AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Elsa Damien (Traducteur)
EAN : 9782072948008
416 pages
Gallimard (17/03/2022)
3.96/5   36 notes
Résumé :
Une guerre sanglante éclate dans les rues de Bari suite à l’enlèvement du fils de l’un des parrains de la ville…

Été 1992. Meurtres, attentats, enlèvements : la Mafia fait régner la terreur dans les rues de Bari. Quand il apprend qu’un enfant a été kidnappé, le maréchal Pietro Fenoglio sait que le point de non-retour est atteint : il s’agit du fils d’un des parrains les plus puissants de la ville. La guerre est déclarée. Le chef du clan rival, qui sen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
3,96

sur 36 notes
5
8 avis
4
6 avis
3
1 avis
2
2 avis
1
0 avis

Kirzy
  02 mai 2021
L'été froid, c'est cet été 1992 durant lequel la guerre de la mafia a atteint son comble tragique avec les assassinats des juges Falcone puis Borsellino à Palerme. le récit commence en fait en mai et nous plonge dans les Pouilles italiennes, dans un Bari rongé par une ambiance chaotique nourrie de tirs, embuscades et enlèvements.
Gianrico Carofiglio n'est pas un écrivain italien comme les autres. Il est procureur , conseiller du Comité anti-mafia au Parlement, il a été sénateur. Autant dire que son expertise est absolument irréfutable et elle transparait avec évidence dans son roman qui reconstitue de façon fidèle et précise le fonctionnement du système pénal italien ou toute l'organisation de la Mafia ( rites, hiérarchies, carrières, codes, justice interne et activité ). Mais là où le roman impressionne, c'est dans l'équilibre trouvé entre la réalité et la fiction, sans que l'un ne prenne l'ascendant au détriment de l'autre. le romanesque est très présent, baigné dans une rigueur documentaire. Et c'est passionnant.
L'auteur a trouvé un rythme parfait pour construire un récit très fluide articulé autour d'une enquête pour déterminer qui a enlevé et tué le jeune fils du parrain local, Don Grimaldi. le principal suspect, Lopez Vito, est celui qui a déclenché une guerre des gangs meurtrières pour détrôner Don Grimaldi. le récit rebondit de faits d'enquête en longs extraits de l'interrogatoire de Lopez Vito, le repenti qui collabore avec la justice, avec notamment une superbe scène : lorsque la procureure, en train de l'interroger, apprend que Falcone vient d'être assassiné, qu'elle est saisie d'un trouble si fort qu'elle ne peut qu'ajourner l'interrogatoire, se voyant potentiellement elle aussi dans une tombe.
Le choix des deux personnages principaux, le carabinier et le repenti, est très judicieux et apporte beaucoup de caractère. le carabinier, le maréchal Fenoglio, ne tombe pas dans le stéréotype du flic fracassé par la vie mais prend toute la lumière avec son extraordinaire dignité, son humanité et sa mélancolie. Cet homme de principes laisse la place au doute, sait regarder les choses déjà vues d'un oeil neuf, sans porter de jugement moral car il a conscience de la fragilité de l'être. le personnage du repenti est tout aussi réussi, tellement loin des clichés que cela en devient déstabilisant de le voir aussi calme et humble, sans excès ni fanfaronnade.
C'est un roman finalement très cérébral. S'il ne déchaîne pas les émotions, il génère une réflexion forte sur notre capacité à voir la réalité en face, même les plus déplaisantes, sans détourner la tête. En fait, progressivement, c'est tout le roman qui bascule dans une zone grise faite d'ambiguïtés dans laquelle il devient difficile de distinguer le Bien du Mal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1090
Stelphique
  26 juin 2021
✨Ce que j'ai ressenti:
« Ce qu'elle voulait dire par là, c'était: il ne faut pas tenir les émotions et les sentiments pour acquis, il faut les partager, les décrire et les rendre tangible. »
Je vais donc vous les partager, parce que cette lecture laisse une forte impression. Rien n'est acquis dans cette vie, mais je vais devoir avouer que j'ai une admiration sincère pour la plume de Gianrico Carofiglio. Tout est en nuances, en subtilités. J'aime l'intelligence et la tolérance qu'on y décèle. Avec cette enquête passionnante et tragique au sein de la mafia italienne, on frôle le Bien et le Mal, pour se retrouver dans une « zone grise », où toute la complexité de l'être humain se révèle. Les règles et les frontières sont floues, mais il y a encore un peu d'espoir, puisque certaines personnes se dispensent de jugements hâtifs et réducteurs pour comprendre qu'il y aura toujours cet espace intangible qui abrite le noir et le blanc, et les mélange en fonction des circonstances…L'angle d'approche du duo Feneglio/Pellacchia et cette tolérance envers les failles humaines rend cette lecture profondément touchante. On sent l'expérience, le vécu, la réalité derrière la fiction. Et c'est pour cela, que j'ai ressenti cette admiration d'une part pour cette histoire en plusieurs actes, mais aussi pour la manière dont l'auteur nous la rend captivante et intense.
C'est l'été 1992, c'est un été froid, c'est ce qu'ils vont en retenir pour cette enquête qui portera ce nom. Ce n'est pas qu'une affaire de météo, c'est surtout que l'ambiance de Bari est particulièrement tendue avec la Mafia qui sème la terreur dans les rues: les corps refroidissent et les coeurs gèlent, et surtout, un enfant a été kidnappé…C'est l'effervescence, autant du côté des carabiniers que dans celui des mafiosos. Au travers des procès verbaux, et des scènes de violences explosives, le chaos s'invite à toutes les strates du système. Tous autant qu'ils sont, ne sont que des morts qui marchent encore, mais pour plus très longtemps…L'urgence est de mise, et ce qui fait que ce polar est haletant et addictif. Impossible de le lâcher!!!
En fait, je ne lui trouve pas de défauts à ce roman. Il a de la profondeur, de la dynamique, du sens, de l'humain, une philosophie inspirante, des mensonges et des vérités qui coûtent, de la mélancolie et des cappuccinos, un duo de personnages que j'adorerais retrouver, la culture comme point de mire: c'est l'Italie avec son essence. Et pour moi, c'est un coup de coeur. J'espère juste avoir réussi à décrire, à rendre tangible les émotions et les sentiments que j'ai pu ressentir. À vous de voir, si vous me faites confiance…
« Question- Pourquoi?
Réponse- Parce que faire confiance c'est bien, mais ne pas faire confiance c'est mieux, dottoressa. »
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          244
RomansNoirsEtPlus
  30 mars 2021
Ce roman nous offre une plongée radicale dans les arcanes de la mafia italienne et plus particulièrement celle basée à Bari ,au Sud de l'Italie ,dans la région des Pouilles en ce printemps 1992.
Il est vrai qu'en tant que procureur et conseiller anti-mafia au Parlement italien , Giancarlo Carofiglio est bien placé pour connaître certains de ses rouages et comme certains de ses membres .
Nous faisons la connaissance du maréchal Fenoglio . le sous-officier des carabiniers fait partie de la Division des Affaires criminelles dirigée par le capitaine Valence qui vient juste de prendre le poste . Ce dernier compte beaucoup sur l'expérience du maréchal dans « le milieu » de la criminalité de la ville pour l'aider à comprendre les forces en présence . Et justement l'un des clans qui tient la ville , celui Nicola Grimaldi , voit plusieurs de ses lieutenants se faire assassiner . Ces tueries sont peut-être dues à une scission interne du gang , dont un certain Vito Lopez et ses sbires seraient la branche dissidente .Une guerre ouverte qui ne semble pas vouloir s'arrêter alors même que le fils de Nicola Grimaldi a disparu . Probablement un enlèvement dont tout porte à croire qu'il est l'oeuvre du groupe Lopez .
Les carabiniers vont-ils se contenter de compter les points et les morts ou la soudaine reddition de Lopez va t-il permettre de voir sous un jour nouveau les rapports complexes qui unit les différents membres de la Societa Nostra et mettre en lumière leurs terribles faits d'armes ?
Pour ceux qui découvriront avec ce roman l'organisation des différents groupuscules mafieux , vous allez être comme moi , surpris .
L'auteur nous dresse ici une société hiérarchisée , entre membres à part entière , chacun ayant une « qualité » définissant son niveau dans le clan et des sympathisants qui aident occasionnellement ou régulièrement les membres dans leurs actions illégales . Des actions dont le « terrain de jeu » est très vaste : trafics en tous genres , extorsions, prostitution, jeux clandestins, corruption à tous les niveaux de la société italienne et en particulier dans les partis politiques et la Police .
En face d'eux on découvre un membre des forces de l'ordre atypique : lettré , amoureux de musique classique et profondément humaniste mais souffrant de solitude depuis que sa femme lui a demandé de faire une pause dans leur relation .
Pour lui ce métier est un sacerdoce qui doit se faire dans les règles de l'art tout en respectant le droit des délinquants . Car pour lui chaque être humain doit avoir une seconde chance sauf si il a tué un enfant , un acte impardonnable pour lui .
L'auteur nous montre toute l'étendue de l'immoralité des membres de cette mafia et , sans aucun filtre, les pires de leurs crimes . La vengeance est pour eux une nécessité comme celle de se faire respecter quitte à rendre pour cela un innocent handicapé à vie ou rayer de la terre un potentiel futur ennemi .
Ce roman , grâce à une écriture dynamique et efficace , ne nous cache rien de leur cruauté même si le portrait de Fenoglio ,en total contrepoint avec les criminels qu'il pourchasse , une belle âme au milieu des requins , nous donne quelque espoir de croire encore en l'humanité .
Comme tout bon polar qui se respecte, il vous réservera également un rebondissement d'une sacrée ampleur dans sa dernière partie .
Je ne peux que recommander .

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
EvlyneLeraut
  04 mai 2021
Impressionnant, « L'été froid » est une destinée. Une plongée fabuleuse dans le microcosme de la Mafia (contemporaine) en plein été, celui de 1992. Ne vous attendez pas à un roman noir dépaysant. Ici, c'est l'autre versant. Une histoire vraisemblable. L'auteur Gianrico Carofiglio est procureur, conseiller du Comité anti-mafia au Parlement italien, sénateur de 2008 à 2013.Le récit est apprenant, surdoué, piédestal d'une connaissance extrême de ce milieu aux rites bien établis. Bari, ville intestine soulève ses diktats mafieux, ses ruelles sombres et de surprises. Les clans vont se mener une guerre titanesque jusqu'au paroxysme. L'enlèvement d'un petit garçon, fils de Grimaldi l'un des parrains les machiavéliques de Bari. Malgré la rançon donnée, l'enfant n'est pas rendu à sa famille. Que se passe-t-il ?Le maréchal Pietro Fenoglio mène l'enquête. Il pousse les portes, fin limier, intuitif et pragmatique. Intelligent, son calme est l'as de coeur, sa détermination l'as de pique. Les clans vont s'affronter. Lopez Vito dit le Boucher chef d'un clan rival se rend à la police. Il ne veut pas être pris pour cible, ce n'est pas lui. « Il est un mort qui marche. » Et là, le récit est une conférence à ciel ouvert. Lopez conte la Mafia. L'intronisation, les rituels, la hiérarchie mafieuse etc. Lopez se dévoile, collabore, justicier exemplaire. « Conformément à une règle qui, à quelques nuances près, est valable dans toutes les Pouilles : Picciotteria, Camorra, Sgarro, Santa, Vangelo, Trequartino et Diritto di Médagliones. »
« Mon affiliation est passée « comme nouveauté » auprès de tous les autres affiliés, c'est-à-dire ceux en liberté et ceux en prison. »
« Passer comme nouveauté » veut dire dans le jargon mafieux, communiquer.
« Répartir » ça veut dire offrir des pâtisseries ou des cigarettes pour célébrer l'entrée du nouvel affilié. Je précise qu'on offre aux affiliés en liberté les pâtisseries, et aux détenus les cigarettes – plus précisément, on leur offre des Malboros rouges. »
Le jeu narratif est posé. Pierre après pierre s'élève l'idiosyncrasie mafieuse.Le récit est une double-lecture. La fiction, le documentaire, en pleine lumière : les connaissances perfectionnistes de Gianrico Carofiglio. Ce dernier est tour à tour romancier et maître des Cérémonies, guidant le lecteur dans les tréfonds d'un méconnu pour lui. Captivant, l'adrénaline fois mille en perfusion dans les pages, « L'été froid » est exceptionnel.
« Dehors il faisait noir et la pluie tombait à un rythme automnal. -Été froid… Et c'était vrai. Cet été serait vraiment très difficile à oublier. »
Je ne peux dire pour l'enfant. Ici, il est aussi un symbole.
« L'été froid » est un grand roman. Une certitude de découverte placée au plus juste d'un raisonnement, celui d'un Procureur (l'auteur) qui lève le voile sur les torpeurs intestines, mafieuses qui plombent une Italie, qui, malgré les risques anéantira jusqu'au dernier de ses loups gris. Brillant ! Traduit de l'italien par Elsa Damien. Publié par les majeures Éditions Slatkine & Cie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
AnitaMillot
  26 mars 2021
Nous sommes en mai 1992. Pietro Fenoglio est maréchal des carabiniers à Bari (dans les Pouilles). Il est mélomane et adore l'opéra. Pietro Fenoglio a le coeur tendre pour les petits mafrats pratiquement inoffensifs mais demeure implacable devant les grands criminels. Pietro Fenoglio parle tout seul quand il pensa à Serena, sa compagne qui a pris ses distances depuis deux mois pour « faire le point » … Pietro Fenoglio part avec un gros handicap : il est stérile …
Quand le fils de Nicola Grimaldi – alias Nico le Blond – un chef de la mafia de Bari est enlevé, la situation risque fort de devenir explosive ! Les parents de l'enfant n'ont pas l'intention de collaborer (la gendarmerie l'a appris pratiquement par hasard …) Chez « la Societa Nostra », on lave son linge sale en famille … C'est grâce à une voyante consultée par la mère de l'enfant que Pietro Fenoglio sera informé de la rançon (deux cent millions) réclamée aux parents du petit Damiano. Et quand Vito Lopez accepte de coopérer avec la justice en tant que « repenti » afin de sauver sa peau, ses aveux font vraiment froid dans le dos ! En découlera une grosse opération, du nom de code : « Été froid » … le danger rôde à tout instant. Les membres de la mafia ne sont pas des enfants de coeur, ni même de simples criminels … Ce sont de véritables terroristes qui ne reculent devant rien pour imposer leur loi !
J'avais lu du même auteur : « Trois heures du matin » (un roman sur un tout autre registre, édité également chez Slatkine & Cie) il y a tout juste un an et je l'avais beaucoup aimé ! Je récidive et – ma foi – bien m'en a pris. Ce nouveau livre est terriblement efficace et plutôt impressionnant … Dans la vie, Gianrico Carofiglio a une double casquette de Procureur-écrivain. Comme je l'avais précédemment constaté chez Nicolas Feuz (Procureur-écrivain suisse) les magistrats auteurs de polars ont une expérience professionnelle tout à fait propice à ce type de littérature. Une compétence qui donne naissance à une écriture percutante et à des récits particulièrement pertinents, voire carrément passionnants !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (2)
LeMonde   26 avril 2021
L’auteur de ce polar, natif de Bari et ex-magistrat antimafia, connaît son sujet. Ses livres s’en ressentent : « L’Eté froid » est bien glaçant.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Actualitte   26 février 2021
Dans la longue confession qu’il délivre au magistrat, l’homme retrace sa propre aventure criminelle dans un conte hypnotique animé par une force vivante.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
RomansNoirsEtPlusRomansNoirsEtPlus   26 mars 2021
Le sens commun suggère que , si nous nous trouvons à proximité d’un épisode dramatique, nous ne pouvons que nous en rendre compte. Mais en réalité, les gens sont généralement concentrés sur leurs problèmes ; l’attention et la perception sont subjectives, et la capacité à saisir les modifications du rythme ordinaire des choses dépend de nos prédispositions et des circonstances. Bref, il n’est pas du tout surprenant que des faits très importants se déroulent sous les yeux de tous sans que personne s’en aperçoive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
StelphiqueStelphique   15 juin 2021
La frontière séparant les fous des gens normaux nous semble nette, solide et difficile à franchir. Or elle est très mince, et à certains endroits -à certains moments- elle s’estompe sans que nous nous en apercevions. Nous nous retrouvons dans un territoire de fous sans comprendre comment cela s’est produit -du reste, les fous savent-ils qu’ils sont de ce côté-là?
Commenter  J’apprécie          30
chambrenoirechambrenoire   02 mars 2022
Chaque fois on se dit qu'on a l'habitude, chaque fois, on se dit que rien ne parviendra plus à nous toucher et nous surprendre, et pourtant chaque fois, on tombe sur quelqu'un qui nous tape encore plus sur les nerfs, pensa Fenoglio.
Commenter  J’apprécie          50
OgrimoireOgrimoire   17 mai 2021
À la réflexion, le problème était peut-être plus grave encore, et c’était plus que l’impossibilité d’avoir des enfants. D’ailleurs, elle venait de le dire : il ne faut jamais rien tenir pour acquis. Ce qu’elle voulait dire par là, c’était : il ne faut pas tenir les émotions et les sentiments pour acquis, il faut les partager, les décrire et les rendre tangibles. Il ne faut pas tenir l’amour pour acquis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
RomansNoirsEtPlusRomansNoirsEtPlus   25 mars 2021
Il semble que le corps libère des substances analgésiques, comme une sorte d’anesthésie pour garantir une mort douce , sans douleur et sans peur. Qui sait si c’est vrai. Qui sait si ça existe, une mort douce. Lui , la mort lui avait toujours paru amère et laide : il avait vu beaucoup de cadavres, et pratiquement aucun n’avait l’air serein et digne .
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Gianrico Carofiglio (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gianrico Carofiglio
La raison du doute - Gianrico Carofiglio Margue Page 05-10-2010
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
687 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre