AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253083153
384 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (22/02/2017)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 66 notes)
Résumé :
Toujours élégante, Sophronia continue sa deuxième année au pensionnat – avec un éventail à lames d’acier dissimulé dans les plis de sa robe de bal, bien évidemment. Une arme tendance et fort à propos, puisque la jeune espionne, sa meilleure amie Dimity, l’adorable soutier Savon et le charmant Lord Felix Mersey montent clandestinement dans un train en direction de l’Écosse pour ramener leur camarade de classe Sidheag à sa meute de loups-garous.
Personne ne se ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  16 décembre 2016
Troisième tome de la série steampunk pour ados (" le pensionnat de Mlle Géraldine ") , ce roman est dans la lignée de tout ce que produit cet auteur hyper originale , c'est à dire complétement barré, complétement loufoque .
Le pitch tient en pas grand chose , des jeunes filles étudient l'art d'être espionnes dans un pensionnat d'un genre particulier , puisqu' il se situe dans un dirigeable .... Cela se passe dans l'Angleterre Victorienne où évoluent , en dehors des personnes comme vous et moi , des "êtres" bizarres ou surnaturels , ( Vampires , Loup-garous , Vinaigriers , drônes, Mécaniques , etc ...) . Sophronia et ses potes doivent se rendre à un bal organisé dans la maison de Sophronia pendant que son amie , Sidheag Kingair (jeune fille loup-garou) , a des problèmes familiaux ( dans sa meute) . Il y a aussi une histoire de train , deux amoureux , des drônes de la Ruche de Westminster , des hommes anti surnaturels .
Tout cela cohabite gentiment ou pas .. .
Mais ne vous inquiétez pas : Sophronia maitrise l'art de faire la révérence tout en agitant son éventail , ET en sortant son poignard car Sophronia est une apprentie espionne " DE QUALITE" !
Cette série ne serait rien sans l'immense talent de sa jeune auteur pour les associations de mots (qui n'ont rien à voir entre eux normalement !) et qui donnent un charme fou à ce texte très poétique .
En plus d'être drôle , décalé , complétement barré , cela contribuera à vous enrichir au niveau vocabulaire ...
J'aime la plume, un peu moins l'histoire ( n'étant plus une adolescente ...) et j'ai vraiment hâte que Gail Carriger retourne aux histoires pour les grandes personnes , de QUALITE ou pas ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
florencem
  05 août 2019
Je me rends compte que plus j'avance dans l'histoire, plus je l'apprécie. J'avais trouvé le premier tome bien en deçà du Protectorat de l'Ombrelle, et j'avais moins eu envie de poursuivre la saga, alors que l'univers est le même. Mais là, après ma lecture du tome trois, j'ai vraiment hâte de lire la suite pour savoir ce qu'il va advenir de tous les personnages.
Il faut dire, je pense, qu'au fur et à mesure, l'histoire se construit, mais aussi les personnages. S'il était assez difficile de s'immerger dans le premier volume et d'avoir de l'affection pour les protagonistes, ici, les codes et l'univers sont maîtrisés, et difficile de ne pas s'attacher à nos héros. Il n'y a pas, à proprement parlé d'intrigue principale pour moi, mais plus un développement de Sophronia avec des ramifications qui se densifient. Il y a un fil conducteur, bien entendu, mais on arrive jamais à savoir ce qu'il va se passer réellement. Cet effet de surprise est constant, sans pour autant nous faire perdre pied, et c'est juste très ingénieux.
Dans Jupons et poisons, le Pensionnat de Melle Géraldine est plutôt occulté. Les filles n'y restent pas longtemps, et j'ai trouvé cela sympathique. J'aime bien l'école, ne vous y trompez pas, mais notre héroïne grandit et évolue, et le fait de sortir du cadre scolaire, plus que d'habitude, permet aussi de faire cette transition vers l'âge adulte. D'ailleurs, l'auteur marque encore plus ce phénomène en faisant prendre à Sophronia deux décisions primordiales pour elle. Côté coeur, déjà, et ensuite côté professionnel. Et ce n'est pas rien, surtout quand on voit dans quelles circonstances ces choix sont faits. J'ai adhéré aux deux, car ils sont dans l'esprit total de notre héroïne, mais surtout ils montrent aussi que Sophronia a beau être l'élève la plus douée, elle a aussi cette part d'humanité très ancrée en elle. Je crois qu'elle le dit d'ailleurs dans ce tome ou le précédent. Ses amis sont tout pour elle, et cela est autant une force qu'une faiblesse.
Il y a aussi un équilibre très bien dosé entre l'aventure et la romance. Et cela ne concerne pas seulement Sophronia. On ne s'ennuie pas une seconde dans ce tome, et la petite touche, réelle cette fois, d'amourettes est un plus. Alors, oui, il y a un côté un peu désuet et dérisoire à certains moments, mais il est parfait pour l'histoire. Je le trouve attachant ce style, et pour le coup, les petits moments d'amitié ou de geste de tendresse plus intime ressortent beaucoup plus. Gail Carriger utilise un style piquant et incisif, très « british », mais elle sait aussi mettre de l'émotion, et cela même dans des petits gestes.
L'aventure n'empêche pas de continuer à explorer le côté politique de l'univers. Vampires, loups-garous et Vinaigriers ont leur place. Ce n'est pas évident de toucher à quelque chose de semblable, surtout dans de la fantaisie/fantastique, sans perdre le lecteur ou que cela paraisse crédible, mais ici, on s'y croirait. Les intrigues sont intéressantes et permettent encore plus de comprendre le fonctionnement du monde de Gail Carriger. C'est prenant, d'autant plus que les points de vue de chacun sont mis en avant.
Une mention spéciale à Savon qui prend enfin plus les devants de la scène, avec quelques frayeurs, et le Dewan que je trouve fort sympathique. C'est tout de même l'Alpha par excellence, et je le trouve pourtant très humain et attentif. Je n'avais pas forcément eu cette impression de lui dans le Protectorat.
Un tome toujours aussi drôle et charmant qui laisse entrevoir la fin de l'enfance pour emmener nos héros vers une vie d'adulte qui sera, certes, moins insouciante, mais tout aussi palpitante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          241
Tatooa
  08 janvier 2018
Lol, je me régale avec ces bouquins. Alexia et ses amies grandissent et gagnent en maturité, c'est de plus en plus plaisant à lire. Alors que le tome 2 était centré sur les vampires, celui-ci l'est sur les loups-garous, plus exactement sur l'ancienne meute de Lord Maccon (que l'on croise beaucoup dans "le protectorat de l'ombrelle" !). Des événements dramatiques amènent Alexia à vouloir aider Sidheag Maccon (sa petite fille) à retourner dans cette meute de Kingair.
C'est bourré d'humour, d'amour, d'action, c'est même le gros délire et j'avoue que je me demande ce que ça pourrait donner sur grand écran.
Cela pourrait faire des films excellents (avec les possibilités d'effets spéciaux d'aujourd'hui).
Les personnages sont extras, surtout la bande d'amis de Sophronia, et les suivre dans ces aventures rocambolesques et barrées, c'est vraiment que du bonheur. Ils s'approfondissent, prennent conscience des conséquences de leurs choix et de leurs actes, c'est très bien amené. Gail Carriger devient avec ses deux séries dans un même univers, une valeur sûre de l'urban fantasy uchronique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
CoquelicoteAzimutee
  29 novembre 2015
Depuis ma découverte du Protectorat de l'ombrelle, je suis de près les écrits de Gail Carriger. Il était temps que je me plonge dans le troisième tome intitulé Waistcoats and Weaponry de sa deuxième saga, Finishing School (Le Pensionnat de Mlle Géraldine en français).
Sophronia et ses amies ont bien avancé dans leur formation d'espionnes. Tandis qu'avec Dimity, elles se préparent pour le bal masqué organisé par la famille de Sophronia, leur amie Sidheag reçoit de très mauvaises nouvelles de la meute de Kingair. Sophronia n'hésite pas à aider Sidheag, mais ce faisant le petit groupe va encore croiser le chemin des drones de la ruche de Westminster et des Picklemen, ces hommes anti-surnaturels.
J'ai absolument adoré ce troisième tome. le premier avait été sympathique ; j'avais beaucoup aimé le deuxième, surtout la fin ; là j'étais vraiment à fond dedans ! À force de retrouver les mêmes personnages, je m'y suis fortement attachée. Sophronia déjà est vraiment le genre de fille qu'on aime bien avoir dans sa vie. J'aime sa répartie, son sens pratique, son tact et son intelligence. Dimity, qui ne comptait pas parmi mes préférés au début, se révèle plus intéressante que ce que je pensais au départ. Sidheag m'a beaucoup touchée dans ce tome (je ne suis que tristesse en faisant le lien entre ce qui lui arrive dans ce tome et ce qu'on sait dans The Parasol Protectorate). Agatha, la quatrième du groupe, est très pâlotte. Je me demande si ça ne cache pas quelque chose…
On voit également pas mal Felix et Soap. J'ai vu plusieurs lecteurs déplorer cette sorte de « triangle amoureux », mais vraiment ça ne m'a pas fait cette impression. Sophronia a 16 ans il me semble ; forcément qu'elle réfléchit un peu à ce que provoquent deux jolis garçons en elle… Et la « romance », si tant est qu'il y en est vraiment une, n'est pas le centre de cette saga, loin de là. Mon pauvre petit coeur a pris de sacrés coups sur les derniers chapitres, extrêmement riches en émotions. J'en étais toute émue, mais je ne vous en dirai pas plus.
L'univers est toujours aussi captivant. La trame principale de la saga m'apparaît maintenant clairement, et j'ai une petite idée de là où on va. C'est en tout cas une saga bien construite : des éléments qui nous semblaient insignifiants dans les tomes précédents prennent tout leur sens. J'adore toujours autant le style de Gail Carriger. Les traductions françaises ne sont pas foncièrement mauvaises (moins que sur d'autres titres), mais vraiment, la VO a une saveur incomparable. Ajoutons à cela l'humour toujours à propos, je suis fan.
J'ai tellement accroché à ce tome que j'ai aussitôt sorti le suivant, Manners and Mutiny, de ma bibliothèque. Il s'agit du dernier tome… Bientôt mon avis sur l'ensemble de la saga donc ! Heureusement, l'auteure a commencé une autre saga. J'aurais été bien triste sans un autre roman de Gail Carriger à dévorer au prochain coup de blues !
Lien : https://withoutmuchinterest...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MesNouvellesLectures
  05 novembre 2015
Nous retrouvons Sophronia qui en est toujours à sa deuxième année dans le pensionnat de Mlle Géraldine. Les choses ont un peu changé avec le départ de la peste qui leur mettait des bâtons dans les roues, même si sa place a vite été récupérée par quelqu'un d'autre. Les cours se déroulent le plus normalement possible, avec un prof devenu à moitié fou, jusqu'à ce que Sidhead reçoive un pigeon, ce qui n'est jamais bon signe. Mais que contient le mystérieux message ? Là, est la question.
Lorsque Sidhead va disparaître de l'école suite à ce message, beaucoup de questions vont se poser et Sophronia ne compte pas lâcher l'affaire, elle va l'aider. Elle ne veut pas abandonner son amie qui se trouve dans une situation compliquée car elle va très vite comprendre que les enjeux sont importants et que ça a un lien avec la famille spéciale de Sidhead. Et comme à son habitude, cela va se transformer en véritable aventure.
Sophronia va mettre un plan en place avec l'aide de ses amis afin de pouvoir parvenir à ses fins et pouvoir aider Sidhead. Leur périple, pour aider Sidhead, ne va pas être simple, surtout que des invités surprises vont s'ajouter au petit groupe de départ et qu'ils vont avoir pas mal de surprises, d'actions et de complots, auxquels personne ne s'attendait au départ. Ils vont vivre des aventures un peu folles et pleines de rebondissements.
J'étais contente de retrouver Sophronia pour de nouvelles aventures rafraîchissantes. A force je me suis attachée à ce personnage sympathique, original, plein d'astuces et d'humour. Même si je dois avouer que j'ai trouvé l'humour un peu moins présent dans ce tome. Peut-être à cause du groupe qui n'est plus tout à fait le même et les échanges entres les différents personnages sont un peu différents.
Sophronia va se retrouver tiraillée entre les deux garçons qui lui portent un certain intérêt. Et de ce côté-là, les choses vont un peu bouger surtout qu'on va avoir l'occasion d'en découvrir un peu plus sur Savon et sur ses projets d'avenir. de même, pour Felix, on va découvrir certaines choses sur lui. Elle va donc être confrontée à une situation compliquée et elle va avoir du mal à se départager au niveau de ses émotions.
La romance, celle de Sophronia, a une place un peu plus importante dans ce troisième tome comparé aux autres, comme vous avez pu le comprendre et comme on a pu le voir venir tout doucement au fil de l'histoire. Mais Sidhead ne va pas être mise de côté non plus et grâce à ça, on va avoir l'occasion d'apercevoir une autre partie de sa personnalité qu'elle a tendance à cacher.
Dans ce tome, il y a certes l'intrigue à propos de Sidhead, de sa famille, de sa meute mais Sophronia et sa bande d'amis vont aussi tomber par hasard sur une autre énigme qui va s'avérer au final complexe et ça résolution va être mouvementée et dangereuse.
Ce troisième tome est assez bien rythmé, avec pas mal de retournements de situations qui m'ont parfois surprise, surtout à propos de Savon. Je me demande bien ce que la suite va résever car il y a pas mal de changements au niveau des personnages. Et j'espère que Sophronia aura un peu plus de contacts avec son bienfaiteur, car je dois dire que j'ai bien aimé le coup de l'éventail.
J'ai bien aimé ce troisième tome, même si je le trouve un peu moins addictif et drôle que les précédents, heureusement que l'intrigue est toujours aussi bien menée. J'ai eu pas mal de surprises, surtout à cause des changements qu'il y a au niveau des personnages. Je suis très curieuse de découvrir à quoi la suite des ses aventures va ressembler.
Lien : http://mesnouvelleslectures...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (2)
LesVagabondsduReve   21 novembre 2016
Une équipée tout à fait rocambolesque, menée sans un instant de répit par une Gail Carriger dont on n’attendait pas moins après avoir lu Le Protectorat de l’ombrelle.
Lire la critique sur le site : LesVagabondsduReve
Elbakin.net   14 août 2015
L’aspect romance qui se fait sentir dans ce tome 3 est loin d’être ce que l’auteur réussit de mieux. Non seulement la figure du triangle amoureux est plus que rebattue. [...] On est dans le platement mélo et le rythme s’en ressent, ce qui est d’autant plus dommage dans le cadre d’un roman de ce genre.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   14 décembre 2016
Disons simplement que vous devez vous souvenir de toutes les règles de la bonne société . Pas plus de deux danses avec le même gentleman . Pas plus d'une danse et d'une demi-heure en compagnie du même homme . Ne sortez pas seule avec un homme et n'allez surtout pas dans la serre , à moins que vous ne soyez de la même famille . Votre but doit être de toujours vous préserver de la ruine ou d'en être accusée .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
florencemflorencem   08 août 2019
- Ce n’est pas la question. J’espérais qu’après notre départ, tu aurais fait une chute fatale. Quelque chose d’excitant pour une fois.
- Merci beaucoup, lady Kingair. Le fait qu’au départ j’aie été jetée par-dessus bord par un vampire n’était pas assez excitant pour vous ?
- Pas avec toi, Sophronia, ça ne l’était pas.
- Je vous gâte, voilà le problème.
Commenter  J’apprécie          140
iris29iris29   13 décembre 2016
" Voyons , mademoiselle Buss , c'est très bien d'être assoiffée de sang , mais vous auriez dû vous arrêter dés le moment où vous avez fait saigner Mlle Temminnick . Un duel s'arrête toujours au premier sang .
Commenter  J’apprécie          170
iris29iris29   14 décembre 2016
Puis il y a le contact . Un homme peut essayer de mettre ses mains partout sur vous , si vous le laissez faire . Un gentleman , bien entendu , demandera d'abord la permission , mais il essaiera quand même .
Commenter  J’apprécie          170
iris29iris29   15 décembre 2016
" Je n'aurais jamais cru que vous seriez du genre à vous échauffer pour les mauvais garçons, mademoiselle ."[...]
" Ils ont un coté attirant ."
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Gail Carriger (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gail Carriger

[Imaginales 2013] Conférence Mondes terrifiants, mondes flamboyants
Extrait de la conférence "Mondes terrifiants, mondes flamboyants" enregistrée aux Imaginales (Epinal, mai 2013) Avec Fabrice Colin, Gail Carriger, Marika Gal...
autres livres classés : steampunkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le Protectorat de l'ombrelle - Sans Âme

Mademoiselle Tarabotti est...

divorcée
veuve
vieille fille
fiancée

10 questions
100 lecteurs ont répondu
Thème : Le protectorat de l'ombrelle, Tome 1 : Sans âme de Gail CarrigerCréer un quiz sur ce livre