AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757873024
Éditeur : Points (04/10/2018)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 28 notes)
Résumé :
« Ceci n est pas un livre. C'est un voyage au centre d'une terre nouvelle, ce sont des pas sur une route à inventer, c'est un rêve pour affronter la réalité. »

Il y a cinq cents ans, en 1517, l'Europe découvrait Utopia de Thomas More, publié à la fin de l'année précédente. Dans cet ouvrage visionnaire, More dénonçait les dérives des pouvoirs monarchique et religieux en vigueur et proposait un modèle de société radicalement nouveau, reposant sur la sol... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
TerrainsVagues
  07 novembre 2018
Attention, ce billet pourrait sembler violent et partisan à certains d'entre nous. Si violence il y a, elle n'est que dans la remise en cause de notre mode de vie, de nos formatages et de nos lâchetés. Si parti pris il y a, il est assumé.
Utopia XXI, d'Aymeric Caron. Pas facile de commencer un billet car l'utopie prête à sourire dans le meilleur des cas, voir à la moquerie allant jusqu'au dénigrement. Quand à ça on ajoute Aymeric Caron que la plupart d'entre nous définissent comme un bobo arrogant, méprisant et donneur de leçons, ça n'aide pas.
J'hésite à adopter la méthode de Notre Dame de Babélio qui avait fait de son billet sur « Antispécisme » un réquisitoire contre l'homme Caron sans avoir lu le livre, en me faisant « avocat » d'un homme de conviction dont j'ai lu le bouquin. J'avoue avoir été très tenté de répondre ici puisqu'on m'a interdit l'accès là bas (il y a longtemps) mais le si agressif Caron a par sa pensée imprimée sur papier, réussit à me faire adopter un angle plus modéré et de laisser de coté l'ironie qui me titille.
Avec Utopia XXI, Aymeric Caron continue de prouver qu'il est un homme de convictions. C'est probablement ce qui nuit à son image. C'est vrai qu'aujourd'hui mettre en accord ses actes et sa pensée devient un bien de plus en plus rare (perso, j'ai souvent du mal dans certains domaines) surtout quand il s'agit de la vie de la cité pour ne pas dire de la planète.
Utopia XXI à première vue c'est de l'enfonçage de portes ouvertes, des évidences. Mais…
— Quand il pleut, ça mouille.
— Oui merci t'es gentil mais te vexe pas, c'est pas un scoop. Et puis fais pas chier, je suis trempé.
— ???
— Ben il pleut...
— Et t'avais oublié que la pluie ça mouille.
— Euh… ta gueule.
Voilà, après quelques pages, bien trempé, on s'enrhume et on se dit que oui tout est évident, que tout n'est que bon sens et pourtant nos sociétés sont en rade en panne des sens.
Le livre est construit en trois parties. Songe, Mensonges, Rêves.
On commence le Songe par une interview imaginaire d'un habitant (descendant de Thomas More, auteur d'Utopia il y a cinq siècles déjà…) de l'île Utopie qui évoque la vie chez lui et met le doigt sur les aberrations de notre système. Caron se met dans la position de l'intervieweur contradicteur en opposant à l'utopiste les objections les plus courantes faites en général par la bien pensance ambiante dans nos pays soit disant développés…
Quelques claques plus loin (j'avais prévenu que ça allait être violent) avec des sujets comme l'argent, le logement, l'écologie, le droit des animaux, le travail, la justice, la liberté, le temps libre, le communisme, le religion et quelques autres réjouissances, les deux hommes se séparent d'accord sur la conclusion à tirer de ce choc des consciences et inconsciences de l'homme. C'est pas gagné mais ça vaut le coup d'essayer d'aller à contre courant.
Cette petite introduction de 120 pages nous amène naturellement au constat à charge (comment pourrait-il en être autrement) sur notre société, sur notre quotidien, notre soumission, notre passivité, en un mot sur notre responsabilité.
Les Mensonges que sont les concepts de la démocratie, du travail, de l'argent, du terrorisme, de la nation, de la liberté, de l'égalité, de la fraternité pour ne citer que les grandes lignes, sont disséqués un à un par l'auteur avec nombre d'exemples (avec références) venant appuyer une plaidoirie sans faille contre notre système sclérosé par l'argent, le pouvoir, la bêtise et la peur.
A la fin de chaque sujet, des propositions « utopiques » bien argumentées qui feraient grincer des dents bon nombre de « non futurs lecteurs » s'ils se plongeaient dans ce livre. Des propositions qui tiennent la route bien mieux que ce qu'on nous explique à longueurs d'éditoriaux, de discours politiques, de journaux télévisés et autres instruments de lobotomisation.
Quelques exemples en vrac :
Un permis de voter après petit questionnaire au sujet du vote parce qu'il est vrai qu'on a tous un avis sur tout mais qu'on ne maitrise pas tous les sujets et que de s'en remettre à une traduction faite par un homme politique ce n'est même plus de l'irresponsabilité, ça relève de la connerie chronique aigue.
Plus aucun élu ne sera professionnel de la politique, semaine de quinze heures, revenu universel, salaire maximal, frontières abolies tout comme le scrutin majoritaire à deux tours, … oui j'entends quelques rires, quelques sarcasmes. Dit comme ça, je comprends mais ayez un peu de curiosité et lisez UtopiaXXI, seule une mauvaise foi de compétition peut trouver des objections valables aux arguments de Caron. On peut ne pas adhérer à tout (moi le premier, sur le mariage ou la justice par exemple) mais au moins y réfléchir même si on a pris l'habitude qu'on réfléchisse pour nous depuis toujours.
La dernière partie, Rêve, est une petite conclusion où Aymeric Caron explique un peu le cheminement de sa pensée et de son militantisme à travers son parcours. Je précise que ça ne fait qu'à peine vingt pages, ça évitera peut être à certains de parler de son égo…
Ce livre est à la fois déprimant et rassurant. Déprimant parce que malgré les évidences nous continuons à baisser la tête en allant droit dans le mur et rassurant parce que certains continuent malgré les embûches à croire qu'on peut changer les choses et à apporter sa contribution à un monde juste loin des considérations économicomerdicopolluantes.
J'ai fait long alors je vais terminer comme se termine le livre.
« Imaginons. Proposons. Risquons. Tant pis s'il nous faut pour cela sacrifier un morceau de carrière et quelques relations sociales. A quoi servent nos pas sur Terre, si nous passons pour nous taire ?
Réveillez vous, rêvez.
Début »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          233
zabeth55
  07 mai 2018
Un livre que l'on m'a prêté. Très rapidement j'ai eu envie de cocher des passages. Et plus j'avançais, plus il y en avait. Si bien qu'à un moment, je n'ai pas pu résister, j'ai coché, encore et encore. Et du coup, j'ai acheté le livre pour en rendre un intact à la personne qui me l'avait prêté.
Bravo monsieur Caron !
Une mine d'informations, de références, de Montesquieu à Marx, jusqu'à des économistes, des philosophes contemporains.
Aymeric Caron aborde tous les sujets politiques, sociaux et économiques, d'une manière si limpide que, malgré des sujets aussi complexes, on comprend tout.
C'est bourré d'évidences, de solutions simples et justes. Utopiques, pas tant que ça, mais difficilement réalisables dans le sens où les puissances financières ne sont pas prêtes à lâcher le morceau, si lucratif.
Pratiquement tous les sujets d'actualité sont abordés et traités d'une manière très objective et pertinente.
512 pages, sans que ce soit lassant ou hermétique.
L'auteur a mis en mots pratiquement tous mes ressentis et mes impressions sur la société actuelle.
Mais le plus, c'est qu'il propose des solutions qui, dans l'absolu, sont réalisables.
Je rêve d'un monde comme il le propose.
Le plus rageant, c'est que c'est possible, c'est faisable.
C'est un ouvrage extrêmement complet qui représente un travail colossal.
CA… RON ….PRE…SI…DENT…..
Et la France, et le monde, seraient tellement plus justes
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Nicolas9
  06 juillet 2018
Cet essai est une mine dans les deux sens du terme. D'une part il renferme des idées et des concepts explosifs et inflammables, d'autre part il est un puits d'information sans fond et une source de discussions intarissable. le lire c'est l'assurance de faire émerger des débats passionnants avec son entourage au cours des six prochains mois ! Voici un essai qui va vous secouer, vous agacer parfois, mais qui va surtout élargir les champs du possible.
Toutefois, ce qui m'étonne, c'est qu'on n'en recense que cinq critiques (toutes positives) sur Babelio. Franchement, ce livre mérite davantage d'intérêt et d'égards. Pourquoi me direz-vous ? Eh bien simplement parce que chacun peut y trouver des réponses originales aux questions qu'il se pose un jour ou l'autre : vivons-nous bien dans une démocratie ? Travailler dur est-ce la garantie d'une vie réussie et pleine de satisfactions ? La manière dont nous gérons notre temps permet-elle un vrai épanouissement ? Etc.
Incontestablement, le questionnement le plus éclairant de cet ouvrage est : existe-t-il une alternative positive et réaliste à notre monde actuel ? Et là, à mon grand soulagement, la réponse est OUI !
A ce stade, je vois venir l'objection de certains fatalistes qui se prennent pour des réalistes : « Ça y est, encore un essai naïf qui promet le paradis sur terre au gogo de service... »
Détrompez-vous, vous n'y êtes pas du tout ! En s'appuyant sur un important travail de recherche documentaire, Aymeric Caron commence par mettre le doigt sur toutes les « petites choses » qui devraient nous surprendre par leur iniquité, mais auxquelles on a tous appris à s'habituer faute de mieux. Ces bénignes avaries de nos démocraties parlementaires, lorsqu'on les place bout à bout, débouchent en réalité sur d'énormes problèmes sociaux, une perte d'espoir profonde par rapport au sens de la vie et un sabotage programmé de notre environnement naturel, humain et finalement économique.
L'essai débute par un état des lieux cinglant de la société dans laquelle nous vivons : « En France, la liberté est toute relative, l'égalité n'existe pas, et la fraternité deviendra bientôt un gros mot, tant elle est attaquée et discréditée par nos représentants politiques. On pourrait en dire autant de la justice, de l'empathie, de la compassion, de la générosité, de la non-violence (...)
Le tour de force des dictateurs aux petits pieds qui nous dirigent est d'avoir instauré un régime à leur service sans que nous, citoyens anonymes et tranquilles, nous nous soyons aperçus du coup d'État : nous avons doucement basculé vers un totalitarisme soft, bon teint, une tyrannie 2.0 où le costume-cravate remplace l'uniforme militaire. L'oligarchie au pouvoir a réussi avec brio son hold-up sur nos vies, en imposant son modèle politique et économique unique et en persuadant une grande partie d'entre nous qu'aucun autre n'est possible. »
Une fois ce décor peu reluisant (mais assez réaliste) campé, l'essayiste entame un dialogue à bâtons rompus avec un habitant actuel d'Utopia, une île isolée au milieu de l'Atlantique dont l'existence avait été « révélée » par Thomas More au XVIe siècle. Installés dans une confortable brasserie parisienne, les deux protagonistes vont échanger durant des heures sur des sujets aussi variés que l'argent et la propriété privée, le travail et le salariat, le temps libre, la justice, la démographie et l'écologie. A chaque fois, il s'agit de comparer la vie dans les pays dits « développés » avec celle sur Utopia.
Et, rapidement, on s'aperçoit que les différences sont importantes et rarement en notre faveur ! Alors, fort de ces pistes de réflexion, l'auteur nous présente une série de situations emblématiques du monde dans lequel nous vivons pour les questionner sans craindre de se mettre certains lecteurs à dos. En voici un exemple. « Le peuple des classes modestes et moyennes constate et subit l'évident échec des politiques néolibérales à l'oeuvre depuis trente ans. Il voit le droit du travail qui rétrécit, les libertés individuelles qui sont grignotées, les difficultés grandissantes pour se loger, la pollution qui empoisonne, les salaires qui sont bloqués et l'emploi qui ne revient pas. Et en parallèle, il observe, médusé, les cadeaux consentis à ceux qui sont déjà plus riches que les autres. »
Fort heureusement, Caron ne s'arrête pas à ce type de discours qu'on pourrait qualifier de démagogique. A travers la bouche de son interlocuteur utopiste, il propose aussi des solutions parfois très innovantes. Un exemple parmi les dizaines dont ce livre regorge : la gestion du temps libre qui serait dégagé par une diminution conséquente de l'horaire de travail.
« Nous nous occuperons de nous, de nos proches et des inconnus qui ont besoin d'aide. Nous essaierons d'être heureux en choisissant enfin les activités dont nous souhaitons remplir notre existence. En multipliant les occasions de sociabilité, nous briserons la solitude qui s'abat sur des millions de personnes isolées. Nous ferons du sport ce qui nous permettra de réduire les coûts de la santé. Nous lirons ces livres laissés fermés sur la table de nuit. Nous apprendrons. Sans cesse. Et surtout, nous nous informerons afin de faire de la politique en lieu et place des professionnels qui nous gouvernent depuis des décennies en toute incompétence.
Ne voyez-vous pas qu'un emploi à plein temps nous empêche d'être de véritables citoyens ? Épuisés à la tâche, nous préférons déléguer la prise de décision à d'autres personnes qui, elles, bizarrement, ne travaillent pas. Certes, elles nous dirigent, mais elles ne produisent rien... »
Le grand mérite de cet essai c'est ainsi de mettre en relief les dysfonctionnements de la société dans laquelle nous vivons, puis de proposer des solutions parfois radicales pour en venir à bout. On peut y adhérer ou pas, là n'est pas l'essentiel. Par contre, ce qui est sûr c'est que cet ouvrage est « bon pour la tête », car il stimule notre capacité de réflexion et favorise le débat en couple, en famille ou en société de thèmes qui nous touchent tous, quel que soit notre obédience politique ou notre niveau social.
Pour conclure, je vais citer encore une fois Aymeric Caron : « L'histoire nous enseigne que les rêveurs sont ceux qui ont permis à l'espèce humaine de tendre vers le meilleur d'elle-même, en gommant certaines de ses laideurs. Et, contrairement à l'idée reçue, celui que l'on désigne comme un utopiste appréhende très souvent la société avec plus de clairvoyance que ses contemporains. Il identifie avant les autres un dysfonctionnement profond et s'évertue ensuite à le faire comprendre à la majorité. L'utopiste s'autorise à voir le monde tel qu'il est vraiment, afin de pouvoir le changer (...) A quoi servent nos pas sur Terre, si nous passons pour nous taire ? Réveillez-vous, rêvez. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
gepefun
  16 mars 2018
Utopia XXI, livre que je qualifie avec l'oxymore d'utopie-réaliste !
L'ouvrage d'Aymeric Caron est une référence pour la France et les Français qui veulent se réveiller, comprendre notre France actuelle, entrevoir un soupçon d'espoir et se réaliser, rêver !
Dans sa première partie, "Songes"
Un dialogue entre lui et un habitant d'utopia se forme et tourne autour d'une question, que serait la vie d'un Utopien, si un tel endroit existait sur terre.
Un poil mièvre, la partie suivant est beaucoup plus pêchu.
Sous forme de questions-réponses, un réel échange s'installe au point d'y croire vraiment, au travers de questions sur les origines, l'argent, les droits animaux, la ville, la nature, la liberté l'écologie, religion, logement et plus encore, c'est une mise en bouche, un idéal, une utopie ?!
Une partie intéressante, un peu longue car je voulais en venir au fait, rentrée dans le sujet et je n'ai pas été déçu.
la deuxième partie nous remets dans la réalité "les Mensonges."
Les mensonges de la démocratie, du travail, de l'argent, du terrorisme, de la nation, de la liberté, de l'égalité et de la fraternité, beaucoup de choses que je connaissais déjà et des découvertes aussi, pour ceux qui ont lu l'excellent « Sapiens » de Harari trouveront ici un complément mais en ayant l'avantage et c'est en cela qu'il est meilleur quoique différents, ici au delà de la planète, on parle de notre nation, écrit par un Français, des points de vue parfois bien tranchés de la part d'Aymeric Caron et c'est ce que j'aime chez lui, il n'a pas la langue de bois, il argumente, il démontre, il analyse et surtout fait des propositions, ce n'est pas pour rien s'il vient juste de créer sa formation politique le REV ( rassemblement écologique pour le vivant ) même si dans l'ensemble, il a souvent raison, je n'ai pas toujours été d'accord avec certains sujets, mais c'est bien normal, nous sommes tous différents, cependant nous sommes beaucoup à souhaiter le meilleur pour notre pays, nos enfants et notre civilisation.
Les propositions utopiques sont toujours argumentées, que ce soit la semaine de travail à 15 heures, le permis de vote, la limitation des naissances ( un sujet très peu abordé et pourtant crucial, la démographie )la propriété privée restreinte, la coopération au lieu de l'exploitation, refuser plutôt que vouloir; bref des propositions, de la matière à reflexion, des idées qui vaillent que l'on s'y attarde comme il le dit si bien, ensemble faisons un voyage vers une nouvelle terre, inventons de nouvelles routes, rêvons pour affronter la réalité !
La troisième partie, " Rêves"
un partie que j'ai trouvé plus personnel de l'auteur, ses sentiments, ses émotions, ses souvenirs, au travers d'auteurs, de chanteurs, je me suis mis à redécouvrir Brel, Renaud et toutes ces chansons engagées, pas inintéressant.

C'est de loin, l'un des meilleurs essais que j'ai pu lire ces dernières années et j'en ai lu beaucoup sur des sujets du même genre de près ou de loin ( Sapiens, 6 ème extinctions, effondrement, effondrement des sociètés complexes, comment tout peut s'effondrer, la sobriété heureuse, nous sommes ce que nous mangeons, les pieds sur terre, plus haut que mes rêves etc, etc … ) du tout bon, il faut le lire et se forger sa propre opinion et voir comment nous pouvons pierre par pierre améliorer ce monde.
essai facile à lire.
10/10

je citerai une phrase d'Aymeric Caron qui m'a fait mouche: « A quoi servent nos pas sur terre, si nous passons pour nous taire ? Réveillez-vous, rêvez ! »


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
JPB
  21 avril 2018
Alors, là, c'est du très lourd, il n'est que de lire les critiques ou regarder les émission de télé sur le sujet. Ce livre, qui n'en est pas un, dixit Caron, déchaine les passions et c'est bien compréhensif tant il provoque sur tous les sujets. Mais c'est justement ce que j'ai adoré, c'est que rien n'est tabou, tout est analysé et amène à la réflexion, même si on n'adhère évidemment pas à toutes les propositions
, ni même à tous les constats. le livre commence par une interview, fausse, on le découvre au fur et à mesure, celle d'un habitant d'UTOPIA interrogé par l'auteur. Les réponses et la description de la vie en Utopie font rêver parce que tout est fait pour le bonheur de ses habitants. Et ensuite tout y passe : la liberté, le travail, la justice, la religion, le terrorisme, l'argent, les animaux, etc., etc... Et les "Propositions utopiques" fusent : le permis de voter, le choix de l'utilisation de ses impôts, la semaine de 15 heures, la richesse plafonnée, le quotient de bonheur à la place du PIB, et tant d'autres ! C'est un livre qui fourmille d'idée, utopistes pour la plupart, mais parfois pas tant que ça. Quel déferlement d'incitations à réfléchir sur ce qui nous parait, dans bien des cas, la normalité. J'ai adoré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
TerrainsVaguesTerrainsVagues   21 octobre 2018
Il est des évidences dont on peine à croire qu’il faille les expliquer. Personne ne conteste le fait que si je me promène sous une averse sans parapluie, je serai mouillé. Ou que si je roule sur une route à 60km/h plutôt qu’à 40km/h, j’arriverai plus vite à destination. De la même manière, imaginons que j’aie un travail à faire effectuer qui requiert, disons, 560 heures de travail. J’ai également un impératif de temps : ce travail doit être effectué en une semaine. Si je décide que mes employés peuvent travailler 40 heures par semaine, alors il me faudra quatorze personnes. Si en revanche je limite la durée de travail hebdomadaire à 35 heures, alors il me faudra seize personnes. Deux emplois en plus. Parfois c’est simple l’économie.
(…)
C’est une évidence : les dominants ne souhaitent pas réduire le temps de travail des dominés car ils n’en retireraient aucun avantage. L’intérêt du patronat et des financiers réside au contraire dans un chômage de masse qui rend les travailleurs particulièrement vulnérables (les chômeurs constituent ce que Marx appelait « l’armée de réserve du capital »). C’est extrêmement simple à comprendre. Si, dans une entreprise, un salarié est mécontent de la manière dont il est traité, son comportement différera en fonction des possibilités d’emploi à l’extérieur. En situation de plein emploi, le salarié en question pourra retrouver un emploi ailleurs sans difficulté : il est donc en position de discuter son salaire, ses conditions de travail ou une progression hiérarchique. En revanche, en contexte de chômage massif, lorsque les emplois disponibles sont largement inférieurs à la demande, le salarié mécontent est prié de se taire puisqu’il « ne trouvera pas mieux ailleurs » et que « beaucoup d’autres candidats attendent pour prendre sa place ». Pire : ceux qui attendent la place, désespérés et lâches, sont prêts à accepter des conditions que leurs ainés jugeraient indignes, exerçant ainsi une pression sur ceux qui occupent les emplois. Ceux qui acceptent de travailler pour moins d’argent, plus longtemps, avec moins de garanties, alors qu’aucun motif sérieux ne le justifie, sont des complices des exploiteurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          166
TerrainsVaguesTerrainsVagues   28 octobre 2018
Le mensonge du terrorisme (…)
Il est compréhensible de craindre, pour soi et pour ses proches, la mort qui touche par surprise, dans le plus injuste des contextes. Mais la vérité est que chacun d’entre nous a beaucoup plus de risques d’être tué par l’industrie agro-alimentaire, par la pollution, par la misère, par la route, par l’alcool ou le tabac, que par une bombe ou une kalachnikov. Mettez l’émotion de coté et regardez ces crimes que nos gouvernements laissent impunis et encouragent.
Le terrorisme, rappelons le, a tué 241 personnes en presque trois ans en France.
Pendant ce temps, environ 500 sdf meurent officiellement chaque année dans notre pays (…)
Ces morts de la rue sont des victimes de la misère et des manquements de notre système de solidarité. Ils sont morts parce que nous n’avons rien fait pour eux, ou pas assez. Ils sont morts parce que nous les avons laissés perdre leur logement et parce que nous n’avons pas affirmé qu’il y avait une priorité : celle de protéger tous les Français de la violence d’une vie sans un toit sous lequel se réfugier chaque soir. Une grande partie des sdf meurt d’ailleurs, non du froid, mais d’une cause violente, surtout chez les plus jeunes.
La rue tue donc entre cinq et trente fois plus que le terrorisme en France.
Pourtant, lors de la dernière campagne présidentielle, pas un candidat n’a parlé de ces dizaines de milliers de personnes qui errent dans les villes, sans rien à eux en dehors du contenu de deux ou trois sacs en plastique.
(…)
Les attaques terroristes ont fait officiellement 29376 morts dans le monde en 2015.
La diarrhée tue près de 850000 personnes par an en raison d’un mauvais réseau sanitaire. Cela signifie que la diarrhée tue quasiment trente fois plus que le terrorisme. Pourtant la diarrhée est un sujet absent des journaux. Il faut dire que le thème n’est pas très ragoutant, voire tabou, et que cette maladie choisit ses victimes dans les pays pauvres dont les habitants n’intéressent pas grand monde puisqu’ils n’ont pas d’argent à dépenser
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
TerrainsVaguesTerrainsVagues   13 octobre 2018
C'est bien notre système économique actuel qui anesthésie les citoyens et les maintient dans la servitude en échange de quelques plaisirs débilitants et d'une tranquillité minimale: un toit, un bout de salaire, des allocations et des policiers pour les protéger. Le système tient aussi longtemps que les concernés estiment qu'en se rebellant ils ont plus à perdre qu'à gagner. Tout l'art des maîtres tient dans cette nécessité de mesurer le point de bascule, celui où le niveau d'injustice et d'asservissement serait tel que l'exaspération générale fédérerait les volontés révolutionnaires. N'avez vous pas remarqué comment ils testent, non pas notre capacité à la résistance, mais bien au contraire notre niveau de lâcheté et de couardise? Depuis trente ans, ils vont toujours plus loin en détricotant les droits durement acquis des travailleurs et en détruisant la solidarité nationale. Ils observent la réaction, qui ne vient pas, alors ils continuent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
TerrainsVaguesTerrainsVagues   08 octobre 2018
En fait ce qui vous a perdu dans votre monde, c'est que vos deux modèles de pensée officiellement antinomiques, capitalisme et anticapitalisme, libéralisme et antilibéralisme, ne s'opposent finalement pas sur grand chose. Il diffère sur la façon de distribuer les richesses, et c'est à peu près tout. En revanche, ces deux ennemis officiels se rejoignent sur l'essentiel, à savoir le modèle productiviste qui fait du vivant une matière à exploiter sans restrictions et où chacun n'acquiert son identité que par le travail. L'erreur que vous avez commise depuis des siècles, si vous m'autorisez ce jugement, a été de définir chaque individu comme un producteur-consommateur. Comme vous avez par ailleurs privilégié la logique de l'égoïsme et de l'argent, vous avez multiplié les besoins artificiels et inutiles, et donc tout misé sur un accroissement de production.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          165
rkhettaouirkhettaoui   26 décembre 2017
Il sera une fois un monde nommé Utopie qui aura pour priorités le bonheur de chacun et la progression morale de l’humanité. Sur cette terre, plus aucun être humain ne manquera de l’essentiel pour vivre décemment, car chacun recevra, de la naissance à la mort, l’assurance de sa subsistance, c’est-à-dire de quoi se loger, se nourrir et se vêtir. Grâce aux révolutions technologique et numérique, le travail sera limité à quelques heures par semaine, le reste du temps étant consacré à l’apprentissage, aux loisirs, aux amis et à la famille. Chacun occupera un emploi qu’il apprécie et dont il pourra changer plusieurs fois dans sa vie, en optant pour une activité entièrement nouvelle. Les travailleurs seront ainsi libérés des chaînes du labeur et de la tyrannie de l’employeur. L’argent ne régnera plus en despote : il sera privé de son pouvoir destructeur en étant distribué équitablement à tous. La spéculation sera interdite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Aymeric Caron (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aymeric Caron
Aymeric Caron - On n'est pas couché 18 novembre 2017 #ONPC
autres livres classés : utopieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
327 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre