AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253177202
Éditeur : Le Livre de Poche (10/09/2014)

Note moyenne : 4.3/5 (sur 162 notes)
Résumé :
Une histoire de vampires, de loups-garous et de momies. Lady Maccon, Alexia Tarabotti, est en pleine béatitude domestique. Une béatitude à peine troublée par la fréquentation de quelques loups-garous de la haute société et celle du second placard préféré d’un vampire, sans oublier un bambin précoce ayant des dispositions incontrôlables au surnaturel... Mais Alexia vient de recevoir un ordre qu’elle ne peut ignorer. Avec mari, enfant et Tunstells, elle embarque à bor... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (43) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  16 novembre 2015
Et voici le dernier tome des aventures de notre chère Alexia. Je l'avais dans ma bibliothèque depuis un petit moment déjà, mais j'avoue avoir retardé le moment de le lire encore et encore. Je sais qu'il y a une suite avec Prudence (qui va se laisser désirer…) mais même en sachant cela, il est difficile de quitter une héroïne comme lady Maccon.
Je ne savais plus trop à quoi m'attendre en commençant ma lecture. J'avais délibérément mis de côté le résumé, voulant garder un peu de surprise. Et je n'ai pas été déçue bien que je trouve que certains éléments de ce dernier tome manque un peu d'explications. On ne s'ennuie pas une seconde, j'ai lu le roman d'une traite et les différentes intrigues qui se mêlent les unes aux autres sont toujours autant sympathiques à suivre. J'ai beaucoup aimé le fait que nous ayons deux narrateurs : Alexia et Biffy. Ce dernier a su prendre de l'importance petit à petit, et bien que je ne m'attendais pas à ce que le personnage devienne aussi important, j'en suis très ravie. Gail Carriger a su fomenter une fin tout à fait parfaite pour nombres de ses personnages et j'en suis plus que ravie.
L'histoire en elle-même nous fait voyager en Egypte. Nous changeons radicalement de décor, mais nombres de personnages suivent Alexia dans son nouveau périple et nous ne sommes pas tellement dépaysés. Nous nous retrouvons deux ans après la fin du tome quatre (bien que quelque fois dans le récit, l'auteur nous donne l'impression qu'une décennie s'est écoulée). Il n'y a pas eu beaucoup de changements, et ce petit lapse de temps nous permet aussi d'avoir des interactions plus intéressantes avec Prudence, la fille d'Alexia et Conall. Cette dernière montre déjà un caractère bien trempée et elle est vraiment adorable. La voir évoluer avec ses parents étaient très attendrissant. Alexia, elle-même, a beaucoup changé. Pas vraiment dans son caractère, elle reste la même, mais elle semble plus « humaine » dans le sens où son manque d'âme, la caractéristique des paranaturels, semble quelque peu se dissiper. Elle est moins distante par rapport à ses sentiments, et c'est très plaisant. Voir Conall en papa poule, bien que moments assez rare, était aussi un pur plaisir.
Mais il y a aussi les enquêtes. Non, ce cinquième tome n'est pas qu'amour et tendresse. D'une part, Alexia enquête sur son père. Un homme qui reste encore un mystère pour moi. On en découvre ainsi encore un petit peu plus sur le surnaturel mais rien de bien folichon. J'aurais aimé en découvrir beaucoup plus. L'enquête en elle-même est palpitante avec des voyages, des rencontres, des combats, mais ma curiosité n'a pas été assez assouvie. C'est un peu dommage. La seconde enquête, intimement liée à la première, se déroule à Londres avec Biffy et Lyall. Et de ce point de vue là, c'est surtout les interactions de Biffy et Lyall que j'ai appréciées. L'enquête étant un peu en second plan, Gail Carriger se concentre plus sur l'évolution du louveteau. Et, bien que ces passages soient courts, je les ai adorés. J'aurais aimé le voir évoluer encore plus (peut-être avec la série consacrée à Prudence ‼) car c'est un personnage avec du potentiel, et en fin de compte, il est le seul surnaturel que l'on voit devenir surnaturel. L'avoir connu humain, puis loup-garou avec toutes ces phases d'adaptation et d'évolution était vraiment chouette. Sans compter sa personnalité : un pur régal.
Le tout est toujours saupoudré d'humour, d'une petite touche british, d'action, de découvertes et de voyages palpitants. Un vrai plaisir. Je ne regrette pas du tout d'avoir commencé cette série qui n'a cessé de me plaire tout du long. L'auteure a une plume que j'apprécie énormément, et même si je n'ai pas entendu que du bien de son autre série, je me ferai un plaisir de la lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Arakasi
  01 juillet 2013
Changement de décor pour ce cinquième et (actuel) dernier tome du « Protectorat de l'Ombrelle ». En compagnie de l'indomptable et têtue comme une mule Alexia Maccon et de sa petite famille, nous délaissons le brouillard londonien pour le soleil brûlant d'Egypte. Bien que le voyage relève plutôt de l'excursion touristique que d'une véritable plongée dans l'Egypte coloniale, le dépaysement reste agréable et évite à la saga de tomber dans la monotonie. Il faut bien reconnaître cependant qu'une certaine lassitude se fait sentir… L'intrigue est amusante mais sans plus et les traits d'humour commencent à se faire un peu répétitifs. Quelques retournements de situation particulièrement tirés par les cheveux m'ont également laissée assez dubitative.
Tout n'est pas noir pour autant : malgré quelques redites, le plaisir de retrouver la plupart des personnages reste intact. J'avoue avoir suivi avec un intérêt tout particulier la storyline de ce bon professeur Lyall resté à Londres pour l'occasion afin de gérer le bordel quotidien de la meute pendant que les Maccon faisaient du camping à l'ombre des pyramides : certes, toute cette petite histoire était fort prévisible, mais très réjouissante à suivre tout de même ! La fin du roman est un autre bon point, puisqu'elle redistribue un peu les cartes et laisse espérer des changements importants pour l'avenir, ce qui pourrait donner au « Protectorat de l'Ombrelle » le petit coup de fouet dont il commence à avoir besoin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
MissJZB
  14 mai 2013
Ah là là, j'ai refermé ce dernier volet des aventures de notre paranaturelle préférée, heureuse et triste à la fois. Heureuse parce que le Protectorat de l'ombrelle m'aura régalée jusqu'au bout. Triste, eh bien, parce que c'est le moment de dire au revoir à tout ce petit monde attachant et à cet univers loufoque qui aura égayé ma vie de lectrice comme peu de séries ont su le faire. Et celle-ci est vraiment inclassable, inimitable, ce qui la rend, à mon sens, incontournable.
Gail Carriger a de quoi être fière d'elle, et je lui lève ma tasse de thé bien haut pour avoir réussi à maintenir une telle qualité d'écriture, un véritable don qui lui a permis de créer des personnages inoubliables et des situations cocasses dont on se souviendra longtemps, très longtemps. Cette Jane Austen des temps modernes, aux accents victoriens et steampunks, nous livre ici un tome plus intimiste ; on sent qu'elle nous prépare gentiment à des adieux qui, reconnaissons-le, tombent à pic, au moment où la série a atteint une apogée délectable.
Nous retrouvons donc une lady Maccon qui nage en plein bonheur familial, et elle nous invite dans le second placard de lord Akeldama en mettant à notre disposition des chaussons confortables qui portent l'empreinte de son humour grinçant si addictif. Évidemment, on se régale de découvrir, deux ans plus tard, ce qu'il est advenu de son entourage et comment Alexia s'en sort avec l'ex désagrément embryonnaire, la petite Prudence, une voleuse de peaux. Et dans la première partie du roman, on peut dire qu'elle fait tourner son monde en bourrique, à l'aide de crocs ou de griffes, pour le plus grand plaisir de son « Dama » adoré. On ne se lasse pas de l'organisation domestique de cette famille très atypique.
Très vite, les soucis surnaturels reviennent en force. du meurtre trouble d'un loup-garou découlent beaucoup de soucis qui tendent à rendre intrigante l'invitation formulée par la reine de la ruche égyptienne, Matakara. C'est l'occasion pour la petite troupe d'Alexia de se séparer, certains restant à Londres pour gérer les affaires courantes, tandis qu'elle, son mari, sa fille, les Tunstell et madame Lefoux planifient une croisière très théâtrale sur le Nil.
C'est un tome qui nous dépayse encore une fois, mais de manière plus tranquille, l'action étant surtout présente sur la fin à la manière d'un feu d'artifice. Alexia qui tombe amoureuse de l'Égypte nous la décrit avec affection et quantité de détails savoureux. Mais ce qui fait, à mon sens, la force de ce tome, c'est l'alternance de points de vue qui permet de mettre en avant le personnage de Biffy, cet ex drone devenu loup-garou malgré lui, et on l'adore pour la frivolité et l'intelligence dont il fait preuve. J'ai été scotchée par l'évolution que Gail lui a réservée (à lui comme à bien d'autres protagonistes, d'ailleurs). Et j'ai découvert mon personnage préféré, le professeur Lyall, sous un jour plus tendre. Une certaine relation homosexuelle sortie d'un chapeau malicieux, qui n'a rien à envier à ceux d'Ivy, m'a terriblement touchée. Que c'est romantique !
Je vais m'arrêter là, terminant sur le couple Alexia/Conall, deux êtres très différents et pourtant si bien assortis. Leurs joutes verbales sont un régal, et Alexia, rendue plus « humaine » par sa maternité, dévoile au fil du texte, avec une pudeur typique de sa nature de Sans Âme, les sentiments qui l'unissent à cet homme, sans qui, on s'en rend compte, sa vie serait bien plus triste…
Voici une série menée d'une main de lady, tout en dentelle et en froufrous, qui nous a peut-être dévoilé tous ses secrets d'alcôve, mais qui n'a assurément pas fini de faire parler d'elle. Au revoir, au revoir, les amis, je ne vous oublierai pas, par mon ombrelle, j'en fais le serment !
Lien : http://www.place-to-be.fr/in..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Jumax
  29 janvier 2017
HAAAAAAA zut, c'est fini... Bon heureusement on a la possibilité de retrouver nos personnages favoris dans les aventures de la fille des Maccon !
D'ailleurs leur fille, Prudence (elle porte tellement mal son nom), est au coeur de ce dernier volume, avec ses habilités extraordinaires elle attire la convoitises de personnes extrêmement importantes. Heureusement tous ses parents veillent au grain.
Commenter  J’apprécie          160
Sharon
  19 octobre 2014
Lord Maccoon et lady Alexia ont la joie de vous annoncer la naissance de leur premier enfant. Tous sont d'accord sur le sujet : ce n'est pas une fille, c'est une abomination. Alexia ne proteste pas, non, elle a suffisamment de contrôle sur soi pour demander à son interlocuteur de reformuler sa phrase. « Son enfant », « sa fille », ou « Prudentia » conviennent mieux à la jeune maman.
IL faut un village pour élever un enfant, disait Hillary Clinton. Pour élever Prudentia Maccon Akeldama (du nom de son papa adoptif), il faut une meute de loups garous surentraînés, des drones, des amies de maman dévouées, et un papa adoptif vampire. Je vous rassure, elle n'est pas si terrible que cela, la petiote, sauf quand il s'agit de lui donner son bain. Là, personne ne répond plus de rien, mais meurt littéralement d'envie de poser des RTT.
Enfant différente ? Bien sûr ! La fille d'un loup-garou et une paranaturelle ne peut qu'être hors norme – et les voisins doivent s'habituer à voir parfois un louveteau courir en pleine rue – mais pas très longtemps, tous veillent. D'ailleurs, si elle est si indisciplinée, elle tient ce trait de caractère de sa maman, lord Macoon est formel, sa progéniture personnelle, enfin, s'il avait eu un enfant avec une autre femme, elle serait très sage !
Si jeune, Prudentia est déjà un objet de convoitise, et quand la Reine Vampire de la région d'Alexandrie veut la rencontrer, Alexia n'a d'autres choix que d'obtempérer. Hors de question de partir seule ou de ne pas assurer ses arrières – Alexia peut compter sur son amie Ivy, membre active du Protectorat de l'ombrelle, pour la seconder. N'allez pas croire cependant qu'Ivy n'ait pas elle aussi une vie personnelle : elle est mariée, elle est comédienne, elle a des jumeaux. Les deux amies ne se contentent pas de vivre des aventures invraisemblables, elles vivent aussi.
Dans le monde des romans fantasy/bit-lit dans lequel les héroïnes passent une dizaine de tomes à hésiter entre leurs prétendants, Alexia et son mari, Ivy, même lord Akeldama ou encore le professeur Lyall sont des modèles de stabilité, de volonté aussi de construire leur vie, en dépit des obstacles qu'ils traversent – et ils sont nombreux, variés, dérangeants. Si faire évoluer ses personnages tout en gardant ce ton unique, cette fantaisie était un pari, je peux dire que Gail Carriger l'a amplement réussi à mes yeux.
Le protectorat de l'ombrelle est une série que je quitte à regret, tant elle est drôle et inventive. Mais qui sait ? Les enfants grandissent….
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

critiques presse (1)
Elbakin.net   08 juillet 2013
Après un début très réussi, l’auteur s’éparpille trop vite et son récit n’a rien de bien consistant à offrir. La sous-intrigue se déroulant à Londres par exemple ne vaut là encore que pour la relation entre les deux personnages mis en avant.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
JumaxJumax   24 janvier 2017
En se réveillant ce soir-là, Biffy fut, c'est compréhensible, ennuyé d'apprendre la mort de Dubh. Mais ne fut que moyennement ennuyé. Il ne l'avait jamais rencontré et, à en croire les rumeurs, il n'avait pas raté grand-chose. Qui plus est, il était difficile de pleurer la perte de quiconque avait passé une bonne partie de sa vie en Ecosse. Biffy était plus perturbé par le fait qu'un épi s'était formé dans ses cheveux pendant qu'il dormait et qu'il refusait de s'aplatir en dépit de tous ses efforts.
Biffy se demandait si cette attitude pouvait être considérée comme insensible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
florencemflorencem   15 novembre 2015
Elle avait trouvé l’interprétation de Macbeth des Tunstell plus fascinante que qui que ce soit d’autre, sans doute parce que les bouffonneries étaient juste à son niveau d’éducation, ou parce que vivre avec lord Akeldama l’avait préparée à un certain degré d’extravagance.
Commenter  J’apprécie          150
TatooaTatooa   28 novembre 2014
- Ivy, as-tu vu cet homme ?
- Quel homme ?
- Le nomade en ballon qui était là.
- Oh vraiment, Alexia, ils disent ici dans mon petit livre que les Dériveurs ne fraternisent pas avec les Européens. Tu as dû l'imaginer.
- Ivy, ma très chère amie, ai-je déjà "imaginé" quoi que ce soit ?
- Bon d'accord, Alexia. Dans ce cas, je suis désolée de te dire que je n'ai pas observé cette interaction.
- Une déception pour toi, j'en suis sûre, car c'était un fort beau spécimen.
- Voyons, Alexia, tu ne devrais pas dire de telles choses ! Tu es une femme mariée !
- Certes, mais pas morte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
TatooaTatooa   27 novembre 2014
Prudence était très absorbée par son lait chaud et passa un bon moment à attraper les morceaux de cannelle avec le bout de son doigt puis à le sucer. Cela manquait terriblement de dignité, bien entendu, mais pour le moment, le désagrément en bas âge avait montré peu d'intérêt pour l'usage convenable des couverts, semblant penser qu'elle avait d'abord eu des doigts et qu'on ne changeait pas une chose qui marche. Alexia garda un oeil sur elle mais n'interféra pas. Avoir un enfant avait beaucoup influencé ses principes tant vantés, c'était étonnant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ThomaelleThomaelle   05 juin 2013
Lord Maccon, il faut le noter, portait un autre châle de brocard rose bien enroulé autour de la taille. On aurait dit une jupe venue des Caraïbes. Alexia supposa que son mari, étant Écossais, avait l’habitude de porter des jupes. Et il avait vraiment de très beaux genoux. Les Écossais, avait-elle eu l’occasion de remarquer, avaient souvent de beaux genoux. Peut-être était-ce pour cela qu’ils voulaient absolument porter des kilts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Gail Carriger (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gail Carriger

[Imaginales 2013] Conférence Mondes terrifiants, mondes flamboyants
Extrait de la conférence "Mondes terrifiants, mondes flamboyants" enregistrée aux Imaginales (Epinal, mai 2013) Avec Fabrice Colin, Gail Carriger, Marika Gal...
autres livres classés : steampunkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le Protectorat de l'ombrelle - Sans Âme

Mademoiselle Tarabotti est...

divorcée
veuve
vieille fille
fiancée

10 questions
97 lecteurs ont répondu
Thème : Le protectorat de l'ombrelle, Tome 1 : Sans âme de Gail CarrigerCréer un quiz sur ce livre