AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
4,55

sur 128 notes
5
24 avis
4
10 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Ziliz
  21 mars 2015
Anatole est peut-être autiste, ou hyperactif, ou seulement plus turbulent que la moyenne. Pas dans la norme en tout cas, et cette "petite casserole" qu'il traîne est un sacré handicap au quotidien, elle l'empêche d'avancer, de se mêler aux autres enfants qui l'évitent, le rejettent. Anatole se fait souvent gronder et punir par les adultes, aussi. Comment voulez-vous progresser dans ces conditions ? Heureusement, vous croisez parfois des gens qui vous acceptent tel que vous êtes, qui prennent le temps de vous aider à surmonter vos difficultés, dompter vos démons, et votre casserole devient plus petite, peut même se faire oublier.

Sans être moralisateur, ce superbe album au trait épuré et doux est un bel hymne à la tolérance, au respect des différences, à l'ouverture aux autres. Nous les adultes (éducateurs, enseignants, parents) avons tendance à coller des étiquettes, même si on sait qu'il ne faut pas, que cela fige et détermine les comportements des enfants, et donc aggrave leurs difficultés, quelles qu'elles soient - handicap lourd ou léger problème comme la timidité, par exemple. Petits et grands lecteurs ne peuvent que s'identifier à Anatole, on traîne tous au moins un petit quelque chose qui nous empoisonne la vie et nous laisse parfois sur le bord...

Dès 3-4 ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
milamirage
  13 janvier 2012
Anatole est un enfant plein de qualités : très sensible, il sait se montrer très affectueux, parfois trop ; il a l'oreille musicale et un grand sens artistique. Seulement voilà, il est différent des autres enfants depuis qu'il a reçu une petite casserole sur la tête, on ne sait ni pourquoi, ni comment. Et cette petite casserole lui crée bien des soucis. Non seulement elle le ralentit dans ce qu'il fait, ce qui l'oblige à fournir sans cesse plus d'efforts, mais elle le met aussi souvent en position d'échec, ce qui aigrit son caractère. Et, ce qu'il y a de pire, c'est qu'elle a changé le regard des gens qu'il croise sur son chemin. Alors, il décide de se cacher. Jusqu'au jour où une personne charitable et bienveillante saura faire les gestes et dire les mots qui aideront Anatole à accepter sa différence.
Mon avis : Un vrai grand coup de coeur pour cet album plein de richesse et si utile. Des dessins très simples accompagnent le texte en le dédramatisant un peu. le handicap, le traumatisme aussi, sont des sujets délicats à traiter, surtout lorsque l'on vise un public jeunesse. L'auteure le fait à la perfection, sans sensiblerie excessive. Elle nous livre un message d'espoir en nous invitant à plus de bienveillance et d'humanité envers tous ceux qui ont eu moins de chance que nous. Vraiment, un livre à diffuser le plus largement possible, aux petits, aux plus grands, mais aussi, et peut-être surtout, aux adultes.
Public : à partir de quatre - cinq ans, en lecture accompagnée, et vraiment sans aucune autre limite d'âge !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
kathy
  09 juin 2012
La petite casserole d'Anatole.

Savez-vous ce que signifie « traîner des casseroles » ?

L'origine de cette expression remonterait à l'idée que certains méchants marmots étaient capables d'attacher des récipients métalliques (dont des casseroles) à la queue d'un chien qui, gêné par ce qu'il traîne et affolé par le bruit qu'il fait, se met à courir de façon désordonnée et peu discrète.
Ces « casseroles » sont pour lui à la fois embarrassantes, gênantes et bruyantes. Tout à fait comme une sale affaire dans laquelle aurait trempé quelqu'un, et que certains, qui n'auraient pas oublié, se chargeraient de rappeler au bon moment pour jeter le discrédit sur la personne, lorsqu'elle devient gênante.
Expression utilisée souvent en politique où les suspicions, les rumeurs, colportées par les médias – qui en sont friands (à tort ou à raison ?!) – ont vite fait de compromettre la carrière d'un homme politique qui traînerait derrière lui des casseroles.
Finalement la métaphore est donc très parlante.

Tout comme DSK (heu pardon pour le lapsus !!), Anatole traîne sa petite casserole…
Mais LUI, il n'a pas fait de « bêtise».
Il la traîne, MALGRE lui.
Cette casserole, c'est une petite DIFFERENCE qui lui complique bien la vie. Car cette «casserole », si petite soit-elle, mais, ô combien encombrante, se «coince partout », et l'empêche d'avancer »…. le regard des Autres, par méconnaissance, est parfois impitoyable …

Heureusement, PARFOIS, des « gens extraordinaires », à l'écoute, en empathie, vous permettent ENFIN d'être « presque » comme tout le monde…

Un livre concis, attendrissant, qui parle de « différence », d'écoute, de relation d'aide et d'empathie.
Un album qui peut s'avérer un bon outil éducatif. (Merci à Mila pour ses précieux conseils bibliographiques)


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Lagagne
  19 mars 2013
Des illustrations simples, au crayon, avec quelques touches de vert et de rouge, pour faire comprendre quelque chose de pas si évident : nous sommes tous différents, tous des êtres particuliers avec ses qualités et ses casseroles.
Alors oui, la casserole d'Anatole est spéciale : il est trop affectueux, se met en colère, prend plus de temps que les autres pour faire les choses...les gens le trouvent bizarre, voire inquiétant. Mais il a aussi plein de qualités : il adore la musique, a un bon contact avec les animaux, sait peindre... Il a juste besoin d'une personne extraordinaire pour l'aider à sortir de sa coquille, l'aider à apprivoiser sa casserole.
Un texte simple et touchant vient nous raconter le tout, avec douceur et tendresse.
Commenter  J’apprécie          150


isabiblio
  28 novembre 2011
Anatole est un petit garçon différent depuis qu'il a reçu sur la tête... une casserole. Cette casserole lui complique énormément la vie, il est obligé de redoubler d'efforts pour pouvoir faire les choses comme les autres. Anatole a pourtant nombre de qualités, il est sensible, a un grand sens artistique, il aime la musique. Seulement les gens ne voient que cette casserole qu'il est obligé de traîner ! Un jour, alors qu'il avait décidé de se cacher pour qu'enfin on l'oublie, une personne extraordinaire s'intéresse à lui et l'aide à sortir sa tête de la casserole. Elle lui apprend à vivre avec en lui montrant ses points forts. Enfin Anatole peut jouer avec les autres, « sa casserole est toujours là mais elle est plus discrète ». Un album réussi pour comprendre et apprendre à vivre avec ses différences, des illustrations minimalistes avec un texte optimiste qui atténue les soucis de casseroles !
Lien : http://ma-bouquinerie.blogsp..
Commenter  J’apprécie          120
Chocolatiine
  23 octobre 2019
La petite casserole qu'Anatole traîne partout avec lui est une façon très mignonne de représenter l'une ou l'autre des diverses maladies qui peuvent handicaper les enfants. Ce petit album déborde de compassion et de positivité, explique de manière très simple que les différences peuvent aussi être, sous certains aspects, des atouts et qu'une prise en charge adaptée peut changer la vie.
Merci à la collège qui nous a fait découvrir l'histoire d'Anatole !
Commenter  J’apprécie          80
Lali
  05 décembre 2013
Les auteurs prennent souvent des chemins si directs pour parler de certaines choses difficiles à aborder qu'on croirait qu'ils n'ont jamais été jeunes, jamais été émus ou troublés par les différences. Ce n'est pas le cas d'Isabelle Carrier. Loin de là.

C'est avec finesse et poésie qu'elle a choisi de nous parler de ces enfants différents, qui manifestent leur affection sans mesure, car ils n'arrivent pas à avoir cette retenue que finissent par avoir les autres enfants. Ces enfants si attachants qu'ils touchent et marquent à a jamais tous ceux qui ont ce grand bonheur de les côtoyer. Ces enfants au chromosome en trop. Ce chromosome transposé ici en coup de casserole sur la tête, lequel aura des séquelles pour la vie.

En effet, Anatole traîne sa casserole partout avec lui. On la voit tout de suite. Elle est évidente, encombrante et indélébile. Et elle rend tout plus difficile. La moindre chose à apprivoiser. Malgré la bonne volonté d'Anatole. Malgré tout le coeur et toute l'énergie qu'il met à apprendre. Mais sa casserole se coince partout et l'empêche d'avancer, si bien que le jeune garçon est certains jours totalement découragé. Il voudrait même en arriver à ce que plus personne ne puisse le voir.

En ne faisant pas de ce sujet pourtant si délicat un drame, Isabelle Carrier réussit, avec La petite casserole d'Anatole, à attendrir en même temps que sensibiliser. Tout ça grâce à des mots simples et des images qui le sont tout autant, alors que l'auteure et illustratrice a laissé là du blanc dans ses pages et des silences dans ses mots à l'intention de tous ceux qui se pencheront sur cette histoire, qu'ils aient 5 ans ou davantage.

Un album sur les répercussions d'un chromosome en trop en même temps que sur toutes ces petites différences moins flagrantes avec lesquelles il faut vivre. À tout âge. Un superbe album.
Lien : http://lalitoutsimplement.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Jangelis
  16 juillet 2018
Les albums à "messages" pour petits me laissent souvent un peu perplexe.
Faut-il les laisser entre leurs mains y voir ce qu'ils veulent.
Faut-il leur expliquer ? Ici à quoi correspond la casserole ?
Il me semble qu'un enfant va la prendre au premier degré non ?
Qu'en faites-vous ?

J'étais vraiment curieuse de découvrir cet album, après avoir vu les nombreux commentaires, les prix et les adaptations.

Je l'ai lu en sachant d'entrée qu'il s'agissait d'une métaphore autour du handicap, à la fois pour en avoir beaucoup entendu parler, et parce que je connais l'expression traîner des casseroles ; contrairement aux enfants.

C'est un joli album, au trait tout simple et au texte court.
Ne sachant toujours pas après lecture ce que je devais en faire, je l'ai simplement fait passer à mes petits-enfants, sans commentaires préalables.
Aucun succès ni réaction.
Le petit (6 ans) a qui je demandais s'il l'a lu, m'a juste dit mouais ... et n'a pas eu l'air de voir l'intérêt.
La grande (10 ans) a eu presque la même réaction. Oui je l'ai lu, non je n'ai pas compris pourquoi il traîne une casserole. Non je n'ai pas vraiment été intéressée.

Je vois dans les commentaires que non seulement les adultes le trouvent bien mais qu'il est aussi apprécié par les enfants.
Fallait-il que je leur explique avant quelle est la métaphore ?
Je m'interroge toujours (et je suis une fois de plus totalement à contre-courant :-/ )
Peut-être faut-il leur laisser à portée, et au bout de plusieurs lectures ça pourra faire tilt dans leur vie quotidienne ?
Sauf que je sais qu'ils ne le rouvriront pas d'eux-mêmes.
Lien : https://livresjeunessejangel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
Camille_Pixie
  12 avril 2016
Mon histoire préférée pour parler de la différence et des handicaps.
Ici, l'handicap d'Anatole est symbolisée par une petite casserole qu'il doit traîner tout le temps derrière lui, qui fait du bruit, qui se coince dans les trous et qui l'empêche de mener sa vie correctement. Puis, grâce à une rencontre avec une personne merveilleuse qui va l'aider, Anatole apprend à vivre avec sa petite casserole qui le rend différent, mais qui ne l'empêche pas de vivre, d'accomplir des choses et d'être heureux.
Commenter  J’apprécie          60
Le_chien_critique
  30 mars 2016
La petite casserole d'Anatole
Rien que le titre de cet album donne déjà envie de s'y plonger.

Les illustrations sont parsemées de quelques touches de couleurs, attirant l'oeil de l'enfant. Les personnages sont agréablement stylisés sur un mode enfantin. le graphisme est minimaliste, permettant à l'imagination de jouer pleinement et de se concentrer sur le texte.

Les phrases sont assez courtes, les plus jeunes pourront donc découvrir cette formidable fable, les mots simples. Mais le style de l'écriture, du phrasé, légèrement poétique, fait que l'enfant n'est pas infantilisé. C'est un adulte qui s'adresse à un autre adulte en devenir, qui l'emmène avec lui dans la compréhension de l'autre.
L'auteur ne donne pas d'explications complexes, aux enfants de lire entre les lignes, de laisser leur imaginaire s'exprimer.

Isabelle Carrier nous parle de l'autre, du « pas comme nous », du différent, de l'empathie, de la communication, de la frustration, de nos représentations, de la résilience, de l'image de soi et de l'acceptation de soi et surtout du « aller vers ».
Peu nous importe ce que représente cette fameuse casserole. Certains y verront l'autisme, d'autres un enfant issu d'une culture différente…
La casserole d'Anatole est comme une planche du test du Rorschach, plusieurs interprétations sont possibles. Elle nous donne surtout une meilleure connaissance de nous-même.

En complément, un court métrage a été tiré de cet album, réalisé par Eric Montchaud. L'animation y est tout aussi réussie. Elle est visionnable sur le site d'Arte.

Un album qui tire l'enfant vers le haut, vers l'ouverture d'esprit, et qui en dit plus long que certaine littérature adulte.
A conseiller à tous, pas seulement aux enseignants, éducateurs et autres professionnels de l'enfant en difficulté.
Pour les 3-99 ans
Indispensable !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60







Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1353 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre