AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782228920711
96 pages
Éditeur : Payot et Rivages (14/03/2018)
3.09/5   11 notes
Résumé :
Adapté d'un seul en scène qui a rencontré un joli succès et qui sera à l'affiche du off à Avignon en 2018), ce livre aborde les questions de la différence, de l'identité, des migrations. Qu'est-ce qui nous constitue ? Qu'est-ce que l'on garde de notre famille ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
bibliothequedebracieux
  23 juin 2018
Livre étonnant qui raconte l'amour d'un frère pour sa soeur, qui raconte aussi comment on ne peut rejeter ses racines mais qu'il n'est pas facile de s'accommoder d'être coincé entre deux mondes.
Logan de Carvalho est comédien. Ce livre est une adaptation d'un de ses spectacle " moitié voyageur"... Ce qui donne un texte très oralisé. C'est d'une écriture rapide, railleuse et sincère qu'il dit ce monde que beaucoup craignent, il dit aussi les magouilles mais aussi la générosité, les rapports vrais, les clins d'oeil sont nombreux. Ne se moque-il pas un peu de nous les gadjos?
L'auteur, fils d'une gitane connait bien ce monde lui qui semble à la fois l'aimer et le rejeter. L'histoire commence de façon un peu tonitruante, les dialogues sont savoureux, les préjugés bien présents mais pas d'évangélisme c'est leur vie qu'il raconte. Lui, le fou de théâtre, qui ne comprend pas le choix de sa soeur de retourner vivre en caravane avec son mari.
Un roman tendre, malgré quelques excès, qui nous ouvre largement la "porte" d'un camp de voyageurs avec une galerie de portraits très humains.
Intéressant et percutant.
( livre écrit avec la participation - entres autres - de Vincent Dedienne)
Merci à Babelio et aux éditions Payot pour cet envoi.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Jeannepe
  04 août 2018
Logan est l'aîné d'un ménage gitano-portugais. Pour lui, la sédentarité est un premier pas vers l'élévation sociale. Il y a ajouté des études et la volonté de devenir comédien. Autant pour le déterminisme social. Quoi qu'il en soit, les traditions gitanes et le mode de vie qui va avec sont bien derrière lui, nécessairement rétrogrades. Seulement, sa soeur vient de se faire volontairement enlever par amour. Par un gitan. Et elle a seize ans. Logan va donc la trouver au camp pour essayer de la dissuader. Il doit alors faire face à son histoire, ses a priori, ses peurs et fantasmes. Son immense tendresse pour sa soeur et son mépris de classe sont les deux ingrédients principaux d'un récit haut en couleurs.
Ma soeur est une gitane est à cheval entre le témoignage et la déclaration. C'est un récit de la famille, des origines et des espoirs. Il parle de réputation, que l'on a mauvaise et qui colle à la peau. Des préjugés, d'autant plus forts qu'ils viennent presque de l'intérieur. Des éclats, de rire et de colère, qui habitent les individus. L'autodérision, omniprésente, adoucit la violence discrète de cette épopée gitane et familiale, aux sonorités vibrantes.
Lien : https://auxlivresdemesruches..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
MadameTapioca
  11 mars 2018
Logan est né d'un père portugais et d'une mère gitane. C'est un demi voyageur. Il se destine à devenir comédien et est en train de se transformer en parisien prétentieux, bobo-intello, bien loin de ses racines.
Quand sa soeur décide de se faire enlever par un gitan (se marier), Logan ne comprend pas et part rencontrer ce beau-frère qui représente tout ce qu'il a voulu fuir.
Pas vraiment un documentaire, pas vraiment un roman. Juste un témoignage sur la quête d'identité, sur le monde des gitans, sur le communautarisme et sur les racines.
Ça se lit très vite, c'est rempli d'humour, de générosité et d'humanité avec une galerie de personnages tous plus attachants les uns que les autres.
Un agréable moment au milieu des caravanes, des survêtements Tacchini et des gourmettes !
Commenter  J’apprécie          70
Colchik
  13 juillet 2019
Ce bref récit est un mélange explosif de truculence, de gouaille et de tendresse. Logan de Carvalho est l'anti-Édouard Louis, il met de l'humour là où ça fait mal, au lieu de froncer les sourcils pour analyser sa situation de transfuge avec la gravité qui sied à tout disciple de Bourdieu.
Issu d'un milieu populaire, il est devenu comédien. Ses racines sont portugaises du côté paternel et gitanes du côté maternel. le chemin parcouru a été long de la table familiale où il faisait le pitre aux planches d'un théâtre. Il le dit simplement, sans occulter les difficultés liées à ses origines, le décalage entre la culture gitane et le milieu scolaire, puis artistique, sans taire l'incompréhension qui saisit les siens devant un parcours hors normes.
Avec pudeur, il parle du fossé qui se creuse avec sa soeur Léa qui a choisi le mode de vie des « voyageurs », c'est-à-dire la caravane et la vie sur le « terrain ». Avec justesse, il montre les fractures qui menacent ceux qui vivent entre deux mondes mais, surtout, il s'efforce de montrer que les liens familiaux peuvent être plus forts que les préjugés et les jugements à l'emporte-pièce.
Un livre revigorant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
pmeunier33410
  06 avril 2018
Une (courte) plongée dans le monde des gens du voyage que j ai vécu avec grand plaisir Pas d angélisme rien ne nous est caché du côté marginal du peuple gitan à tel point que par moments on aurait tendance à y voir les clichés habituels (les voleurs de poules !!) . Mais on comprend mieux leur position leur rébellion et leur fierté d appartenir à un clan plutôt qu au monde des '' gadjes''.. Bon petit livre malheureusement trop court j aurais bien passé quelques heures de plus dans la caravane
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
JeannepeJeannepe   04 août 2018
« Pas facile à vivre ta fameuse grande vie, hein Logan ? » Voilà ce que veut me dire ma sœur. « Pas facile pour le petit « gitano-Portugais » d’aller jouer les bons élèves chez les « cultureux », les acteurs, les intellos. Ça doit en demander des efforts ! Tu arrives encore à être un peu toi-même quand tu récites des alexandrins du XVIIe siècle ? Our peut-être que tu ne veux même plus être toi-même ? Comment tu fais quand tu vas boire des coups avec tes nouveaux copains ? Tu caches ton accent et tu fais semblant d’avoir lu tout Zola, de connaître Maupassant par cœur, ou tu mets le nez dans la mousse de ta bière en attendant que ça passe ? »

Ma sœur me rappelle d’où je viens et la difficulté d’aller là où je veux. Surtout, j’entends qu’elle n’envie pas ma mutation – chose impensable pour moi à l’époque. J’étais en train de faire un bond en avant, de monter une marche sur l’échelle de la civilisation ! Petit gitan devient grand monsieur, comment mon sort pouvait-il ne pas faire envie ? Certes, je ne percevais pas encore ce que ça me coûtait. Ma sœur, face à ma prétention, ne voyait que ça. Je reste de mauvaise foi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
MadameTapiocaMadameTapioca   11 mars 2018
L'école a été pour lui une douleur, un pays étranger. Mon père lit très mal, très lentement et déteste écrire parce qu'il sait qu'il fait des fautes à chaque angle de phrase. Et il en a honte.
Je me rappelle avoir remarqué ses problèmes de lecture assez tard, je devais avoir vingt ans et je lui avais offert un livre. Il me répétait sans cesse qu'il ne savait pas écrire et je lui disais que "plus on lit, mieux on écrit". Il avait donc commencé à voix haute le premier chapitre. Je l'avais alors entendu lire comme un enfant de CP-CE1, passer du temps à déchiffrer chaque mot, lire syllabe après syllabe. Aller au bout d'une phrase était comme gravir une falaise. Chaque virgule était une épreuve à surmonter, il cherchait le son des mots comme on cherche une bonne prise sur un flanc de montagne pour se hisser vers le sommet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
bibliothequedebracieuxbibliothequedebracieux   23 juin 2018
L'éducation que mon père m'a donné pourrait se résumer en une phrase que j'ai entendue des milliers de fois :
" travaille bien à l'école, Logan, fais pas comme moi, sinon tu seras obligé d'aller au boulot en bleu de travail toute ta vie. " Je le trouvais joli, moi, son bleu de travail..."
( p 19 )
Commenter  J’apprécie          40
bibliothequedebracieuxbibliothequedebracieux   23 juin 2018
Qu'est-ce-que tu fais Logan ? Pleure pas ! Pleure pas mon pral ! On n'est pas des gadjés !
- Je suis désolé, j'ai rien vu, j'ai rien compris.
- Ben oui t'as rien vu. Avec ton gros cerveau t'as rien vu. C'est pas grave. C'est bizarre mais c'est pas grave.
( p 145)

pral : frère
Commenter  J’apprécie          40
ColchikColchik   13 juillet 2019
J’avais l’impression que le monde me punissait d’avoir voulu sortir de ma condition. Dans l’ascenseur social, je restais le technicien Otis.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : manouchesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

La tresse - Laëtitia Colombani

De combien de mèches de cheveux se compose une tresse classique ?

Deux
Trois
Quatre

10 questions
393 lecteurs ont répondu
Thème : La tresse de Laetitia ColombaniCréer un quiz sur ce livre