AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756060321
Éditeur : Delcourt (18/03/2015)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 64 notes)
Résumé :
Adaptation BD d'après le roman éponyme, Julien Blanc- Gras montre une autre façon de voyager. Il traverse la vie, curieux et détendu, prend le temps d'être futile, de s'adonner à des activités non productives mais enrichissantes. Facétieux, il est doté du regard décalé de celui qui sait apprécier sans être dupe. Les dessins pétillants de Mademoiselle Caroline renforcent la justesse des situations.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  12 septembre 2017
Très tôt, Julien s'est intéressé à la géographie. le premier livre qu'il a ouvert était un atlas et il dormait même avec un globe terrestre. Aussi, dès qu'il en a eu l'occasion, il est parti vérifier si tout ce qui était écrit sur l'atlas était vrai. Il a passé plusieurs mois sur un même continent et en est revenu avec cette certitude : il allait voyager. Aussi souvent et aussi longtemps que possible. Ni baroudeur, ni explorateur, ni conquérant des terres vierges ou des sommets vertigineux. Un simple touriste qui veut découvrir le monde. Première étape : la Colombie. Et tant qu'on y est, la ville de Medellín, l'ancien fief de Pablo Escobar..

Adapté du roman éponyme de Julien Blanc-Gras, ces carnets de voyage se croquent à l'envi. de la Colombie au Mozambique en passant par le Maroc, la Chine ou le Brésil, l'auteur nous livre des anecdotes, croustillantes ou rocambolesques, sur ces différents périples. Mais aussi sur les gens croisés ici et là, que ce soient les autochtones ou les touristes dont il aime parfois se moquer. Un album bercé tantôt de désillusions tantôt de lucidité tantôt d'humanité. Cet album est plus une leçon de vie qu'un carnet de voyage. En effet, Julien Blanc-Gras s'attarde peu sur les paysages environnants (sauf quelques planches muettes ici et là) mais bien sur ses impressions, ses rencontres. Mademoiselle Caroline, de son trait vif et de ses couleurs pétillantes, illustre parfaitement ces voyages dépaysants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          523
boudicca
  17 avril 2015
S'il y a bien une activité à laquelle je souhaiterais plus que tout consacrer l'essentiel de mon temps (outre la lecture, évidemment), c'est voyager ! Asie, Afrique, Europe, Amérique... peu importe la destination, à vrai dire : il y a des choses merveilleuses à voir et à apprendre partout. Cette passion du voyage, Julien Blanc-Gras la possède lui aussi, à tel point que ses nombreuses pérégrinations ont fait l'objet d'un livre (« Touriste »), aujourd'hui adapté en bande-dessinée par Mademoiselle Caroline. « Je n'ai pas l'intention de me proclamer explorateur. Je ne veux ni conquérir les sommets vertigineux, ni braver les déserts infernaux. Je ne suis pas si exigeant. Touriste, ça me suffit. » La messe est dite, et l'on suit donc pays après pays notre narrateur qui nous relate ses expériences touristiques avec humour, émotion ou déception. Excursion dans le désert au Maroc, club de vacances en Tunisie, croisière en Chine, excursions dans des zones inexplorées du Mozambique... : l'auteur a opté pour des destinations et des façons de voyager très différentes qui ne manqueront pas de dépayser le lecteur et de réveiller ses instincts de globe-trotteur.
Outre le rire suscité par les situations plus ou moins rocambolesques dans lesquelles s'est retrouvé notre héros, l'intérêt de l'ouvrage tient essentiellement au regard tour à tour indulgent ou au contraire très critique que l'auteur porte sur les touristes en général. de la figure redoutable de « l'Allemandenshort » (qui n'est pas nécessairement Allemand, d'ailleurs), à l'imbécile pompeux incapable de raccrocher son téléphone et de profiter de la beauté du paysage grandiose qui s'offre à lui, en passant par le touriste moralisateur excité à l'idée de voir « des pauvres en vrai » ou au contraire à celui rongé par la culpabilité devant la misère qu'il ne peut occulter : Julien Blanc-Gras n'hésite pas à critiquer avec humour mais lucidité les comportements irrespectueux ou condescendants de ses congénères touristes. le bilan de l'histoire est d'ailleurs assez déprimant à ce sujet : ne cherchez pas, que vous vous trouviez à Paris ou en Chine, dans une grande ville ou au fin fonds du désert : les emmerdeurs sauront toujours où vous trouver... le seul bémol que l'on pourrait mentionner concerne l'aperçu beaucoup trop restreint de chacun des pays visités à propos desquels on apprend finalement que peu de choses (ah si, les Chinois n'ont pas du tout bon goût en matière de musique !)
Un ouvrage divertissant dans lequel Julien Blanc-Gras nous fait découvrir certaines de ses expériences et de ses rencontres les plus mémorables, qu'elles soient bonnes ou mauvaises. Une seule envie une fois la dernière page refermée : s'envoler pour n'importe quelle destination ! Mais attention hein, sans aucun autre touriste pour nous gâcher le plaisir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
NathalC
  20 novembre 2015
J'aime les livres sur les aventures humaines.
Ce livre en fait partie. Léger, anecdotique, rigolo...
Je me suis vue sourire en découvrant certaines aventures de l'auteur.
Ce n'est pas un roman touristique qui nous fait découvrir des pays, mais plutôt des rencontres... Qu'importe le pays en question.
Ce livre est parsemé de moments vivants.
Un livre léger qui permet de s'évader à travers le monde mais qui nous questionne sur l'autre...
Commenter  J’apprécie          130
MarcoPolo85
  01 avril 2015
Julien Blanc Gras peut être considéré comme une unité de consommation touristique intéressante. Il répond aux critères type de marketing pour les grands tours opérateurs. On peut lui proposer à peu près tout les échantillons standards dans la mesure où son portefeuille peut y répondre. On peut lui vendre:
- du "all inclusive" dans un Hôtel Club Méditerranéen ;
- une méditation dans le désert au milieu des nomades;
- une visite guidée dans un quartier chaud de Rio + soirée en boîte;
- etc...
Les autochtones, il les aime (de loin). Ces derniers ont, en revanche, un regard peu compatissant dans l'ensemble.
L'essentiel pour Julien Blanc Gras est de partir de la grisaille Parisienne et quitter ses collègues un peu lourdauds et sans doute trop fades à son goût.
Le récit de l'auteur est, on ne peut plus, franc du collier. Il force le trait, c'est évident. Il fait de l'auto-dérision. et, c'est marrant. Ce touriste, est-il un touriste comme les autres?
Eh bien non! Ce type là est un voyou. Il part volontairement dans ces temples jouissifs dédiés à l'Homme Blanc. Derrière ses airs naïfs, se cache un redoutable anti-touriste.
Cet espion n'est qu'un homme qui a juste soif d'amour et de paix. en tout cas, c'est moi qui le pense.
A moins que Julien Blanc Gras m'ait aussi dupé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Solittletime
  15 juin 2017
Touriste…. Rien que le titre fait rêver…. Les voyages forment, ouvrent les esprits et apaisent les coeurs et rancoeurs. Depuis tout petit, Julien rêve du monde, il rêve d'être là, partout et nulle part. On le suit donc de pays en pays, on assiste à ses expériences positives et négative avec émotion, envie, humour et parfois déception.
Maroc, Tunisie, Chine, Mozambique…. Chaque destination est assez différente de la précédente, comme une volonté de l'auteur de nous faire voyager, de dépayser. Avec lui, on devient globe-trotteur !
Au-delà des destinations, l'auteur dresse un portrait critique, parfois trop à mon gout, sur les différents types de touristes. Si au début, j'ai trouvé cela comique, j'ai été vite lassée par le ton parfois un peu trop « véhément », presque prétentieux.
Prenons le but des voyages. Si au début, on sent l'envie de découvrir le monde, l'envie de simplement fuir le quotidien est plus marquée au fil des pages. Comme but de voyage, je trouve cela totalement différent.
Ensuite, certaines situations sont décrites de manière succintes tandis que d'autres sont plus longues. Raison ?
Cette histoire m'a déçue alors qu'elle m'emballait au plus haut point au début.
De plus, les dessins sont très jolis mais par contre, les écritures sont parfois dures à déchiffrer.
Par contre, j'ai bien aimé certaines situations qui sont pleines de sens et d'émotions.
Je dirai BOF…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (3)
BoDoi   04 août 2015
Touriste se déguste avec un certain plaisir car il donne immanquablement envie de se précipiter à l’aéroport et de monter dans le premier long-courrier en partance !
Lire la critique sur le site : BoDoi
Lexpress   16 avril 2015
Un album plein de ces rencontres imprévues et autres moments magiques qui font la beauté des voyages.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Sceneario   08 avril 2015
Le défi a été relevé avec brio : le style graphique de la dessinatrice, simple et aux couleurs franches, s’appropriant bien l’esprit très humoristique du propos.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   13 septembre 2017
Je ne me demande pas où j'irai demain. Pour l'instant, je sais où je suis. Je suis adossé contre la croûte terrestre, écrasé par le bonheur d'être vivant, ici et maintenant. Immobile, je me fonds dans le paysage. Je laisse une empreinte qui ne va pas tarder à s'effacer. Je ne fais que passer.
Commenter  J’apprécie          300
marina53marina53   12 septembre 2017
[au Maroc]
Nous sommes neuf dans une Peugeot 504 break.
Je suis coincé entre un vieux barbu taiseux et un touareg enrhumé. J'ai un poulet sur les genoux et je suis assis sur le frein à main. J'aime voyager seul. C'est le meilleur moyen de ne pas le rester très longtemps.
Commenter  J’apprécie          300
marina53marina53   12 septembre 2017
[à Chongqing]
Il fait vraiment 40° à 8 heures du matin et la pollution n'arrange pas les choses.
Fumer une cigarette tient du suicide.
Après beaucoup d'hésitation et une vraie réflexion sur le concept de dignité humaine, je décide d'acheter un marcel.
Commenter  J’apprécie          240
NathalCNathalC   17 novembre 2015
J'ai adopté une règle de conduite en voyage : ne jamais évoquer le nom du président de la République française élu en 2007. Cet homme a effectué une OPA sur nos cerveaux nourris aux médias. Qu'on l'aime ou pas, il occupe toute la place, toutes les conversations, toutes les antennes. Ne pas en parler, c'est le seul moyen de résister à son plan de communication. Ma façon d'être subversif. Voyager, c'est aussi prendre congé de ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
marina53marina53   12 septembre 2017
[en Colombie]
Quand la mort rôde, la vie réplique. Elle exulte dans la perspective d'être écourtée. Alors on continue à danser dans la rue, malgré les guérillas, les kidnappings et le trafic d'organe, malgré les narcos et malgré Shakira.
Commenter  J’apprécie          170
Videos de Mademoiselle Caroline (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mademoiselle Caroline
BD HANDICAP ET AUTISME
autres livres classés : voyagesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14967 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..