AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782749928364
219 pages
Éditeur : Michel Lafon (23/06/2016)

Note moyenne : 2.83/5 (sur 3 notes)
Résumé :
William Carbonnier a laissé derrière lui les plaies de son enfance et s'emploie à être heureux.
Il y réussit d'ailleurs plutôt bien : journaliste cinéma pour un célèbre magazine, il a trouvé l'amour en la personne de Madeleine, une avocate qui le fait rire et le comprend. Et c'est un homme comblé lorsqu'ils ont un enfant, puis deux. Mais en parallèle, Madeleine déchante. William est aussi généreux et volubile qu'il est indisponible et insaisissable. Accaparé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Lecturelle
  25 février 2020
Pour être honnête, c'est un roman qui se lis mais sans plus. Je trouve l'histoire trop banal qui raconte la vie de William un journaliste qui a un passé douloureux avec ses parents et qui est très je m'en foutiste pour lui rien n'est grave mais quand sa femme le trompe, il va trouver une solution pour la garder auprès de lui quitte à la partager avec son amant.
Du coup, c'est une histoire qui manque de peps, d'originalité mais surtout William est journaliste cinéaste du coup l'auteur parle beaucoup de film et de citation faite par des personnages connus et je dois dire que sur certains passages j'ai décroché.
Au final, j'ai aimé car c'est un petit livre du coup il se lis assez vite mais il ne restera pas dans ma mémoire comme quoi même les grandes maisons d'éditions n'ont pas que des best seller.
Lien : https://www.lecturelle.over-..
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Lexpress   11 juillet 2016
Le héros que Christophe Carrière (grand reporter à L'Express) a déniché dans son miroir autant que dans le périscope qu'il braque sur la vie, affronte un ennemi redoutable: la banalité
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   17 juillet 2016
S’en foutre. Savourer le moment présent et se réjouir de ceux à venir. D’aucuns, à sa place, râleraient d’être encore au bureau à 22 heures, de surcroît un samedi de juin, quand la température, devenue délicieuse, incite à sortir, à siroter un verre en terrasse, à flâner sur les quais… À se détendre, quoi ! William, lui, prend plaisir à s’échiner sur un article. Il est seul et heureux de l’être. L’open space du magazine lui appartient. Tout en réfléchissant à l’introduction de son papier, il s’applique à rouler un joint. Le réconfort dans l’effort. Et encore !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   17 juillet 2016
Il lui arrive même de ressentir un semblant de honte au regard de sa chance, considérant comme un privilège inouï d’être rémunéré pour pratiquer sa passion. Du coup, il ne lésine pas sur les horaires, et sourit à l’idée de la loi sur les trente-cinq heures qui a été votée un mois auparavant. Que n’a-t-elle été promulguée du temps où, pour payer son loyer, il était homme à tout faire dans un supermarché… Aujourd’hui, il n’a que faire de cette mesure. Son emploi est une fête et il a la ferme intention d’en profiter. Le reste lui importe peu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   17 juillet 2016
Les deux ont beau se la jouer cynique pour se démarquer de la liesse ambiante, ils n’ont finalement rien d’exceptionnel. Ils s’aiment sans encore se l’avouer, et leurs sentiments ne résistent pas au parfum fleur bleue que dégage l’hymen. Oubliés le contrat, le code civil et des lendemains qui ne chanteront forcément pas tous les jours. Le bonheur balaye tout dans ces moments-là. Il se propage tel un virus et génère une humeur joviale, où la tendresse le dispute à la bienveillance. C’est charmant.
Éphémère, mais indubitablement charmant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   17 juillet 2016
Pour Blondin, dans Le Bon, la Brute et le Truand (toujours de Sergio Leone), « le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé, et ceux qui creusent ». Pour William, il y a ceux qui restent suspendus au timbre du téléphone dans Il était une fois en Amérique, fascinés et intrigués, et ceux qui, au bout d’une douzaine de tintements, ne peuvent retenir un commentaire, un ironique « Y a pas quelqu’un qui va décrocher ? » ou un agacé « C’est stressant, non ? ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   17 juillet 2016
De fil en aiguille, ils discutent musique, littérature, politique, société, et même famille… Pas de leurs relations sentimentales, évidemment. Trop tôt. Trop appuyé. Rien de trop personnel pour ne pas gêner. Rien de trop général pour ne pas ennuyer. Et malgré ces contraintes, c’est fou l’énergie que déploient un homme et une femme pour alimenter une conversation lorsqu’ils se rencontrent pour la première fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Christophe Carrière (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christophe Carrière
Christophe Carrière parle de "Un père et passe". Partie 1
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
5862 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre