AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 8806218123
Éditeur : Einaudi (01/01/2014)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 2 notes)
Résumé :
C'est un printemps étrange, indécis, comme l'humeur de Guido Guerrieri.
Face à une aventure personnelle qui le pousse à réfléchir sur sa propre existence, Guido semble se replier sur lui-même. Comme interlocuteur préféré, il a le sac de boxe qui pend du plafond de son séjour.
A changer la situation arrive un client hors du commun: un juge en pleine ascension d'une fulgurante carrière, son ancien compagnon d'université, toujours premier dans les études ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Pirouette0001
  20 octobre 2017
Comme toujours avec Carofiglio, qui est ou était juge pénal dans la vraie vie, l'histoire policière ou la narration d'une procédure est le prétexte pour glisser sur des considérations éthiques et philosophiques concernant la justice au sens noble du terme. Le tout vraiment en douceur et c'est, comme à chaque fois, une lecture très agréable quant à la forme, le fond consistant à savoir si un magistrat pressenti pour être président du tribunal est corrompu ou non.
Bonne lecture.
Commenter  J’apprécie          150
mireille.lefustec
  07 décembre 2015
Edition italienne.
Date de parution: 2014
Je retrouve avec plaisir l'avocat pénaliste Guido Guerrieri, protagoniste des romans de Gianrico Carofiglio, magistrat à Bari, ce qui garantit la compétence technique relative au procès pénal, la connaissance des mécanismes de la salle audience et la façon dont s'administre la justice en Italie.
Guido est un homme mélancolique depuis que sa femme l'a quitté.
Insatisfait de sa vie personnelle, il a parfois la tentation d'abandonner le métier.
Pourtant c'est un professionnel apprécié qui reste fidèle à son étique : ne pas défendre de violeurs, de meurtriers d'enfants, de répugnants mafiosi.
Les jours de solitude triste, il dialogue avec lui-même et avec son ami Sacco, son sac de boxe qui pend dans son séjour.
Jusqu'au jour où... (voir la 4è de couverture, présentation du livre )
L'avocat devra faire un choix pour concilier déontologie et étique personnelle.
Le dilemme psychologique tourmente Guido. Qui doit l'emporter : la procédure ou la Vérité ?
"Chacun peut se tromper, mais justifier à soi-même ses propres erreurs signifie divorcer de la vérité. Signifie perdre l'équilibre."
J'aime ce genre d'intrigue. Je suis beaucoup plus sensible au cheminement intérieur du protagoniste qu'à l'issue de l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
mireille.lefustecmireille.lefustec   06 décembre 2015
Si dans une plaidoirie ou un réquisitoire tu parles en italien correct, on ne te reconnait pas comme quelqu'un de la profession. Tu es quelqu'un à qui on ne peut accorder crédit. Le jargon des juristes est la langue étrangère qu'ils apprennent_que nous apprenons_ depuis l'université pour être admis dans la corporation. p 36
Commenter  J’apprécie          30
mireille.lefustecmireille.lefustec   06 décembre 2015
Consuelo donna un coup d’œil à ses notes. Elle n'en avait pas besoin, mais nous faisons tous des gestes inutiles quand nous devons commencer quelque chose, ou la finir.
Commenter  J’apprécie          40
mireille.lefustecmireille.lefustec   06 décembre 2015
Pour faire la justice il faut se libérer des faux mythes sur la justice, parce qu'ils sont tenaces, et si on se limite à les mettre de
côté ils reviennent et occupent de nouveau nos intelligences, ils les empêchent de fonctionner de la bonne façon.
La bonne façon est celle guidée par la raison, non par l'émotion.
p 111
Commenter  J’apprécie          10
mireille.lefustecmireille.lefustec   06 décembre 2015
L'intelligence et la compétence technique sont totalement assombries par l'anxiété, par l'angoisse et par une vision paranoïaque des faits et des personnes.
Commenter  J’apprécie          30
mireille.lefustecmireille.lefustec   06 décembre 2015
La "disposofobia" ou accumulation pathologique ou accaparement compulsif st un trouble mental caractérisé par par le besoin obsessif d’acquérir_sans utiliser ou jeter_ une notable quantité d’objets, même s'ils sont inutiles, dangereux, ou insalubres.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Gianrico Carofiglio (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gianrico Carofiglio
La raison du doute - Gianrico Carofiglio Margue Page 05-10-2010
autres livres classés : cas de conscienceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
563 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre