne sont victimes d'une malédiction qui les décime les uns après les autres. Aucun secours à attendre puisque leur lotissement se retrouve totalement isolé par une tempête de neige.
Le premier défaut du roman est que le mystère est vite éventé ; dès le premier chapitre en fait. On y suit la liquidation d'un camp de concentration par les nazis à la fin de la guerre. L'un des déportés, avant d'être exécuté, maudit les SS présents ainsi que leurs descendants.
Passé ce premier chapitre assez prometteur, on comprend instantanément que le lotissement a été bâti sur l'emplacement de l'ancien camp nazi et que nombre de résidents sont les descendants des cruels SS du premier chapitre. A partir de là, il ne reste plus qu'à suivre passivement le jeu de massacre sans ressentir de réelle tension.
L'auteur aurait gagné à ne pas tout dévoiler dès le début du roman pour garder l'intérêt du lecteur. Dommage.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Fab72Fab72   08 août 2014
Mais ici, à Friedhausen, la mort était au bout d’un soupir, d’un geste de trop, d’un regard plus appuyé que d’habitude ou, tout bêtement, d’une saute d’humeur chez le sinistre Kommandoführer Steinbauer.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : goreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
544 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre