AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782848657578
300 pages
Sarbacane (07/01/2015)
3.59/5   54 notes
Résumé :
Ginger, globe-trotteuse américaine de 19 ans, débarque à Merrywaters, en Angleterre, pour un festival de musique. Elle est loin de se douter que les canards seront aussi nombreux, ni qu'ils commenceront à l'espionner, ni qu'ils représenteront, peut-être, un danger mortel...
Que lire après 100 000 canards par un doux soir d'orageVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
3,59

sur 54 notes
5
7 avis
4
8 avis
3
8 avis
2
1 avis
1
3 avis
What the duck? Comme dirait l'un des personnages!
Message à Thomas Carreras : Je ne sais pas ce que vous fumez, mais waouh c'est d'la bonne! Mais attention quand même hein parce que c'est dangereux pour la santé… surtout à haute dose comme vous lol ;-).
PS: Vous savez que c'est illégal au moins???

Bon, trêve de plaisanterie, impossible pour moi de noter ce livre car si je le note par rapport au plaisir que j'ai eu à le lire : Je ne lui mets pas la moyenne. Mais je ne peux pas non plus ne pas lui mettre la moyenne car je n'ai jamais lu un livre comme ça... Et… il n'est pas mauvais, juste supra-ultra-méga-beaucoup trop original (oui, trop à mon goût).
Je suis bien embêtée moi maintenant! Ce sera le premier livre que je ne note pas. Il faut une première à tout non ? Ben voilà !

La quatrième de couverture est carrément accrocheuse, elle en dit suffisamment pour vous intriguer sans en dévoiler trop, ce qui est rare en jeunesse (bravo à l'éditeur). Et on nous annonce la couleur : on sait que l'on part dans un truc complètement déjanté...

Ma lecture a plutôt bien commencé, j'ai beaucoup aimé les 100 premières pages. Elles correspondent bien à l'univers attendu. Ginger m'a fait déliré : 1)- grâce à son sens de la répartie. 2)- à cause de sa fixette sur les canards. Je me demandais où allait m'emmener l'auteur et comment il allait faire évoluer son histoire...
Pour le coup, que l'on ait aimé ou pas, personne ne peut dire que cette histoire est prévisible.
Un début atypique qui m'a intrigué et plu. de plus, moi qui n'aime pas quand le texte est trop familier, vulgaire ou grossier l'auteur a réussi à faire en sorte que dans son livre cela ne me dérange pas plus que cela. Un bon point. Ça fait parti de l'univers, tout simplement. Mais ces 100 premières pages passées...
Wow. Mais quel délire! Trop pour moi. Ça part dans un truc complètement taré! Et au plus on avance au plus c'est déjanté. Et encore, le mot déjanté est faible... Oui oui, j'ai bien dit F.A.I.B.L.E !
L'histoire prend un virage radical et on part dans un gros délire gore aux personnages plus loufoques les uns que les autres… (je n'en dirai pas plus pour ne spoiler personne mais il y a sacrément matière à développer).
Est ce que ça vous est déjà arrivé d'être témoin de quelqu'un (ami ou autre) qui se tape un délire démentiel devant vous mais tout seul ? du genre vous êtes sobre et pas l'autre personne. Vous voyez un peu le topo ? Vous êtes carrément extérieur à la situation parce que ce n'est pas votre délire mais celui d'un autre. Et bien, C'est un peu ce que fait Thomas Carreras dans son livre, il se fait son gros délire imaginaire dans son coin (sans mauvais jeu de mots) mais c'est très compliqué d'y entrer du coup car ce n'est pas le votre… et en plus il part vraiment très très… très très très loin dans son imagination.
J'admire ceux qui ont réussi à y entrer à 100%.

Une histoire extravagante à outrance qui repousse les limites du délire à l'impossible. Un livre incontestablement très original qui a réussi à me faire sourire même lorsque je n'avais plus envie de le lire (Une prouesse. Je n'aime pas le livre mais je souris encore par moment?). Ce n'est pas mon livre préféré (loin de là) mais il a le mérite de se démarquer. Un livre inclassable et in-notable: Un ovni.
Commenter  J’apprécie          122
Mon avis: Je remercie les éditions Sarbacane et tout particulièrement Juliette pour l'envoi de ce roman et la confiance qu'ils m'accordent à chaque parution de leurs nouveaux romans. Tout d'abord je tiens à préciser que ce qui m'a attirée dans ce livre ce sont tout simplement la couverture que j'ai trouvé originale et assez fantastique faut l'avouer et le résumé qui n'en ai pas vraiment un je le conçois . J'avais aussi très envie de découvrir l'écriture de Thomas Carreras, malheureusement j'ai un avis comme ça à chaud, un peu mitigé, je n'ai pas spécialement apprécié ma lecture même si j'ai trouvé le roman très original, plein d'humour et, assez, très effrayant je n'ai pas totalement adhéré à cette histoire.

J'ai adoré le style déjanté de l'auteur mais l'univers n'était pas ce que j'affectionne le plus en tout cas c'est un livre à découvrir pour son originalité car franchement c'est une lecture vraiment étonnante et pour cela je tire mon chapeau à l'auteur pour l'état de stupéfaction dans lequel il m'a mise...

Du coté de l'histoire: Ginger est une jeune américaine de 19 ans, elle arrive à Merrywaters, un petit village perdu en Angleterre où se déroule le festival du Nightfest. Arrivée deux semaines avant le début de ce festival, la jeune fille qui a besoin d'un toit va tout faire pour se faire engager dans un pub. Elle se liera d'amitié avec Eilenne et Malcolm, les enfants du patron surnommé quant à lui " le Colonel ". Plus le temps passe et plus la jeune américaine trouve que des choses étranges se passent dans ce petit village. Elle a l'impression que les canards l'observent étrangement et elle ressent de plus en plus de doute sur la famille qui l'accueille dans ce village étrange. (Je m'arrête là pour ne pas spoiler l'histoire).


Du coté de l'écriture: J'ai adoré la première partie du roman avec les personnages de Ginger et Eilenne que j'ai vraiment trouvées très attachantes, j'ai accrochée de suite à l'histoire, j'ai ris, j'ai eu peur aussi je l'avoue et je pense que lorsque j'irais dans la basse cour de mon père, j'aurais une réelle appréhension en croisant les canards qui s'y trouvent... Puis ensuite vient la seconde partie où là je n'ai pas vraiment été subjuguée, pourquoi ? je ne sais pas vraiment, j'ai bien aimé mais cette seconde partie m'a un peu dérangée, je pense par le grand nombre de personnages ( connus ou pas d'ailleurs,je vous laisse découvrir les personnages cités dans ce livre :) ) qui s'y trouvent dedans et par les passages assez gores qui ne sont pas vraiment du style que j'apprécie le plus mais cela n'entrave pas la qualité du roman car l'écriture est fluide, il se lit très vite et il y a pas mal de passages hilarants. L'auteur a une imagination des plus débordante et étonnante, je sais pas où il va puiser cette imagination mais franchement il nous surprend du début à la fin. Sa plume des plus familière est également un point fort de ce roman, j'ai vraiment beaucoup aimé ce style d'écriture mais c'est un peu dommage que l'effet apocalyptique donné dans ce roman m'ait un peu dérangé , bon c'est un peu normal car ce n'est pas spécialement le style que j'affectionne le plus mais je sais que beaucoup d'entre vous apprécieront ce contexte.

En conclusion: Une écriture fluide, un roman qui se lit très vite , un style des plus déjanté, un univers complètement à part voilà ce qui résume 100 000 canards par un doux soir d'orage qui ne laissera pas indifférent ses lecteurs. Moi je n'ai pas totalement apprécié ma lecture mais je ne l'ai pas détesté non plus ( je suis plutôt mitigée cette fois-ci) simplement ce n'est pas vraiment mon style d'univers livresque mais je sais qu'il conviendra à bon nombre d'entre vous et que ceux qui apprécient ce style adoreront vraiment, je le conseille donc aux adeptes de ces univers et aux curieux qui veulent découvrir un tout autre style d'auteur qui détonne. J'ai tout de même passé un bon moment en compagnie de "la folie" de Tomas Carreras et de ses multitudes de canards et en relisant ma chronique écrit à chaud je vois que celle-ci est un peu brouillon je m'en excuse mais elle est comme ce livre légèrement décousue de sens :)
je dirais quand même à Thomas Carreras un grand bravo pour son originalité, sa folie tellement agréable mais si vous pouviez me faire la prochaine fois un livre un peu moins sanguinaire par moment je suis sur que vous feriez carton plein chez moi

Lien : http://aupaysdelire.blogspot..
Commenter  J’apprécie          50
Quand je pense à cette lecture, il y a tout un tas d'adjectifs qui me viennent en tête : loufoque, délirant, fou, etc. Véritablement WTD (what the duck), comme le dirait l'un des personnages, Marilou. Un livre comme cela, c'est sûr, vous n'avez jamais dû en lire d'autres ! J'ai vraiment adoré l'idée complètement insensée qu'a eue l'auteur (je préfère ne pas trop en dévoiler, cela vous gâcherait la surprise). Certains moments sont à mourir de rire, d'autres sont très crus, presque gores. C'est un mélange très surprenant, c'est le moins qu'on puisse en dire ! Mon seul regret, c'est que j'ai trouvé que l'histoire s'essoufflait un peu vers la fin.

C'est également un livre rempli d'audace : n'essayez pas de deviner ce qu'il va se passer, vous n'y arriverez pas ! du coup, comme on sait que tout, absolument tout, peut arriver, on ne peut pas reposer le roman (en tout cas, personnellement, j'en ai été incapable et je l'ai dévoré en une journée). D'ailleurs, qu'est-ce que c'est que cette fin de première partie ?! J'ai été scotchée, je n'y croyais pas ! J'ai été un peu déçue mais qu'est-ce que ça fait du bien de lire quelque chose qui sort de l'ordinaire comme ça !

100 000 canards, c'est aussi une écriture un peu particulière, remplie de mots pas très beaux et d'insultes. Si vous me connaissez un peu, vous savez que c'est ce que je déteste le plus dans un livre. Et pourtant, ici, ça ne m'a absolument pas dérangée. L'histoire est tellement dingue qu'il est totalement compréhensible que les personnages ne parlent pas de la plus belle des manières.

En conclusion : Ma chronique est un peu décousue mais, lorsque vous lirez ce livre, vous comprendrez qu'il est difficile d'être clair lorsqu'on en parle. Je vous le conseille si vous avez envie de lire quelque chose de très très différent de ce que vous avez pu lire jusqu'à présent.
Commenter  J’apprécie          40
Ginger, une jeune américaine de 19 ans, arrive à Merrywaters, un petit village en Angleterre. Il doit bientôt s'y tenir un festival de musique qu'elle ne veut pas rater. Elle arrive à se faire loger et embaucher dans le seul pub de la ville. La famille du pub l'accueille gentiment et son groupe préféré va passer au festival. Tout va donc bien pour elle.
Mais en allait repérer les lieus du festival, elle se fait assommer. Elle a ensuite l'impression que les canards la fixe, elle a de plus en plus de mal à dormir...

Dès le départ, il y a une ambiance particulière. Ginger est la narratrice et elle a vraiment son style. On voit débuter son histoire d'amour, son amitié avec la fille du pub... C'est un personnage attachant. On se doute à plein de petites réflexions que les choses vont se corser même s'il est impossible d'imaginer la suite.
Pendant un moment on se demande s'il se passe quelque chose ou si elle n'a pas abusé de médicaments.
La première partie se finit sur un événement auquel je ne m'attendais absolument pas.

Dans une seconde partie, on suit l'histoire à travers de très nombreux personnages dont un canard. Ca permet d'être partout. Ca permet aussi d'avoir le point de vu de différents personnages. Comme le style change en fonction du narrateur, là aussi j'ai trouvé que c'était très fort.
Il s'agit d'une parodie d'histoire d'horreur. Malgré tout les descriptions des attaques sont assez effrayantes j'avoue avoir frémi parfois. Mais c'est tellement drôle !
Il y a plein de trouvailles : comme l'idée de mêler des personnages imaginaires et des personnages connus pour leur faire faire absolument n'importe quoi !
Par moment, j'ai pensé que c'était un peu trop, qu'il fallait s'arrêter mais de toutes façons tout est loufoque alors un peu plus un peu moins...
Il y a de l'humour dans l'ensemble du roman dans les situations, dans les commentaires des personnages...
C'est vraiment un roman qui sort de l'ordinaire.

J'aurais pensé qu'il y avait peu de chance pour que je lise un jour un roman avec des canards qui attaquent tout le monde et encore moins de chance pour qu'il me plaise.
Mais bon, je ne pensais pas non plus qu'il y avait un mot pour désigner la peur d'être fixé par des canards alors que maintenant j'espère qu'il y a un traitement pour cette phobie, j'ai peur d'en être attente^^
Lien : http://bloguiblogas.blogspot..
Commenter  J’apprécie          40
Je pense que vous avez deviné que j'ai choisi de lire ce roman pour son originalité ; rien qu'avec la couverture, on sait que ce roman va être particulier, différent des autres. Et si on n'est pas complètement convaincu, le résumé achève tout. Meurtre, canard, musique ? Et apocalypse, un mélange assez explosif !

J'ai lu très peu de romans sur les zombies (en fait aucun) ou sur l'Apocalypse, donc je n'ai pas exactement de point de comparaison possible, néanmoins je peux vous dire que ce roman m'a beaucoup plu autant pour son humour que pour ses combats assez... Originaux on va dire, comme ce livre dans son ensemble en fait. La seule chose qui m'ait un peu déçue et je ne crois pas être la seule, c'est le tournant qu'a pris la deuxième partie. J'avoue que la première partie m'avait beaucoup plu, avec cette histoire d'amour naissante et disons que le dénouement de cette première partie a tout foutu en l'air mes prévisions. Il s'agit donc d'un mal pour un bien puisque le roman ne tombe absolument pas dans le prévisible, contrairement à beaucoup d'autres. le dénouement laisse entrevoir quelque chose d'autre de possible, un futur malgré tout ça, que j'aurais bien aimé découvrir...

A part ça que dire sinon que même si vous n'aimez pas spécialement les romans apocalyptiques et que vous avez déjà peur des canards, IL FAUT que vous lisiez ce livre, pour son humour. Un humour irrésistible tout simplement qui empêche de s'ennuyer même dans les moments où il y a moins d'action que d'habitude. La plume de l'auteur a quelque chose qui fait oublier le reste pour se contenter de rire sur les malheurs des personnages et sur les blagues parfois un peu douteuses.

Au niveau des personnages, je n'arrive pas exactement à savoir si je me suis attachée à eux ou non car du fait des personnages changeant tout le temps, on a souvent des points de vue différents. Néanmoins Eileen, Ginger et son oncle m'ont particulièrement plu, ce dernier a quelque chose de mystérieux. L'auteur a évoqué à plusieurs reprises le passé de certains de ses personnages sans complètement les expliquer, ce qui m'a laissé un peu sur sa dent, c'est pourquoi l'oncle de Ginger est selon moi l'un des personnages les plus intéressants de l'histoire, bien qu'il n'apparaisse qu'à la fin. J'ai bien aimé aussi les canards, car même s'ils dont très peur, leur réaction est souvent hilarante.

Vous avez compris : il faut lire ce livre, ne serait-ce que pour faire de magnifiques cauchemars avec pleins de canards dedans rire. Certains lecteurs ont moins aimé que d'autre et je pense qu'on le sait à la fin de la première partie. Dans mon cas malgré ma déception j'ai passé un très agréable moment.
Lien : http://livresdecoeur.blogspo..
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
-Hé, t'as vu? Il pleut plus! je dis joyeusement à Malcolm lorsqu'il passe, les bras chargés d'une dizaine de kilos de petit bois.
Il me considère d'un air ébahi, pivote vers la fenêtre, puis se retourne vers moi, les yeux écarquillés.
- Quel sens de l'observation fantastique! Mais c'est un don! Chérie, tu sais ce que tu devrais faire? Te casser pour te consacrer à des études scientifiques. Je déconne pas; les grosses têtes ont besoin de ce genre de talent. Allez, barre-toi, tu le dois à la science!
Je soupire:
- Aaaah... Impossible, désolée. Je dois rester près de toi. On a pour ordre formel de ne jamais quitter notre sujet d'expérimentation.
- Quoi?
- Ouais. Tu sais je participe à un programme de recherche sur le comportement des grands primates à petite bite.
On entend Eileene - dans la pièce voisine - exploser de rire. Malcolm Block, lui, ne rit pas. Il s'approche de moi et murmure d'une voix froide comme la mort:
- Alors c'est la guerre?
- Carrément. Quand j'en aurai fini avec toi, ta dignité ressemblera à un mirage. Faudra plisser les yeux pour l'apercevoir.
[...]
Ginger : 1 - Malcolm : 0.
Commenter  J’apprécie          50
Stevie Wonder jugea qu'il était temps d'agir pour lui aussi. Il fit tournoyer son enceinte hi-fi au -dessus de sa tête, mais ses mouvements étaient si aléatoires qu'il commença par démolir l'évier, avant de briser une nouvelle vitre et d'assommer Sky Lily, tout ça sans toucher le moindre canard. C'était le bordel le plus total.
Commenter  J’apprécie          100
-Couac, dit-il.
Les canards sursautèrent.
-Couac ? lui demanda le plus proche.
-Couac, affirma Sawyer. Couac couac.
Ses onomatopées plongèrent les canards dans la plus grande confusion. Ils s'échangèrent des regards perplexes puis, après une sorte de haussement d'ailes collectif, se désintéressèrent de l'escouade de gros poussins.
Commenter  J’apprécie          30
BON.
Manifestement, on ne va plus pouvoir compter sur Gin pour faire la narratrice . Ca va poser problème , parce que l'histoire est loin d'être terminée. En fait, je dirais même que ce n'est que le début.
Commenter  J’apprécie          20
Je fais un pas vers eux. Ils sont environ dix, et ne me lâchent pas des yeux. C'est dingue, leur concentration est presque... palpable. Ils sont tarés ces canards. J'agite le seau bourré de graine, escomptant une réaction.
Que dalle. Ils ne bronchent même pas.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Thomas Carreras (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thomas Carreras
A l'occasion du salon du livre et de la presse jeunesse à Montreuil, édition 2013, Thomas Carreras présente son ouvrage « 50 cents » aux éditions Sarbacane.
autres livres classés : canardsVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus

Autres livres de Thomas Carreras (1) Voir plus

Lecteurs (105) Voir plus



Quiz Voir plus

100 000 canards par un doux soir d'orage, QUIZ

Comment s'appelle le personnage principal dans les cents premières pages ?

Eilleen Block
Sky Lily
Alligator Jim
Ginger Hunter

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : 100 000 canards par un doux soir d'orage de Thomas CarrerasCréer un quiz sur ce livre

{* *}