AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jean-Claude Carrière (Éditeur scientifique)
EAN : 9782259200981
408 pages
Plon (12/03/2008)
3.87/5   27 notes
Résumé :
Les meilleures histoires du monde sont anonymes. Elles sont nées un peu partout, elles sont indiennes ou chinoises, ou africaines, ou juives. Elles sont zen aussi bien que soufi. Elles sont drôles, elles sont graves, elles sont parfois mystérieuses : tout comme nous. Histoires d'hier, histoires d'aujourd'hui : voici la seconde cueillette.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Mimimelie
  23 novembre 2020
Deuxième tome d'une sélection de contes philosophiques du monde entier. Comme le premier, il est divisé en une bonne vingtaine de chapitres afin d'ordonner les contes selon un thème ou une idée, tel que par exemple la sagesse, l'intelligence, le rire, le temps, les songes, la logique, la justice, la mort, la richesse, la folie, etc. S'y ajoute ici un chapitre « Enigmes et devinettes », et un de « Légendes oubliées ou presque ».
Peut-être un peu trop d'histoires de Nasreddin Hodja à mon goût, bien que j'en raffole, mais j'aurais autant aimé en découvrir d'inconnus….
C'est un livre parfait pour la détente, souvent drôle, souvent instructif, à coup sûr plus profond qu'il veut le laisser paraître, et surtout il apaise (qualité précieuse en ce moment), mais cela ne veut pas dire qu'on y perdra son temps, tout au contraire.
Ainsi, comme l'auteur aime à rappeler cette entrée clownesque bien connue, où un auguste cherche un objet perdu dans un rond lumineux, non pas parce que l'objet a été perdu dans cet endroit-là, mais « parce que ici il y a de la lumière »….. si nous ne trouvons pas l'objet perdu ou la réponse espérée, nous trouverons peut-être autre chose, qui sait !
Si vous avez la chance de les trouver dans le joli coffret des éditions Plon (voir photo), ce serait sans doute une excellente idée de cadeau, restera juste à trouver l'heureuse victime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
Chrisdu26
  19 octobre 2012
J'ai découvert ce livre tout à fait par surprise. Je dirai même que ce livre est venu à moi.
Ma fille de 16 ans, quelque peu philosophe, m'a demandé un livre sur la philosophie. Alors plutôt que de lui prendre « La philo pour les nuls » je suis tombée sur ce livre pour mon plus grand plaisir et celui de ma fille.

Ce sont des histoires courtes souvent guidées par le nonchalant Nasreddin. Il nous balade de ci de là à travers le monde, contes chinois, indien, juif, différentes cultures, croyances et tout cela avec humour, amour et philosophie. Souvent il mène à la réflexion et tape où ça fait mal. J'avoue que parfois les histoires sont sans queue ni tête ou plutôt je dirai que je ne suis pas assez philosophe pour comprendre la subtilité.
C'est un bouquin que l'on peu lire par la fin, le milieu au hasard de ses envies.

Ma fille l'adore et moi je dirai que souvent je tombe le nez dedans et n'arrive plus à m'en détacher tellement les histoires sont succulentes. Pour être franche ce livre trône dans mes toilettes et c'est pourquoi il y a souvent la queue ;) Et oui même dans les toilettes on se cultive à la maison !!

A lire pour se détendre et surtout ne pas se prendre la tête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
aaahhh
  02 mai 2012
Digne suite du premier tome, on retrouve dans ce "Cercle des menteurs" tout l'humour et toute la sagesse des contes philosophiques du monde entier, assemblés et contés avec talent par Jean-Claude Carrière.
C'est avec grand plaisir que j'ai notamment retrouvé ce cher Nasreddine Hodja et ses aventures aussi spirituelles que loufoques. Bien sûr, comme dans tout recueil, les morceaux sont inégaux et si on en adore certains, on se passerait bien de certains autres, mais l'ensemble a du gout et du panache! A lire et à relire!
Commenter  J’apprécie          30
MoodIndigo
  17 juin 2011
Pour ses "Contes philosophiques du monde entier".
J. C. Carrière a recueilli le résultat de plus de 10 années de lectures et d'écoute.
Toutes ces histoires ont en commun l'anonymat de leurs auteurs,
l'étrangeté naturelle de leur contenu, et une profondeur
"qui n'y paraît point."
"Parfois, dans ce qui est raconté,
il est difficile de démêler ce qui est vrai et ce qui a été inventé.
Le réel et l'imginaire, depuis longtemps, s'amusent à se séduire,
à s'unir, à se bouder et à se fuir.
"L'imagination est la reine du vrai" a dit beaudelaire.
Le contraire est tout aussi vrai,
le vrai donne naissance à l'imaginé.
C'est quand le vrai et le faux sont indémélables
que le conteur touche à l'universel.
Commenter  J’apprécie          10
axelreaute
  26 janvier 2019
Pas de héros ni d'intrigue pourtant pour ce pavé qui compile des centaines de contes philosophiques issus de multiples cultures différentes et regroupés dans des chapitres aux titres aussi poétiques que « le pouvoir est fragile, donc inquiet, donc hésitant, donc incohérent, donc contesté, donc fragile ». Romancier, scénariste, auteur de théâtre, parolier, metteur en scène et acteur, Jean-Claude Carrière aime à se définir comme un « conteur et a donc réuni une pléthore de fables dans le Cercle des Menteurs. La plupart des jolies histoires compilées dans ce recueil ne durent que quelques pages, parfois quelques lignes, et laissent la part belle à l'imagination et à la réflexion. On trouve dans le Cercle des Menteurs des histoires humoristiques, de doux dingues et de vieux sages. Il est probable que vous connaissiez déjà celle de cet homme, habitant, disons, en Turquie, qui effectue chaque matin un rituel complexe dans son jardin. Intrigué, son voisin vient un jour lui demander la raison de ce comportement, et l'homme lui répond que c'est pour éloigner les tigres. « Mais il n'y a pas de tigres en Turquie ! » S'étonne le voisin. « Oui, tu vois, ça fonctionne » . Logique absurde et imparable que goûte particulièrement Jean-Claude Carrière, fasciné par la nature humaine et ses mille subtilités.
Lien : http://www.madmoizelle.com/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
Jean-DanielJean-Daniel   19 décembre 2016
L'histoire que voici (est) d'origine turque (...).
Un homme qui vivait à Istanbul, et qui était âgé de soixante ans, épousa par amour, malgré les conseils de ses amis, une jeune et jolie femme.
L'homme était très honorablement connu, riche, et l'on faisait souvent appel à lui pour avoir son avis dans les affaires délicates.
Il lui arriva ce qui arrive assez souvent aux hommes âgés et imprudents. Sa jeune femme prit un amant de son âge, qu'elle voyait clandestinement dans une maison de rendez-vous fort discrète, tenue par une vieille entremetteuse.
Si habile que fussent les deux femmes, cette liaison fut un jour connue. Des amis très prévenants se firent un devoir - et un plaisir - de raconter au mari trompé son infortune. L'homme fit vérifier leurs dires. Il convoqua l'entremetteuse et, sous la menace (et à l'aide d'un sac d'argent), lui fit tout avouer.
Il fit alors appeler sa femme, qui se doutait de quelque chose, et qui ne put nier l'évidence. Sous les accusations précises de son mari, elle pleura, elle s'effondra, elle implora tous les pardons du monde, tout en sachant que les lois en vigueur interdisaient ce pardon-là et qu'elle risquait la répudiation et la mort.
L'homme - dont l'amour n'avait pas faibli, bien qu'il le cachât - lui demanda de monter dans sa chambre et d'attendre sa décision. Elle lui obéit. Pendant toute une nuit, l'homme resta seul. Il pria, il réfléchit à ces notions complexes que sont l'amour et la fidélité, il relut également le texte des lois en se demandant, devant la diversité des hommes, s'il était vraiment possible d'établir des obligations s'appliquant à tous.
Il pria encore, il réfléchit jusqu'au fond de lui-même, il s'interrogea. Il prit enfin sa décision.
De bonne heure, il sortit. On le vit en différents endroits de la ville. Vers la fin de la matinée, il rentra chez lui et demanda aux serviteurs de préparer un repas pour deux personnes.
Quand le repas fut prêt, il fit descendre sa femme et la pria de s'asseoir en face de lui. Silencieuse, elle présentait un visage pâle et fatigué, où se voyaient encore les traces des larmes de la nuit.
- Mangeons, lui dit-il.
Pendant qu'on servait le repas, l'homme rappela à sa femme que le lendemain soir ils recevaient des invités, et qu'elle devait veiller à la bonne marche de la soirée. Il lui dit aussi que les ouvriers allaient venir, un peu plus tard, pour réparer une partie du toit, qui s'était récemment effondré, et qu'il comptait sur elle pour les accueillir et les surveiller.
Bref, il se comportait avec elle comme il l'eût fait en tout autre jour, normalement. Rien ne paraissait le troubler.
La jeune femme s'étonnait, et même s'inquiétait, de l'attitude de son mari, de qui elle attendait reproches et punitions.
Quand ils commencèrent à manger, l'homme lui dit :
- Tu ne déplies pas ta serviette ?
En effet, dans son désarroi, elle avait oublié de prendre sa serviette de table. En la dépliant, elle y découvrit un écrin portant la marque du meilleur bijoutier de la ville.
Elle ouvrit l'écrin, elle y vit un bijou magnifique.
- C'est pour qui ? demanda-t-elle, dans le plus profond des étonnements.
- C'est pour toi, lui dit son mari.
Elle regardait le bijou sans comprendre, sans oser même le toucher.
Elle dit enfin, d'une voix tremblante :
- Mais je n'ai pas mérité de le recevoir !
- Non, lui dit son mari, mais j'ai mérité de te l'offrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Chrisdu26Chrisdu26   19 octobre 2012
Celle ci est magnifique.


Pères et fils :

Parmi les plus belles histoires qu'il m'ait été donné d'entendre, il en est une qui m'a été racontée par un jeune belge, à bruxelles. Il n'en connaissait pas l'origine, qu'il situait "quelque part en Orient".

Dans un certain pays vivaent un homme très riche et un homme très pauvre. Ils avaient chacun un fils.

L'homme très riche monta avec son fils sur le sommet d'une colline, lui montra d'un geste le paysage tout autour d'eux et lui dit :
- Regarde. un jour, tout cela sera à toi.

L'homme très pauvre monta avec son fils au sommet de la même colline, lui montra le paysage tout autour et lui dit simplement :
- Regarde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Chrisdu26Chrisdu26   21 octobre 2012
Une question à Einstein.

Dans les années 1930, un humoriste dont j'ai oublié le nom définissait ainsi la relativité : "En fait, c'est très simple. On croit que c'est le train qui avance, et c'est la gare qui recule".
Cette définition n'est pas sans rapport avec l'anecdote suivante :

Le comique danois Victor Borge racontait que, se trouvant dans un train, aux états-Unis assis en face d'Albert Einstein, il ne trouvait rien à dire à l'illustre savant, qu'il avait facilement reconnu. Il essaya de se rappeler les éléments qu'il avait pu connaître de ses travaux, mais cela demeurait assez flou dans sa tête. Finalement, après une heure d'hésitations, il s'enhardit enfin et lui demanda :
-Je vous demande pardon, monsieur : savez-vous si Boston s'arrête à ce train ?




Un dernier que j'affectionne particulièrement :

Le premier second.

Dans une ville du sud de l'Italie, à Napoli par exemple, une femme insulte vigoureusement son mari. Elle lui dit qu'il est un crétin, un énorme, un immense crétin. Il est le crétin des crétins.

-Tu es tellemnt crétin, lui dit-elle, que s'il y avait un concours pour les crétins, tu arriverais second!
-Pourquoi second ?
-Parce que tu es un crétin :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
MimimelieMimimelie   23 novembre 2020
Deux hommes sont dans un train et restent silencieux un assez long moment, assis l'un en face de l'autre, regardant par moments le paysage. Puis le premier demande :
- D'où es-tu toi ?
- De Bilbao. Et toi ?
- De San Sebastian.
- Et qu'est-ce que tu fais ?
- Je suis musicien.
- Moi aussi, je suis musicien, dit l'homme de Bilbao. Et de quel instrument tu joues ?
- Je joue du violon, dit l'homme de San Sebastian.
- Moi aussi je joue du violon, dit l'autre.
- Ah bon ?
- Oui.
L'homme attendit un moment avant de reprendre :
- Et quand je joue du violon dans la cathédrale, tu peux voir des larmes qui coulent des yeux de la statue de la Vierge.

- Et moi, dit l'homme de San Sebastian après un court silence, l'autre jour, quand j'ai joué dans l'église, le Christ est descendu de la croix, il est venu vers moi les bras tendus et il m'a dit : "Ah, il faut que je t'embrasse ! Tu joues tellement mieux que ce crétin qui fait pleurer ma mère à Bilbao !"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          73
Chrisdu26Chrisdu26   20 octobre 2012
La relativité générale est restreinte (et vice versa)

Marius et Olive :

Une histoire semble remettre en cause les principes fondamentaux de l'arithmétique.
Marius et Olive s'engagent pour participer à une course pied. Pour des raisons inconnues (mauvais temps ?), la plupart des concurrents se désistent. Marius et Olive se retrouvent seuls au départ.
Ils font la course, et Olive gagne.
Quelque temps plus tard, un ami, qui n'est pas au courant du résultat, rencontre Marius et lui demande :
-Alors, et cette course ?
-Elle a eu lieu.
-Et qu'est-ce que tu as fait ?
-J'ai fini second répond Marius.
-Pas mal. Et olive ?
-Olive? Il a fini avant-dernier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Jean-Claude Carrière (56) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Claude Carrière
Louis Garrel est toujours où on ne l'attend pas ! Avec La croisade qui, avant sa sortie en salles le 22 décembre, fait partie de la section éphémère "Le cinéma pour le climat" du Festival de Cannes, il s'aventure, avec bonheur, dans le conte écologique, insolent et juvénile.
Abel (Garrel lui-même) et Marianne (Laetitia Casta) découvrent que leur fils Joseph (Joseph Engel, déjà à l'affiche de L'homme fidèle) a vendu en douce leurs objets les plus précieux. Comme d'autres enfants à travers le monde qui se sont donnés pour mission de sauver la planète. ils sont des parents modernes, compréhensifs, qui veulent bien faire le tri entre poubelle bleu et verte, certes, mais tout de même : « Quoi ??? Tu as vendu toutes mes montres de collection ! » hurle papa. « Tu n'as tout de même pas vendu ma petite robe Dior ??? » se désespère maman…
Dernier scénario du grand Jean-Claude Carrière (déjà à l'oeuvre sur L'homme fidèle), cette Croisade débute en chronique anticonsumériste hilarante et riche en autodérision pour fuguer vers une vraie carte ( verte) du tendre où une foi, certes candide, mais vitale, dans l'engagement écologique mènera un groupe d'enfants et Laetitia Casta (décidément magnifique quand elle est filmée et joue au naturel, 100% bio) en plein désert … Une petite bouffée d'oxygène avec de vrais particules de cinéma.
Vous avez aimé cette vidéo ? Abonnez-vous à notre chaîne YouTube : https://www.youtube.com/channel/¤££¤27Facebook15¤££¤4fHZHvJdM38HA?sub_confirmation=1
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux ! Facebook : https://www.facebook.com/Telerama Instagram : https://www.instagram.com/telerama Twitter : https://twitter.com/Telerama
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Ouvrages diversVoir plus
>Philosophie et disciplines connexes>Philosophie : généralités>Ouvrages divers (34)
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
377 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre

.. ..