AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Alice au pays des merveilles (347)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Nastasia-B
  23 septembre 2017
Voilà un archi-classique de la littérature jeunesse, oeuvre considérée comme majeure à plus d'un titre, oeuvre révérée par beaucoup depuis un siècle et demi, multi-adaptée, multi-imitée, multi-prolongée, multi-inspiratrice. Bref, une pierre angulaire de la littérature…

Malgré mon âge avancé, jamais encore je n'avais tenté d'aiguiser la lame épaisse de mon entendement sur cette pierre angulaire. C'est désormais chose faite et j'ai sollicité tout exprès l'aide de ma fille de dix ans afin d'éclairer d'une lumière non ridée l'autre côté de ce gros caillou.

Aurons-nous le courage d'avouer que nous nous sommes ennuyées ferme l'une comme l'autre quasiment de bout en bout ? Ma fille a carrément jeté l'éponge après six ou sept chapitres, bâillant dangereusement dès la fin du premier, interrompant ou me demandant d'interrompre la lecture extrêmement fréquemment (car j'ai même cherché à la motiver en lui lisant moi-même l'histoire, chose que je ne fais plus avec elle depuis déjà un bout de temps car c'est d'ordinaire une lectrice efficace et tenace).

Quel ennui ! Quelle déception ! Le non sens porté jusqu'au leitmotiv. Non sens, c'est gentil comme désignation, ni queue ni tête serait peut-être plus précis et aussi plus juste. Des chapitres entiers dont je sonde encore en vain l'intérêt : prenons par exemple le Quadrille des Homards ou L'Histoire de la Tortue Toc ou bien encore Porc et poivre. Du bla-bla blablatant blablatifiant blablatroupifiant qui vous bourre le mou comme j'ai peine à le décrire.

Je ne serais pas surprise d'apprendre que Lewis Carroll ait fait des adeptes dans la littérature dite " adulte ", avec des salmigondis comme peuvent l'être l'Ulysse de James Joyce, par exemple. Mais parmi toute cette mélasse dont je suis bien contente d'être sortie, je vois tout de même une belle passerelle intéressante : le procès.

En effet, la scène finale du procès d'Alice n'est pas sans m'évoquer grandement le fameux Procès de Franz Kafka. Si ce livre de non sens a permis à cette autre oeuvre de voir le jour, alors, elle aura eu du sens, et alors elle aura le droit à ma petite parcelle d'estime, d'où cette seconde étoile consentie presque à contre coeur.

Pour le reste, je me dépêcherai de vite oublier cette lecture qui ne m'a procuré, littérairement parlant, aucun plaisir. Et je laisse à d'autres le soin d'analyser toutes les allégories, tous les symboles, tous les clins d'oeil de l'auteur, bref, tout le SENS qui pourrait être contenu et se dissimuler derrière le non sens. Bien entendu, ce n'est là qu'un avis (un et demi, disons, car ma fille en a tout de même lu la moitié) c'est-à-dire un grand non sens…

P. S. : J'aurais vraiment aimé m'enthousiasmer pour cette œuvre, j'ai l'impression d'affectionner l'humour et les jeux de mots, celle-ci semblait écrite pour moi et finalement, non. Au demeurant, Lewis Carroll n'a pas grand-chose à craindre du non sens de cet avis car Alice, au pays d'Elmer, veille (comme Simone d'ailleurs, bien que je ne sois pas exactement certaine qu'elle demeure à présent au Pays d'Elmer… c'est à creuser de toute urgence car c'est important pour le devenir de l'humanité bien qu'il faille constamment se méfier des éléphants multicolores toujours prêts à tromper quiconque lorsqu'on aborde ce registre-là).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11412
Daniella13
  04 septembre 2016
J'avais envie de me plonger dans un classique de la littérature et j'ai choisi "Alice au pays des Merveilles" de Lewis Carroll. Les avis étant assez mitigés, je voulais m'en faire ma propre idée.
Nous connaissons tous la version de Disney ou celle de Tim Burton mais qu'en est-il de la version originale de l'auteur qui a écrit ce conte magnifique ? Fermez donc les yeux et rentrez dans le pays des Merveilles.

Alice est sur la berge près de sa soeur et voit passer un lapin blanc qui l'intrigue. Elle se met donc à le suivre et va vivre une aventure extraordinaire où elle rencontrera de sacré personnage, comme le chapelier fou ou la reine de coeur qui veut décapiter tout le monde.

Ce conte publié en 1865 garde toute sa fraîcheur des années après et on ne peut être que transporté par l'histoire d'Alice.
Qu'elle boive ou qu'elle mange, sa taille ne cesse d'évoluer tout au long du livre en fonction de la situation dans laquelle elle se trouve. Mais quand une situation lui échappe, elle n'a qu'une hâte c'est de rentrer chez elle.
Ce joli conte met en valeur de nombreuses leçons de morales que nous utilisons toujours aujourd'hui et qui visent au respect d'autrui.
On ressent aussi la caricature de la société notamment lors du procès qui n'a rien de très honnête.
J'ai aussi beaucoup aimé les illustrations qui nous accompagnent tout au long de ce livre.
Pour moi ce livre est un vrai chef-d'oeuvre de la littérature.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1044
Gwen21
  01 janvier 2013
Qui ne connait l'histoire d'Alice, de cette petite anglaise qui s'endormit par une belle journée printanière au son de la voix de sa soeur, occupée à lui faire ses leçons, et s'embarqua pour un voyage onirique aussi instructif que fantaisiste ? Qui n'a, à l'instar d'Alice, rêvé d'entreprendre un pareil voyage dans les bras de Morphée, abandonnant tous ses repères, parlant aux animaux et aux plantes, allant vers l'inconnu, tantôt fragile tantôt dominateur selon la taille que l'on a?

Lorsque j'étais petite, le film de Walt Disney avait déjà été pour moi l'un des plus marquants du réalisateur, véritable porte ouverte vers un imaginaire sans bornes, haut en couleurs. Adulte, me plonger dans l'oeuvre m'a permis de découvrir avec beaucoup de plaisir que ce roman n'est pas simplement une histoire pour enfant, loin de là, mais tient davantage du conte philosophique. Chaque rencontre, chaque pensée, chaque épisode évoque la civilisation occidentale du XIXème siècle. le récit, parfaitement maîtrisé et fort d'une narration brève, encourage la progression du lecteur (et d'Alice) vers l'imaginaire tout en évitant les écueils de descriptions assommantes. Toute la magie de l'oeuvre est là : peu de choses suggérées et pourtant un monde précis qui se crée sous les yeux du lecteur, en même temps qu'il apparaît à Alice. le rythme est rapide, les aventures se succèdent, la curiosité d'Alice et du lecteur ne faiblit jamais.

Très belle lecture qui fait naître des réflexions simples et profondes sur notre ego, nos idéaux et nos valeurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          791
juliette2a
  01 septembre 2013
Ah, quelle adorable demoiselle, cette Alice Liddell, héroïne "wonderlandesque" que tout le monde connaît !

Cette histoire est l'une des plus célèbres de la littérature, et pourtant je n'avais pas encore découvert la plume de Lewis Carroll...Voilà chose faîte !

Alice fait un rêve étrange : après avoir rencontré un drôle de lapin (qui parle !), elle décide de le suivre et s'embarque alors dans une aventure inoubliable.
A travers des rencontres pas toujours amusantes, la jeune fille découvre un monde fantastique dans lequel elle peut aussi bien grandir que rapetisser brutalement, et ce, afin de rencontrer la Reine de Coeur, véritable tyran répétant sans cesse "Décapitez-le" ou "Décapitez-la", sans honte...

Alice au pays des merveilles possède également une suite (moins connue), intitulée La Traversée du miroir, où Alice connaît des aventures similaires (toutes aussi dangereuses et animées !), que j'ai beaucoup appréciées.

La richesse de l'écriture de Lewis Carroll est incroyable ! Mêlant jeux de mots et poèmes caricaturés, le plaisir est constant, la langue est d'une délicatesse rare et finalement, le lecteur ne peut que se divertir tout au long du récit, retombant en enfance le temps d'une histoire agréable et tellement contemporaine !

Je voudrais bien, moi aussi, faire un tour du côté du monde merveilleux d'Alice...

A lire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          728
Sando
  06 octobre 2015
Quel plaisir de franchir la porte du Pays des Merveilles aux côtés d’Alice ! Comme tout le monde, je connaissais déjà le personnage grâce aux nombreuses adaptations sur petit et grand écran, mais je dois bien reconnaître que le bonheur de le (re-)découvrir par le biais de la littérature n’en fut pas moins grand, au contraire ! Publié en 1865, ce conte pour enfants, véritable ode à la fantaisie et à l’imagination, s’avère aujourd’hui encore toujours aussi savoureux et divertissant.

Le talent de conteur de Lewis Carroll y joue pour beaucoup et c’est avec une facilité déconcertante qu’il nous entraîne dans ce monde incroyable où les animaux sont doués de parole, où la nourriture fait grandir ou rapetisser selon les cas, où l’on joue au croquet avec des flamants roses et des hérissons, le seul monde où l’on pratique la course au Caucus et dont la reine est un tyran colérique qui rêve de décapiter tous ses sujets !

En somme, « Alice au pays des merveilles » est une balade enchanteresse au cœur d’un univers onirique, dans lequel l’absurde prévaut sur la raison, où toutes les fantaisies sont permises et où les fous ne sont pas toujours ceux que l’on croit… Les jeux de mots foisonnent dans ce texte plein d’humour et de poésie, contribuant largement au grotesque de certaines situations. Par ailleurs, les illustrations magnifiques réalisées par l’auteur lui-même et qui ponctuent certaines scènes, apportent une véritable touche de magie au texte et aident à pénétrer dans l’univers d’Alice. Un classique de la littérature jeunesse à lire à tout âge !

Challenge Variétés : Un livre qui a été interdit
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          590
Eve-Yeshe
  03 janvier 2016
Il y a déjà eu beaucoup de critiques, mais je vais quand même ajouter mon grain de sel. Il s'agit d'une relecture.

Lewis Carroll nous fait voyager au pays de l'absurde, de la folie. A travers les métamorphoses du corps d'Alice qui grandit ou devient minuscule, on peut imaginer ce qu'est le monde extérieur vu par les plus petits (ou les plus grands) que soi, et tout ce qui semble anodin peut devenir un obstacle.

L'auteur égratigne au passage la société de l'époque avec les nobles et leur éducation rigide comme leur étiquette, (cf., les deux laquais stylés qui transmettent des invitations à jouer au criquet à la Reine et à la Duchesse), la bêtise de certains de ceux qui nous gouverne, telle la Reine qui veut couper la tête à tout le monde…

On trouve aussi des jeux de mots et des réflexions sur le temps : battre le temps en musique, tuer le temps…

La partie de croquet de la Reine est intéressante avec les figures du jeu de carte représentant la société, le Roi, la Reine, le Valet et les soldats (les chiffres). de même que la façon dont est narré le procès, caricature de la société…

Dans la version française, les jeux de mots sont difficiles à traduire et c'est dommage : la tortue fantaisie surnommée la « torturante » car elle obligeait les autres à réciter les leçons, les cours qui deviennent de plus en plus courts, l'emploi du temps, les matières qu'on apprend à l'école…

J'ai été déçue par l'édition. Il n'y a aucune illustration, le texte et brut, sans aucune note explicative, notamment en ce qui concerne les jeux de mots. Par curiosité, je suis allée jeter un coup d'oeil sur la version livre électronique et c'est totalement différent : la traduction est meilleure, il y a des notes et des illustrations.

Un exemple : quand elle chute dans le terrier Alice croît qu'elle va traverser la terre et aller du côté où les gens marchent sur la tête. Dans mon édition : on parle d'antipodistes, dans la version électronique, on dit « anti-pattes » allusion à l'antipathie…

Je regrette de ne pas avoir lu ce livre en anglais, car une partie de la magie semble s'être envolée avec la traduction… je vais tenter de lire la version électronique parallèlement à la version originale… dans le but de lire "La traversée du miroir".

Lu dans le cadre du challenge XIXe siècle
Lien : http://eveyeshe.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          532
missmolko1
  29 avril 2013
Quand j'étais enfant, j'adorais regarder l'adaptation d'Alice au pays des merveilles faite par Disney. Je ne saurais dire combien de fois j'ai mis la cassette vidéo dans le magnétoscope et combien de fois j'ai vécu cette aventure avec Alice....

J'ai donc eu envie de me plonger dans le livre de Lewis Carroll et je ne suis pas déçue. J'avais un peu peur de m'attaquer à un texte difficile et il en est rien! Les chapitres sont courts et se lisent très facilement.
Je regrette peut-être d'avoir fait cette lecture en français car forcément avec la traduction on perd beaucoup notamment pour tout ce qui est jeux de mots mais je dois saluer mon édition pocket car elle contient énormément d'annotations très utiles.
J'ai beaucoup aimé me balader dans ce pays des merveilles même si parfois il est assez effrayant : tout y est étrange, les personnages qu'on y rencontre frôlent tous la folie.... Mais c'est aussi ça les contes : glisser une pointe de magie, créer un monde ou tout devient possible.

Alice est attachante et si vous n'avez pas encore lu ses aventures, je vous incite fortement à le faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          520
Alexein
  21 juin 2016
Charles Dodgson, professeur de mathématique épris de problèmes de logiques, eut un jour de juillet 1862, lors d'une promenade en barque sur une rivière en compagnie de la jeune Alice Liddell et de ses soeurs, l'idée de cette histoire cocasse et rocambolesque qui a mis plus d'un esprit sens dessus-dessous et ce pour notre plus grand plaisir.

De son entrée dans le terrier du lapin blanc à la fin de l'histoire, les tribulations d'Alice sont faites d'entorses à la logique. le langage lui-même est bousculé et entraîne les personnages dans des cascades de quiproquo.

C'est en écoutant une émission de radio traitant de ce livre, il y a quelques mois, que j'ai compris le jeu de mots du titre de l'oeuvre : le verbe « to wonder » se traduit aussi par « se demander », « s'étonner » et par le substantif « questionnement ». La difficulté de traduire l'humour rend impossible, dans le cas présent en français, la double compréhension qui est en anglais : « Alice au pays des merveilles/questionnements ».

L'aspect naïf du livre remet en cause la rigidité de la société victorienne. Tout passe à la moulinette de l'humour vif, mordant et très subtil de Lewis Caroll. Cette histoire pas si innocente est une bouffée d'air pur permettant de s'évader du poids des conventions.

Un livre très profitable à lire en édition bilingue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
Missbouquin
  25 avril 2012
Ce fut un réel plaisir que de me replonger dans ce conte merveilleux dont je n'avais que de vagues réminiscences d'enfance. le redécouvrir en anglais fut très instructif pour plusieurs raisons : le plaisir de lire en version originale, tout d'abord, et surtout de se rendre compte que le monde magique d'Alice et ses créatures fantastiques ont des noms bien plus savoureux en anglais que dans la traduction française ! (j'étais cependant bien contente d'avoir le texte français à côté ..). En particulier parce que la langue de Lewis Caroll est farcie de calembours et de jeux de mots pour la plupart difficilement traduisibles d'une manière correcte et exacte. Or cette langue est ce qui fait toute la richesse du texte.

J'ai trouvé qu'il y avait ainsi une opposition entre le délire excessif, voire cauchemardesque, de ce monde, et le rationalisme dont fait sans arrêt preuve Alice. Mais elle va vite comprendre que la logique du Pays des Merveilles est … particulière !

“But I don't want to go among mad peoples, ” Alice remarked

“Oh you can't help that, said the Cat : “we are all mad here. I am mad. You're mad.”

“How do you know I am mad ?” said Alice

“You must be, said the Cat, or you wouldn't have come here.”

Bref, tout le monde est fou, et Alice en premier !

En même temps, ce texte touche à des problématiques plus profondes, par exemple les questionnements d'Alice sur son identité, quand elle n'arrête pas de grandir ou de rapetisser.

“Est-ce que, par hasard, on m'aurait changée au cours de la nuit ? Réfléchissons : étais-je identique à moi-même lorsque je me suis levée ce matin ? Je crois bien me rappeler m'être sentie un peu différente de l'Alice d'hier. Mais, si je ne suis pas la même, il faut se demander alors qui je peux bien être ? Ah, c'est là le grand problème !”

Des problématiques qui peuvent aussi bien toucher les enfants que les adultes découvrant ou redécouvrant ce texte. de même, Alice qui cherche la direction qu'elle doit prendre.

- “Voudriez-vous me dire, s'il vous plaît, par où je dois m'en aller d'ici ?
– Cela dépend beaucoup de l'endroit où tu veux aller.
– Peu importe l'endroit…
– En ce cas, peu importe la route que tu prendras.
– … pourvu que j'arrive quelque part », ajouta Alice en guise d'explication.
– Oh, tu ne manqueras pas d'arriver quelque part, si tu marches assez longtemps.”

En ce sens, le Chat du Cheshire joue le rôle de mentor, en répondant aux questions d'Alice par énigmes, mais surtout en les élargissant à chaque fois à des questions plus vastes, ce qui donne une dimension plus réflexive et plus philosophique au roman de Caroll.

Avec un humour extraordinaire, à la fois dans le texte et à propos de son texte (car le narrateur se moque régulièrement d'Alice qui se prend trop au sérieux, ou qui est engoncée dans l'éducation traditionnelle des petits Anglais de l'époque…), et faisant preuve d'une vivacité d'esprit et d'une maîtrise du langage ahurissante, Lewis Caroll nous a bien transmis un pur chef d'oeuvre, universel.

Enfin, pour conclure, j'avoue que j'ai particulièrement apprécié ma version annotée du texte, qui expliquait un certain nombre de jeux de mots, ou remettait dans le contexte certaines déclarations et certains faits de l'histoire. Un texte donc très enrichi qui m'a permis de goûter pleinement et la langue, et l'histoire.

“[...] et la morale de ceci, c'est : Soyez ce que vous voudriez avoir l'air d'être ; ou, pour parler plus simplement : Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes.”

Lien : http://missbouquinaix.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          431
Foxfire
  30 mars 2016
Certaines histoires finissent par dépasser le cadre de la littérature pour entrer dans l'imaginaire collectif. Indéniablement, "Alice au pays des merveilles" appartient à cette catégorie (notamment grâce au superbe film d'animation Disney). Tout le monde connait Alice, le lapin blanc, la reine adepte de la décapitation, le chapelier... Moins nombreux sont ceux qui ont lu l'oeuvre de Lewis Caroll. Jusqu'alors c'était mon cas et j'étais curieuse de découvrir ce récit culte.

Pour faire court, tout a été dit sur cette oeuvre, cette lecture a été très agréable. Avec une plume légère, un style fluide qui coule tout seul, une écriture vive, Caroll emmène le lecteur dans un monde extraordinaire, inattendu et très inventif. Les péripéties vécues par Alice sont à la fois originales, absurdes, drôles et pleines de poésie.

J'ai tout de même un petit regret, celui de ne pas être capable de lire ce texte en version originale. On perd pas mal de subtilités et de finesses humoristiques à la traduction. Mais le récit propose des situations loufoques et amusantes qui suffisent à contenter le lecteur même s'il ne peut saisir les jeux de mots.

Cette lecture m'a permis de constater que le dessin animé Disney est finalement très fidèle au récit de Caroll (seuls quelques courts passages du livre n'apparaissent pas dans le film) et en retranscrit bien l'esprit.

En bref, "Alice au pays des merveilles" est une oeuvre universelle et intemporelle qui n'a pas fini de faire rêver petits et grands.

Challenge Multi-Défis 2016 - 21 (un conte)
Challenge XIXème siècle 2016 - 3
Challenge Petits plaisirs 2016 - 12
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410


Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Alice au pays des merveilles

Ultra facile : Qui a écrit "Alice au pays des merveilles" ?

Oscar Wilde
Edgar Allan Poe
Lewis Carroll
Charles Dickens

10 questions
680 lecteurs ont répondu
Thème : Alice au pays des merveilles de Lewis CarrollCréer un quiz sur ce livre
. .