AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9781090789013
Éditeur : Grannonio Editions (19/09/2012)

Note moyenne : 4.35/5 (sur 87 notes)
Résumé :
Léna et son bébé de 6 mois, Ana, dorment paisiblement dans leur appartement. Comme tous les matins, à son réveil, la maman va voir sa petite ; mais voilà, la petite n'est plus dans son lit. Quelqu'un l'a enlevée...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (51) Voir plus Ajouter une critique
Hugo
  23 novembre 2012
Là c'est compliqué les amis, l'éditeur de ce roman : bah c'est mon libraire, un homme charmant qui m'aiguille dans mes choix depuis « Ne le dis à personne » soit en 2003 de mémoire…
Il est normal que je plante le décor avant de vous donner un avis concret sur le roman en question
Donc J'arrive à la librairie :
Moi : Bonjour (sourire de beau gosse, toujours d'après maman)
Libraire : bonjour comment ça va (grand sourire commercial)
Moi : ça va merci, ça faisait un bail, désolé mais j'ai déménagé « toussa toussa », j'ai plus trop le temps, en plus on m'offre plein de bouquins, bref vous comprenez pourquoi ça fait 7 mois que je ne suis pas venu…
Libraire :
Réponse A : Casse-toi pauvre con (UMP power)
Réponse B : Mon cul putain d'encu…. Dit-il à voix haute ! (là c'est plutôt mon style)
Réponse C : aujourd'hui vous êtes là c'est le principale (à voix haute) …. Trou duc (dans sa tête)
Indice : Mon libraire est un homme civilisé et bien éduqué
Moi : ok, donc voilà, je cherche un bon bouquin….
Mon libraire : ELLE ÉTAIT SI JOLIE … (grand sourire de libraire/éditeur commercial civilisé et bien éduqué)
Moi :
Réponse A : de la merde, je veux un polar… (ne sachant pas du tout quelle est l'intrigue de son roman, en plus la couverture me rappelle les bouquins de « Marc Lévy » et « Guillaume Musso » . Comme récemment j'ai décidé de devenir un homme viril, j'essaie de lire des trucs pour hommes virils avec du sang, des bourres pifs et tout le « tin touin »
Réponse B : Mouais pourquoi pas (sourire gêné du mec qui sait pas comment dire non, parce qu'il a décidé d'être un peu con à ce moment là)
Réponse C : Ah oui tiens, je n'y avais même pas pensé (sachant qu'il y a des bouquins de Nicolas CARTERON partout dans la librairie, normal c'est l'éditeur … de plus Nicolas CARTERON en personne qui me regarde discrètement du coin de l'oeil)
Indice : Mes amis quoi que vous en pensiez, je suis un homme civilisé et bien éduqué (en public)

Perso je n'aime pas la promo non objective, juste histoire de faire plaisir, dans ce cas précis je ne donne pas mon avis comme ça personne n'est vexé… (Une bonne éducation, c'est très important)
J'achète donc le roman, je discute avec l'écrivain 5/10 minutes (très sympa et très abordable), je lui fais signer le bouquin et je m'arrache…
Elle était si jolie c'est l'histoire d'une belle femme qui se fait enlever son enfant…
Vous connaissez tous le flic qui dit à la victime : « Les premières 48 heures sont cruciales madame… »
Note personnelle de moi : c'est comme avec une femme la première fois, les 30 premières et dernières secondes sont cruciales, 45 pour les plus endurants … 1 minute ça commence à sentir le mytho…
Bref ce roman est une belle surprise : c'est percutant, c'est bien écrit, l'intrigue est très bonne, la chute surprenante…
« Nicolas Carteron » est un jeune écrivain qui débute, avec ce deuxième roman, il prouve qu'il a du talent…
PS : Qu'est ce que veut dire le mot « putain » pour moi :
Réponse A : Femme qui fait des trucs « low cost » dans un camion près d'un bois
Réponse B : votre ex femme
Réponse C : Un refus de priorité
Réponse : Bah ça veut dire ce que ça veut dire hein !
Indice : Je n'ai jamais été marié
A Plus les copains
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5111
Symphonie
  16 janvier 2014
Alors là, la relève des grands maîtres du suspens est assurée ! Pourquoi et par qui me direz vous? Par le jeune auteur Nicolas Carteron âgé de seulement vingt cinq ans, rien que cela. Après avoir glané des critiques plutôt positives pour son second roman Elle était si jolie je me suis donc décidée à le lire. Je viens d'en terminer la lecture et je dois bien reconnaître que cette histoire m'a littéralement bleuffée. le résumé en " deux lignes " :
Un matin en se réveillant, le jeune Léna est intriguée de voir que la porte de la chambre de sa petite fille Ana est fermée. Elle qui a pour habitude de la laisser toujours ouverte, s'inquiète. Elle sent que quelque chose ne va pas. Quand elle se penche au-dessus du lit de son bébé de six mois, Léna ne parvient plus à respirer. Ana n'est pas là. Ana a disapru ! Sa petite fille a été kidnappée dans la nuit et malgré le babyphone, elle n'a rien entendu. Séparée de Grégoire,le père l'enfant, sa première pensée va évidemment vers lui, bien que le devinant incapable d'un tel acte. Ils se sont quittés d'un commun accord, en bons termes. Alerté par la disparition de l'enfant, tout est mis en oeuvre pour retrouver la petite Ana. Les policiers s'activent, et les heures passent sans indice, jusqu'à ce que le ravisseur se manifeste, réclamant une rançon en échange de l'enfant. Cet appel donne un regain d'espoir à Léna. Bizarrement, l'inspecteur chargé de l'enquête émet des doutes quant à la fiabilité des renseignements de la jeune mère qui ne semble plus très ébranlée par cette dispartion quand d'autres mères seraient mortes d'inquiétude. Que se cache t-il réellement derrière le rapt de la petite Ana ?
J'avoue que les premières pages m'ont qelque peu agacées. Les dialogues du kidnappeur envers Ana m' énervaient et je me suis dit: eh bé! si tout le roman est travaillé de la sorte, tu t'es bien faite avoir ma jolie! Peuh ! j'ai continué ma lecture (J'avais le temps Nicolas, faut pas croire !) Et puis tout à coup, Pan ! La détonation ! C'est comme je vous l'écris ! le récit prend de l'ampleur, le rythme s'accélère, le puzzle autour de la disparition de la petite Ana prend forme et l'étau se resserre de plus en plus pour une fin plutôt...surprenante ! Mais que nenni, je ne dévoile rien de plus !
Ma conclusion: oui, le kidnappeur m'a agacé au début du roman, oui, j'ai émis quelques doutes concernant les bonnes critiques à cause de ces premières pages. Oui, je me suis dit que la magnifique couverture pouvait être un piège comme ce fût le cas pour " La fille de la nuit " Mais OUI et OUI, je réitère mon avis plus que favorable pour ce roman d'un jeune écrivain en passe d'entrer dans la lignée des grands maîtres du suspens. Peut être que, et très certainement même, d'autres lecteurs seront moins enthousiates que moi et penseront " Oh! rien de comparable avec Coben, Musso, Lemaître " pour ne pas les citer, mais ce jeune écrivain a de l'avenir !
Alors, si vous en avez la possibilité, n'hésitez pas à lire ce magnifique roman où les rebondissements s'enchaînent, où l'émotion se ressent jusqu'à la toute dernière page, celle des remerciements de l'auteur pour tous ceux qui l'ont soutenu dans cette aventure, pour ses proches, sans oublier les lecteurs. C'est à cela que l'on reconnaît l'humilité d'un écrivain dont la plume ne cessera de s'affirmer, j'en suis persuadée. Merci Nicolas et bonne chance pour de nouveaux romans tout aussi palpitants.
Cinq étoiles d'encouragement bien méritées, parceque Elle était si jolie qu'on ne peut l'oublier...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          381
mariechrist67
  06 septembre 2020
J'ai eu la main heureuse en achetant ce livre, ou plutôt ce titre, car depuis quelques temps, on me l'avais recommandé, je voulais lire un Nicolas Carteron, n'importe lequel mais le lire ! J'ai bien fait, il faut dire qu'en ce moment j'ai la main heureuse avec mes choix mais voici mon .......difficile à dire.......n ième coup de coeur de l'année.
Un thriller, une banale histoire de rapt d'enfant ! Mais tout compte fait, et après quelques pages de lecture, pas si banale que ça.
Ce thriller me paraît doux, tendre, le kidnappeur, qui n'hésite pas à tuer son père spirituel semble avoir un coeur tendre, il prend soin avec beaucoup d'amour du bébé, Ana, un peu comme une père avec son propre enfant.
Mais où nous mène donc cette histoire, il veut s'enrichir, enlève un enfant, escalade 4 étages par la façade, au risque de sa vie, pour y parvenir, il veut une rançon, il n'hésite pas à tuer mais, car c'est un mais, .............il a un coeur d'or derrière une carapace de truand.
Un beau livre, une belle histoire, une belle intrigue, une chute inattendue, tous les ingrédients sont réunis pour en faire un très bon thriller. Bussi n'aurait pas fait mieux !
Il a une belle écriture Nicolas Carteron, elle est très fluide, agréable à lire, le sujet est bien pensé et j'avoue qu'à aucun moment je n'ai pensé à la personnalité du méchant, je m'y suis d'ailleurs attachée comme à un héro. C'est encore mieux quand on a la surprise non ?
Amateurs de thrillers ou non, je vous recommande ce superbe polar.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
selena_974
  15 mai 2014
Suite à ma lecture de son titre Se souvenir des beaux lendemains, je poursuis ma découverte de l'univers de Nicolas Carteron avec ce thriller, Elle était si jolie. Rappelons-le, cet auteur m'avait été chaudement recommandé par un membre de Babelio, qui comparait son talent à celui de Maxime Chattam. Quelques échanges sur Facebook avec Nicolas Carteron m'ont ainsi fait découvrir un jeune homme passionné et très sympathique, qui nous donne envie de nous plonger dans son oeuvre...
C'est avec la célèbre chanson d'Alain Barrière en tête que j'entame cette nouvelle histoire, Elle était si jolie. Ana, une adorable bambine de 6 mois, est kidnappée dans son berceau parisien par une nuit glaciale. C'est la résolution de cette affaire que nous allons suivre ici, à travers ce récit à plusieurs voix : celle du kidnappeur tout d'abord, qui va nous expliquer le pourquoi de son méfait et la dureté de son enfance ; celle d'Adrien, un jeune étudiant fauché qui par le plus grand des hasards se trouvait sur les lieux du crime, une caméra à la main ; celle du lieutenant en charge de l'enquête ; et bien sûr celle de Léna, la mère désespérée.
Ce thriller part d'une idée, certes classique, mais avec des tenants et des aboutissants assez originaux. le "pourquoi du comment" n'est finalement rien de tout ce que nous avons pu imaginer, et je dis chapeau à Nicolas Carteron pour m'avoir menée en bateau comme ça. Mais j'ai quand même trouvé que ce roman était un cran au-dessous de Se souvenir des beaux lendemains, qui était selon moi plus original, plus travaillé, aussi bien dans l'histoire que dans l'écriture. Dans Elle était si jolie, j'ai eu tout du long l'impression de survoler l'histoire sans jamais vraiment y entrer. Difficile ainsi d'éprouver de l'empathie pour les parents, ni pour l'enfance du kidnappeur... Et c'est dommage.
Je tiens quand même à préciser que ce roman est antérieur à Se souvenir des beaux lendemains, il est donc évident que l'auteur évolue dans le bon sens et gagne en maturité au fur et à mesure de ses publications. Alors je n'ai qu'une chose à dire à Nicolas Carteron, persévérez, vous êtes sur la bonne voie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
MySerendipity
  20 août 2015
Que dire de ce bouquin, je l'avais déjà dévorée la première fois, et la seconde fois, encore le plaisir était au rendez-vous. Ce livre m'a fait penser un peu aux glaces mystère. D'extérieur, nous savons déjà que la glace sera exquise puis nous prenons une bouchée et les parfums à l'intérieur sont un régale pour nos papilles. le plaisir sans les kilos ! Ce livre est le second bouquin de ce jeune auteur que j'apprécie tant, Nicolas Carteron.
L'histoire est simple, Léna est une femme qui élève seule sa fille de six mois, Ana. Alors que rien ne laisse présager un événement particulier, le pire arrive : Anna a été kidnappée.
Le livre commence avec ce drame, autant dire que l'on commence sur les chapeaux de roues, pas le temps de s'ennuyer. Dés les premières pages ont est happé par le suspens mais aussi la curiosité. Pourquoi un tel geste ? Par qui ? le plus intéressant ici est que le narrateur n'est autre que… le ravisseur. Renversement de situation, nous entrons dans la peau d'un monstre, une personne qui a kidnappé un enfant dont l'innocence inonde le visage. Dur de ne pas avoir d'apriori sur le personnage au vu de ces actes. Pourtant, et c'est ici que Nicolas Carteron nous démontre son talent immense, au fur et à mesure que les pages défilent, on s'attache au personnage, on essaie de comprendre, on essaie d'apprendre. Même dans l'obscurité, il est possible de voir une part de lumière. de la normalité à la délinquance : il n'y a qu'un pas.
Ce livre est bouleversant de sincérité, bouleversant de sentiments. On y éprouvera de la colère, de la tristesse, de la peur, de l'incompréhension mais aussi et c'est le plus formidable, de l'amour, de la joie, du bonheur, de la culpabilité. Je n'ai pas assez de mots pour exprimer les sensations que je ressens mais c'est puissant. Et la fin, oh la fin, que dire : Bluffant ! Époustouflant ! Inimaginable ! Pour une chute c'est une chute et on peut le dire, le lecteur ne s'y attend vraiment pas !
Ce bouquin est le deuxième de cet auteur qui n'attends qu'a se faire connaître et je peux le dire, celui-ci est de loin mon préféré. Je le recommande a tout les passionnés de lecture. Vous ne serez pas déçu de cette lecture. le livre est fluide, se lit facilement et la plume de l'auteur y est vraiment superbe ! Un véritable coup de coeur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91

Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
MySerendipityMySerendipity   20 août 2015
Mais il y a deux sortes d'amour, celui de la conscience, de la raison, du quotidien et l'autre, l'amour fou, celui qui fait faire tout et n'importe quoi, celui qui vous pousse à tout plaquer, celui qui vous fait vivre en marge de la société, celui qui empêche de prêter attention aux regards des autres.
Commenter  J’apprécie          170
mariechrist67mariechrist67   02 septembre 2020
Non loin de là un bosquet l'appelait. Un endroit charmant fait de hautes herbes et de fleurs sauvages. La face nord d'un hêtre était couverte de mousse et ce fut ici qu'elle s'installa pour se ressourcer. La clairière était le coeur de la forêt. Elle sentait la nature battre. Une grenouille coassait quelque part, la basse. Un pivert frappait un arbre, la percussion. Les feuilles sifflaient, l'instrument à vent. Les criquets chantaient, la chorale. Un véritable orchestre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
PatpepettePatpepette   03 mai 2015
"Tout s'accélère, tout va trop vite. Mon espérance de vie équivaut à une chute de vingt étages.
Autant dire : Rien
J'ai lu une fois dans un livre que sur une durée suffisamment longue, l'espérance de vie tombe pour chacun à zéro. J'en découvre le goût amère aujourd'hui. Je ne crois pas être triste de mourir. Ma plus grosse peine a été de perdre Léna. Plus que deux étages, la foule amassée en bas de la tour Descartes pousse un soupir à l'unisson. Le sol est là , la fin est là, si je devais avoir une dernière pensée.... Elle irait à trois femmes et un homme, ceux qui ont compté dans ma vie. Ana, aussi brève fut notre histoire, je suis contente d'avoir fait ta connaissance.Christian, papa, je te demande pardon pour tout, pour mon abandon, pour le mal que je t'ai fait. Je te rejoins. Maman, nous nous reverrons dans d'autres circonstances, tout sera différent, tu verras j'en suis sûre. Et pour finir Léna, ma belle, ma douce, je voudrais que tu n'oublies jamais une choses, à mes yeux : tu étais si jolie."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Harmo81Harmo81   07 avril 2014
Mais il y a deux sortes d'amour, celui de la conscience, de la raison, du quotidien et l'autre, l'amour fou, celui qui fait faire tout et n'importe quoi, celui qui vous pousse à tout plaquer, celui qui vous fait vivre en marge de la société, celui qui empêche de prêter attention aux regards des autres.
Commenter  J’apprécie          100
mariechrist67mariechrist67   06 septembre 2020
Toute la journée je ne pensais qu'à elle. Tout dans mon esprit était focalisé sur Léna. Je roulais à quatre-vingt-dis Léna par heure. Sur l'horloge de ma chambre, il était Léna moins le quart. A la boulangerie, le prix de la baguette était de cinquante Léna. Quand je me couchais et que je n'arrivais pas à trouver le sommeil, je comptais les Léna avant de tomber dans les bras de Léna.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Nicolas Carteron (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Carteron
Vidéo de Nicolas Carteron
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

"Elle était si jolie" de Nicolas Carteron

Qui est le narrateur principal ?

Léna
Le Kidnappeur
Grégoire
Christian Dafre

11 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Elle était si jolie de Nicolas CarteronCréer un quiz sur ce livre