AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072723353
Éditeur : Gallimard (24/08/2017)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 69 notes)
Résumé :
Ce livre de plus de 500 pages réunit la plupart des articles écrits par Emmanuel Carrère depuis 25 ans dans la presse (du Nouvel Observateur à La Règle du jeu, en passant par Les Inrockuptibles ou XXI). Ces textes couvrent les sujets les plus divers : de l'amour à la politique, de la littérature au cinéma, de la société et des faits divers à l'intime. On y lit l'amorce de préoccupations qui donneront plus tard lieu à des livres, on y vit avec l'auteur, ses doutes, s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Delphine-Olympe
  21 février 2016

Lorsque j'ai appris qu'Emmanuel Carrère s'apprêtait à publier un nouveau livre, j'ai été assaillie par un sentiment de jubilation... aussitôt tempéré par la découverte qu'il s'agissait non pas d'un roman - ou d'une forme littéraire qui s'en approchait -, mais d'un recueil d'articles de presse parus depuis les années 1990.
Un comble, cette réaction, pour quelqu'un dont l'un des auteurs cultes n'a écrit en termes de fiction qu'une trilogie à caractère fortement autobiographique, mais qui a publié tout au long de sa vie d'innombrables articles journalistiques que j'ai lus et relus avec passion, tant en raison de leur intérêt intrinsèque que de leur qualité stylistique. Je veux bien sûr parler de Jules Vallès, un écrivain dont la vie nourrissait l'oeuvre, et l'oeuvre était le ferment de son existence.
C'est donc finalement avec une certaine curiosité que je me rendis dès le jour de la sortie dudit recueil chez mon libraire, m'en saisit pour en lire les premières lignes et devinai alors que je ne lâcherais pas avant d'en avoir tourné la dernière page.
Emmanuel Carrère fait partie de ces écrivains pour qui l'écriture n'est pas un exercice qui trouverait sa place, aussi importante fût-elle, parmi d'autres activités qui ponctueraient leur vie. Ecrire est un acte constitutif de son existence et de son rapport au monde. Une expérience proprement existentielle qui lui permet de mieux comprendre, ou de tenter en tout cas de cerner la nature profonde de son être, y compris dans ce qu'elle peut peut-être avoir de commun avec celle de tout individu.
C'est bien ce qui rend ses textes si lumineux et si passionnants.
C'est ce qui fait aussi que son écriture transcende les genres et s'affranchit des contraintes formelles propres à chacun.
Ses articles ne sont donc pas étrangers à son oeuvre littéraire, bien au contraire. Ils l'éclairent, en portent parfois le germe et lui permettent de poursuivre sa réflexion sous une forme différente. On retrouve dans ces textes, formulées de manière explicite, les questions qui sont au coeur de ses livres et qui leur ont donné naissance, celles de la relation entre fiction et réalité, et de la place de l'écrivain au sein de son oeuvre.
Depuis L'Adversaire, on connaît l'obsession de Carrère ; écrire un roman tiré d'un fait divers dont le protagoniste est un homme qui a fait de sa propre vie une fiction illustre assez bien le peu de foi qu'il ajoute à la dichotomie fiction-réalité.
Qui est ce «je» que l'on emploie lorsqu'on parle ? A quelle vérité renvoie-t-il ? de même, qui est «je» lorsqu'un écrivain décide de s'exprimer à la première personne ? Quelle différence de nature entre le «je» de De Foe prétendant nous présenter les mémoires de Moll Flanders et celui de Primo Levi rapportant son expérience des camps ?
L'écrivain, quoi qu'il en dise, transparaît dans son oeuvre et il serait vain de croire le contraire : il est illusoire «de se draper dans [l]e rôle de témoin impartial et navré. [...] de n'avoir pas conscience qu'en racontant l'histoire on devient soi-même un personnage de l'histoire, aussi faillible que les autres.» (p.489)
Aussi Carrère a-t-il choisi d'assumer pleinement cette affirmation de soi. Dans cet extraordinaire récit qu'est le Royaume - qu'il commente fort à propos dans un article -, il retraçait l'histoire des apôtres Paul et Luc pour mieux approcher son propre cheminement et ne se privait pas, tout en déroulant le fil des événements, de faire ce qu'il nomme le «making-of» de son livre. Ce qui l'intéressait chez Luc, c'était de comprendre comment il avait retranscrit l'expérience de Paul rapportant les paroles et les actes de Jésus, qu'il n'avait lui-même pas connu. Autrement dit, Carrère ne faisait rien d'autre que s'interroger sur l'écriture de son propre livre, puisqu'il écrivait lui-même l'histoire de Luc écrivant l'histoire de Paul relatant la vie de Jésus. Paraphrasant Flaubert, il n'hésite pas à l'affirmer : «Luc, c'est moi».
Je ne sais pas ce qu'il en est de vous, mais, en ce qui me concerne, l'art de la mise en abyme porté à de tels sommets m'enchante littéralement !
Même lorsqu'il quitte le terrain de la littérature pour investir celui de l'histoire, c'est encore la question de la relation entre réalité et fiction qui le taraude. On connaît le vif intérêt qu'e Carrère nourrit à l'égard de l'expérience soviétique de la Russie. Il s'en explique clairement : dans un mouvement inverse à celui du roman, il s'est agi d'un moment où la fiction s'est imposée comme une réalité. Il rappelle les paroles bien connues d'un compagnon de Lénine : «Un vrai bolchevik, si le Parti l'exige, est prêt à croire que le noir est blanc et le blanc noir.». Combien de personnes dans le plus profond dénuement répétèrent alors les mensonges du gouvernement sur leur bien-être et leur prospérité qu'ils étaient sommés de croire ! C'est bien ce qui l'a fasciné, précise-t-il, comme d'autres écrivains, au point de dévorer des bibliothèques entières pour tenter de comprendre ce qui est alors arrivé à l'humanité.
Je ne saurais rendre compte de toute la richesse de ce recueil d'une intelligence exceptionnelle.
Je préciserais néanmoins que ces textes, soigneusement choisis, ordonnés et parfois commentés par l'auteur révèlent le cheminement d'un homme. L'éditeur a parfaitement raison de dire en quatrième de couverture qu'ils peuvent se lire «comme une sorte d'autobiographie». L'écrivain s'y dévoile jusque dans ses aspects les plus intimes et nous permet d'entrer dans les coulisses d'une oeuvre d'une rare profondeur. Celle d'un écrivain capable, en se plaçant au centre de ses écrits, de nous faire part d'une expérience humaine qui n'est pas forcément étrangère à la nôtre.

Lien : http://delphine-olympe.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          226
Henri-l-oiseleur
  24 juillet 2016
Parvenu à la fin de ce dernier livre d'Emmanuel Carrère, je me trouve dans la même perplexité qu'avec le précédent, "Le Royaume", mais pour des raisons différentes. D'abord, j'ai l'impression que ce recueil fourre-tout de chroniques diverses ne forme pas un livre nécessaire, qui ouvre une voie ou des voies au lecteur. Il est un peu fait avec des fonds de tiroir, des "making-of" de certains autres livres, des reportages disparates, intéressants pour certains, inutiles pour d'autres, comme s'il avait fallu publier un livre, quel qu'il soit, pour que le nom de l'auteur ne disparaisse pas du marché.
Deuxième cause de gêne : la langue de Carrère. Il écrit en journaliste qui aurait de la culture, ce qui est certes mieux que le tout-venant des journalistes, certes, mais qui n'est pas grand chose. Son style n'est pas fait que de clichés, cela se verrait ; à l'inverse, il n'évite pas systématiquement les clichés, ce qui le rendrait péniblement précieux : mais il écrit comme on parle dans son milieu, et le dialecte de ce milieu de semi-habiles, intellos bobos dira-t-on, passe sans examen ni filtrage dans sa prose. Donc, sa langue est - pour parler avec pédantisme - un sociolecte, le jargon d'un milieu, et on dirait qu'il n'y a pas réfléchi, qu'il ne s'est pas interrogé sur son instrument comme tout artiste le fait (dans le genre du reportage écrit, on pensera à Théophile Gautier ou à Henry James). On n'entend donc pas la voix vraie de l'écrivain Carrère, s'il existe.
Il faut dire que le milieu de Carrère n'a que peu à voir avec la littérature : c'est un mélange de journalistes, d'artistes à happening, et d'une tourbe mêlée qui pense par clichés, justement, et que fascinent les expériences-limite, ce qui sort du commun. Or la littérature véritable, c'est l'art de faire voir ce que le commun a d'extraordinaire, et un tour du monde en porte-containers est un sujet littérairement faible. On voit bien que Carrère, dans sa lettre à Renaud Camus, ignore ce qu'est la littérature. Comme pour tout le monde dans son milieu, elle n'est plus le véhicule de préjugés politiques et non un travail sur le langage.
Dans ce fourre-tout, il y a bien sûr de belles réussites qui me font recommander la lecture de ce livre à titre de délassement : en particulier, tous les passages sur la Russie, et même le "making-of" de Limonov. Carrère (et par là, il se distingue quelque peu de son milieu) a des liens forts avec la Russie, et comme il parle russe, il a accès aux Russes réels, ce qui n'est pas fréquent en Occident.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
vinch64
  29 mars 2016
"Il est avantageux d'avoir où aller" (quel titre horrible...) est un livre curieux car je n'arrive pas à savoir à qui il s'adresse.
D'un côté, ceux qui veulent découvrir Emmanuel Carrère ne commenceront pas par cet ouvrage ci et de l'autre, ceux qui le suivent depuis longtemps trouveront un côté redondant à ce recueil.
En effet, il s'agit d'une compilation de tous ses articles et préfaces et une bonne moitié des matériaux que l'on y trouve a été réutilisée dans ses romans.
Les parties sur la Russie, sur Limonov, sur le tsunami, sur Jean-Claude Romand ont une grande odeur de déjà-vu et n'apporteront rien aux fidèles lecteurs d'Emmanuel Carrère, même si ça reste toujours un plaisir de le lire.
Parmi les restes, j'ai beaucoup aimé les chroniques judiciaires qui ouvrent le livre, la plupart des préfaces (qui m'ont donné envie d'acheter les livres), l'article sur Luke Rhinehart (auteur de "L'homme dé").
Bref, je ne sais pas si je dois conseiller ce livre ou pas mais personnellement je l'ai bien aimé malgré les redites (par rapport à ses précédents romans).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
poirro
  15 août 2016
Me sachant amatrice d'Emmanuel Carrère, mon mari m'a affectueusement glissé son dernier titre sous l'oreiller il y a quelques jours. "Il est avantageux d'avoir où aller". Ce qu'il ne savait pas, c'est que j'avais renoncé à l'acheter après avoir lu qu'il s'agissait principalement d'un recueil d'articles de presse. A quoi bon? m'étais-je dit. Moi qui aime chez Carrère ces longues respirations sur un homme, une vie, une blessure. Non, je resterai sur ma faim!
Pourtant j'ai débuté le livre avec bonheur. Il commence sur des chroniques judiciaires, qui m'ont rappelé l'adversaire - ou en tous les cas, la passion de Carrère pour la faille. Validé.
S'en suit un article sur la fin de la Roumanie de Ceausescu et ses soubresauts hébétés. Ouais - bof. Pourtant, je suis une passionnée d'Europe. Mais cet article-là a peut-être juste un peu mal vieilli, ou peut-être que j'y suis moins sensible. Et puis, je découvre avec délice la vie abrégée d'Alan Turing (ce mathématicien homosexuel qui a brisé le code de la machine Enigma pendant la seconde guerre mondiale). Et là, je me dis que Carrère est vraiment un portraitiste formidable.
Le livre se poursuit sur des hauts (le cavalier suédois de Leo Perutz, le hongrois perdu, espèce de crétin! Warren est mort!) et des bas (l'affaire Romand, neuf chroniques pour un magazine italien, la mort au Sri Lanka, le dernier des possédés, comment j'ai complètement raté mon interview de Catherine Deneuve, quatre jours à Davos) et se finit en apogée sur deux articles magnifiques "la ressemblance" (dans lequel Carrère discute de manière troublante la relation entre le peintre, son modèle et la réalité) et "à la recherche de l'homme-dé" (un article puissant, qui parlera à tous ceux qui, comme moi, ont toujours été chatouillés par la perspectives d'autres vies).
Le bilan de cet ouvrage hors norme, c'est une photo du parcours d'écrivain d'Emmanuel Carrère, où se dessinent ses centres d'intérêts, ses marottes, les petites choses qui ont fait sa vie. Ceux qui le suivent depuis plusieurs romans, trouveront dommage la redite sur les thèmes qui ont fait l'objet de romans entiers, mais chacun trouvera probablement l'une ou l'autre pépite.
Au final, un bon encas, mais on attend quand même avec impatience un vrai plat principal...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Hybris
  23 juillet 2017
Ce livre est une compilation d'articles publiés dans différents journaux (comme feu « L'Evènement du jeudi »).
Dès le premier article on est dans l'univers de Carrère : un matricide.
On pourrait imaginer un truc un peu foutraque ou des fonds de tiroir…Mais non.
Ce qui relie l'ensemble, le rend cohérent, c'est la formidable écriture de Carrère.
Il y des phrases comme « … le roi n'est cette semaine pas mon cousin ».
C'est un auteur doté d'une grande finesse psychologique qui lui permet de décrypter avec une remarquable acuité les faits divers qu'il relate.
Outre son style, c'est sa culture qui impressionne.
L'auteur de « L'adversaire » parle à la première personne, par honnêteté : il ne croit pas à l'objectivité.
L'autodérision évite le narcissisme : "...il va falloir qu'il se pousse pour me faire de la place de la place, Patrick Modiano".
En tout, plus de trente articles et cinq cents pages.
Il y rend notamment un très bref, mais très bel, hommage à Japrisot.
C'est un livre qui donne envie de lire ("L'homme -dé" par exemple).
Son immersion à Davos, parmi les « grands » de ce monde avec notamment le charismatique Christophe de Margerie (crashé depuis) comme acolyte, est passionnante.
Tout comme ses séjours dans les ex bastions du communisme…
Sa rencontre avec Deneuve
Le portrait d'un mathématicien aussi doué (il a permis de déjouer le système de cryptage allemand Enigma !) que socialement isolé et réprimé en tant qu'homo…Un livre depuis lui est consacré « Indécence manifeste » (par le gars qu'a écrit Millénium 4).
Oui, c'est hétéroclite…
Un livre emballant, comme toujours avec cet auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Les critiques presse (2)
LaLibreBelgique   02 octobre 2017
Ne serait-ce pas la meilleure manière de tester toutes ces vies possibles qu’on pourrait vivre ? C’est le sujet du dernier reportage de ce livre passionnant qui est aussi, par un détour, un vrai autoportrait d’Emmanuel Carrère.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Telerama   10 février 2016
Chez Emmanuel Carrère, l'écrivain ne s'efface jamais derrière le journaliste. Ce que nous rappellent les articles réunis ici en un passionnant volume.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations & extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   23 juillet 2016
(Sur Truman Capote, "De sang-froid", écrivant l'histoire vraie de deux assassins qu'il accompagne jusqu'au bout).

Capote aimait Flaubert. Il avait fait sien le voeu d'écrire un livre où l'auteur soit, comme Dieu, partout et nulle part, et il a accompli le tour de force de gommer entièrement de l'histoire qu'il racontait son encombrante présence à lui, Capote. Mais ce faisant, il racontait une autre histoire et trahissait son autre visée esthétique : être scrupuleusement fidèle à la vérité. Il rapporte tout ce qui est arrivé à Perry et à Dick (les deux assassins), de leur arrestation à leur pendaison, en omettant le fait que durant leurs cinq années de prison il a été la personne la plus importante de leur vie et qu'il en a changé le cours. Il choisit d'ignorer ce paradoxe bien connu de l'expérimentation scientifique : que la présence de l'observateur modifie inévitablement le phénomène observé - et lui, en l'occurrence, était beaucoup plus qu'un observateur : un acteur de premier plan.

p. 270
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
GabySenseiGabySensei   24 février 2016
Quoi qu'il fasse, il sera lamentable, il ne pourra plus être que lamentable parce qu'un homme qu'on n'aime plus est lamentable, c'est tout. [...] Car c'est la chose la plus terrible du monde, le désamour, le moment où l'autre cesse de vous aimer et où on sait que c'est sans appel, sans merci, qu'on est plus rien, qu'on existe plus dans son regard ni sur terre ni même dans le regard de Dieu, si on y croit. C'est la chose que tout le monde redoute le plus au monde, qu'on est prêt à tout faire pour éviter ou repousser, parce que ça arrive fatalement un jour, je crois que ça arrive dans toutes les vies, à un moment ou à un autre, et que chacun est condamné un jour à tenir l'un ou l'autre rôle, l'un et l'autre rôle, et que le rôle de celui qui n'aime plus n'est même pas plus enviable que le rôle de celui qui n'est plus aimé.

(P205)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   24 juillet 2016
(Poser pour un portrait).
C'était comme un exercice méditatif, comme si en peignant son modèle Emmie trouvait et faisait grandir une flamme haute et droite, abritée des courants d'air, et cela m'a fait penser à cette phrase que j'aime tant de Glenn Gould : " La visée de l'art n'est pas la décharge momentanée d'un peu d'adrénaline mais la construction, sur la durée d'une vie, d'un état de quiétude et d'émerveillement."

p. 387
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   24 juillet 2016
(En Russie, lors d'une cérémonie).
Car la grosse dame en robe longue ou le petit monsieur en costume étriqué qui se mettent à chanter une chanson, avec tout leur coeur, chantent vraiment une chanson, ... et la vérité c'est qu'ils chantent magnifiquement. Par contagion, même le petit discours de l'économe du réfectoire en arrive à me toucher profondément. En y repensant par la suite, je dirais qu'une des choses qui me touchent là-dedans, c'est l'absence d'humour. Nous vivons, en France, sous le règne de l'humour et du second degré obligatoires. Il n'est pas un échange qui n'y soit soumis. Même un type qui reçoit une décoration mettra dans ses remerciements un peu de dérision, un petit ton Canal +, pour bien montrer qu'il n'est pas dupe. Ici, dans ce morceau d'URSS congelé et peut-être de Russie éternelle, ça n'existe tout simplement pas : même la joie, on la prend au sérieux. Surtout la joie.

p. 341
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SarahcarabinSarahcarabin   09 septembre 2017
Dans son rapport inaugural, le Forum, à propos de la mondialisation qu'il a symbolisée sous ses formes les plus conquérantes et sûres d'elles-mêmes, évoque avec un sens exquis de l'euphémisme "un risque de désillusion". Mais dans les conversations, c'est autre chose. Désillusion ? Crise ? Inégalités ? D'accord, si vous y tenez, mais enfin, comme nous le dit le très cordial et chaleureux PDG de la banque américaine Western Union, soyons clairs : si on ne paie pas les leaders comme ils le méritent, ils s'en iront voir ailleurs. Et puis, capitalisme, ça veut dire quoi ? Si vous avez 100 dollars d'économies et que vous les mettez à la banque en espérant en avoir bientôt 105, vous êtes un capitaliste, ni plus ni moins que moi. Et plus ces capitalistes comme vous et moi (il a réellement dit "comme vous et moi", et même si nous gagnons fort décemment notre vie, même si nous ne connaissons pas le salaire exact du PDG de la Western Union, pour ne rien dire de ses stock-options, ce "comme vous et moi" mérite à notre sens le pompon de la "brève de comptoir" version Davos), plus ces capitalistes comme vous et moi, donc, gagneront d'argent, plus ils en auront à donner, pardon à redistribuer, aux pauvres. L'idée ne semble pas effleurer cet homme enthousiaste, et à sa façon, généreux, que ce ne serait pas plus mal si les pauvres étaient en mesure d'en gagner eux-mêms et ne dépendaient pas des bonnes dispositions des riches. Faire le maximum d'argent, et ensuite le maximum de bien, ou pour les plus sophistiqués faire le maximum de bien en faisant le maximum d'argent, c'est le mantra du Forum, où on n'est pas grand-chose si on n'a pas sa fondation caritative, et c'est mieux que rien, sans doute "(vous voudriez quoi ? Le communisme ?"). Ce qui est moins bien que rien, en revanche, beaucoup moins bien, c'est l'effarante langue de bois dans laquelle ce mantra se décline. Ces mots dont tout le monde se gargarise : préoccupation sociétale, dimension humaine, conscience globale, changement de paradigme… De même que l'imagerie marxiste se représentait autrefois les capitalistes ventrus, en chapeau haut de forme et suçant avec volupté le sang du prolétariat, on a tendance à se représenter les super-riches et super-puissants réunis à Davos comme des cyniques, à l'image de ces traders de Chicago qui, en réponse à Occupy Wall Street, ont déployé au dernier étage de leur tour une banderole proclamant : "Nous sommes les 1%". Mais ces petits cyniques-là étaient des naïfs, alors que les grands fauves qu'on côtoie à Davos ne semblent, eux, pas cyniques du tout. Ils semblent sincèrement convaincus des bienfaits qu'ils apportent au monde, sincèrement convaincus que leur ingénierie financière et philanthropique (à les entendre, c'est pareil) est la seule façon de négocier en douceur le fameux changement de paradigme qui est l'autre nom de l'entrée dans l'âge d'or. Ça nous a étonnés dès le premier jour, le parfum de new age qui baigne ce jamboree de mâles dominants en costumes gris. Au second, il devient entêtant, et au troisième on n'en peut plus, on suffoque dans ce nuage de discours et de slogans tout droit sortis de manuels de développement personnel et de positive thinking. Alors, bien sûr, on n'avait pas besoin de venir jusqu'ici pour se douter que l'optimisme est d'une pratique plus aisée aux heureux du monde qu'à ses gueux, mais son inflation, sa déconnexion de toute expérience ordinaire sont ici tels que l'observateur le plus modéré se retrouve à osciller entre, sur le versant idéaliste, une indignation révolutionnaire, et, sur le versant misanthrope, le sarcasme le plus noir. (p. 439-441)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Emmanuel Carrère (79) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emmanuel Carrère
"Répliques" d'Alain Finkielkraut sur France Culture avec Emmanuel Carrère et Pierre Pachet autour de Limonov, d'Emmanuel Carrère, enregistrée le 16 septembre 2011 - à l?occasion de la parution de "Limonov", d'Emmanuel Carrère - Répliques, une émission d'Alain Finkielkraut -
"Limonov n?est pas un personnage de fiction. Il existe. Je le connais. Il a été voyou en Ukraine; idole de l?underground soviétique sous Brejnev; clochard, puis valet de chambre d?un milliardaire à Manhattan; écrivain branché à Paris; soldat perdu dans les guerres des Balkans; et maintenant, dans l?immense bordel de l?après-communisme en Russie, vieux chef charismatique d?un parti de jeunes desperados. Lui-même se voit comme un héros, on peut le considérer comme un salaud : je suspends pour ma part mon jugement. C?est une vie dangereuse, ambiguë : un vrai roman d?aventures. C?est aussi, je crois, une vie qui raconte quelque chose. Pas seulement sur lui, Limonov, pas seulement sur la Russie, mais sur notre histoire à tous depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale."
+ Lire la suite
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Limonov

Limonov a fondé le parti national-bolchevique. Ses sympathisants sont …

des nasbols
des lepénistes
des zeks

8 questions
138 lecteurs ont répondu
Thème : Limonov de Emmanuel CarrèreCréer un quiz sur ce livre
. .