AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782277124924
J'ai lu (01/01/1973)
3.58/5   79 notes
Résumé :
"Crime monstrueux à Nancy: une jeune fille de la haute société abat son père, industriel connu, sous les yeux de sa mère, qui n'est que légèrement atteinte".
Pourquoi Valérie, 21 ans, a-t-elle accompli ce geste horrible, inexplicable ? Les Lebrun lui ont tout donné. Ils l'ont adoptée à l'âge de 6 ans, lui ont offert un nom plus qu'honorable, un foyer chaleureux, un avenir doré, l'éducation, le confort, le grand luxe même... Alors ? C'est la question que Gille... >Voir plus
Que lire après La révoltéeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Guy des Cars frappe un grand coup et nous embarque dans l'austérité d'une cour d' Assises avec La Révoltée.

Valérie Lebrun est la fille adoptive d'un couple de gros industriels de Nancy. Elle fait la une des journaux pour avoir abattu de sang-froid son père. Incarcéré à la maison d'arrêt de Nancy, la jeune femme s'obstine a garder le silence sur le mobile de son crime. Gilles Burnier, son fiancé est aux abois, il ne comprend pas les réactions de celle qu'il aime et son opposition farouche à faire assurer sa défense lors du procès qui l'attend.
Gilles va être amené à faire la connaissance de Victor Deliot, un cador du barreau qui, lors d'une précédente affaire aux assises, a réussi à faire acquitter un sourd et muet de naissance accusé d'un horrible crime. Sentant qu'il est l'homme qui lui faut, motivé par tout son amour, il déploiera des trésors de persuasion pour convaincre la vieil avocat de défendre Valérie. L'affaire comportant un nombre incalculable de zones d'ombres, Victor Deliot devra fouiller dans les passés les plus obscurs pour préparer son plaidoyer...

Ce roman est encore une pure pépite de Monsieur Des Cars. L'action se déroule à fond la caisse et nous laisse haletants dans nos déductions les plus folles au sujet de ce meurtre des plus mystérieux.
Le sujet en lui-même est accrocheur, pour moi qui suis avide de détails et passionnée par les affaires de crime, j'ai eu mon quota d'informations sur le déroulement d'une procédure en cour d'Assises.
La grande force du livre réside dans le personnage de Victor Deliot. Ce vieux loup de mer n'a pas son pareil pour contrer la partie adverse à coup de témoins sortis de son chapeau. Bourru et doté d'un flair hors pair, on a affaire à un véritable expert quand il s'agit de sortir les cadavres qui dorment depuis trop longtemps au fond d'un placard. Main de fer dans le gant de velours, on prend plaisir à suivre la préparation et le plaidoyer de cet avocat qui ne paye pas de mine.
Entre contradictions et ébauche de vérité, je me suis laisser entraîner dans cette intrigue bien ficelée jusqu'à la dernière ligne. Non content de nous immerger dans ce procès passionnant, Guy des Cars nous offre une analyse fine et pertinente au sujet de l'adoption et des conséquences que cela peut entraîner sur les enfants quand la famille est mal choisie.
C'est un des romans les plus captivant de Des Cars, en ce qui me concerne je l'ai adoré et le conseille à tous ceux qui souhaitent le découvrir.
Commenter  J’apprécie          450
ce livre, je l'ai lu avec beaucoup de plaisir et ai appérécié le sens d'observation du Mr Delliot. par la même occasion, j'ai regretté l'absence de cette qualité chez les autres protagonistes de l'histoire. peut-être est-ce parce que le récit est raconté du point de vue du personnage principal. cet homme, dont on ne peut ignorer la bonhomie et la perspicacité, m'est devenu très sympathique au cours de la lecture.
Commenter  J’apprécie          40
Guy des Cars avait un beau talent pour emmener ses lecteurs. L'intrigue est réussie. Une jeune femme assassinent ses parents adoptifs. Elle est défendue par un vieux cador du barreau. Histoire assez bien ficelée jusqu'au dernier chapitre. Néanmoins depuis sa sortie, les idées ont bien évoluées et c'est tant mieux. Là, il est encore question de "race" des bohémiens avec leurs tares héréditaires. Au tribunal, annoncé comme une évidence par la défense et pour expliquer le comportement de l'accusée, une bonhémienne s'offre à tout va à tous les bels hommes qui passent. Normal, ça vient de sa nature... Bof, un peu vieillot comme argument (choquant même aujourd'hui). Des idées d'autrefois, de l'auteur sans doute, mais conséquence, un sacré coup de vieux sur le roman.
Commenter  J’apprécie          10
Valérie a assassiné son père froidement, sans explication. Elle aurait pu également tué sa mère mais elle l'a laissé en vie. Pourquoi un tel acte? Alors que ses parents l'ont adopté à l'âge de 6 ans et qu'ils lui ont donné tout l'amour dont elle avait besoin. Valérie se mûre dans son silence, pourtant son fiancé avec l'aide de son avocat Victor Deliot vont tout faire pour comprendre. Et le passé surgit...et le passé n'est pas celui que nous croyons.

J'ai bien aimé, je l'avais lu adolescente et il m'avait impressionné, cela m'a fait le même effet vingt ans plus tard. L'auteur a creusé dans le secret des familles.
Commenter  J’apprécie          10
un livre passe temps emprunté au camping où j'étais, j'ai lu plusieurs Guy des Cars mais là j'ai été un peu déçue autant dans le style que dans le dénouement, sans doute les goûts changent ...
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
Les parents adoptifs, quel que soit leur dévouement, ne seront toujours que des parents de remplacement. C'est pourquoi, dès le départ, et avant même qu'ils aient adopté un enfant, un fossé s'est creusé, qui restera irrémédiablement entre eux et cet enfant.
Commenter  J’apprécie          320
il fit une nouvelle promenade en ville. Il estimait en effet qu'il était indispensable,si l'ont veut bien découvrir la véritable physionomie d'une cité, de la voir s'endormir et se réveiller. Les visages du matin ne sont pas les mêmes que ceux du soir et ce n'est pas quand les villes sont écrasées par le bruit de la circulation ou par le mouvement des foules qu'elles vivent le plus intensément : à ces heures dites " de pointe", elles cessent d'avoir leur personnalité propre et ressemblent à toutes les autres villes...l'âme d'une ville était un peu comme celle des humains : à elle aussi il lui faut des moments de calme et d'ombre pour se retrouver véritablement.
Commenter  J’apprécie          90
La gitane se dirigea vers la sortie (du tribunal)....tous les yeux qui l'accompagnèrent eurent l'impression qu'au moment où elle franchissait le seuil de la petite porte, une frontière définitive venait de se dresser entre un être assez irréel - dont l'essence était faite d'un mélange de rêve et de misère, de grandeur et de folie, d'indépendance et d'amour - et le monde férocement précis d'un procès qu'elle n'avait fait que traverser.
Commenter  J’apprécie          70
-Monsieur voudrait des renseignements sur Me Deliot.
Auguste eut un regard de méfiance avant de demander au curieux:
-Vous n'êtes pas journaliste,au moins?
-Non.
-Ca tombe bien,parce que Me Deliot les déteste! Il n'aime pas la publicité...C'est la même raison paraît-il ,pour laquelle il ne plaide que lorsque ça lui plaît...Qu'est-ce que vous voulez savoir?
-Pourquoi dit-on que c'est un avocat formidable?
-Ah! ça,ce serait trop long à vous expliquer...J'ai mon service à assurer...Je peux quand même vous dire qu'il est devenu célèbre,il y a une quinzaine d'années,quand il a fait acquitter aux Assises un type qui était accusé d'un crime et qu'aucun avocat ne voulait défendre parce qu'il était aveugle et sourd-muet de naissance...
-Quoi?
-Oui.C'est comme je vous le dis! Ca a fait un potin cette histoire là ! J'entends encore des gens du Palais qui en parlent ici.
-Et lui?
-Jamais ! Il n'est pas bavard et ,en principe,il n'aime pas lier conversation.
Commenter  J’apprécie          20
— Mais, Maître, le temps presse ! Valérie, absolument seule et sans doute abandonnée de tous, se trouve dans une situation épouvantable !
— Vous avez trouvé le mot juste... Mais heureusement pour elle il y a votre amour qui sauve tout ! Savez-vous, jeune homme, que l'amour ça peut tout bousculer et même faire sauter les barrières qui paraissent les plus infranchissables ? Le seul souhait que je puisse faire, après vous avoir écouté, c'est que l'amour de Valérie à votre égard soit aussi grand et aussi désintéressé que celui que vous lui portez. Ce ne sera qu'à ce prix que son défenseur, quel qu'il soit, pourra peut- être, sinon la tirer de ce très mauvais pas, du moins obtenir un adoucissement à la peine qu'elle encourt.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Guy des Cars (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guy des Cars
"Le chateau du clown" (Plon) est le 40ème roman de Guy des CARS, dont il lit les premières lignes à Bernard PIVOT. L'écrivain définit ce qu'est un roman, alors que le personnage de son livre, lui, a existé. Au cours d'un séjour dans le Sud il visite le château de GROK, château monstrueux ou le clown est enterré. Guy des CARS raconte, comment, jeune journaliste, il a fait une tournée avec le Cirque Pinder. Dans son roman il raconte l'ascension et le déclin de GROK.PIVOT lui parle de sa "pas bonne" réputation dans le milieu littéraire, celui-ci dit qu'il est "lu". Il a des lettres de grands écrivains, GIDE, VALERY, CARCO, COLETTE qui l'ont encouragé. Il parle du seul prix littéraire qu'il ait eu dans sa carrière, du Goncourt qu'il n'a pas eu, et de la bataille que ça a suscité à l'époque. De noblesse authentique, il est fier des militaires de sa famille, notamment celui de l'Algérie. Il se dit "heureux", entouré de gens intelligents...ne se voyant pas d'ennemis.Mot de la langue française qu'il n'aime pas : valableMot que vous aimez bien : l'amitié
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (275) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3656 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..