AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782277122296
J'ai lu (01/01/1965)
3.72/5   76 notes
Résumé :
Lorsque l'infirmière Marcelle Davois se présente, un léger trouble s'empare immédiatement de son interlocuteur.
Il y a chez cette femme encore jeune une sévérité, une rigueur qui le mettent mal à l'aise. Mais très vite, ce sentiment fond comme neige au soleil devant ses références et ses compétences médicales, jamais, le docteur Mortier, médecin provincial qui vient de l'engager, n'a pu soupçonner les secrètes pensées derrière l'allure impassible de sa collab... >Voir plus
Que lire après La corruptriceVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
J'ai été rebutée au premier abord,pourtant grande admiratrice de des Cars,dans un premier lieu ce qui m'a un peu refroidie c'est la couverture.Pas terrible contrairement aux autres.
Mais tout de même,étant curieuse comme une vieille chatte et après avoir lu la quatrième de couverture je me suis finalement décidée.
Je ne regrette pas de m'être lancée, je l'ai dévoré en une après-midi.

Mais parlons un peu de l'histoire:
Le jeune docteur Fortier reprend la suite de son père dans le cabinet de médecine du village ou il a passé son enfance.Ayant besoin d'une assistante,il demande conseil à son mentor qu'il tient en très haute estime,médecin Parisien renommé pour ses travaux,celui-ci lui conseille d'employer Marcelle Davois,infirmière à l'institut du cancer dont les compétences ne sont plus à prouver.
Convaincu par un tel parcours et de telles recommandations,le docteur Fortier décide donc de faire venir de Paris cette Marcelle Davois dont il a entendu les louanges,pour la faire entrer à son service.
Du jour de son arrivée,Marcelle Davois met le docteur Fortier mal à l'aise néanmoins sur le plan professionnel il n'a rien à lui reprocher.Marcelle Davois de son côté tombe amoureuse de son patron mais il faut reconnaître les choses comme elles sont,elle n'est plus toute jeune et c'est pour ainsi dire une vieille sorcière.
La collaboration médicale est parfaite,par ses compétences Marcelle s'impose comme il se doit.La nuit,noircissant les pages de son journal intime,elle vante sa grande influence sur son patron,nourissant son amour en secret.
Un jour,elle va découvrir que son "amour" a une maîtresse belle jeune et riche,c'est à ce moment que l'harmonie du couple,de la maison et du village va aller de Charybde en Scylla.Marcelle Davois va décider de se venger...

Je ne dirait qu'une chose : Grandiose!
Cette Marcelle a réussi à m'irriter,m'angoisser,me faire rire,je l'ai même prise en pitié par moments.
Tout les coups sont permis et cette vieille folle ne recule devant aucun coup bas pour attirer l'attention de son docteur Fortier. Elle est magistrale dans son vice.Tordue jusqu'au bout des ongles,on se demande ce qu'elle va encore inventer pour retirer son épingle du jeu et mieux planter un couteau dans le dos de quelqu'un.
Tout est mené brillamment par la plume de Guy des Cars,on accumule les (mauvaises) surprises au fil des pages.Finalement cette corruptrice est tellement infecte que l'on en redemande encore pour connaître l'étendue de son imagination.Malheureusement les bonnes choses ont une fin et pour elle ce ne sera malheureusement pas un happy end.
Je n'en dis pas plus,si certains lecteurs souhaitent découvrir ce livre je le leur conseille vivement.
Une chose est sûre avec la corruptrice l'on ne s'ennuie pas!
Commenter  J’apprécie          140
*** Diabolique et Grandiose ***

Qu'il est bon de trouver une bonne "vieillerie" dans une boîte à livres, d'autant que Guy de Cars (l'écrivain qui faisait frémir nos grands mères et nos mamans dans les années 50') est souvent une valeur sûre !
Ici on peut parler de lecture stressante et où cette histoire diabolique n'est pas du tout démodée dans le genre thriller / suspense. le seul hic, est que de nos jours, 50 ans après la médecine a fait un gros bond en matière de connaissances, mais cette histoire nous permet de vivre finalement tous les questionnements et les craintes que les gens pouvaient se poser à l'époque. le regard porté de nos jours sur l'aspect médical de ce roman est bien sûr complètement dépassé, ce qui n'empêche un excellent moment.
Revenons à l'histoire :
Le jeune Docteur Fortier revient dans sa petite ville natale après avoir été fait prisonnier de guerre, et reprend le cabinet médical de son défunt père.
Avant de partir au front de la deuxième guerre mondiale, Christiane et lui-même s'étaient promis le mariage. Malheureusement, sa fiancée a cessé de l'attendre à la fin de la guerre et s'est mariée à l'homme le plus riche de la ville. Denis Fortier à son retour apprend que Christiane est veuve, riche et habite le château de la région.
Le médecin se consacre exclusivement à sa clientèle de malades tentant d'oublier Christiane. Etant le seul médecin il décide d'embaucher une infirmière pour le seconder.
Quand Marcelle Davois vient s'installer chez lui afin d'y travailler, Denis ainsi que sa bonne se sentent mal à l'aise par rapport à sa façon d'être, mais s'avère être une collaboratrice parfaite. Rien ne semble lui être étranger au niveau de la médecine et vit que pour ça.
Le docteur Fortier est bien loin de s'imaginer que sa dévouée et terrible infirmière est tombée amoureuse de lui. Un amour et une passion qui va plonger le jeune médecin dans l'enfer, quand il va retrouver Christiane, la femme qu'il a toujours aimé et qu'il veut maintenant épouser.
La vengeance de Marcelle Davois va être psychologiquement terrible, elle sera prête à tout pour éliminer ceux qui essayent de se mettre en travers de son chemin afin de posséder le jeune médecin !

Je ne dirais qu'une chose : son plan est GRANDIOSE !
La lecture monte d'un cran à chaque chapitre, cette vieille folle est stressante à souhait, tous les coups sont permis.
Elle est magistrale dans son vice.Tordue jusqu'au bout des ongles,on se demande ce qu'elle va encore inventer pour retirer son épingle du jeu et mieux planter un couteau dans le dos de quelqu'un.
Tout est mené brillamment par la plume de Guy des Cars,on accumule les (mauvaises) surprises au fil des pages.Finalement cette corruptrice est tellement infecte que l'on en redemande encore pour connaître l'étendue de son imagination.
Je comprends la célébrité de l'auteur à l'époque. A lire absolument, parce que 50 ans après, Guy des Cars n'est assurément pas démodé !
Commenter  J’apprécie          114
excellent thriller psychologique, diabolique à souhait vous entrez dans l'ambiance et vous ne voulez plus en sortir, le suspens opère jusqu'a la dernière ligne. Ancien roman qui n'a rien a envier aux auteurs récents. Je comprends la célébrité de l'auteur à l'époque. A lire absolument.
Commenter  J’apprécie          131
Au cours de ma semaine de relâche, j'ai poursuivi la lecture des vieilleries de ma bibliothèque avec un livre dont je savais qu'il serait gagnant, les livres de Guy des Cars se révélant toujours aussi passionnants qu'ils sont différents les uns des autres.

Malgré sa couverture peu attrayante et son aspect vieillot, cette lecture est extrêmement accrocheuse si l'on fait abstrait du fait qu'il a été écrit dans les années 50, à une époque où les connaissances médicales étaient beaucoup moins avancées qu'aujourd'hui. Je l'ai presque entièrement lu sur le traversier qui me ramenait à mon lieu de travail. J'était si absorbée par ma lecture que j'ai manqué le message nous avertissant de retourner à la voiture, c'est tout dire !

L'infirmière Marcelle Davois s'est révélée être l'un des personnages les plus détestables que j'ai rencontré, et pourtant, j'ai éprouvé de la pitié pour elle, ce qui est en soi un exploit. Cette femme n'a certainement pas eu la vie facile, mais ce n'est pas une raison pour empoisonner la vie de tous ceux qui l'entoure. C'est pourtant ce qu'elle fait, profitant de la naïveté et de la superstition des gens d'une petite bourgade de France pour faire une campagne de peur contre le cancer.

Les résultats de ce plan effroyable peuvent paraître incroyables et tirés par les cheveux, mais une fois de plus, il faut se remettre dans le contexte de l'époque pour comprendre qu'une pareille histoire aurait pu se produire avec des résultats presque aussi terribles.

