AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Marie-Hélène Piwnik (Traducteur)
EAN : 9782070731336
132 pages
Gallimard (05/06/1996)
4/5   5 notes
Résumé :
Mário de Carvalho est décidément un maître de la subversion. Son dernier roman nous offre une satire réjouissante de notre société de fausses valeurs et de réputations usurpées, à travers un personnage de petite arriviste sans scrupules qui sévit dans les médias. Mais, outre qu'elle nous amuse énormément, elle n'est pas dénuée de charme - et de nous demander si nous n'aurions pas tous quelque chose d'Eduarda Galvao ? En tout cas les amours intéressées d'Eduarda la m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
boubili
  29 avril 2019
C'est un recueil de 3 nouvelles que nous offre le portugais Mario de Carvalho.
La 1ère est un petit bijou, une vraie réussite !
Lors de la guerre en Angola, un soldat portugais marche sur une mine. Il doit rester immobile pour ne pas qu'elle se déclenche. Comment vont-ils s'en sortir ?
La deuxième nouvelle se passe également en Angola, alors que la 3ème se déroule au Timor Oriental.
Ce recueil se lit très facilement, très vite mais rien ne tombe à plat. Les trois récits sont sobres et efficaces et démontrent l'absurdité qui règne parfois lors d'un conflit.
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2
  24 mai 2014
Trois belles nouvelles des guerres coloniales du Portugal de Salazar.
Désormais sur mon blog : http://charybde2.wordpress.com/2014/05/24/note-de-lecture-les-sous-lieutenants-mario-de-carvalho/
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   24 mai 2014
Ils étaient partis à cinq heures du matin, avec des rations de combat pour deux jours, le train-train. Le sous-lieutenant connaissait ce chemin par cœur, à en avoir la nausée. Tous les points de repère étaient gravés dans sa mémoire, la distance qui les séparait, les détails du parcours. C’était d’abord le bosquet d’anacardiers, ensuite l’acacia pareil à une main dressée, ensuite l’endroit où ils avaient trouvé le lion mort, ensuite le morne où ils avaient tué à la grenade le vieux nègre qui leur tirait dessus à bout portant, ensuite la butte où avait eu lieu l’embuscade de septembre, ensuite le baobab, m’bondo comme iles disent, toujours rempli d’oiseaux, un peu plus loin la clairière tapissée de feuillages et de branchages désséchés, ensuite…
Un claquement métallique, sec, net, retentit dans l’air. La file s’immobilisa. À moitié courbés sur leurs armes automatiques, les hommes quadrillaient tout le secteur, tendus, nerveux, farouches.
En plein milieu de la piste, le sous-lieutenant ne bougeait plus. Il était à l’arrêt, très droit, les deux bras légèrement écartés du corps, le visage pétrifié, regardant droit devant lui. Il tenait son arme par le cache-flammes, comme quelqu’un qui cherche à maintenir un équilibre problématique à l’aide d’un contrepoids.
– J’ai marché sur une mine ! J’ai marché sur une mine, merde ! répéta-t-il, presque sans bouger les lèvres, à l’adresse du brigadier qui s’approchait, inquiet.
Et il y avait dans les mots du sous-lieutenant un ton de profonde tristesse, au-delà de la gravité ou du simple constat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   24 mai 2014
Nous étions quinze ou seize officiers autour des deux grandes tables du mess. Il aurait pu en tenir davantage : il restait de la place.
Je me mêlai aux différents groupes, sans que personne ne me prête attention. Eux-mêmes évoquaient d’une voix sonore des sujets qui ne m’intéressaient pas particulièrement. Je remarquai que tous avaient pris soin de se recoiffer et que l’un des sous-lieutenants était visiblement rasé de près.
Le colonel pontifiait, comme c’était son rôle. Il me présenta, non sans réticence, ici et là :
– C’est le sous-lieutenant du génie qui vient résoudre notre problème une fois pour toutes.
Je déambulai, serrant des mains peu convaincues, distraites.
J’eus finalement la malchance de tomber sur un sous-lieutenant qu’inquiétait énormément une gouttière dans son immeuble de Lisbonne, laquelle inondait tout quand la pluie tombait sous un certain angle. Sa femme n’arrêtait pas de lui écrire pour se plaindre, toujours se plaindre… Elle en était parfois réduite à dormir en mettant des récipients en plastique le long des murs, tellement on aurait dit une fontaine.
Je lui conseillai une application d’enduit comme ceux qu’on utilise pour les piscines, mais le type ne me lâchait plus, avide de détails…
Le médecin me tira d’affaire, en me prenant par un bras et en m’attirant dans un coin :
– Compris, non ? Avec moi, c’est la même chose. Dès qu’on a fait des études, on vous fait chier. Ils passent leur vie à me casser les pieds avec les végétations de leur gamin ou les rhumatismes de leur vieille mère. Il y a des lettres de Lisbonne ? Alors là, je sais que je vais avoir à donner une tapée de consultations à l’oeil. Chienne de vie… Enfin, vous au moins vous allez pouvoir vous barrer… Tiens, ça y est, à table !
Le colonel s’assit en premier, tous les autres après lui, raclant leurs chaises fabriquées pour la plupart à partir de tonneaux découpés. À ma table, qui occupait toute la longueur de la salle, mais qui était presque vide, n’étaient assis qu’un sous-lieutenant court sur pattes, le médecin, l’aumônier et moi. Je remarquai qu’à côté du colonel il y avait une place vide, le couvert mis, et demandai pourquoi :
– Vous allez voir, me répondit le médecin en sourdine, d’un air sardonique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   24 mai 2014
Cette piste, c’est donc le chemin qui mène à Nhambirre. Elle figure sur les cartes d’état-major sous le numéro douze. La troupe toutefois lui donne des noms hyperboliques ou au contraire dévalorisants, cela dépend de la relève des bataillons. Elle s’est même appelée la "boucle de la mort", quand les embuscades y étaient inévitables, juste après qu’on eut passé à Lisbonne un film qui portait ce titre. Aujourd’hui on la surnomme la "promenade du dimanche", parce que c’est devenu une zone relativement tranquille, "pratiquement pacifiée", comme dit le haut commandement, malgré un harcèlement épisodique des cantonnements. Plus tard elle aura sans doute un autre sobriquet, correspondant à l’évolution de la guerre et adapté à l’imagination de la troupe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   24 mai 2014
Tout est bien qui finit mal. Quand j’ai lu sur ma feuille de route qu’on m’avait affecté à Timor, j’ai exulté le temps de deux jours de fiesta, buvant bière sur bière au Portugália et au Trindade et me livrant à des explosions d’exubérance juvéniles que mes amis de cœur, qui étaient envoyés, eux, sur l’un de nos trois fronts de guerre, ne manquèrent pas d’envier.
Je n’avais pas la moindre idée de ce qu’était Timor. Une vague île au bout du monde, verdoyante et chaude, tout ce qu’il y a de plus exotique, et en paix, surtout en paix. On me félicita énormément les jours qui suivirent. On me demandait quels pistons j’avais combinés, quelles huiles j’avais soudoyées… Rien de tout cela, je devais ma chance à la punition d’une faute militaire comparable à un abandon de poste, un jour où j’étais officier de jour dans ma caserne. Par une de ces ironies du sort dont les règlements militaires sont coutumiers, j’avais Timor en prime des cinq jours dont j’avais écopé.
Mais la Providence se chargea de corriger l’incohérence de la hiérarchie militaire. Au bout de deux semaines, à peine remis des trente variétés de nausées de mon interminable voyage en bateau, sur des bâtiments divers, et alors que je n’avais pas encore chauffé ma place d’officier d’intendance, seigneur et maître du matériel et de l’équipement, ce stupide accident avec une grenade d’exercice est arrivé, l’enfer sur terre, servi à domicile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Mário de Carvalho (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mário de Carvalho

MP 2014-03-11-955-003048BDD2D9.mp4
Payot - Marque Page - Mario de Carvalho - L'art de mourir au loin.
Dans la catégorie : Littérature portugaiseVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Littérature portugaise (227)
autres livres classés : portugalVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Fraise ou Framboise ?

Une expression : " Aller aux ....... "

Fraises
Framboises

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thèmes : fraises , expressions , littératureCréer un quiz sur ce livre