AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253001119
320 pages
Le Livre de Poche (31/08/1992)
3.96/5   168 notes
Résumé :
Au-dessus de Mazel-de-Mort, lorsqu'on atteint le hameau de Maheux, commencent les hautes solitudes : les torrents disparaissent, les sources tarissent, d'immenses étendues sans arbres moutonnent à l'infini. Brûlant ou glacial, le climat confère à toutes les saisons quelque chose de cosmique ou de tellurique
voilà le Haut-Pays des Cévennes, terre huguenote. Les vieux meurent, les fermes sont abandonnées les unes après les autres, les enfants quittent le pays :... >Voir plus
Que lire après L'épervier de MaheuxVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
3,96

sur 168 notes
5
14 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
.
Retour aux sources...

C'est un désir , un besoin , de revenir parfois vers les belles oeuvres littéraires qui ont l'esprit de Gracq , de Giono ou de Ramuz .
Et , cette fois , c'est " L'épervier de Maheux " qui surgit de ma bibliothèque ...

Ici , au coeur des Cévennes , dans les terres hautes , il y eut un temps où les hommes naissaient et survivaient dans un berceau minéral .
Une existence vouée à l'effort pour survivre : l'eau il faut aller la puiser à des kilomètres malgré la faim , le froid ou la fournaise , malgré les souffrances ...
Quant aux animaux , eux , voient toujours leur sort étroitement lié au service de l'humain ...même les plus sauvages .
Pas ou peu de mécanisation . Les cultures sont livrées aux caprices du temps ou des terres .

Et , quand la misère s'installe , les hameaux sont abandonnés , ne demeurent que quelques rares irréductibles qui , malgré tout , resteront jusqu'à leur dernier souffle , tenus par leurs racines ancrées dans le roc et la solitude .

Un peu comme un hommage , la prose de Jean Carrière , épouse les caractères de ses héros et offre une immersion subtile dans ce monde sans âge .
Il se veut parfois poète , parfois conteur , souvent humaniste et toujours merveilleusement sensible .

Au fil du récit , on pense à Giono bien sûr : les deux auteurs furent proches . Mais , Pagnol n'est pas loin non plus ( j'évite de déflorer le récit en citant certaines scènes ... liées à la recherche de l'eau ...)
Enfin , j' ajouterais un zeste de Zola .

Mais , c'est avant tout le talent de Jean Carrière qui m'a transportée . L'union à la nature est si puissante , qu'ici règne toujours une atmosphère de combat : l'humain , éphémère et fragile face l'intemporel .

Un magnifique voyage dans le passé , dans un pays sublime parce que sauvage et authentique .
Un émouvant portrait de la Lozère d'antan à la fois sensible , fort et beau mais , qui aussi nous ramène aux sources de l'humanité .
A faire découvrir , vraiment .





Commenter  J’apprécie          815
L'épervier de Maheux ! Comme j'aurais été triste et dépourvue si j'étais passée à côté. du Giono, du Faulkner mais surtout du Jean Carrière ; il faut bien lui en laisser la teneur.
C'est curieux comme un froissement d'aile, ici l'épervier, parfois un chien, un cheval m'attirent et tout aussi curieusement, à bon escient. Pourtant, l'épervier n'est pas cité souvent. Il plane haut dans le ciel, complètement intégré au paysage tant et si bien qu'aucun titre n'eût valu celui-ci. La dureté de la subsistance le dispute à la beauté de la nature pour ces quelques habitants isolés, comme scellés dans le roc. Abel, son frère Joseph, le père et la mère, héritiers d'un lieu, d'une histoire, d'une rigueur.
N'avoir rien ou avoir plus n'occulte pas ici la misère quand c'est seulement le fait d'avoir, juste de quoi subsister qui aurait pu tout changer ; de quoi vivre et aussi de quoi aimer tout en restant à sa hauteur, soi-même et pas un autre. Abel aime les bois, le dur labeur et il s'en serait bien contenté s'il avait pu manger à sa faim et dignement sustenter sa femme, assurer la vie du couple. Joseph lui, part à la ville, s'y nourrit bien, y travaille et se trouve entouré bien que solitaire, célibataire, désabusé. Il en est qui se remettent en question dans nos grandes métropoles suite à une épidémie, à croire que ces gens sont passés à côté de leur destin et qu'ils exercent un métier, vivent une vie qui guère ne leur convient ; un fait qui n'est en rien assimilable à de la roublardise ; c'est juste qu'à un moment on s'interroge, je crois, sur le sens de la vie, de sa vie et peut-être qu'à tant posséder on en oublie d'aimer.
Commenter  J’apprécie          594
L'Épervier de Maheux nous invite dans le Haut Pays Cévenol, au « commencement de hautes solitudes », quand « brusquement tout change, les torrents disparaissent, les sources se raréfient, le schiste et le granit cèdent la place au calcaire marin, le sol s'éclaire et clapote comme une vieille toiture, l'air acide nettoie les sous-sols clairsemés où le ciel apparaît avec les derniers fayards.»
« De l'os partout, un soleil africain, des ombres qui ont la fraiche amertume de l'Armorique : voilà le Haut Pays. Les vieux meurent, les enfants s'en vont, les maisons ferment : voilà son histoire. »
Le lecteur partage avec les personnages «  (…) un continuel tête à tête avec un monde abandonné à sa torpeur géologique. »
Les femmes y « passent sans transition d'une adolescence fanée (…) à une sécheresse active et sans âge. » ; et « Il n'est pas de maîtresse branche ni de poutre à portée de main qui n'aient offert au moins une fois la tentation d'y accrocher une bien vilaine corde. »
« À Maheux (…) Ni grandes joies, ni grands malheurs : des emmerdements à n'en plus finir, ça oui, mais tant que les châtaignes ont assez de goût dans l'assiette, on a sa place dans le monde. » Et, « Joseph Reilhan a bouffé sa part de vache enragée : du corbeau pour tout dire. »,  pense : « Quand le présent montrait tant d'exigences, qui se serait soucié du futur.» ?
« Ce n'était pas exactement la misère ; c'était une frugalité traditionnelle avec laquelle on avait l'habitude de s'entendre et de faire bonne figure, puisque tout le monde, ou presque, était logé à la même enseigne. »
Un roman hallucinant, végétal et minéral où l'humain ne trouve sa place qu'en acceptant « l'harmonie imposée » par la nature. Où, « ce que l'on faisait aujourd'hui, on n'était pas sûr de pouvoir le refaire demain. »
Comme une avalanche, l'écriture de Carrière nous ensevelit sous un déluge de sentiments contradictoires, colère-nostalgie ; rage-désespoir ; fureur-compassion ; impuissance-admiration ; peur-renoncement.
À plusieurs reprises le lecteur se prend à évoquer la chanson de Jean Ferrat, pourtant que la montagne est belle, où la résignation des personnages le dispute à la majesté de la nature immuable que l'humanité ne peut qu'humilier en essayant de la réduire à un rôle d'esclave. Piteuse vengeance.
Très louable initiative du journal Le Figaro et sa collection « Le meilleur du Prix Goncourt ».
Un livre à lire et relire.
Commenter  J’apprécie          490
le 21 novembre 1972, le Nîmois Jean Carrière, 44 ans, obtenait le prix Goncourt pour son deuxième roman, « l'Epervier de Maheux »,
Il a eu plus de mal que de bien.
--Le bien tout d'abord , Ce livre à eu un succés énorme et une vente très grande , normal car pour moi
c'est un livre plus que du terroir c'est un homme qui est à la recherche de soi dans une nature aride et dure .
j'ose le dire un chef d'oeuvre!
-- le mal ? pourquoi ? il est catalogué '"écrivain régionaliste ",cela le chagrine!il ne le supporte pas
Il sombra dans la dépression, (difficile à comprendre ) c'est une gratitude envers lui qui à tourné à la malédiction –
c'était, dit-il, le prix à payer: Il confie : "L'écriture devient inabordable. On ne peux plus écrire
car on ne peut plus vivre et pour moi vivre et écrire c'était une seule et même chose...
On est perdu pour la littérature mais on est perdu pour la vie
Et il pensa même à se suicider en se jetant du haut de l'Aigoual.

Tout ça pour dire que moi même je ne sais pas ,c'est pour moi une énigme ! sa jeunesse peut être ? mais bon !
La trame de ce livre précieux, pour moi, classé dans ma biblio comme un des meilleurs.
Il y a un homme ,un épervier ,une famille qui vit dans la pauvreté (etait ce la sienne ? ) dans une région rude ,les Cévennes loin de toutes les commodités .
C'est une histoire tragique , une écriture superbe qui relate des évenements des personnages vivant là ou la vie est difficiles , des paysages tristes ,sombres.
J'ai trouvé quand même , des notes poètiques et philosophiques ,dans ce récit que nous livre Jean Carrière ,
avec une telle profondeur que pour s'y intégrer , j'ai eu une disposition d'esprit s'inclinant à porter une bonté indulgente à tous les membres de cette famille le père,la mère le fils ainé ,le fils cadet. On les voit ! au travers des mots , on les comprend .
J'ai pensé aux "âmes grises "de Philippe Claudel
En définitive ,c'est un livre que une fois commencé on ne le lache pas !
alors lisez et plonger vous dans les Cévennes ,rude et sauvage ,riche dans son histoire grandiose.
Suivez le vol majestueux de "l'épervier de Maheux"
Commenter  J’apprécie          325
Prix Goncourt de Littérature 1972

ISBN : 2 253 00111 2

"... Et Reilhan le Taciturne engendra Abel,
Puis il engendra Joseph Samuel,
Et ensuite il mourut loin de tout secours,
Une grâce que Yahveh lui accorda
Parce qu'il s'était toujours soumis à Sa Volonté.
Et Abel engendra une fille qui mourut à la naissance.
Et Joseph-Samuel n'engendra personne.
Parce que, à l'inverse du Taciturne,
Abel osa défier l'Eternel
Et parce que Joseph-Samuel
0sa se poser trop de questions sur Ses Voies.
Ainsi Jehovah les brisa tous deux
Comme l'homme brise de simples noix,
Car telle était Sa Volonté,
Que celle-ci soit faite à jamais."

Cette courte litanie, entièrement de mon invention (et qui ne vise pas à la rime), résumerait assez bien "L'Epervier de Maheux" et le destin abominable de ses héros. Autant vous recommander, dès le début, de n'offrir cet ouvrage ni à un dépressif, ni à un pessimiste. A moins que Jehovah ne vous ait soufflé de les pousser au suicide, bien sûr. Et même dans ce cas-là, méfiez-vous du retour de bâton ...

Ce jugement, que j'estime lucide bien qu'impitoyable, ne m'empêche en rien d'approuver la remise du Goncourt 72 à Jean Carrière. Son "Epervier de Maheux" est l'un des textes les plus puissants que j'ai pu lire sur la vie rurale. Et l'on voit bien, dans la poésie de son style et le naturel apparent de ses descriptions de ces terribles Cévennes où se déroule l'action qu'il ne fut pas pour rien le secrétaire du grand Giono. Mais là où Giono maintient l'espérance, Carrière laisse son lecteur nu, livré à lui-même aussi bien dans la sécheresse atroce de l'été que dans la glace infernale de l'hiver, le tout sous l'oeil d'un Jéhovah tout-à-fait fidèle à son profil biblique : hostile, perpétuellement courroucé, indifférent à la souffrance, et l'encourageant même, d'un orgueil luciférien et doté d'un mépris envers ses créatures que Zeus lui-même n'afficha jamais.

Les Reilhan, comme la plupart de leurs voisins, sont protestants. Je serais même tentée, sans preuve aucune, d'ajouter calvinistes purs et durs. Passons sur les persécutions que subirent leurs ancêtres dans les siècles passés : si cela explique peut-être certaines de leurs lâchetés, cela ne justifie en rien leur passivité révoltante face celui qu'ils nomment l'Eternel. C'est bien simple : plus ledit Eternel se révèle hargneux et injuste envers eux, plus ils le glorifient . Puisque l'Eternel le veut, laissons-nous piétiner et, si possible, trouvons le moyen de nous piétiner nous-mêmes ...

Chez Reilhan Père, surnommé le Taciturne, qui n'a trouvé à se marier qu'en recopiant sans vergogne - et donc, en mentant à celle qui espérait en lui - les modèles de lettres trouvés dans un antique paquet de "Veillées des Chaumières", le piétinement de soi, l'écrasement volontaire sous la volonté soi-disant divine, se manifestent par un attachement quasi obsessionnel à sa terre. Si encore il s'agissait d'une terre relativement normale, comme celle de "La Terre", ce roman de Zola (peut-être le plus dur, à bien y réfléchir, de la saga des Rougon-Macquart), mais non : la terre du Taciturne fait toujours des siennes. Aussi maussade que le Dieu vénéré par son propriétaire, elle se dessèche à plaisir, ou alors se convulse avec volupté sous des pluies qui tuent les éventuelles récoltes. Ne parlons pas des mois les plus terribles de l'hiver où tout gèle, glace et expose tout un chacun à grelotter dans son coin en avalant son assiettée de bajara - un mélange de lait et de châtaignes. Quand encore il y a du lait ...

Reilhan aurait pu, avec un peu d'effort et un peu plus de jugeote, vivre avec plus de dignité. Mais bon, puisque Jehovah a voulu que ce soit ainsi, n'est-ce pas ? ...

Joseph-Samuel, son second fils, prendra avec le temps celui de s'interroger sur ce Dieu si sévère. Sa mère rêve de le voir devenir pasteur mais il devra se contenter, grâce d'ailleurs à l'appui du pasteur de Florac, le hameau voisin, lequel a de la famille en Suisse, de devenir vendeur dans une librairie religieuse, au pays du chocolat et des montagnes, des vraies. A la fin du roman, on se demande encore si Joseph croit ou non en un Dieu, quel que soit Celui-ci. On sait en tout cas que, s'il s'est fait à l'idée de reposer un jour à côté des membres de sa famille, dans le cimetière qui jouxte les bâtiments délabrés de Maheux où il passa sa jeunesse, jamais il n'acceptera de revenir vivre là en attendant la Camarde.

Ainsi, en quelque sorte, Joseph parvient à s'échapper. En est-il plus heureux ? Un peu sans doute. Mais à peine : le Dieu terrible de son enfance et de sa jeunesse, les conditions dans lesquelles il a grandi, l'abandon dans lequel il a laissé sa mère, laquelle a pourtant tout sacrifié pour lui, le mépris qui est né en lui envers tout son passé à Maheux et ses origines paysannes, ce reniement presque total en fait l'en empêcheront à jamais d'abord parce qu'il possède une certaine sensibilité et ensuite parce que, bien que le plus intelligent des deux frères, ce n'est tout de même pas une flèche.

Abel, lui, par contre, esprit beaucoup plus simple (pour être franc, les gens de Maheux apparaissent souvent au lecteur comme des êtres primitifs perdus en plein XXème siècle), se satisfait de son mode de vie. Jusqu'au jour où, pour qu'elle s'occupe de sa mère, laquelle a perdu la raison, la malheureuse, après le départ pour la Suisse de son cher Joseph (son préféré de toujours), il épouse Marie la Noiraude, la fille d'un ami de son père. Au début, la jeune femme met de l'ordre et essaie d'arranger les choses. Mais, née et élevée plus bas, chez un fermier plus riche, moins soumise également (les femmes ne sont-elles pas des créatures du Démon ? ) à la Loi de l'Eternel, elle se rend très vite compte que le sempiternel combat d'Abel est perdu d'avance. Et le jour arrive où elle le quitte pour retourner chez son père ...

Je passe sur la fin : vous n'aurez pas grand mal à la deviner mais vous en aurez peut-être plus à imaginer l'abominable tour que Jéhovah, toujours lui, joue au malheureux Abel, lequel, en une scène de révolte que j'ai beaucoup aimée bien que sachant qu'elle venait trop tard, hélas, tant pour Abel que pour le lecteur, refuse enfin de se coucher devant celui qui lui a donné des dés pipés pour jouer sa vie.

Âpre, sans concession, le style de Carrière, derrière lequel on devine, en parallèle à l'influence de Jean Giono, les démons personnels de l'auteur, nous donne probablement l'un des plus grands romans de la littérature française - non, je n'exagère pas - et l'une des remises en question les plus incisives et les plus implacables de la religion et de Dieu, particulièrement le "Dieu de Colère" du protestantisme. On y décèle aussi la révolte personnelle de l'écrivain face à la passivité, encouragée, et pour tout dire imposée, par cette religion haineuse (désolée mais je vois mal quel adjectif utiliser à la place) à un peuple à qui il voue une tendresse et une admiration profondes mais auquel il en veut tout aussi profondément de se soumettre sans protester à une parole qualifiée de "divine" alors qu'elle ne cesse d'humilier et d'amoindrir la créature au profit de son supposé Créateur. le seul avantage reste la déresponsabilisation, en tout cas envers les vivants, des gens de Maheux. (Mais ils n'en demeurent pas moins responsables de tout devant leur cher Eternel, cela va sans dire .)

Un avantage aussi ténu en vaut-il la peine devant la Folie qui les guette tous et qui finit par les toucher, un jour ou l'autre ? D'ailleurs, cet épervier qu'Abel ne cesse d'apercevoir, tournoyant au dessus de lui et de ses travaux divers (et qui échoueront tous) pour donner satisfaction à son épouse, n'est-il pas le symbole de cette Folie, de ce Mal qui le guettent comme ils ont guetté son père, sa mère et tant d'autres ? Et n'est-ce pas au moment où il le croit enfin mort qu'Abel est, sans le savoir, pris au piège de son destin ? Et pour finir, cet épervier est-il réel ou n'est-ce qu'une hallucination engendrée par un cerveau très simple, harassé de soleil et de fatigue, et qui n'aspire plus qu'à libérer une fois pour toutes l'esprit, si simple soit-il, qu'il abrite ? ...

A vous de vous faire une opinion. Mais accrochez-vous bien : "L'Epervier de Maheux", avec son rythme lent et l'horreur larvée et aussi vieille que le monde qu'il nous dépeint, est un roman redoutable. ;o)
Commenter  J’apprécie          140


critiques presse (1)
Bibliobs
17 février 2016
Merci de ne pas passer à côté de ce très beau petit livre, qui ne s’avantage pas et qui se mérite.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
Le soleil décline dans le ciel circulaire ; l’ombre immense du plateau s’avance et engloutit la moitié du cirque. De l’autre côté, sur la crête du flanc éclairé, une bergerie en pleine lumière ouvre sur le vide une bouche et des orbites noires comme celles d’un crâne, ajoutant à cette solitude une attente mystérieuse. C’est l’heure où des millions d’insectes à contre-jour s’argentent dans l’atmosphère immobile.

A ce moment-là, on ne peut songer sans une pointe de nostalgie au cœur à tout ce qui se passe derrière ces montagnes – même et surtout si on ne le sait que par oui-dire ; à ce monde fascinant et tumultueux de trottoirs et d’usines, de cinémas et de cafés, de foule jetée vers un avenir sans cesse renouvelé ; à la douceur de vivre et de se laisser vivre dans des collines couvertes de jardins maritimes ; aux soirées qu’on prétend qu’y prolonge l’été, pleines d’arômes et de nonchalances. Tout cela est si loin, si différent de ce que le silence et la solitude de ces hautes terres primitives mettent continuellement sous les yeux…

De longs jours vides, des pentes désertiques, un continuel tête-à-tête avec un monde abandonné à sa torpeur géologique, et dont ce pourrait être aussi bien le commencement que la fin : cette terrible inertie est communicative. Quand on promène son regard dans toutes les directions sans rien rencontrer d’autre à perte de vue que ce moutonnement hersé par une poigne aveugle, il n’est pas nécessaire d’être grand philosophe pour s’interroger sur l’existence et ressentir son ambiguïté devant cette immensité morte ; on n’a d’autre ressource que de se replier sur soi-même et de faire le mort à son tour ; on sait qu’il est inutile d’en rajouter pour vivre, ou de faire des phrases : on est là, autant continuer, mais sans essayer de prendre des vessies pour des lanternes. Trois mille ans de tergiversations n’ont servi strictement à rien, qu’à embrouiller les choses ; la situation n’a pas évolué d’un pouce sur l’essentiel. La seule question vraiment sérieuse est précisément la seule qui soit restée sans réponse : par conséquent, elle reste posée (quand elle l’est) à son niveau absolu, c’est-à-dire le plus bas, le seul qui compte : question de vie ou de mort. Ces solitaires (n’oublions pas qu’ils sont les héritiers de ceux qui ont tutoyé Dieu comme on Le tutoie dans l’Ancien Testament : pour lui arracher de gré ou de force une réponse) sont l’innocence même : ils n’acceptent que des arguments qui soient incontestables ; les finesses de la Sorbonne ne sont que des grimaces de clown (ou une manière de jouir, de tuer son lièvre et de s’affirmer qui en vaut une autre) et elles n’amènent ici qu’un haussement d’épaules.
Commenter  J’apprécie          50
[...] ... - "Tout ça pour rien !" disait Despuech de sa voix courte et sifflante d'homme qui n'en a plus pour longtemps à vivre et qui voit les choses comme elles sont. Il considérait le remblai de la mine en hochant la tête :

- "Dure qu'il a fait ça pour rien !"

Il avait l'air effondré, il ne cessait de de répéter :

- "Tout ça pour rien !"

L'autre secouait la tête et refusait d'entendre, embastionné dans son secret :

- "J'ai mon secret ... Puisque je vous dis que j'ai mon secret ...

- Quel secret, qu'est-ce que tu nous fatigues avec ton secret," s'impatienta tout-à-coup Despuech, "mais Bon Dieu, regarde !"

Il se baissa péniblement, ramassa une poignée de sable dans les dernières brouettées déversées, l'écrasa dans sa main :

- "Qu'est-ce qu'il te faut de plus ? Tu n'as donc pas compris que tu ne trouveras rien ? Hein ? Tu n'as pas compris que tu ne peux pas en trouver parce que tu t'es trompé de montagne ?"

Reilhan jeta sa cigarette à moitié fumée et laissa tomber ses bras, mains grandes ouvertes - blanc comme un linge. Il n'y avait pas le plus petit souffle d'air, pas une feuille qui bougea. C'était le cas de dire qu'on entendait voler les mouches ; à croire que la forêt n'était qu'un immense charnier.

- "Qu'est-ce que vous dites ?" articula-t-il.

- "Mon pauvre, je dis que depuis des mois et des mois, tu te crèves pour rien : l'Aiqualette, c'est une autre crête que celle-ci, là-bas, derrière ... "

Il désignait la croupe couverte de bois qui n'était pas l'Aiqualette et qui, de ne pas l'être, semblait instantanément étaler au grand jour tares et vices éhontés, insignificiance et stérilité.

A voir la tête que faisait son gendre, il ajouta un peu de pommade :

- "Tu me diras que c'est le même massif, et que la nappe pouvait très bien venir jusqu'ici. C'est ton facteur qui m'a mis la puce à l'oreille en me parlant de la source de Combebelle. Il prétend qu'elle se trouve sur le versant est de l'Aiqualette ... Je la connais, cette source, on y allait quand on était gosses. Et je peux te dire qu'entre cette crête et Combebelle, il y a une autre crête, justement, l'Aiqualette ...

- Hé ! L'Aiqualette ! L'Aiqualette ! Vous commencez à m'emmerder avec votre Aiqualette, et puis voilà !"

L'autre vint lui respirer sous le nez :

- "Même que tu trouverais là-dessus les chutes du Niagara, est-ce que ça changerait quelque chose à ta situation ? Est-ce que tu serais moins con pour ça ?

- Et si ça me fait plaisir, moi, de creuser pour rien ?"

Démasqué ! ... [...]
Commenter  J’apprécie          30
Prenons un exemple : un beau matin, des messieurs très calés décident qu'il faut soigner les crétins du Haut-Pays (tenus pour tels) : ces énergumènes baveurs et ravis qu'on rencontre parfois là-haut assis au pied d'un arbre, et qui ont avec les papillons ou le vent de mystérieux conciliabules, les empêchent de dormir. Soigner, c'est- à-dire essayer d'ajuster le comportement d'un zèbre qui vit au milieu de ses chèvres dans un isolement presque total, sur celui du premier couillon venu, et d'ailleurs parfaitement abruti par les cohues, le tiercé, les bistrots ou le cinéma. On voit qu'il ne s'agit pas du même animal. Guéris, c'est-à -dire bons pour l'abrutissement général, on les renvoie chez eux. (22)
Commenter  J’apprécie          120
Il demeura tout seul parmi ces jeunes Suissesses laiteuses; leurs mollets ronds, d'une rondeur enthousiasmante, succulents et charnus, leurs nuques frisottées, leurs lèvres pulpeuses mirent ses avantages en révolution. Il ne savait plus où donner des yeux, tant toutes étaient belles, et tant elles l'étaient du bout de leurs orteils à la tête.
Il se calmait. Ces filles tout de même... Elles étaient d'une autre race, elles respiraient la santé, la jeunesse.
Commenter  J’apprécie          160
[...] ... Evidemment, cet incident ne se serait pas produit, ni la suite, si le vieux maniaque n'avait retardé la fermeture du cercueil en voulant boucher cette fente de crainte qu'elle ne fasse mauvais effet sur d'éventuels clients. Les sept ou huit personne qui attendaient dans la cuisine étaient montées à leur tour, ainsi que M. Barthélémy et, derrière lui, se tenant sur le pas de la porte, blanc comme un linge et à moitié mort de peur, le jeune boiteux. Grand silence, comme tout à l'heure et dehors, grand concert d'insectes : des millions d'élytres proclamant le noir triomphe de l'été (sur de longues aires calcinées comme de hauts plateaux d'Ethiopie, des glaives, des pinces, des couteaux-scies, des mandibules, des machines de guerre, des combats sans merci de chevaliers-homards, des génocides à la gloire d'un dieu minotaure). M. Barthélémy, un peu défraîchi par l'algarade de l'escalier, et atteint dans son prestige, paraissait avoir brusquement vieilli de plusieurs années. Il avait retiré ses lunettes pour les essuyer et on ne voyait plus que ses yeux de myope, des yeux rapetissés, aux paupières chiffonnées et légèrement enflammées. Dépouillé de l'emblème de son autorité, il avait l'air nu, flétri, vulnérable : une huître sans coquille. A la fin, le docteur avait pris la veuve par le bras : "Maintenant, ça suffit comme ça," et il avait ordonné aux deux zèbres de boucler la caisse. Au moment où le vieux s'apprêtait à enfoncer les vis, la veuve s'était penchée vers lui et elle lui avait dit quelque chose à l'oreille ; le vieux avait paru interloqué et il l'avait regardée d'un drôle d'air ; elle lui avait parlé de nouveau doucement à l'oreille, alors il avait hoché la tête et dit : "Bon, d'accord, on va essayer" ; il avait retiré les vis une à une ; les gens retenaient leur respiration et se regardaient sans comprendre ; ils se demandaient ce qui allait arriver, et si la veuve n'était pas subitement devenue folle. Non, elle désirait simplement récupérer le drap, et le vieux s'était exécuté devant une assistance pétrifiée ; par bonheur, la manœuvre avait été facilitée par le fait que le drap s'était presque entièrement roulé au-dessus du corps quand on avait fait basculer celui-ci dans la bière : le vieux n'avait eu qu'à tirer dessus en soulevant le couvercle ; elle le lui avait pris aussitôt des mains, comme on fait avec du linge sale qui traîne lorsqu'un visiteur fait irruption inopinément, et l'avait fourré en boule sous le lit ; M. Barthélémy avait tiré son mouchoir et il l'appuyait discrètement contre le bas de son visage ; d'ailleurs, d'autres personnes en faisaient autant. Il est certain qu'il fallait avoir le cœur bien accroché pour ne pas rendre ses tripes. ... [...]
Commenter  J’apprécie          10

Video de Jean Carrière (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Carrière
Jean Giono, du côté de Manosque. entretiens avec Jean Carrière
autres livres classés : Cévennes (France ; massif)Voir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (432) Voir plus




{* *}