Pour ceux qui n'auraient pas encore lu cette petite perle, je vous invite à refaire un retour dans les années 50. Et qui sait, peut-être aurez-vous même envie de relire ce petit roman d'à peine 300 pages ?
Lien : http://lecturesdisabelle.blo..
Commenter  J’apprécie          70
Un superbe livre qui nous conte une histoire perverse a souhait d'une infirmière qui a oublié depuis longtemps le serment d'hypocrate.L'auteur nous livre un recit rythmé, plein de suspense dans lequel on se demande quand et comment l'heroine /tueuse va etre démasquée.Un tres bon roman a decouvrir d'urgence.
Commenter  J’apprécie          51

Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
Cette attente est à la fois horrible et merveilleuse....Un autre bruit de moteur ? Cette fois, c'est lui ! Je ne me trompe pas...Les phares viennent de balayer le façade et les rideaux tirés de ma fenêtre d'amante anxieuse...Les graviers de la cour crissent...C'est son coup de frein...Le bruit de moteur s'arrête....Un claquement de portière...Ils sont merveilleux, au fond, ces mille bruits qui marquent l'arrivée du jeune amant !
Commenter  J’apprécie          60
Elle parlait du mal (le cancer) avec une telle sérénité qu'elle en devenait rassurante. Je ne me rendais pas compte qu'elle ne faisait qu'enfoncer le clou davantage et qu'à force de parler d'une chose sous prétexte de la détruire, on finit par lui donner une réalité effrayante dans l'esprit de ceux qui écoutent. On la rend plausible, vraisemblable, vivante..
Commenter  J’apprécie          70
J’ignore si j’écrirai tout, absolument tout… Je pense qu’il me suffira de revivre certains moments uniquement dans ma mémoire : ils y sont ancrés pour la vie. D’autres, au contraire, n’y sont pas assez nets : ceux-là, je tenterai de les analyser… Il y a enfin ce qu’a écrit « l’autre », ce qu’elle appelait « son journal intime »… l’horrible journal ! Quand tout se sera soudé logiquement – ce que je dois écrire, les souvenirs de ma mémoire et les confidences hideuses de « l’autre » – je me sentirai plus fort, mieux armé aussi, pour guérir l’unique femme que j’aie jamais aimée et qui m’aime toujours. Comment remédier à un mal si on ignore sa cause profonde ?
Commenter  J’apprécie          30
Ce qu'elle ne saura jamais,c'est que je me suis enfin décidé à écrire ce soir.Peut-être le ferais-je pendant la nuit entière?Et une seule nuit suffira-t-elle pour tout mettre noir sur blanc?Pourquoi j'écris?Pas pour les autres,bien sûr...ni pour Elle qui ne lira jamais cela,qui ne doit pas le lire!Ces pages lui feraient encore trop mal.J'écris simplement pour moi : c'est un besoin qui me tenaille depuis le jour ou nous avons échoué ici,Elle et moi.
Commenter  J’apprécie          40
À mon avis, le cancer moral, qui devient une sorte de hantise et d’appréhension perpétuelle chez l’individu, peut apporter dans son comportement des conséquences et des décisions aussi désespérées que le cancer réel… C’est un moyen de se débarrasser de gens gênants qui n’a pas encore été exploité : c’est pour cela qu’il est excellent. À moi de savoir l’inaugurer sur ma rivale !
Commenter  J’apprécie          40

Video de Guy des Cars (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guy des Cars
"Le chateau du clown" (Plon) est le 40ème roman de Guy des CARS, dont il lit les premières lignes à Bernard PIVOT. L'écrivain définit ce qu'est un roman, alors que le personnage de son livre, lui, a existé. Au cours d'un séjour dans le Sud il visite le château de GROK, château monstrueux ou le clown est enterré. Guy des CARS raconte, comment, jeune journaliste, il a fait une tournée avec le Cirque Pinder. Dans son roman il raconte l'ascension et le déclin de GROK.PIVOT lui parle de sa "pas bonne" réputation dans le milieu littéraire, celui-ci dit qu'il est "lu". Il a des lettres de grands écrivains, GIDE, VALERY, CARCO, COLETTE qui l'ont encouragé. Il parle du seul prix littéraire qu'il ait eu dans sa carrière, du Goncourt qu'il n'a pas eu, et de la bataille que ça a suscité à l'époque. De noblesse authentique, il est fier des militaires de sa famille, notamment celui de l'Algérie. Il se dit "heureux", entouré de gens intelligents...ne se voyant pas d'ennemis.Mot de la langue française qu'il n'aime pas : valableMot que vous aimez bien : l'amitié
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (254) Voir plus



Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
5261 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *}