AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203097515
Éditeur : Casterman (06/01/2016)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 40 notes)
Résumé :
Une cabane perdue dans la neige et des jeunes filles qui disparaissent tour à tour la nuit venue...
Des monstres parasites cachés au fond des bois qui attendent la proie idéale pour faire ... leur nid.
Emily Caroll nous livre un florilège de contes horrifiques à l’ambiguïté grinçante, et nous rappelle cette délicieuse sensation d'avoir peur, confortablement installé sous les couvertures, en toute sécurité.
A moins que...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
missmolko1
  17 septembre 2014
Through the Woods est un roman graphique et recueil de contes qui m'a bien plu mais il manque un petit quelque chose pour que le coup de cour soit la....
Le défaut (commençons pour une fois par le négatif) est la répétition des mêmes thèmes : mort, fantômes.... Alors ça donne une certaines continuité à l'oeuvre mais ça m'a lassé au bout d'un moment. On est très loin des contes enchanteurs, ici le public visé est bien un public adulte mais j'aurai aimé des contes un peu moins effrayants.
Par contre je suis complètement séduite par les dessins qui sont splendides. Face à ces pages, on retombe en enfance et chacune est une découverte magnifique.
Amateur de fantastique et de contes ce roman devrait vous plaire.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
Commenter  J’apprécie          240
IreneAdler
  15 novembre 2016
Nouvelles sous formes de bandes dessinées, elles exploitent certains thèmes des contes, comme la forêt, les monstres, les loups... Ainsi qu'une réécriture du Petit Chaperon rouge.
L'ensemble donne un recueil assez angoissant, mais très beau. Les 3 couleurs utilisées, noir, blanc et rouge, donnent une poésie à l'ensemble tout en étant parfaitement adaptées aux thématiques. La dessinatrice joue sur des contrastes très forts. Les textes ne sont pas envahissants, le lettrage est soigné.
Une belle manière de revisiter les contes, en accentuant leur côté angoissant, à destination d'un public adulte.
Commenter  J’apprécie          90
ulostcontrol
  01 février 2016
Emily Carroll a choisi d'utiliser le format de la nouvelle pour aborder les thèmes de l'horreur et de la peur. Cinq courtes histoires sont donc réunies dans cette bande-dessinée de 200 pages, qui trouve sa cohérence par le rôle central qu'elle accorde aux bois, à la forêt. J'ai été franchement fascinée par la façon dont l'auteure met en scène la forêt, par la façon dont elle l'enveloppe d'un mystère sombre et épais, et lui redonne la dimension effrayante qu'elle peut avoir aux yeux d'un enfant.
C'est d'abord l'univers visuel d'Emily Carroll qui saute aux yeux. Les planches sont toutes imprégnées d'une coloration en noir et blanc où la couleur noire a une place prépondérante, elles sont régulièrement teintées d'un rouge vibrant, agressif et terrifiant. La coloration, en plus de la découpe des cases, constitue donc le premier élément remarquable de cette BD. Dans la même veine, j'ai aussi particulièrement apprécié la façon dont Emily Carroll représente ses personnages : une partie de leur visage est souvent manquante, on les voit de dos, de profil, dans l'ombre… En plus de donner une identité terrifiante à la forêt, cette figure vague et abstraite, Emily Carroll sait aussi faire voir la peur sur le visage de ses héroïnes.
J'ai également beaucoup aimé la façon dont l'auteure a découpé ses cases, a joué avec la couleur noir pour les intégrer dans la page. Cela donne à la fois beaucoup de rythme aux histoires mais aussi une dimension très cinématographique – elle en dit et en montre assez pour susciter la peur chez le lecteur tout en laissant l'imagination faire son travail. le scénario de chacune des nouvelles est impeccable et bien ficelé. Certaines histoires pourront évidemment être frustrantes pour les lecteurs qui n'aiment pas les fins ouvertes, mais c'est pour moi une composante importante du mystère et de la peur et j'ai adhéré à chacune des histoires racontées -et à chacune de leurs fins.
En définitive, Dans les bois est une bande-dessinée que j'ai littéralement adorée ! Je vous la recommande vivement, et vous conseillerais même de la lire le soir avant d'aller vous coucher si vous voulez vous faire un peu peur, et si vous n'avez pas peur de tourner les pages
Lien : http://ulostcontrol.com/dans..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Julver
  10 janvier 2017
Coup de coeur pour ce recueil de petits contes horrifiques!
Les nouvelles sont étranges, glaçantes, affreuses... horribles à souhait pour des adultes qui aiment frissonner ! Car oui, voici un recueil pour adultes, à surtout ne pas mettre entre les mains des plus jeunes. On y parle de têtes tranchées, de monstres qui sucent les vivants par la peau, de la mort, partout et tout le temps. Cela fait du bien de lire une bd un peu différente des autres...
Le dessin est splendide, traité uniquement en noir, blanc et rouge, comme un roman graphique... cela m'a rappelé "la favorite" de MAtthias Lehmann.
On reste parfois un peu sur sa faim, car chaque nouvelle pourrait être traitée individuellement. Mais peut importe. J'ai frissoné, et j'ai beaucoup aimé! A vous!
Commenter  J’apprécie          31
prettyrosemary
  15 février 2018
A la manière des contes, Emily Carroll nous dévoile ses nouvelles, situées dans des temporalités différentes et toujours un peu floues, mais marquées par des obsessions récurrentes, la possession, les fantômes, la réécriture de contes traditionnels et l'omniprésence de la forêt. On sent que ce recueil a été pensé dans son ensemble, qu'il y a une vraie unité dans le propos en dépit des ambiance uniques instaurées dans chaque récit. Portées par un coup de crayon et des jeux de couleurs, d'ombres et de typo absolument magnifiques et angoissants, ces courtes histoires accordent toutes une place à la libre-interprétation, souvent bienvenue dans le domaine du fantastique. Concernant cet aspect, je dirais que mon sentiment de lecture reste mitigé. A chaque fois, et en quelques planches seulement, j'ai été immédiatement happée par le récit et l'atmosphère que propose l'auteure, mais chacune des nouvelles ou presque m'a laissé un goût d'inachevé. Parfois, cela participe de l'angoisse, l'incertitude finale qui te glace le sang, parfois, cela te laisse surtout un peu sur ta faim. Naturellement, je pense que c'est le genre d'album qui mérite relecture sur relecture, mais tout de même…
Si le monde des terreurs enfantines fonctionne bien sur vous , que vous avez envie de retrouver les codes du conte mais aussi du film d'épouvante dans une BD somptueuse et si vous n'êtes pas contre l'idée de faire fonctionner un peu votre imagination au-delà de la page… Alors foncez.
Lien : https://prettyrosemary.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (4)
BulledEncre   06 juin 2016
Préparez-vous à trembler.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BDGest   09 février 2016
Portées par un graphisme plein d’imagination et une mise en couleur qui sait saisir ses effets, ces cinq nouvelles font cependant plus frissonner que trembler !
Lire la critique sur le site : BDGest
Auracan   12 janvier 2016
Surprenant, déroutant parfois, Dans les Bois pourra exercer une noire séduction sur les bédéphiles curieux, les amateurs de "nouvelle" BD ou les accros purs et durs de fantastique...
Lire la critique sur le site : Auracan
BoDoi   11 janvier 2016
Légèrement changeant, le trait d'Emily Caroll mêle délicatesse et noirceur de façon très habile. Mais on reste frustré par ce galop d’essai, qui laisse à l’issue de chaque intrigue un peu sur sa faim, à peine familier de personnages intrigants qu’il faut déjà en changer.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   15 septembre 2014
When I was little I used to read before I slept at night. And I read by the light of a lamp clipped to my headboard. Stark white and bright, against the darkness of my room. I dreaded turning it off. What if I reached out... Just past the edge of the bed and SOMETHING waiting there, GRABBED ME and pulled me down, into the DARK.
Commenter  J’apprécie          90
NeljaNelja   19 octobre 2014
And once she was in bed, she said: What a fine night ! What a good walk! I knew the wolf wouldn't find me!

Oh, but you must travel through those woods again and again... said a shadow at the window. And you must be lucky to avoid the wolf every time...
But the wolf... the wolf only needs enough luck to find you once.
Commenter  J’apprécie          30
JulverJulver   10 janvier 2017
Un jour, Janna et moi avons vu un lièvre étalé sur la route. Mort. Tué par les renards. Du sang coulait de sa gueule et maculait sa fourrure. J'avais été saisie par le besoin de le toucher. Mais je ne l'avais pas fait. Janna, si. Janna l'avait touché et j'avais eu trop peur. Trop peur, mais de quoi?
Commenter  J’apprécie          00
JulverJulver   10 janvier 2017
Sais-tu, petite, que tu portes mon collier? (...) Lorsque je t'aurai mise en pièces, petite, alors je serai apaisée.
Commenter  J’apprécie          00
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
548 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre