AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782812612190
304 pages
Éditeur : Editions du Rouergue (01/03/2017)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 95 notes)
Résumé :
Toujours traqués pour leurs redoutables pouvoirs, Kassandre, Mina et Georges sont enfin parvenus à se réunir. Leur ADN mutant fait d'eux des génophores, des êtres aux pouvoirs terrifiants. Mafieux et scientifiques essayent de les capturer pour cette raison. Mais bientôt tout cela n'aura plus d'importance car Le Maître arrive…
Marine Carteron, auteure des Autodafeurs, signe ici le second tome haletant de sa trilogie Génération K.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
Melissa-Macy
  25 mars 2017
Alors qu'ils se sont réfugiés au pied d'un Vésuve prêt à déverser sa colère, Kassandre et Georges se font enlever par les hommes de main de Karl Bathory de Kapolna, père de Ka et Directeur Général des laboratoires pharmaceutiques Biomedicare.
Emmenés au centre de recherches, les deux Génophores, porteurs de six gènes K qui les font appartenir à une nouvelle espèce d'hommes dotés de super pouvoirs, sont préparés afin de subir les expérimentations qui permettront à certains humains, les plus fortunés, d'élever leur génome à un rang supérieur et, surtout, de survivre à la pandémie qui menace d'exterminer la race humaine.
De son côté, Mina fait la connaissance du Maître ainsi que d'Enki, le quatrième Génophore. Ensemble, ils offrent leur sang à leur Créateur pour qu'il se régénère jusqu'à revenir à la vie...
Ce processus révèle à Mina son histoire, vieille de plusieurs millénaires et la jeune fille comprend que si le Maître se réveille aujourd'hui, c'est pour punir les hommes, comme il l'a déjà fait par le passé, de l'affront qu'ils font à la Terre.
Une catastrophe est sur le point d'avoir lieu... L'espèce humaine y survivra-t-elle ?
Les quatre Génophores ont le destin de l'humanité entre leurs mains... Quel choix feront-ils ?
L'histoire de ce second tome commence dès la couverture avec cette denture qui émerge des ténèbres, attirée par les filets de sang. Elle symbolise le réveil du monstre incarné par le Maître et l'offrande que les Génophores devront faire pour ranimer leur Créateur. Elle symbolise aussi le travail de recherches du père de Kassandre qui est prêt à sacrifier les porteurs de gènes K afin de s'enrichir et d'offrir aux plus fortunés la possibilité de surpasser leur condition d'être humain en devenant des Homo superior...
Une chose est sûre, ce deuxième opus commence sur les chapeaux de roue et entraîne le lecteur dans un récit légendaire où le présent trouve ses origines dans un passé lointain, presque ancestral.
Grâce à Enki et Mina, d'abord, la trame des enjeux est révélée. Le Maître est une sorte de Dieu vengeur chargé de punir l'humanité chaque fois qu'elle prend une mauvaise direction dans son développement. Avec Georges et Kassandre, c'est l'autre volet qui est exploré, celui de la supériorité de l'homme face à la nature, de la science qui surpasse la croyance. Et, au fur et mesure du roman, ces deux visions du monde s'affrontent dans les faits mais aussi dans l'esprit des Généphores qui doivent choisir leur camp ou trouver une nouvelle voie...
Ce tome est aussi le récit de l'acceptation.
Georges accepte son dragon, Kassandre, l'amour de sa mère, Mina, sa part d'ombre et Enki de s'écarter du chemin tracé.
Les quatre Généphores remontent le fil de leur passé, découvrent les liens qui les unissent ainsi que ceux qu'ils ont tissés avec le Maître au cours de leurs rencontres précédentes.
Ils réalisent l'importance de leur rôle dans ce présent chaotique tout en ne pouvant s'affranchir du passé...
D'un point de vue structurel, le récit revient sur des points laissés en suspens lors du précédent tome. L'histoire du quatrième Génophore, celle du peuple tzigane chargé de veiller sur le Maître ainsi que celle de Völva, Celle qui écoute, personnage secondaire mais déterminant dans la résolution de cette affaire.
Le style est séduisant par son efficacité mais aussi par la force des émotions qu'il transmet. Chaque voix a sa propre caractéristique et c'est ce qui cimente toutes les pièces de ce puzzle.
Même si les actions ne sont finalement pas si nombreuses, le rythme est là et il nous tient jusqu'à cette conclusion formidable qui nous invite toujours à vouloir connaître la suite.
Au final, Génération K Tome 2 est un roman fantastique young adult original qui se lit bien et vite. Il pose des questions de fond tant du point de vue étique que philosophique (eugénisme, place de l'homme dans l'univers, confrontation entre science et croyance...) sans pour autant perdre de son dynamisme. L’œuvre est sombre mais réaliste, cohérente ; elle résonne avec la réalité de notre XXIe siècle tout en s'appuyant sur les mythes qui appartiennent à une culture commune. L'approche jeunesse respecte les codes attendus sans tomber dans la caricature. Les personnages sont extrêmement bien choisis et bâtis.
A lire de toute urgence !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
l-ourse-bibliophile
  19 avril 2017
Ça y est, le Maître est prêt à revenir, mais sa colère est immense. Marine Carteron revisite le mythe du vampire en le dépoussiérant un peu. Nous ne sommes pas dans un roman gothique et l'autrice se paie même le luxe d'ironiser sur l'oeuvre de Bram Stocker :
« Au fil des siècles, nombreuses furent les légendes tissées autour de l'existence du Maître, mais aucune n'est aussi ridicule que celle écrite par Bram Stocker.
Le soi-disant roi des vampires… Si les amateurs de Dracula pouvaient voir la couverture made in China qui le recouvre et les petits rideaux en mauvaise dentelle accrochés au hublot de la cabine dans laquelle il est allongé, je pense que ça les décevrait beaucoup… certainement autant que son aspect qui est encore celui d'un vieillard repoussant. »
Elle nous ramène également aux origines de l'humanité et nous fait voyager à travers l'Histoire. J'ai été captivée par les quatre Génophores. On découvre peu à peu leur passé, leur rencontre avec le Maître. Cette idée de réincarnation et de mémoires millénaires m'a fascinée (alors qu'autrement, je n'y crois pas du tout). Les noms donnés aux différents personnages nous ramène à leur passé primitif avec poésie : le Chasseur de dragons et la Danseuse de taureaux, Celle qui écoute et Celui devant lequel tous se courbent… Comme dans Les Autodafeurs, Marine Carteron crée sa propre mythologie et réécrit l'Histoire sous un angle nouveau.
Alors que leurs vies passées se réveillent en même temps que le Maître, les quatre Génophores grandissent, mûrissent et s'acceptent (je ne dirai pas de quelle façon pour ne spoiler personne). Confrontés à des dangers toujours plus grands, ils deviennent de plus en plus intéressants en tentant de s'opposer à une destinée qui semble écrite par avance
La plume de Marine Carteron est toujours aussi diaboliquement efficace et nous plonge dans un thriller fantastique qui confronte science et croyance sur fond de pandémie et d'eugénisme. Ce second tome est encore plus prenant que le premier, alors la suite, vite !
Lien : https://oursebibliophile.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
ReveursEtMangeursDePapier
  09 avril 2017
Alors que le monde entier est en panique face au métavirus qui se répand, Kassandre, Mina et Georges, sont en fuite. Toujours traqués pour leur nature de Génophores, ils ne vont pas fuir bien longtemps avant d'être neutralisés et séparés à nouveau. Ils sont bien trop précieux pour qu'on les laisse filer. Dans un même temps, le Maître s'éveille et il a des projets pour ce monde qui sombre...

Encore une fois, j'ai suivi chacun de ces trois personnages avec beaucoup d'intérêt. Il est difficile de vous dire lequel d'entre eux à écoper de la pire situation. Peut être Kassandre, enlevée par son propre père. Peut-être Georges, torturé. Peut-être Mina, possédée. Une chose est sûre, ils sont tous les trois en danger et il ne semble y avoir aucune issue. Dans ces conditions, difficile de savoir à qui faire confiance et où trouver ses alliés.

Heureusement, nos trois héros sont des jeunes très combatifs et lire à travers leurs trois points de vue est efficace. On est proche d'eux, plus que jamais. Au point de toucher leur âme. Plus à l'aise avec leurs pouvoirs extraordinaires, iIs ne veulent pas servir de pions. Mais ont-ils seulement le choix? On découvre le sort qui leur est réservé et tout semble jouer d'avance. C'est comme si ils ne pouvaient y échapper. On se demande alors si ils seront assez forts pour faire face au destin qui les attend. Faut-il se soumettre? Se battre? C'est là que Mina m'a surpris. Plutôt effacée et mystérieuse dans le premier tome, elle se révèle être bien plus forte que je ne l'imaginais.

L'auteure a créé une histoire passionnante autour de la création des Génophores. Une histoire passionnante qui date de plusieurs millénaires. Il est temps pour le lecteur d'en découvrir plus à leur sujet et également sur celui qui les a créé : Celui devant lequel tous se courbent. Il est temps pour nos héros de se souvenir. J'attendais ces petites informations avec impatience. J'avais pas mal de questions restées sans réponses à la fin du premier tome et j'ai été ravi de pouvoir faire autant de découvertes. Enki, le quatrième Génophore y est pour beaucoup. Son point de vue nous permet d'en savoir plus et de comprendre les plans du Maître, du Créateur.

Verdict : Ce second tome est beaucoup plus sombre que le premier, avec une deuxième partie de roman palpitante. On poursuit la découverte des Génophores et on tente de comprendre ce qui les unit, ce qui les rend plus forts. On assiste à leurs sacrifices aussi. Mais on continue d'espérer. Seront-ils capables d'empêcher la catastrophe qui se profile? Seront-ils assez forts pour éviter le chaos et la mort? Parce que finalement, on en a conscience depuis le tout début de l'aventure, c'est l'avenir de l'humanité qui est en jeu.

Lien : http://revesurpapier.blog4ev..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Imaginalivre
  27 août 2017
Le deuxième tome est bien différent du premier.
Ce tome a plus d'actions, il se déroule plus de choses et on connait un peu plus sur le passé des quatre Génophores, qui ils sont actuellement, et qui ils étaient dans leurs vies antérieures.
On ne sait pas encore qui est le Maître, du moins pas en profondeur, ni ce qu'il souhaite réellement, et je pense que le tome 3 qui paraîtra au mois d'octobre, répondra à ces questions.
Franchement, pour le coup, même la couverture parle directement de l'histoire, et ici c'est du Maître Mais aussi de Kassandre, Mina, Georges et Enki (les quatre flots de sang).
Cet opus commence là où se termine le premier. Donc on retrouve Kassandre, Georges et Mina ensemble prêt à fuir et à se cacher du camp adverse (Les enfants d'Enoch).
On y rencontrera Enki, qui nous donnera aussi son point de vue. Il faut savoir que à chaque changement de chapitre, nous avons le droit à un point de vue différent. Ça donne un plus à cette histoire je trouve, car elle enrichie le tout, on comprend plus de choses, on vit avec eux leurs épreuves, et on comprend pourquoi l'un prend telle décision alors que l'autre ne veux pas suivre.
Ce livre ci est tellement plus sombre que le premier, il se passe des choses qui feraient froid dans le dos. Les Enfants d'Enoch, sont prêt à tout pour parvenir à leur fin,
Pour en revenir aux personnages principaux, j'ai encore un peu de mal avec Kassandre (Ka), elle est moins stéréotypée que dans le premier mais quelque chose me gêne encore, du moins au début, vers la fin du livre je l'aimais déjà mieux.
Georges est toujours celui qui est énervé, qui a peur de son pouvoir mais qui va essayer de le dompter.
Mina, qui est un personnage très effacé, restera toujours dans cette position mais se révélera aussi intelligente, loyale et forte.
Enki est donc le nouveau personnage, je ne peux pas dire qu'il m'ait fait grande impression, son pouvoir par contre est surement celui que j'ai préféré par rapport aux autres, je vous laisse découvrir quel est celui-ci.
Le Maître, on connait un peu plus de chose sur lui grâce aux vies antérieures des Génophores avec des flash-back. Gentil ? Méchant ? Que veut-il réellement ? Sauver l'humanité ou la détruire ? Encore beaucoup de question sur lui mais qui je pense trouveront réponses dans le dernier tome de cette trilogie.
Ce que j'aime bien aussi c'est les messages que l'auteure fait passer (enfin je pense), comme le fait de faire attention à la Planète : "Cette planète que vous deviez fouler avec respect, que lui faites-vous subir ?"
Alors autant le premier opus, je ne l'avais pas recommandé, autant celui-là je pourrais vous dire "pourquoi pas" il est pas si mal et se lit bien plus vite et facilement grâce aux rebondissements, aux actions et aux révélations.
La suite au prochain tome ? On en parle quand vous le souhaitez.
Lien : http://imaginalivre.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
balloonvenus
  18 avril 2017
Ouf, par où commencer, tant ce roman est foisonnant d'action, de suspens, de réflexions métaphysiques, environnementales... Par le commencement donc. Alors que le virus créé par le labo Biomedicare (et dont on apprendra dans quel but ultime il a été élaboré) se répand à la vitesse grand V, Kassandre, Georges et Mina se retrouvent au pied du Vésuve. Kassandre et Georges sont capturés par la Chose et envoyés en Suisse dans les labos de papa Kapolna, afin d'y subir toutes sortes d'expérimentations. Mais en même temps, leurs pouvoirs s'amplifient... Mina, quant à elle, est récupérée par les protecteurs du Maître. Elle rencontre Enki, le jumeau de Georges. Le Maître incite Mina à lui donner son sang, car il lui faut une offrande des quatre Génophores pour recouvrer ses pleins pouvoirs. Ce don fait comprendre à Mina qu'elle est la réincarnation d'une femme ancestrale, Lilh, et qu'il en va de même pour ses camarades... Et impossible d'en dire plus, sinon danger de spoil !
Mina, Kassandre, Enki et Georges... le destin du monde repose entre leurs mains et celles des autres porteurs de gènes K. Mais leur personnalité est particulière en raison de leur relation avec le Maître. Les abus de la science, les labos et lobbies tout-puissants, la nature menacée, l'eugénisme, comment être soi en se détachant de son créateur (père, Père...) ou d'une personnalité indésirée, voire indésirable, qui prend le pas... Cette trilogie est bien plus qu'un roman fantastique, bien plus riche que les méchants vs les gentils, car tous les personnages sont ambigus ou révèlent des côtés cachés de leur personnalité. De l'action, moderne et trépidante, mais le monde ancien et palpitant des légendes qui s'invite dans notre impitoyable actualité... A mettre entre toutes les mains !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21


critiques presse (1)
Ricochet   23 mai 2017
Marine Carteron signe un deuxième tome dense et addictif. Après avoir posé le cadre (dans le tome 1), elle développe la psychologie des personnages tout en intensifiant la trame.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
genougenou   17 janvier 2018
Mère... mon pouvoir a grandi et je lis maintenant en toi comme dans un livre fragile.
Je sens ta peur, mais aussi... ta détermination ?
Oui, c'est ça, je sens ta détermination à m'aider, à me sauver.
Je ne comprends pas.
Ce n'est pas tout.
Je sens autre chose aussi.
Quelque chose que je n'attendais pas et qui s'abat sur l'armure de mon cœur comme de l'acide.
Ce que je vois en toi, c'est moi.
Je suis partout, ta mémoire n'est composée que de milliers d'images de moi.
Mes yeux le jour de ma naissance, la pulsation rapide de ma fontanelle sous tes doigts tremblants, une vision de mes minuscules orteils, l'odeur de mes cheveux volée dans mon sommeil, mes dessins cachés au fond de ton placard comme un trésor, la boucle de mes cheveux dans ce camée qui ne te quitte jamais.
Tu n'existes pas en toi.
Tu ne le peux pas car je t'emplis totalement.
Tu ne vis que pour moi et je dois me résoudre à accepter l'évidence : tu m'aimes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
ReveursEtMangeursDePapierReveursEtMangeursDePapier   09 avril 2017
L'heure de ma renaissance approche et j'exulte.

Mes Génophores sont là, tout près de moi.

J'entends le chant de leur sang qui pulse au rythme de leurs cœurs battants.

Douce musique, enivrant parfum qui me grise, m'enivre.

J'ai grand-hâte de revenir à la vie.

Il est temps, temps de leur rendre leur mémoire, de leur rappeler qui je suis...
Commenter  J’apprécie          40
l-ourse-bibliophilel-ourse-bibliophile   10 avril 2017
Peu importe, de même que mon pouvoir a augmenté au point de me permettre d’influer sur les rythmes cardiaques, et de lire les émotions des personnes qui m’entourent, je suis certaine d’être capable de recréer à loisir ma musique intérieure. C’est assez logique : après tout, quelle différence y a-t-il entre la vie et la musique ?
Aucune.
Nous ne sommes que pulsations, battements de cœur, pouls, respirations, modulations, souffles et influx électriques.
Notre corps est un instrument, son fonctionnement une harmonie et moi j’en suis le chef d’orchestre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LauBlueLauBlue   21 janvier 2019
Le diable, une belle invention pour masquer la réalité.
Car la réalité c’est que les humains n’ont jamais eu besoin d’une intervention extérieure, pour créer l’horreur… ils se débrouillent très bien tous seuls.
Commenter  J’apprécie          50
unefolledelectureunefolledelecture   27 mars 2020
Depuis le temps que je parcours le monde, j'ai l'habitude que les hommes recourent au diable pour expliquer ce qui leur est inacceptable
Le diable, une belle invention pour masquer la réalité.
Car la vérité c'est que les humains n'ont jamais eu besoin d'un intervention extérieur pour créer l'horreur... Ils se débrouillent for bien tout seuls.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Marine Carteron (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marine Carteron
Dans cette vidéo, je vous invite à découvrir un sujet peu présent dans la littérature : l'autisme au féminin ! Et plus spécifiquement du syndrome d'Asperger. Pourquoi, d'ailleurs, y aurait-il un "autisme au féminin" ? Je vous explique tout ça, à partir du travail et de l’œuvre de Julie Dachez, et vous amène à la rencontre de romans ayant pour héroïnes des jeunes filles autistes.
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

les autodafeurs

Comment s'appelle la petite sœur d'Auguste Mars ?

Césarine
Jeanne
Isabelle
Sara

10 questions
57 lecteurs ont répondu
Thème : Les Autodafeurs, tome 2 : Ma soeur est une artiste de guerre de Marine CarteronCréer un quiz sur ce livre

.. ..