AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782868220103
150 pages
Éditeur : Institut culturel de Bretagne (30/11/-1)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Parlée quotidiennement par plus d'un million de Bretons, il y a encore 50 ans, la langue bretonne n'a jamais fait l'objet d'un véritable enseignement. Elle a été au contraire persécutée à l'école et proscrite de fait sinon de droit dans toute la vie publique officielle. Depuis la guerre, elle connaît un recul brutal qu'ont aggravé l'exode rural, l'urbanisation et l'émigration ainsi que le développement de la télévision (où la place du breton reste marginale) à parti... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Zebra
  03 août 2012
Puissant, émouvant, superbement documenté, ce livre très fouillé nous entraîne dans l'enracinement de la langue et sa participation active à la construction de la personnalité. Où l'on découvre qu'être obligé d'abandonner voire de mépriser sa langue maternelle, ça ne constitue pas un fait anodin mais un événement qui marque définitivement la chair et l'esprit au fer rouge !
Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ZebraZebra   23 janvier 2015
page 84 |...] "Il y a des vieux qui, comme moi, savent plus ou moins le français. Oh oui ! Il y en a du même âge que moi et aussi des plus vieux qui savent un peu de français, mais pas beaucoup. C'était un déshonneur de parler breton autrefois. Quand on allait en ville ou ailleurs, à l'armée par exemple, si nous ne pouvions pas prononcer le français comme il fallait, on se foutait de nous." [...] La censure de l'existence des populations dominées fait partie intégrante du mode spécifique de domination. La dissolution de leur existence s'affirme dans l'énorme production de représentations négatives et dévalorisantes de celle-ci, et dans la projection de l'identité négative ainsi construite sur leur objet. L'inculcation de l'identité négative et l'infériorisation du dominé s'opèrent par des relais multiples : interactions sociales conflictuelles à l'armée; répression linguistique à l'école objectivant, s'il en était besoin, l'action de domination de cette institution; reprise et diffusion de l'identité négative sur les petites bourgeoisies urbaines locales. De fait, la prégnance croissante du dominant et le développement progressif de son emprise sur la société paysanne bretonne affectent ses attributs de l'indispensabilité, ce qui vient renforcer la légitimité des pratiques de domination. La langue dominante devient socialement nécessaire au dominé. Le locuteur breton ne peut totalement refouler une identité que la conscience sociale dominante interdit, ni se défaire des valences négatives investies dans sa langue. Le dominé s'efforce donc de se défaire de son identité bretonne et de ses diverses composantes objectives. Il s'agit d'une conduite d'auto-destruction. [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : psychiatrieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
346 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre