AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702153887
Éditeur : Calmann-Lévy (16/10/2013)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.9/5 (sur 983 notes)
Résumé :
« JE LES CHERCHE PARTOUT.
JE LES CHERCHE TOUJOURS. »

Sept ans après s'être mesurée au Chuchoteur, Mila Vasquez travaille aux Limbes, le département des personnes disparues.
L'enquêtrice excelle dans son domaine. Peut-être parce qu'elle est incapable d'éprouver la moindre émotion. Ou peut-être parce qu'elle-même porte dans sa chair la marque des ténèbres.

On a tous ressenti l'envie de s'évanouir dans la nature.
De f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (196) Voir plus Ajouter une critique
SMadJ
  17 octobre 2014
Après un "Tribunal des Âmes" de faible facture et hautement oubliable, Donato Carrisi nous revient en très grand forme dans la suite du "Chuchoteur". Il faut croire que le personnage de Mila Vasquez l'inspire de façon plus qualitative, comme une muse perverse.
C'est donc le lecteur qui va être content de se laisser une fois de plus fasciner et manipuler très agréablement par le bout du nez.
Viscérale, vénéneuse, acérée, l'histoire nous plonge une fois de plus dans les méandres du mal et de l'insanité.
L'addition d'un nouveau personnage apporte un vent de fraîcheur bienvenu. En effet, Simon Berrish, "l'homme à qui vous avez envie de parler", est un collier de perles scintillantes et Carrisi nous le façonne chapitre après chapitre le rendant indispensable et intrigant. Couplé à Mila, ce duo fait des merveilles.
L'intrigue est folle, nerveuse, d'une puissance maîtrisée de main de maître par ce peintre du suspense qu'est Carrisi.
Les couleurs sont ocres et sombres et le pinceau telle une lame aiguisée vient tracer des cercles à même votre cerveau pour y bien graver l'histoire.
Comme toujours chez Carrisi, l'intrigue est à tiroirs mais ici ils s'encastrent magnifiquement dans la commode. 4/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6012
gruz
  26 octobre 2013
Ce thriller est la suite des aventures de l'enquêtrice Mila Vasquez, personnage écorché découvert dans le roman « le chuchoteur ».
Autre histoire, autres personnages, sept ans après. Mais cette même Mila, héroïne si atypique.
Je ne vais pas y aller par quatre chemins, ce nouveau thriller est une réussite totale. Parce-que Carrisi est fort, sacrément fort !
Fort par sa capacité à nous faire entrer en empathie totale avec une héroïne qui, justement, en est totalement dépourvue. A ce niveau c'est déjà un exploit, et c'est la preuve que l'auteur montre une impressionnante faculté à rendre crédible ses personnages. Un flic assez inhabituel, auquel Carrisi va adjoindre un protagoniste tout aussi étonnant, spécialiste en anthropologie.
Fort également par son aptitude à concocter une intrigue totalement addictive. Un thème et une histoire vraiment originaux, qui arrivent à s'affranchir des poncifs du genre et à maintenir une tension de tous les instants (loin de toute effusion de sang gratuite).
Fort et sacrément intelligent, enfin. Pour ne pas être tombé dans le piège du copier / coller et nous proposer un récit foncièrement différent de celui du « Chuchoteur ».
Un roman impossible à lâcher, une construction narrative tout à la fois sobre et bluffante, et cette tension qui flirte avec l'émotion, jusqu'à un final d'une formidable intensité.
Toutes les qualités qui, à mon sens, feront mentir ceux qui pensent que le thriller a déjà tout dit. L'hypothèse du mal (titre original du roman) est une preuve subtile et éclatante que rien n'est tout à fait noir ou tout à fait blanc.
Précision importante, il n'est absolument pas indispensable d'avoir lu « le chuchoteur » au préalable.
Je ne vais pas vous le chuchoter, mais vous le crier bien fort : voici un roman qui tient largement le haut du pavé dans sa catégorie. Il serait très dommage de passer à côté d'une telle délectable expérience littéraire.
N'écorchez pas le nom de ce maitre du thriller européen : C A R R I S I.
Lien : http://gruznamur.wordpress.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          554
Kenehan
  05 novembre 2013
C'est amusant comme un détail, une image, un texte aperçu du coin de l'œil peut happer votre regard, vous faire tourner la tête et stopper votre marche à travers les rayons. C'est exactement ce qu'il s'est passé lorsque j'ai entraperçu ce visage de porcelaine durant mes courses dans un supermarché. Il me disait quelque chose ! Avec "Donato Carrisi" écrit en gros, j'ai vite fait le rapprochement avec "Le Chuchoteur". Et voilà qu'un petit bordereau rouge en bas de l'exemplaire annonce "La suite du best-seller Le Chuchoteur". Alors comme ça, chaque enquête de Mila sera illustrée par un visage de poupée ?!
"L'écorchée" c'est le retour de Mila Vasquez, 7 ans après l'enquête concernant le fameux "Chuchoteur". Sept années propices à Donato Carrisi pour modifier selon son bon vouloir le contexte de vie de la jeune femme. Désormais, elle travaille aux Limbes et s'occupe des personnes disparues. Fini les scènes de crimes macabres, l'hémoglobine, non tout ça elle n'en veut plus parce qu'au fond, elle sait qu'elle aime ça (dixit sa petite voix intérieure). Alors elle s'efforce maintenant de surveiller les petites filles, de repérer les éléments nuisibles dans leur vie et d'éviter qu'un malheur ne leur arrive. C'est ainsi que le livre s'ouvre. Mila vient à la rescousse d'un fantôme hantant une petite fille.
Lorsque j'ai ouvert la première page de ce roman, je n'ai pu m'empêcher d'esquisser un sourire. Un sourire parce qu'en fin de compte j'ai eu l'impression de rouvrir "Le Chuchoteur". La recette est la même et j'en sens les effluves dès le début.
Une introduction très mystérieuse qui ne peut qu'attiser la curiosité du lecteur et le pousser à tourner les pages suivantes. Une absence d'indicateurs géographiques précis, tout au mieux on sait que les scènes se déroulent en ville, en banlieue, dans la campagne mais au fond ça pourrait être n'importe où. Le temps, lui aussi, décontextualise l'histoire. En remplaçant les années par des XXXX, on ne peut que se raccrocher à un temps imaginaire que l'on suppose contemporain à notre temps de lecture. On s'agrippe aux éléments alentours comme la technologie, les noms de familles, etc mais le flou persiste et on regrette que l'auteur poursuive cette manie que personnellement je n'avais pas aimé dans le premier opus. Autant à l'époque j'y voyais un désir d'universalité : montrer que le Mal est partout, autant aujourd'hui j'y vois les désirs d'un écrivain de ne pas condamner son roman à devenir obsolète, de le garder lisible le plus longtemps possible et par le plus grand nombre.
La qualité descriptive et narrative n'est pas toujours ce qu'il y a de plus agréable à lire ici : "Hommes et véhicules accélérèrent l'allure. On aurait dit un comique du cinéma muet. Mais personne n'avait envie de rire, la tension était palpable". Noooonnn ???!!! Et moi qui m'attendais à les voir s'esclaffer devant cet enregistrement de vidéosurveillance ! Heureusement que l'auteur précise le contraire ! Encore heureux qu'il n'ait pas écrit "On aurait dit le clip "Ray of Light" de Madonna. Mais personne n'avait envie de chanter et de danser." ! Il aurait été sage de nous éviter quelques unes de ces évidences et autres idées déjà toutes faites...
Le livre est divisé en quatre parties : Mila, Berish, Alice et Kairus. Quatre personnages abîmés, liés les uns aux autres par cette "Hypothèse du mal" que Donato Carrisi nous présente fièrement tout au long de son roman. On adhère ou non en fonction de sa propre vision du monde, en tout cas il la vend bien et met l'intrigue au service de sa théorie.
J'ai bien aimé Simon Berish et son chien Hitch. Ce nouveau personnage apporte un peu de fraicheur dans ce "Chuchoteur 1.5". En revanche, la manière dont il est présenté m'a agacé. Lui aussi, comme Mila, à son leitmotiv : "Tout le monde veut parler à Simon Berish". Au tout début, Donato Carrisi nous présente ça comme une sorte de don inné que Simon possède à son insu : "Quelque chose en lui poussait les gens à s'ouvrir, à révéler des détails intimes et personnels." Ainsi, à l'école sa maitresse lui dit un jour "Simon, M. Jordan a lu ta rédaction chez moi, l'autre jour. Il dit que tu n'écris pas mal du tout." La maitresse couche avec le directeur et l'avoue ! Deux autres exemples sont donnés pour bien que le lecteur comprenne la nature de la compétence de Berish : il n'a aucun mal à recueillir le secret des autres. Et c'est pour cela que notre expert est appelé en renfort dans un commissariat de campagne pour recueillir les aveux d'un fermier dont la femme a disparue. Au vu de l'introduction, on s'attend à ce que le présumé coupable avoue comme si de rien n'était de son propre chef, après tout l'auteur nous conditionne pour cela… Que nenni ! Le doué Simon Berish est un escroc ! Cette fois, il use d'une habile manipulation pour amener le suspect à confesser son crime.
Un peu plus tard, on apprend qu'une fois devenu un "paria" dans la police, il s'est lancé dans une auto-formation d'anthropologie (si à la fin du livre on n'a pas compris qu'il avait lu plein de bouquins d'anthropologie c'est qu'on a sauté beaucoup de paragraphe !) et que suite à cela, il est devenu un expert en interrogatoire. D'un côté il y a cette idée d'un don existant depuis l'enfance et de l'autre une compétence acquise volontairement avec le temps après la mise à mal de sa carrière. D'un côté c'est autrui qui délivre son secret à Berish, sentant en lui un récepteur adéquat à l'inavouable et de l'autre c'est Bérish, qui par ruse conduit la conversation vers cet inavouable dans le but d'en être l'accoucheur. C'est à se demander si son leitmotiv ne l'aide pas à se créer l'illusion de posséder un don que les autres n'ont pas. Berish serait-il un homme de contradiction ou un homme qui se berce d'illusions ?
Comme dans "Le Chuchoteur" on retrouve une vision sombre de l'être humain. Personne n'est épargné et personne ne le doit. Les ténèbres et le vide nous entourent, s'installent et finissent par nous corrompre.
Un peu plus décevant, est l'idée redondante d'une sorte de déité dissimulée dans l'ombre qui prend plaisir à manipuler divers pantins pour jouer avec la police. Il y a eu le "Chuchoteur" et maintenant voilà "Kairus alias Le Magicien, l'Enchanteur des Rêves, le Maître de la nuit". Une créature énigmatique et maléfique tapie dans le noir et se jouant de notre part sombre. Donato Carrisi confronte Mila à non pas un seul tueur mais à une multitude de criminels dans chacun des deux romans. Sauf que cette fois, comme le livre ressemble au "Chuchoteur", on sait où trouver les coupables et à la fin il n'y a pas vraiment de surprise.
On n'attend donc qu'une chose, la fin de cette trilogie (pitié faite que ce ne soit qu'une trilogie !!!!) confrontant Mila au Chuchoteur une bonne foi pour toute. Bon, il est très probable qu'il nous ressorte encore un copier-coller du "Chuchoteur" mais ça fait son succès alors pourquoi tuerait-il la poule aux œufs d'or ? Au moins, la prochaine fois je serais préparé à ça et mon plaisir sera simplement contenté par des retrouvailles avec Mila et Bérish dans ce qui sera, je l'espère, une vraie et définitive conclusion sur le cas du Chuchoteur et celle de "l'armée des ombres".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
joedi
  07 février 2015
Je retrouve avec plaisir, Mila Vasquez, l'enquêtrice héroïne du Chuchoteur.
Depuis cette affaire qu'elle a résolue, il y a sept ans, elle travaille aux Limbes, la cellule d'enquête sur les personnes disparues ; le comble, un de ses collègues a lui-même disparu. Lorsqu'une famille est assassinée et que l'auteur de ces crimes garde un jeune garçon en vie comme témoin, la hiérarchie de Mila fait appel à elle. Mila découvre que l'assassin est un de ses disparus !
C'est le début d'un thriller à la hauteur du Chuchoteur qui avait été un coup de coeur, L'écorchée l'est aussi ! Un souhait personnel : que Donato Carrisi écrive un prochain thriller dans lequel je retrouverai Mila Vasquez et son nouveau coéquipier, Simon Berish. À lire !
Commenter  J’apprécie          380
Annette55
  26 octobre 2017
J'avais lu avec plaisir " La-Fille-dans-le-brouillard " du même auteur, je n'ai pas lu " -Le-Chuchoteur dont il est question souvent dans ce thriller, est- ce pour cette raison que je n'ai fait qu'effleurer et lu avec difficulté celui- là ? Sûrement .....
Sans doute, Mila était condamnée à ne connaître aucune empathie , pourquoi ? Je ne sais pas ?Des personnes disparues depuis des années réapparaissent en tuant des personnes ? C'est un livre sombre avec de très nombreux personnages, j'ai fait connaissance avec le mot" "syllogomaniaques", les "Limbes" où travaille Mila, le "département" consacré aux disparitions , le pays des "ombres", le service des disparues....le chien de Berish: Hitch.....
Ce livre n'est pas pour moi . Voilà , très déçue ,je n'ai rien compris , je suis certainement la seule car il y a beaucoup de commentaires , je n'en ai lu que quelques uns , tous élogieux .....
Commenter  J’apprécie          322
Citations et extraits (149) Voir plus Ajouter une citation
SMadJSMadJ   13 octobre 2014
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les heures, les jours, les années... mais personne ne nous explique la valeur d'un instant.
Commenter  J’apprécie          950
Symphonia2Symphonia2   07 juillet 2018
– La lionne qui tue des bébés zèbres pour nourrir les siens est-elle bienfaisante ou malfaisante? Bien sûr, le zèbre souffrira de la perte de ses petits, mais l’autre possibilité est que la lionne voie les siens mourir de faim. Les catégories du bien et du mal se confondent parce qu’il n’existe pas de lions végétariens, n’est-ce pas? Dans le monde animal, quand le choix est obligatoire, le jugement reste en suspens. Mais pour les êtres humains?
– Nous sommes plus évolués. Choisir entre le bien et le mal devrait être plus simple.
– En réalité, la réponse est dans une autre question. S’il existait un seul homme sur la terre, serait-il bon ou mauvais?
– Ni l’un ni l’autre… ou peut-être les deux.
– Exact. Les deux forces ne constituent pas une dichotomie, deux opposés nécessaires supposant que le bien n’existerait pas sans le mal, et vice-versa. Parfois, le bien et le mal sont le résultat d’une convention mais, surtout, ils n’existent pas sous une forme absolue. L’Hypothèse du mal dit: le bien de certains coïncident toujours avec le mal d’autres, mais le contraire vaut également.
– C’est un peu comme affirmer qu’en faisant du mal on peut aussi faire du bien, et que pour faire du bien il est parfois nécessaire de faire du mal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Annette55Annette55   25 octobre 2017
"Les livres étaient un excellent antidote au silence parce qu'ils remplissaient son esprit des mots nécessaires pour combler le vide laissé par les victimes. Surtout , ils représentaient un échappatoire. Sa façon de disparaître .Elle se plongeait dans la lecture et tout le reste- y compris elle même- cessait d'exister .Dans les livres, elle pouvait être "n'importe qui". Ce qui revenait à n'être personne .....Quand elle rentrait chez elle, seuls "les Livres" l'accueillaient ....."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
ladesiderienneladesiderienne   19 avril 2017
Ils gagnèrent la troisième pièce, une salle de bains. Mme Belman était recroquevillée à côté de la porte.
Le médecin légiste indiqua la fenêtre.
- Elle donne sur un terre-plein. A la différence du reste de cet étage, cette pièce n'est qu'à deux mètres du sol. La femme aurait pu sauter. Elle se serait peut-être cassé une jambe, mais elle aurait pu arriver à la route, arrêter une voiture et demander de l'aide.
Pourtant, Mila savait pourquoi elle ne l'avait pas fait. La présence du cadavre à côté de la porte en était la preuve. Elle imagina Mme Belman, pleurant, suppliant le tueur, appelant ses enfants, pour leur faire savoir que leur maman était avec eux. Elle ne les aurait jamais abandonnés, même pas pour sauver sa peau. L'instinct maternel avait prévalu sur l'instinct de survie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
joedijoedi   03 février 2015
Et puis, les livres étaient un excellent antidote au silence parce qu'ils remplissaient son esprit des mots nécessaires pour combler le vide laissé par les victimes. Surtout, ils représentaient une échappatoire. Sa façon de disparaître. Elle se plongeait dans la lecture et tout le reste — y compris elle-même — cessait d'exister. Dans les livres, elle pouvait être n'importe qui. Ce qui revenait à n'être personne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Videos de Donato Carrisi (59) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Donato Carrisi
Chaque vendredi matin, Valérie Expert vous donne rendez-vous avec Gérard Collard pour leurs coups de c?ur... Voici les références des livres présentés dans l'émission du 26 avril 2019 :
Notre-Dame de Paris de Victor Hugo et Jacques Seebacher aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/81649-poche-notre-dame-de-paris.html
La Folle Vie de Lili de Liliane Rovere aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/148086-livre-sur-le-cinema-la-folle-vie-de-lili.html
Le cahier de recettes de Jacky Durand aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/146941-divers-litterature-le-cahier-de-recettes.html
Marguerite de Jacky Durand aux éditions Carnets Nord https://www.lagriffenoire.com/68302-divers-litterature-marguerite.html
# SOS Recettes: Les recettes secrètes de Catherine Roig de Catherine Roig et Héloise Goy aux éditions Hachette Pratique https://www.lagriffenoire.com/?fond=404#-sos-recettes---les-recettes-secretes-de-catherine-roig.html
Iboga de Christian Blanchard aux éditions Points https://www.lagriffenoire.com/147175-nouveautes-polar-iboga.html
Les Gratitudes de Delphine de Vigan, Julie Pouillon aux éditions Audiolib
L'Égarée de Donato Carrisi, Antoine Tomé aux éditions Audiolib
L'Outsider de Stephen King, Philippe Résimont aux éditions Audiolib
Martin Eden de Jack London, Denis Podalydès aux éditions Audiolib
Idiss de Robert Badinter, Féodor Atkine aux éditions Audiolib
L'Affaire Rose Keller - tome 1 Les crimes du Marquis de Sade de Ludovic Miserole aux éditions French Pulp https://www.lagriffenoire.com/124185-divers-litterature-l-affaire-rose-keller.html
Les crimes du Marquis de Sade - tome 2 Les filles du panier de Ludovic Miserole aux éditions French Pulp https://www.lagriffenoire.com/147766-romans-historiques-les-filles-du-panier---tome-2-les-crimes-du-marquis-de-sade.html
Zamor - le nègre républicain de Ludovic Miserole aux éditions French Pulp https://www.lagriffenoire.com/134874-romans--zamor---le-negre-republicain.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





.. ..