AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253083160
Éditeur : Le Livre de Poche (15/03/2017)

Note moyenne : 4.27/5 (sur 50 notes)
Résumé :
C’est une chose d’apprendre à faire la révérence. C’en est une autre que de savoir faire la révérence en lançant un poignard. Bienvenue au pensionnat de Mlle Géraldine.

Apprendre l’art de l’espionnage au sein de l’école volante de Mlle Géraldine est devenu fastidieux pour Sophronia, privée de la présence de Savon à ses côtés. Elle préfèrerait utiliser ses talents pour contrarier les plans des Vinaigriers, mais ses maints avertissements au sujet des lâ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  20 août 2019
Sans conteste, le meilleur des quatre tomes de la saga, sans compter une conclusion à la hauteur qui clôt parfaitement le destin de chacun des personnages. Pas une seule déception, et une fermeture de livre sereine et souriante. Ce qui n'arrive pas tout le temps…
Après les événements de Jupons et Poisons, la vie de nos héros a été pas mal chamboulée. Sidheag a quitté l'école pour était sa meute, Savon a subi une transformation et a dû quitter l'école, Felix s'est révélé indigne de confiance (quel choc…), Sophronia a conclu un marché qui va changer sa vie à tout jamais et la menace des Vinaigriers se fait de plus en plus sentir. Autant dire que je m'attendais à un dernier tome à la hauteur et plein de rebondissements. Et… je n'ai pas été déçue ! J'ai même repéré pas mal de petits indices concernant le Protectorat de l'Ombrelle qui m'ont fait sourire, car indiquant que les deux sagas sont liées bien plus que je le croyais au tout début.
Artifices et Arbalètes commencent pourtant de façon très calme. Les fêtes de Noël approchent, et les trois amies, Sophronia, Dimity et Agatha passent quelques jours chez Petunia, l'une des soeurs aînées de notre héroïne à Londres. L'occasion de faire des emplettes, mais surtout de croiser certains hommes, ou plutôt certains surnaturels. S'il ne se passe rien à proprement parlé durant cette partie, il n'en reste pas moins que j'ai beaucoup apprécié les quelques événements qui se produisent. On sentait que cela avait de l'importance, l'auteur arrivant à nous captiver et à faire attention à tous les petits détails. Est-ce que Sophronia déteindrait sur nous ? Probablement !
Et puis, le nouvel an arrive avec toutes ses promesses de changement… Et là, tout bascule et c'est une suite ininterrompue d'aventures, d'actions, de découvertes pour aller à une conclusion à laquelle je ne m'attendais pas. Sophronia se trouve une nouvelle alliée, qui, je l'avoue cachée bien son jeu, même si j'avais des soupçons, et qui a su donner un coup de peps à cette fin et remplacer sans mal les acolytes habituels de notre héroïne. Une invasion qui va permettre à Sophronia de mettre en pratique tous ses enseignements et montrer combien elle mérite son diplôme.
Alors, oui, il y a de l'humour, comme d'habitude, mais j'ai trouvé ce tome plus adulte et surtout plus noir. Nos héros sont confrontés à des choses qui pour l'instant leur étaient cachées. Plus de violence, plus de tromperie, une vision de la société telle qu'un adulte peut la voir. Ce tome quatre est comme un basculement. Certes, les demoiselles de Melle Géraldine sont élevées pour devenir des espionnes et on leur apprend à se battre et à tuer, mais pour l'instant, ce n'était que de la théorie. Ici, les filles doivent, pour certaines, passer à l'acte. Cette transition est parfaite et arrive à point nommé. Non pas que j'ai aimé voir nos héros souffrir, mais les suivre sur plusieurs tomes, c'est aussi attendre de les voir évoluer et grandir, et Gail Carriger a très bien su gérer cela.
Tous les personnages sont à la hauteur, méchants comme gentils. Je n'ai rien à redire sur personne, ce qui est assez rare. J'ai aimé les nuances et le fait que chacun soit conscient de ses atouts comme de ses défauts. Tout n'est pas rose, même si l'humour et la dérision font que l'ensemble n'est pas pesant. J'ai, je dois le dire, particulièrement aimé la romance concernant Sophronia et Savon qui reste épique et adorable, mais aussi qui laisse les codes de la société les impacter tout en la laissant fidèle aux caractères des deux personnages.
La fin est une sorte d'apocalypse, mêlée à de la joyeuseté, comme l'a toujours été le Pensionnat de Melle Géraldine. L'auteur nous laisse, qui plus est, un épilogue où chacun de nos héros à droit à une fin, tout en laissant leur avenir leur appartenir. Une trio assez improbable me laissera sur une touche souriante et touchante, avec cette sensation de quitter des personnages et un univers que j'ai apprécié toute en sérénité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Camomilla
  04 juillet 2016
Hummmm...Quoi penser?
Attention mon commetaire contient des infos dévoilant l'intrigue !

À vrai dire même si ce roman est très bien écrit,l'intrigue merveilleuse comme d'habitude ,j'avoue être un peu déçue...
Peut être à cause que le professeur Braitwope reste zinzin jusqu'à la fin...
Ou bien que 1/3 du livre est consacré à une escapade à bord d'un dirigeable à la dérive rempli de vinaigriers,qui comme on se l'attend sont mit hors état de nuir.
Ou encore qu'il y a presque pas eu de chichis entre Sophronia qui a du mordant dans ses réponses et par exemple Monique ou Felix ....
Ou même que Sophronia tombe (je trouve) amoureuse trop facilement de Savon...
Mais il y a quand même quelques points positifs.Au début quand les personnages doivent se faire passer pour d'autres,et que les Génies du mal sont paumés.
Ou les vacances avec Pétunia à Londre ou elles rencontre Lord Akeldama,ou font les magasins.
Ou pour finir quand on découvre les liens de parenté entre Sophronia et Alexia Tarabotti.
Sophronia est la tante de de Yvy (meilleure amie de Alexia)Vu que Pétunia se marie avec M.Hisselpeny ,mais elle sera aussi nommé pas le dewan d'être la nounou d'alexia.
Enfin bref un mélange de super et de quelques déceptions...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Aliseya
  07 août 2018
C'est heureuse mais un peu triste que je referme ce livre. Heureuse car je suis totalement à jour dans les oeuvres de l'auteure et triste car je fini une nouvelle série et que je vais devoir patienter pour pouvoir lire la suite de l'autre série en cour de cette personne.
Voici donc le dénouement de cette histoire qui se situe avant le protectorat de l'ombrelle. le groupe de Sophronia doit faire face à une dernière menace d'envergure envers la nation et leur école. Des vies, et même le gouvernement actuel est en jeu. Les ennemis ont décidé de passer à l'action. Notre héroïne et ses amies mettent tout leur savoir faire pour contrecarrer cette menace.
J'ai été ravie de retrouver notre troupe de héros toujours entourés de réflexions amusantes, d'action, de thé et de gâteaux. Sophronia est toujours un peu tiraillé par ses sentiments, le professeur Braithworpe encore à moitié fou. On pouvait s'en douter, mais pour d'autre Mlle Géraldine va en surprendre plus d'un et agréablement.
Quant à l'histoire. C'est l'apothéose de toute les événements vécus jusque-là. C'est dynamique, plein de rebondissements, de combats. Ça bouge. Je ne le dirai jamais assez, mais l'auteure à le chic pour donner une ambiance particulière à ses histoires qui font que j'adhère immédiatement à ses personnages.
Pour conclure, c'est encore un carton plein de mon côté. Un coup de coeur pour cette série. J'adore toujours autant la plume de Gail Carriger, la façon dont s'exprime ses personnages, les situations rocambolesques et cet humour particulier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Ys
  07 mai 2016
Un chouïa long à démarrer, ce quatrième et dernier tome des aventures de Sophronia corse peu à peu le suspense et dramatise ses ressorts, jusqu'alors plutôt légers. L'action en ressort d'autant plus intéressante, l'histoire d'amour... aussi sans doute, même si j'avoue m'être plus amusée des flirts et badinages des volumes précédents qu'émue de leur dénouement. Dénouement encore assez adolescent - en accord avec son public - mais qui a le mérite de poser, sans trop de facilités et avec charme, les cas de conscience et ambiguïtés soulevés par une affection en dehors des normes sociales.
L'évolution des caractères, globalement, est assez chouette, avec quelques révélations et retournements d'alliances qui affinent le propos et jouent avec intelligence des implications potentiellement retorses du thème central de l'espionnage. Quant aux fils qui continuent à se tendre vers les intrigues du Protectorat, ils donnent envie de relire celui-ci sans attendre !
De série en série, Gail Carriger a décidément créé un univers aussi accrocheur que réjouissant, qui promet d'excellentes heures de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Choupi333
  24 octobre 2016
Une saga intrigante, c'est le moins que l'on puisse dire ! Nous suivons le point de vue de Sophronia, élève peu commune car elle a été recrutée parmi le "commun des mortels" ^^. J'ai beaucoup apprécié ce personnage car elle est très complexe, à la fois forte et loyale mais aussi très observatrice, presque calculatrice parfois. Son histoire avec Savon (personnage masculin qui vit en "marge de la société" à cause de sa condition et sa couleur de peau) est pleine de pudeur, de tendresse et d'incertitude. Savon sait ce qu'il veut et se bat pour l'obtenir, c'est un personnage qui m'a réellement touché. Contrairement à lui, Sophronia va se poser beaucoup de questions sur son avenir et sur ce qu'elle veut réellement.
J'ai passé un agréable moment à lire cette saga (un tome par jour, c'est pour dire !), bourrée d'action, d'humour et de premiers émois.
Je conseille cette lecture à tous ceux qui souhaitent se détendre et passer un bon moment.
Une très belle découverte, je vais surement me pencher sur la première série de l'auteur (plus adulte) qu'est "Le protectorat de l'ombrelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12


critiques presse (1)
LesVagabondsduReve   22 novembre 2016
Un quatrième et dernier tome qui tient toutes ses promesses en s’achevant, si on l’ose dire, sur un vrai feu d’artifice.
Lire la critique sur le site : LesVagabondsduReve
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
florencemflorencem   19 août 2019
La tête de Dimity apparut par-dessus le bord du balcon, loin au-dessus d’eux.
- Oh, vraiment ! cria son amie. Je te laisse cinq minutes pour discuter et voilà ? Tu es définitivement impossible.
Ses yeux s’agrandirent lorsqu’elle se rendit compte que Sophronia se trouvait dans les bras d’un gentleman.
- Et une gourgandine !
- C’est toi qui as choisi cette robe, objecta Sophronia.
- Créature ! dit Dimity.
- Je vais faire vite, promis.
- Oui, il me semble que cela fait partie des attributions d’une gourgandine.
Même Dimity pouvait être grossière, à l’occasion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
AelleAelle   22 mars 2017
« Les dames semblent l’apprécier. » Sophronia voulait juste voir la réaction de Pillover.
Pillover frémit.
« L’un des grands mystères de l’Univers. Comme la raison pour laquelle les gens mangent du concombre. » Dimity avait des opinions arrêtées sur le concombre, qu’elle considérait comme de l’eau gluante et à la forme embarrassante, que l’on aurait jamais dû, quelles que soient les circonstances, servir à table.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CressCress   30 juin 2016
" Je peux les entendre, vous savez.
- Mes pensées? paniqua Sophronia, soupçonnant que les loups-garous avaient des capacités inconnues?
- Non, idiote, vos battements de cœur. Ils me donnent de l'espoir.
- Je ne pensais pas qu'ils étaient si forts."
Commenter  J’apprécie          20
CressCress   05 juillet 2016
"Nous aimons l'ombre. C'est là que se trouve tout le pouvoir."
Savon regarda son Alpha. "Nous passerons de nombreuses années de bonheur ensemble dans le péché et l'anonymat, tout en interférant avec la marche du monde pour le bien de tous."
Commenter  J’apprécie          20
CressCress   05 juillet 2016
"Une jeune fille, qui portait un poulet en osier et jouait de la harpe, m'a assommé avec un livre sur les beignets puis m'a fourré sous un piano." Ça ressemblait à un rêve bizarre.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Gail Carriger (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gail Carriger

[Imaginales 2013] Conférence Mondes terrifiants, mondes flamboyants
Extrait de la conférence "Mondes terrifiants, mondes flamboyants" enregistrée aux Imaginales (Epinal, mai 2013) Avec Fabrice Colin, Gail Carriger, Marika Gal...
autres livres classés : steampunkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le Protectorat de l'ombrelle - Sans Âme

Mademoiselle Tarabotti est...

divorcée
veuve
vieille fille
fiancée

10 questions
100 lecteurs ont répondu
Thème : Le protectorat de l'ombrelle, Tome 1 : Sans âme de Gail CarrigerCréer un quiz sur ce livre

.. ..