AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782080682642
298 pages
Flammarion (20/05/2002)
3.17/5   6 notes
Résumé :
Lors d'une visite à Crane's View, la petite ville où il a passé son enfance, l'écrivain Sam Bayer conçoit le projet de consacrer un livre à la mort restée mal éclaircie de Pauline Ostrova, une jeune fille dont il avait découvert le cadavre dans l'Hudson quelque trente ans plus tôt.
En replongeant ainsi dans son passé, Sam espère surmonter la crise d'inspiration dont il souffre depuis plusieurs mois. Dans le même temps, il entame une liaison explosiv... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
paulmaugendre
  22 septembre 2018
Neuf romans et trois mariages. Ratés ! Les mariages, s'entend, car pour ce qui est des romans, ce sont des best-sellers. Mais l'inspiration de Sam Bayer est depuis quelques temps aux abonnés absents et sa plume ne veut plus courir sur le papier.
Son éditeur et son agent littéraire le pressent de leur fournir un nouveau livre rapidement, mais cela ne s'écrit pas à la demande. Cela n'empêche pas Sam Bayer d'entretenir sa popularité lors de nombreuses séances de dédicaces, les lecteurs étant toujours aussi nombreux et friands de petits mots et de signatures sur les bouquins qu'ils possèdent ou viennent d'acheter.
Lors d'une séance organisée dans une librairie new-yorkaise, une jeune femme se présente à lui, avec quelques romans. Elle est collectionneuse et possède des ouvrages traduits en plusieurs langues. Sam Bayer, qui ne baille pas, est subjugué par cette beauté qui se nomme Veronica Lake. Comme l'égérie du cinéma américain des années 1940.
Rentrant chez lui dans le Connecticut, Sam Bayer ressent brusquement le besoin de retourner à sa maison. Pas celle où il vit actuellement, une grande bâtisse dans laquelle il vit seul en compagnie de son peu agréable chien Louie, mais celle de son enfance à Crane's View. Il a quitté la petite ville trente ans auparavant, et la dernière fois qu'il y est retourné remonte à dix ans. Une bouffée de nostalgie l'étreint.
Il s'arrêt au Scrappy's Diner, le lieu de rendez-vous des adolescents à son époque, et les souvenirs affluent. Afin de le faire patienter, la serveuse lui propose de consulter l'annuaire du lycée local. Ainsi il pourra reconnaitre d'anciens professeurs qui exercent toujours. Interloqué il aperçoit un visage inconnu mais qui est associé à un nom qui lui ne s'est pas dissolu dans sa mémoire. Pauline Ostrova.
Sa Pauline Ostrova était la tante de celle dont le portrait figure sur cet annuaire. Etait, car la Pauline Ostrova qu'il a connu est morte. Il avait repêché son corps flottant dans l'Hudson, un soir qu'il s'amusait avec ses copains, une petite bande vauriens. Il n'avait que quinze ans, et cet épisode l'avait fortement marqué. Un coupable présumé avait été arrêté, le petit ami de Pauline. Or Edward Durant, c'était son nom, avait avoué, et incarcéré à Sing Sing. le jeune homme s'était pendu dans sa cellule ne supportant plus de servir de fille aux caïds de la prison.
Sam Bayer est persuadé tenir le sujet de son prochain roman et il en informe son éditeur et son agent. Il en fait part également à sa fille Cassandra, seize ans ainsi qu'au petit ami de celle-ci, lequel va l'aider dans ses recherches. Car il se demande si Edward Durant, malgré ses aveux, était réellement coupable Pauline étant connue comme une jeune fille volage butinant les jeunes pousses et les vieilles tiges. Il retrouve également quelques anciens amis, dont Frannie McCabe, qui est devenu le responsable de la police de Crane's View. L'ancien loubard devenu policier, Sam Bayer n'en revient pas. Veronica Lake elle aussi apporte son soutien et sa possibilité d'effectuer des recherches sur certains des habitants de Crane's View, ceux qui étaient susceptibles d'être à l'origine du meurtre de Pauline Ostrova.
Mais ces recherches dans le passé semblent importuner quelqu'un et Sam Bayer reçoit des messages l'invitant à calmer ses ardeurs de détective, tandis que d'autres, au contraire, sont pressés de lire son futur manuscrit. Et quelques cadavres vont parsemer ses recherches.

Le seul reproche que l'on peut effectuer à propos de ce roman, et encore n'est-ce qu'un avis personnel, réside dans la longueur de cette enquête particulière. En effet plus d'une année va s'écouler entre le début de la résolution de Sam Bayer de remonter le passé, et l'épilogue final qui apportera la solution.
Malgré cette petite réserve, l'intrigue de ce roman est particulièrement intéressante pour plusieurs raison. L'enquête en elle-même bien évidemment, mais aussi les rapports parfois ambigus entre les différents protagonistes. Entre Veronica Lake et Sam Bayer surtout.
Cette relation est un peu du genre Je t'aime moi non plus, car la jeune femme apporte des éléments confidentiels sur des événements passés qu'elle puise auprès de personnages peu recommandables parfois. Et Sam Bayer apprend par des moyens détournés des épisodes peu glorieux sur la jeunesse de Veronica, ce qui lui chamboule l'esprit. L'ami de coeur de sa fille Cassandra lui non plus n'est pas inactif car malgré son jeune âge, il s'infiltre dans des réseaux informatiques et soulève de nombreux lièvres.
Il existe entre Sam Bayer et l'auteur une certaine corrélation. Et la difficulté de trouver l'inspiration de la part de l'écrivain de papier est peut-être celle que peut ressentir l'écrivain de chair. Une impression qui se dégage dans les premières pages, et la rencontre entre Veronica Lake et le romancier peut se traduire par un épisode réel, vécu. Car le lecteur ne se rend pas toujours compte du travail de l'écrivain pour la promotion d'un roman.
Les tournées de promotions peuvent être exaspérantes et épuisantes. Trop de villes en trop peu de jours, des interviews avec des gens qui n'ont pas lu votre livre mais ont besoin de vous pour remplir quelques minutes d'une émission télé ou radio sans queue ni tête, des repas solitaires dans des restaurants lugubres… A mes débuts, ces tournées me semblaient excitantes et romantiques ; à présent, je m'en acquittais comme je serais allé pointer à l'usine.
Une réflexion qui sent le vécu. Et le sexe dans les romans, qu'en pensent l'auteur et son double ?
Quoique mes romans comportent beaucoup trop de scènes de sexe de bas étage, je ne tenterai même pas de décrire ce qu'a été mon expérience avec Veronica Lake. Les mots sont impuissants à traduire le sexe. Bien sûr, on peut toujours faire monter les blancs en neige afin de créer des simulacres, d'accoupler verbalement des éléments de corps, mais le résultat est aussi éloigné de la réalité que peut l'être une carte postale d'un authentique paysage.
Lien : http://leslecturesdelonclepa..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
xst
  15 février 2015
Sam Bayer, un auteur à succès en panne d'inspiration retourne dans la petite ville de son enfance et se remémore le jour où il a sorti de la rivière le cadavre d'une jeune fille brillante au vécu sulfureux. Il décide de reprendre l'enquête sur son meurtre et d'en faire son prochain roman. En même temps, en plein divorce (le 3ième!) il rencontre une superbe créature (aux dires du narrateur) groupie du Monsieur qui va s'immiscer dans sa vie et l'aider (ou pas) dans ses recherches.
Décevant
Et pourtant l'intrigue promettait une belle histoire pleine de suspense. Mais, c'est un flop ... L'auteur n'a pas su créer de zones d'ombre où nos plus folles théories auraient pu prendre leur essor. Les personnages manquent de substance et de mystère. Surtout la folle Veronica Lake qui agit de manière très improbable ce qui aurait pu être intéressant n'eut été que ses motifs ne sont qu'effleurés ce qui enlève beaucoup de crédibilité au personnage. C'est comme si Jonathan Caroll, n'avait pas su les placer dans des situations qui auraient pu ouvrir la porte à de folles supputations (la clé du suspense à mon avis).
Je me suis ennuyée mais je l'ai lu jusqu'au bout. Même la fin manquait de punch ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
paulmaugendrepaulmaugendre   22 septembre 2018
Les tournées de promotions peuvent être exaspérantes et épuisantes. Trop de villes en trop peu de jours, des interviews avec des gens qui n’ont pas lu votre livre mais ont besoin de vous pour remplir quelques minutes d’une émission télé ou radio sans queue ni tête, des repas solitaires dans des restaurants lugubres… A mes débuts, ces tournées me semblaient excitantes et romantiques ; à présent, je m’en acquittais comme je serais allé pointer à l’usine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
paulmaugendrepaulmaugendre   22 septembre 2018
Quoique mes romans comportent beaucoup trop de scènes de sexe de bas étage, je ne tenterai même pas de décrire ce qu’a été mon expérience avec Veronica Lake. Les mots sont impuissants à traduire le sexe. Bien sûr, on peut toujours faire monter les blancs en neige afin de créer des simulacres, d’accoupler verbalement des éléments de corps, mais le résultat est aussi éloigné de la réalité que peut l’être une carte postale d’un authentique paysage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
paulmaugendrepaulmaugendre   22 septembre 2018
Le problème n’est pas de s’aimer, mais de vivre ensemble. Quand l’amour vous bâtit une maison, c’est à vous de la meubler.
Commenter  J’apprécie          00
paulmaugendrepaulmaugendre   22 septembre 2018
Le drame de la vieillesse, c’est de ne plus pouvoir mettre en pratique le savoir qu’on a mis si longtemps à acquérir.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : roman à suspenseVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2417 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre