AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791022608039
Editions Métailié (06/09/2018)
2.4/5   5 notes
Résumé :
“Ma vie s’est terminée il y a trois ans, à la veille de mes 53 ans, dans l’entrée d’un théâtre, à Berlin. Du moins, c’est là que j’ai commencé à mourir.” Murmurée à l’oreille d’un homme bardé d’explosifs, dans une chambre d’hôtel juste après un attentat à la bombe, cette phrase donne une idée de la tension qui tisse ce roman du début à la fin.

Envoyé au Moyen-Orient dans une zone de combat pour transporter la rançon d’un mystérieux otage, le Rat affro... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Stelphique
  07 septembre 2018
Ce que j'ai ressenti:
***Et au milieu des décombres, le chaos…
Il s'ouvre comme cela ce roman, sur un champ de ruines, mais juste devant nous, un homme se tient encore debout…Pour autant, que durera ce moment…Un instant T où un Rat, se retrouve dans une mission suicide au fin fond d'une chambre sordide au Moyen-Orient. Un arrêt sur image de chaos avec un dôme de raisons obscures qui entoure cet homme brisé, à l'instar de cette vision de destruction…Bernardo Carvalho a concoctée une petite bombe littéraire d'une telle énergie violente qu'elle en devient juste fascinante. Attention, on en prend plein les yeux, l'écriture y est dure et sans artifices, mais les feux sont bel et bien là! Cette lecture dynamite nos coeurs et nos têtes, parce que l'on touche de si près, le Mal, dans toute sa splendeur. Une attirance si destructrice…
"L'illusion donne la force de continuer à vivre, pour aussi terrible que soit la vie."
***…Trio infernal…
Bernardo Carvalho explore toutes les dynamiques qui anéantisse un homme. D'un triangle amoureux masculin, à une mission secrète en terre brûlée, en passant par cette tendance à la folie furieuse, on frôle tous les cercles vicieux des passions qui animent le coeur des hommes. Tant de séduction autour de la violence, tant de toxique autour de l'amour, que Sympathie pour le démon donne le vertige, le vertige des grandes émotions…Le lecteur devra trouver son interprétation face à la perdition, sa voie au milieu de ce fatras de mensonges, tenter de marcher sur les lignes d'ondes négatives sans se brûler aux flammes de l'enfer, se confronter à l'haleine fétide du diable…Lui résister.
« Pourquoi il y a tant de gens qui s'aiment? «
« Pourquoi? » dit-il en souriant. je ne sais pas, parce que c'est bon, parce que ça fait du bien. »
« C'est tout? »
« Tu trouves que c'est peu? »
***La passion brute.
Difficile de rester de marbre face à ces moments aussi intenses. Brut. Violent. Explosif. C'est ce que j'aime dans la littérature sud américaine, cette puissance dans les sentiments, l'énergie folle qui passe dans leurs mots, l'ampleur ravageuse que l'on devine derrière les lignes. Je suis bluffée. Même refermé, ce livre il continue de brûler sous les braises de son trop plein de passions. Je viens de me prendre un uppercut, mais là, tout de suite, ce que je voudrais , c'est lire le prochain et les précédents livres de cet auteur, car c'est impressionnant comme Bernardo Carvalho a cette façon très particulière de raconter avec autant perspicacité, la rage de vivre et sa compagne si sympathique, la fatalité de la mort…
Avant le déclic du détonateur, précipitez-vous vers cette lecture!
"Alors, la mort ne meurt jamais? »


Ma note Plaisir de Lecture 9/10
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          387
traversay
  29 septembre 2018
Auteur souvent passionnant, volontiers expérimental, le brésilien Bernardo Carvalho réalise une sorte de tour de force avec Sympathie pour le démon, oeuvre exigeante dont la lecture peut aussi se révéler lassante à force de ressasser, d'analyser et d'approfondir son thème majeur : la passion amoureuse. le début du livre semble pourtant partir dans une toute autre direction avec la découverte d'un personnage singulier, le Rat, qui travaille dans une ONG et s'est spécialisé dans les missions difficiles, principalement en zone de guerre. Mais à un moment, le livre bascule vers la confession de son principal protagoniste : le récit de la liaison toxique du Rat avec un autre homme, surnommé le chihuahua, sous le regard d'un troisième larron, compagnon du second, appelé le Clown. C'est avec une plume quasi proustienne que Carvalho décortique dans ses mille et une facettes, cette relation avec ce qu'il faut bien appeler un pervers narcissique, qui n'arrête pas de souffler le chaud et le froid pour attiser ou éteindre les braises de la passion. Il n'y a pas de progression dramatique à proprement parler dans Sympathie pour le démon mais une analyse exhaustive et au final épuisante des ressorts de cette fièvre amoureuse et de cette aliénation sentimentale. Une impressionnante démonstration littéraire, sans doute, mais répétitive et en définitive un peu ennuyeuse.
Un grand merci à la Masse critique de Babelio et aux éditions Métailié pour l'envoi de ce livre.
Lien : https://cin-phile-m-----tait..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
jsgandalf
  15 octobre 2018
Merci a Babelio et aux éditions Metailié pour ce livre reçu dans le cadre de l'opération Masse critique.
Quelle étrange livre que ce "Sympathie pour le démon" de Bernardo Carvalho. A la lecture du quatrième de couverture, on s'attend à un roman fort, ou l'amour se mélange à l'histoire actuelle et au final il n'y a rien. Histoire d'amour à sens unique, de dépendance toxique du protagoniste principal qui tourne en rond. Comment est-il tombé amoureux, comment est-il devenu homo alors que marié et père de famille. Ici pas de prise de conscience, juste un fait. Tout ça raccordé au terrorisme international sans raison sinon d'être le déclencheur du récit.
Et pourquoi n'avoir pas donné de prénoms aux personnages sinon deux surnoms : le Rat et le Chihuahua.
C'est un roman, à mon sens ennuyeux, fait de redites. Fait de lieux communs sur la sexualité déviante de certaines personnes. Les personnages sont plats, inexistants alors qu'il y avait tant à faire avec cette trame. Bref n'en jetons plus, une belle déception. Un livre à éviter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
frimoussette
  01 octobre 2018
Dans le cadre de masse critique je remercie Babebio et les éditions Métailié de m'avoir envoyé ce livre
Je me suis trompée en lisant la 4eme de couverture donc très forte déception
L'ennui total en parcourant ces pages
Une histoire d'amour toxique entre deux hommes sur 230 pages c'est pesant
Je ne sais que dire d'autre tant je me suis ennuyée et le mot est faible

Commenter  J’apprécie          51
Bill
  06 septembre 2020
Encore un roman choisi sur les étagères numériques de ma Kobo pour pouvoir cocher une nouvelle nationalité d'auteur, le Brésil, cette fois ! 
Un roman qui commençait bien avec un premier chapitre où on découvrait un héros officiellement salarié d'une ONG, mais en fait chargé de convoyer les rançons demandées par des terroristes ayant enlevé des occidentaux. On le suivait dans une de ses expéditions de remise d'argent à essayer de sentir si les personnes qui l'accompagnaient étaient ou non de bonne foi, chargées de l'accompagner au lieu de remise de l'argent ou souhaitant le détourner pour leur propre compte.
Et puis, dès le chapitre suivant, l'auteur nous a embarqués dans une histoire sans fin tournant en boucle entre Berlin, New York et le Brésil, à suivre les atermoiements du héros et de son amant intermittent, leurs amours, leurs ruptures, leurs scènes de sexe, leurs jalousies, leurs histoires ... 
Et je me suis ennuyée tout au long des 240 pages de ce roman à attendre un rebondissement qui n'a été qu'à peine évoqué en avant-dernier chapitre ! 
Bref, un roman à fuir !    
Lien : http://les.lectures.de.bill...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51


critiques presse (1)
Liberation   01 octobre 2018
Un triangle amoureux masculin, dans Sympathie pour le démon, sixième roman du Brésilien Bernardo Carvalho, se charge d’expérimenter cette guerre pour nous. On les connaîtra sous trois noms : le Rat, le Clown et le chihuahua.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
StelphiqueStelphique   06 septembre 2018
"Pourquoi il y a tant de gens qui s'aiment? "
"Pourquoi?" dit-il en souriant. je ne sais pas, parce que c'est bon, parce que ça fait du bien."
"C'est tout?"
"Tu trouves que c'est peu?"
Commenter  J’apprécie          220
StelphiqueStelphique   06 septembre 2018
L'illusion donne la force de continuer à vivre, pour aussi terrible que soit la vie.
Commenter  J’apprécie          100
StelphiqueStelphique   04 septembre 2018
"Alors, la mort ne meurt jamais?"
Commenter  J’apprécie          170
LarissaaLarissaa   04 juillet 2018
Le chihuahua se présentait comme un enfant fragile, mais c'est le Rat qui aurait à souffrir des conséquences de l'innocence et de sa perte. p.193
Commenter  J’apprécie          00
LarissaaLarissaa   04 juillet 2018
On peut visiter l'horreur des autres et en sortir indemne, mais personne n'échappe à sa propre horreur. p.27
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Bernardo Carvalho (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernardo Carvalho
Bernardo Carvalho - Sympathie pour le démon
autres livres classés : littérature bresilienneVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Molière dans les Arts

La Comédie Française, pour sa tournée au Japon, avait demandé à un auteur français d'écrire un impromptu qui se jouerait avant les Fourberies de Scapin. Mais qui est l'auteur de L'Impromptu du Palais Royal?

Jean Genet
Jean Cau
Jean Cocteau

8 questions
7 lecteurs ont répondu
Thèmes : dramaturges , théâtre , théâtre classique , pièce de theatre , classique , littérature française , theatre français , adapté au cinéma , adaptation , cinema , littérature , musique , peintureCréer un quiz sur ce livre