AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Laure Hinckel (Traducteur)
ISBN : 2207259587
Éditeur : Denoël (15/05/2008)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 21 notes)
Résumé :

Pourquoi nous aimons les femmes, c'est ce que s'ingénie à dévoiler Mircea Cartarescu dans ce recueil de nouvelles, petit joyau à la gloire de l'éternel féminin. Au fil des vingt histoires qui composent le livre, l'auteur distille sa vision de cette mystérieuse altérité : les femmes. Il raconte la beauté, l'incompréhension, la douceur, le désespoir aussi. Il raconte l'entêtement des hommes qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Cricri124
  06 janvier 2017

Ce recueil de 20 nouvelles est présenté comme un "petit joyau à la gloire de l'éternel féminin". Même si cette présentation est à mon avis un peu excessive, elle met en tout cas en lumière le regard d'un homme sur les femmes qui ont jalonné sa vie, et pourquoi, lui, aime les femmes. Un regard qui butine à travers les époques, les pays, les aspirations : un regard d'adolescent, d'amant, de mari, d'ami, d'homme ; un regard tour à tour tendre, nostalgique, fasciné, magnifié, coupable, onirique. 20 nouvelles, 20 regards, et quelques clins d'oeil.
L'écriture est brillante, inspirée (?) et pleine d'humour, voire d'autodérision. L'auteur semble se confier à nous et nous entraine dans une atmosphère calfeutrée. Il effeuille ses brides de souvenirs et portraits de femmes par petites touches juxtaposées, d'apparence désordonnées, qui ne révèlent leur essence véritable que lorsqu'on les contemple dans leur ensemble, avec un peu de recul. Car au delà de sa vision des femmes, et des émotions qu'elles lui inspirent, ce sont aussi des réflexions sur la complexité des sentiments, sur l'homme qu'il est, ou dit être, et sur le bonheur.
Ce recueil sur l'altérité féminine, sensuel et amusant, est vraiment un plaisir à lire et une bien belle découverte ! Un grand MERCI à Tandarica de m'avoir fait découvrir ce livre et cet auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          393
Tandarica
  12 avril 2015
Très bonne traduction, quoique l'auteur, dont c'est incontestablement le livre le plus facile à lire, puisse en penser (voir cependant note 1 page 145). Malgré un titre et une couverture plutôt conventionnels, le féminin est représenté aussi par le livre (« cărţi » en roumain est féminin et les « Nouvelles » de Salinger un livre culte pour moi aussi), la présence des villes (Braşov, Paris, Amsterdam, Turin), l'anglais comme langue étrangère et la chanson. C'est aussi, à mon sens, le livre le plus drôle de Cărtărescu.
Commenter  J’apprécie          310
Lison67
  28 octobre 2015
Ces vingt portraits de femmes sont stupéfiants de justesse. Décrite à travers les yeux d'un homme de passage, d'un amant, d'un mari, d'un enfant, d'un adolescent ou encore d'un amoureux éconduit, la femme est dégraffée de toutes ses coutures pour ne laisser entrevoir d'elle-même que les émotions qu'elle suscite auprès du narrateur. Dès les premières lignes, l'auteur prend ses lectrices à partie et instaure aussitôt une intimité qu'il maintiendra tout au long du recueil. Je suis séduite et surprise de ces anecdotes toujours inattendues, lucides, non idéalisées, masculines, tendres et triviales à la fois, ou frisant l'érotisme. Saisie, je me suis vue relire dans la foulée l'une des nouvelles, ma préférée, – de l'intimité – éberluée par l'improbable et magnifique transition qui amène l'auteur à débuter son récit dans le quartier rouge d'Amsterdam pour le conclure par l'une des plus belles déclarations d'amour qu'il soit à sa femme. Sa maîtrise littéraire est incontestable, sa capacité à transmettre les émotions les plus fines et les plus justes est sans mesure.
Je ne peux qu'encenser ce trop court et délicieux recueil et vous inviter à le lire à votre tour – homme ou femme, il vous ravira autant que moi je l'espère.
Lien : https://synchroniciteetseren..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
fisama
  05 avril 2016
Quelle belle découverte que celle de ce livre, et de cet auteur. J'ai été tellement séduite que je l'ai offert autour de moi. Portraits de femmes, traces qu'elles ont toutes laissé dans la vie de cet homme. Ecriture fluide, brillante, qui permet de passer des putains d'Amsterdam à une inconnue ou à la femme de l'écrivain. Une puissance d'évocation qui rend compte de la complexité des rapports amoureux, sexuels, de la vision des hommes à propos des femmes, de cette quête inassouvie entre nous. L'un des plus beaux textes est sans nul doute pour moi, "De l'Intimité" véritable ode à l'amour pour sa femme, on voudrait se dire que l'on est aimé de cette façon, pour toujours. Justesse, finesse, lucidité, tendresse, sexuelle, tous ces textes ont cela en commun, et ce n'est pas si souvent. A lire absolument.
Commenter  J’apprécie          50
TmbM
  08 septembre 2019
En vingt nouvelles et autant de portraits, Mircea Cărtărescu nous présente certaines des femmes qui ont marqué sa vie. Formellement et stylistiquement très différent du reste de son oeuvre, moins ambitieux et moins fantasque mais plus ancré dans le réel, volontiers humoristique et basé sur des situations du quotidien, ce recueil n'est clairement pas la porte d'entrée idéale dans l'univers si singulier de l'écrivain roumain. En revanche, ces courtes histoires autobiographiques, qui lui donnent l'occasion de revenir sur sa conception du travail, son rapport à l'écriture et à la littérature, offrent quelques précieuses clés de lecture ainsi qu'un bon moyen d'approfondir, de cerner et de mieux comprendre l'oeuvre exigeante, géniale mais difficilement pénétrable de l'auteur d'Orbitor.
Il y a donc fort à parier que cet ouvrage, s'il semblera certainement anecdotique aux primo-lecteurs de Cărtărescu, ravira les initiés. En ce qui me concerne, je suis ravi.
Retrouvez l'article sur Touchez mon blog, Monseigneur...
Lien : https://touchezmonblog.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Cricri124Cricri124   07 janvier 2017
La voute était inclinée, soutenue par le mur aveugle et noir du château. En dehors de cette zone maçonnée rectangulaire et sombre, le ciel débordait d'étoiles. C'était écrasant, il y avait plus de points de lumières que d'ombre entre eux, saupoudrés de manière diffuse, tassés dans un coin, plus espacés ailleurs, concentrés en taches de lumière ou dissous dans l'air glacé. Un froid terrible s'était abattu, et pourtant nous ne nous hâtions pas vers la porte d'entrée. Nous demeurions là, près de la voiture, à regarder ce ciel lumineux et magique, ce cosmos courbé sur la terre parfaitement sombre. Des glaçons et des icebergs de lumière glissaient là haut, ils se brisaient au dessus de nos têtes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Cricri124Cricri124   06 janvier 2017
L'orgasme est au corps physique ce que le bonheur est à notre corps spirituel. C'est la sensation brève et accablante, l'illumination que recherchent les mystiques et les poètes. On ne peut être heureux pendant des jours ou des années entières. Pas même quelques heures de suite. Dostoïevski le décrit comme un prélude à l'épilepsie, Rilke parle de son "comble": c'est la beauté à la limite du supportable, au-delà de laquelle commence la douleur. Goethe a peut être eu la meilleure intuition des critères du bonheur: nous sommes réellement heureux lorsque nous voulons arrêter le temps, conserver l'instant pour toute l'éternité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
Cricri124Cricri124   22 décembre 2016
Dans les dix années qui suivirent, j'ai du sentir au moins sept ou huit fois, en divers endroits, le parfum qui me dispersait la cervelle. [...] Chaque fois, je me disais que j'allais courir après la fille au parfum aussi enivrant et monstrueux, la prendre par l'épaule, la retourner et lui demander: "D'où on ce connait?" ou "Comment s'appelle votre parfum ?" ou "Voulez vous m'épouser?", toutes questions qui me semblaient, dans mon exaltation, parfaitement équivalentes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Lison67Lison67   28 octobre 2015
Je prie les lectrices distinguées de ce livre de ne pas me taxer de pédanterie, quand bien même je commencerais par une citation. Quand j’étais adolescent, j’avais la stupide habitude de les enchaîner, ce qui me valut, au lycée Cantemir, une réputation plutôt triste. Mes collègues s’amenaient à l’école avec des magnétos de dix kilos, passaient de la musique et dansaient en cours de français… Le petit jeune homme timbré qui nous tenait lieu de prof rassemblait les filles autour de lui et les mettait au courant de toutes les grossièretés en français… Deux types feuilletaient des revues pornos au fond de la classe… J’étais le seul, moi qui vivaient en compagnie des livres, à me prendre par la main et à balancer au tableau une citation de Camus, ou de T. S. Eliot, qui arrivait comme un cheveu sur la soupe dans l’atmosphère de débauche qui régnait dans notre classe poussiéreuse et délabrée. Assises sur le bureau du prof, jambes croisées si haut qu’on voyait leurs cuisses sous la chasuble retroussée, les filles ne se fatiguaient même pas à grimacer ou à pouffer de rire de manière méprisantes. Elles étaient habituées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Cricri124Cricri124   20 décembre 2016
La fille n''était pas belle, mais elle représentait l'exacte image sensible de la beauté. Il m'est impossible de dire si elle était seulement un objet esthétique, dépourvu de toute psychologie, ou si au contraire, elle n'était que psychologie, irréelle, projection des regards fascinés de ceux qui l'entouraient.
Commenter  J’apprécie          251
Video de Mircea Cartarescu (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mircea Cartarescu
Solenoïde de Mircea Cartarescu.
autres livres classés : littérature roumaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La Guerre froide : le Mur de Berlin

En quelle année le mur de Berlin a-t-il été érigé ?

1945
1948
1956
1961

13 questions
139 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , guerre froide , culture générale , humour belge , méduseCréer un quiz sur ce livre