AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de boriechristine


boriechristine
  29 avril 2020
Évidemment, lorsque ce livre est sorti, au vu du titre, je l'ai ignoré.
Pas envie de lire un de ces témoignages larmoyants, de plonger dans le combat de ces héros du quotidien qui arrivent à trouver on ne sait où des ressources incroyables qui n'ont pour effet que de vous faire culpabiliser quant à votre petite vie sans souci, de ces récits qui se veulent poignants mais qui ne font que rayer la surface et qui nous laissent avec nos questions sans réponse. Surtout marre du handicap pour des raisons qui ne concernent que moi mais qui n'en sont pas moins réelles, toute ma vie ayant été phagocytée par cette notion de handicap. Marre de ces gens qui parlent de combat, surtout les cancéreux. Pour avoir eu un cancer, je ne me souviens pas avoir jamais combattu, je n'ai fait que subir et la seule envie que j'avais était que tout s'arrête enfin, mais cela est purement subjectif. Toutes ces raisons n'engagent que moi, mais me poussent à éviter ce genre de lecture.
Donc pas vraiment envie de ce livre.
Mais ce qui m'a fait changer d'avis, c'est que ce livre là, c'est Emmanuelle Cart-Tanneur qui l'a écrit. Et cela m'a semblé une raison suffisante pour le lire, ou du moins l'acheter et le lire plus tard, peut-être. Pourquoi ? Parce que je n'ai lu d'elle que quelques nouvelles mais qui m'ont permis de découvrir une écriture hors normes, parce qu'elle a longtemps hésité à autoriser la publication de son livre en cette période incertaine de confinement, parce que son éditeur est gage de qualité.
Donc j'ai commandé le livre. Après sa livraison, il a patienté trois jours sur la terrasse afin de se guérir de tout virus (je sais c'est idiot). À ce moment-là, j'ignorais encore quand je le lirais et j'avoue que j'appréhendais.
Puis il y eut ce post d'Emmanuelle sur Facebook :

ÉCRIVEZ-MOI !
Voici quelques semaines que Chroniques d'une résilience est paru... et telle un metteur en scène fiévreux avant une Première, j'attends vos retours...
Avez-vous aimé ?
Vous ai-je choqués ?
Ai-je bien fait de parler... ?
Dites le moi
Belle journée à tous

Je venais de terminer un des polars qui sont depuis quelques années ma plus efficace échappatoire. Alors j'ai pris le livre, comme ça, avant-hier, en plein après-midi, sans grande conviction, mais je connais les affres qui nous envahissent à la publication d'un roman, et ce « Écrivez-moi » me parlait et demandait une réponse aux hésitations d'Emmanuelle.

Et je n'ai plus lâché le livre, à part pour les tâches quotidiennes.
Commencé avant-hier, terminé ce matin.
Je ne vais pas le déflorer en le résumant, d'abord parce qu'il ne se résume pas. Il se lit, il se vit. Ce livre n'est pas un témoignage, c'est un journal intime, le journal d'une vie cassée, mais un journal sans complaisance ce qu'il n'est pas courant de lire. Sans complaisance envers la vie, envers le quotidien, envers les soignants, l'administration, l'amitié, la famille, l'amour, mais, et c'est là l'immense différence avec les témoignages qui nous sont donnés à lire en général, sans complaisance aucune envers elle-même de la part de l'auteur, se remettant sans arrêt en question, culpabilisant, heureuse et malheureuse, tendre et colérique envers cette vie, mère et amante, épouse et soignante, et cherchant des réponses au plus profond d'elle-même, puisqu'elle sait déjà qu'elle ne les trouvera pas ailleurs, pour arriver enfin à l'aboutissement qu'est cette résilience.
Ce livre est d'une lucidité inégalée, d'une clairvoyance extrême, d'une désespérance acceptée parce que subie. Tout y est clair, il n'y a pas de faux-semblant, aucune hypocrisie ni mièvrerie, l'auteur n'est dupe de rien, la vie est racontée telle qu'elle est et non comme on aimerait la lire.
Quant à l'écriture, c'est pour moi un trésor qui me change de mes polars, pourtant très bien écrits – je suis exigeante ! J'avais commencé à relever des phrases, à entourer des mots clés, fait des annotations, mais il s'est vite avéré qu'il y a tant de phrases chocs, de phrases vraies, de phrases belles, que je ne peux les retranscrire ici.
Je n'en dirai pas plus et vous laisse découvrir cette magistrale claque, car pour moi l'histoire est terminée puisque j'ai refermé le livre. J'ai le droit de souffler, moi…
Commenter  J’apprécie          20



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (1)voir plus