AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081383764
Éditeur : Flammarion (22/11/2017)

Note moyenne : 4.39/5 (sur 19 notes)
Résumé :
« Ceci n est pas un livre. C est un voyage au centre d'une terre nouvelle, ce sont des pas sur une route à inventer, c'est un rêve pour affronter la réalité. »

Il y a cinq cents ans, en 1517, l'Europe découvrait Utopia de Thomas More, publié à la fin de l'année précédente. Dans cet ouvrage visionnaire, More dénonçait les dérives des pouvoirs monarchique et religieux en vigueur et proposait un modèle de société radicalement nouveau, reposant sur la sol... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
zabeth55
  07 mai 2018
Un livre que l'on m'a prêté. Très rapidement j'ai eu envie de cocher des passages. Et plus j'avançais, plus il y en avait. Si bien qu'à un moment, je n'ai pas pu résister, j'ai coché, encore et encore. Et du coup, j'ai acheté le livre pour en rendre un intact à la personne qui me l'avait prêté.
Bravo monsieur Caron !
Une mine d'informations, de références, de Montesquieu à Marx, jusqu'à des économistes, des philosophes contemporains.
Aymeric Caron aborde tous les sujets politiques, sociaux et économiques, d'une manière si limpide que, malgré des sujets aussi complexes, on comprend tout.
C'est bourré d'évidences, de solutions simples et justes. Utopiques, pas tant que ça, mais difficilement réalisables dans le sens où les puissances financières ne sont pas prêtes à lâcher le morceau, si lucratif.
Pratiquement tous les sujets d'actualité sont abordés et traités d'une manière très objective et pertinente.
512 pages, sans que ce soit lassant ou hermétique.
L'auteur a mis en mots pratiquement tous mes ressentis et mes impressions sur la société actuelle.
Mais le plus, c'est qu'il propose des solutions qui, dans l'absolu, sont réalisables.
Je rêve d'un monde comme il le propose.
Le plus rageant, c'est que c'est possible, c'est faisable.
C'est un ouvrage extrêmement complet qui représente un travail colossal.
CA… RON ….PRE…SI…DENT…..
Et la France, et le monde, seraient tellement plus justes
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
PHILIPPEGREGORIUS
  27 avril 2018
Aymeric Caron, aimé ou détesté mais certainement pas un mou, un suiviste qui se donne bonne conscience en suivant la meute.
Cet ouvrage est celui d'un homme libre, d'un Homme qui refuse la bassesse et la médiocrité.
La première partie sur le mode de l'utopie de Thomas More, m'a laissé perplexe au tout début : tant attendre de l'humain qui est incapable de renoncer à son morceau de viande même si cette nourriture est la conclusion d'une torture immonde et d'un assassinat gratuit.
Ensuite Aymeric Caron nous régale avec ses connaissances encyclopédiques sa dénonciation de la société du spectacle, de la dictature du marché, des ignominies des puissants impuissants. Georges Orwell vient à la rescousse dans le refus de tous les totalitarismes .
L'objectif n'est pas d'être en accord avec toutes les aspirations de l'auteur mais de se plonger dans ce bouillonnement intellectuel qui nous élève, d'apprendre, d'enrichir son esprit.
Vivre son, ses rêves, lutter pour contrer la barbarie à l'égard des animaux humains et non humains, finir sa vie en étant fier d'une partie au moins de son parcours, essayer de s'approcher des grands hommes comme Matthieu Ricard , ne pas se laisser étouffer par " les salauds et les cons", voilà qui donne sens.
Merci Aymeric encore pour cet ouvrage qui ne peut que rendre meilleur, que réveiller, car la lecture n'est pas seulement un plaisir esthétique mais une révolte quotidienne et salvatrice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          228
gepefun
  16 mars 2018
Utopia XXI, livre que je qualifie avec l'oxymore d'utopie-réaliste !
L'ouvrage d'Aymeric Caron est une référence pour la France et les Français qui veulent se réveiller, comprendre notre France actuelle, entrevoir un soupçon d'espoir et se réaliser, rêver !
Dans sa première partie, "Songes"
Un dialogue entre lui et un habitant d'utopia se forme et tourne autour d'une question, que serait la vie d'un Utopien, si un tel endroit existait sur terre.
Un poil mièvre, la partie suivant est beaucoup plus pêchu.
Sous forme de questions-réponses, un réel échange s'installe au point d'y croire vraiment, au travers de questions sur les origines, l'argent, les droits animaux, la ville, la nature, la liberté l'écologie, religion, logement et plus encore, c'est une mise en bouche, un idéal, une utopie ?!
Une partie intéressante, un peu longue car je voulais en venir au fait, rentrée dans le sujet et je n'ai pas été déçu.
la deuxième partie nous remets dans la réalité "les Mensonges."
Les mensonges de la démocratie, du travail, de l'argent, du terrorisme, de la nation, de la liberté, de l'égalité et de la fraternité, beaucoup de choses que je connaissais déjà et des découvertes aussi, pour ceux qui ont lu l'excellent « Sapiens » de Harari trouveront ici un complément mais en ayant l'avantage et c'est en cela qu'il est meilleur quoique différents, ici au delà de la planète, on parle de notre nation, écrit par un Français, des points de vue parfois bien tranchés de la part d'Aymeric Caron et c'est ce que j'aime chez lui, il n'a pas la langue de bois, il argumente, il démontre, il analyse et surtout fait des propositions, ce n'est pas pour rien s'il vient juste de créer sa formation politique le REV ( rassemblement écologique pour le vivant ) même si dans l'ensemble, il a souvent raison, je n'ai pas toujours été d'accord avec certains sujets, mais c'est bien normal, nous sommes tous différents, cependant nous sommes beaucoup à souhaiter le meilleur pour notre pays, nos enfants et notre civilisation.
Les propositions utopiques sont toujours argumentées, que ce soit la semaine de travail à 15 heures, le permis de vote, la limitation des naissances ( un sujet très peu abordé et pourtant crucial, la démographie )la propriété privée restreinte, la coopération au lieu de l'exploitation, refuser plutôt que vouloir; bref des propositions, de la matière à reflexion, des idées qui vaillent que l'on s'y attarde comme il le dit si bien, ensemble faisons un voyage vers une nouvelle terre, inventons de nouvelles routes, rêvons pour affronter la réalité !
La troisième partie, " Rêves"
un partie que j'ai trouvé plus personnel de l'auteur, ses sentiments, ses émotions, ses souvenirs, au travers d'auteurs, de chanteurs, je me suis mis à redécouvrir Brel, Renaud et toutes ces chansons engagées, pas inintéressant.

C'est de loin, l'un des meilleurs essais que j'ai pu lire ces dernières années et j'en ai lu beaucoup sur des sujets du même genre de près ou de loin ( Sapiens, 6 ème extinctions, effondrement, effondrement des sociètés complexes, comment tout peut s'effondrer, la sobriété heureuse, nous sommes ce que nous mangeons, les pieds sur terre, plus haut que mes rêves etc, etc … ) du tout bon, il faut le lire et se forger sa propre opinion et voir comment nous pouvons pierre par pierre améliorer ce monde.
essai facile à lire.
10/10

je citerai une phrase d'Aymeric Caron qui m'a fait mouche: « A quoi servent nos pas sur terre, si nous passons pour nous taire ? Réveillez-vous, rêvez ! »


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
JPB
  21 avril 2018
Alors, là, c'est du très lourd, il n'est que de lire les critiques ou regarder les émission de télé sur le sujet. Ce livre, qui n'en est pas un, dixit Caron, déchaine les passions et c'est bien compréhensif tant il provoque sur tous les sujets. Mais c'est justement ce que j'ai adoré, c'est que rien n'est tabou, tout est analysé et amène à la réflexion, même si on n'adhère évidemment pas à toutes les propositions
, ni même à tous les constats. le livre commence par une interview, fausse, on le découvre au fur et à mesure, celle d'un habitant d'UTOPIA interrogé par l'auteur. Les réponses et la description de la vie en Utopie font rêver parce que tout est fait pour le bonheur de ses habitants. Et ensuite tout y passe : la liberté, le travail, la justice, la religion, le terrorisme, l'argent, les animaux, etc., etc... Et les "Propositions utopiques" fusent : le permis de voter, le choix de l'utilisation de ses impôts, la semaine de 15 heures, la richesse plafonnée, le quotient de bonheur à la place du PIB, et tant d'autres ! C'est un livre qui fourmille d'idée, utopistes pour la plupart, mais parfois pas tant que ça. Quel déferlement d'incitations à réfléchir sur ce qui nous parait, dans bien des cas, la normalité. J'ai adoré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Charmaine
  31 janvier 2018
Un livre providentiel, en avance sur son temps. Très en avance sur ses contemporains. Un livre courageux, solide et ambitieux, qui se penche sur notre humanité et respire la sincérité.
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   26 décembre 2017
Il sera une fois un monde nommé Utopie qui aura pour priorités le bonheur de chacun et la progression morale de l’humanité. Sur cette terre, plus aucun être humain ne manquera de l’essentiel pour vivre décemment, car chacun recevra, de la naissance à la mort, l’assurance de sa subsistance, c’est-à-dire de quoi se loger, se nourrir et se vêtir. Grâce aux révolutions technologique et numérique, le travail sera limité à quelques heures par semaine, le reste du temps étant consacré à l’apprentissage, aux loisirs, aux amis et à la famille. Chacun occupera un emploi qu’il apprécie et dont il pourra changer plusieurs fois dans sa vie, en optant pour une activité entièrement nouvelle. Les travailleurs seront ainsi libérés des chaînes du labeur et de la tyrannie de l’employeur. L’argent ne régnera plus en despote : il sera privé de son pouvoir destructeur en étant distribué équitablement à tous. La spéculation sera interdite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
PerleDulacPerleDulac   26 décembre 2017
Les considérations à géométrie variable sur l'abstention, le vote blanc, le vote utile ou le vote de conviction sont une preuve supplémentaire de la nécessité de remettre à plat le mode de désignation de nos représentants, qui génère frustrations et antagonismes parmi les électeurs déçus. Ceux qui voient leur candidat éliminé ont par ailleurs tendance à ne pas accepter le verdict des urnes, en ruminant les causes de l'échec de leur favori : manque de visibilité dans les médias, désinformation de la part de ces mêmes médias, soutiens financiers plus importants pour les adversaires... Et s'ils se sentent autorisés à remettre en cause la légitimité du scrutin, c'est précisément parce que nos modes de représentation sont effectivement mauvais et injustes. Une démocratie apaisée est celle où chacun peut exprimer un choix réfléchi, où il a le droit de rendre ce choix public et de l'argumenter sans qu'on l'agresse, et où il accepte ensuite le verdict des urnes sans se répandre lui-même en insultes et en accusations. Une démocratie efficace est celle où tout porte-parole du peuple est élu par conviction, et non par dépit. Or notre démocratie n'est ni apaisée ni efficace. Il est donc temps de prononcer l'oraison funèbre de notre système politique et d'en enfanter un autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   26 décembre 2017
Le triptyque liberté-égalité-fraternité, censé représenter nos priorités républicaines, n’est plus qu’un slogan qui sonne creux et qui rappelle vaguement que notre pays a été celui des révolutions, plus ou moins réussies. En France la liberté est toute relative, l’égalité n’existe pas, et la fraternité deviendra bientôt un gros mot, tant elle est attaquée et discréditée par nos représentants politiques. On pourrait en dire autant de la justice, de l’empathie, de la compassion, de la générosité, de la non-violence. Tous ces mots circulent toujours dans les discours officiels. Mais ils ne sont plus que des coquilles presque vides.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   26 décembre 2017
Tous les progrès sociaux de l’humanité, et nombre de progrès scientifiques, sont le fruit d’utopistes qui ont montré le chemin. Ce sont des hommes et des femmes que l’on a moqués, marginalisés, emprisonnés, assassinés pour avoir osé remettre en cause l’ordre établi en pointant ses aberrations ou sa stupidité. Tant qu’il est seul ou presque, l’utopiste est rangé dans la catégorie des fous ou des marginaux. Mais un jour ses idées infusent et la vérité se modifie : le guignol était en fait un visionnaire et son nom fait son entrée dans les encyclopédies
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
PHILIPPEGREGORIUSPHILIPPEGREGORIUS   27 mars 2018
Ce qui a amené l'un de nos plus éminents émissaires , Théodore Monod, à poser un jour cette question : " Un pays qui n'ose pas interdire la chasse à courre, les combats de coqs ou les courses de taureaux a-t-il le droit de se prétendre civilisé ? On peut en douter."
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Aymeric Caron (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aymeric Caron
Aymeric Caron - On n'est pas couché 18 novembre 2017 #ONPC
autres livres classés : utopieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
291 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre