AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 236535257X
Éditeur : Warum (25/01/2017)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Tu sais ce qu'on raconte... Il paraît que... Le fils Gabory... Vous n'êtes pas au courant ? Toute la ville ne parle que de ça. Il est revenu. Le môme qui ... ? Celui-là même. Ben, il manque pas de culot ! Attends, c'est pas clair cette histoire. Mais il veut quoi ? Ah ça ! Les gendarmes le savent ? Il faut faire quelque chose !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
svecs
  04 avril 2017
Une petite ville comme il en existe tant en province.
Ni grande, ni petite.
Tout le monde connaît tout le monde.
Tout le monde a un avis sur tout.
Et comme rien ne se passe, le moindre événement devient le centre de toutes les conversations.
L'événement en question: le fils Gabory serait revenu.
La rumeur enfle, de maison en maison. le fils Gabory est revenu. Comment ose-t-il après ce qui s'est passé ?
Casenave et Rochier on construit leur histoire comme un long dialogue dont les protragonistes changent sans cesse. A chaque case, nous changeons de lieux et de gens, mais la rumeur continue son chemin, chaque phrase amenant un élément nouveau, indiscutable parce que tout le monde le sait bien, même si personne n'a rien vu et si les événements se contredisent entre euc.
La rumeur n'a pas besoin d'être vérifiée. Elle grossit, empoisonne certains esprits.
Jusqu'à ce que...
Je dois reconnaître ne pas aimer les petites villes, pour en avoir pratiquée une pendant plusieurs années. Il y a toujours quelqu'un qui tient quelque chose de source sûre. de préférence quelque chose d'inavouable de préférence. C'est plus grisant.
Dans cette bande dessinée, Casenave et Rochier suivent la rumeur. La véritable héroïne de cette histoire. Les colporteurs et les rares contradicteurs ne sont que des anonymes. Certains auront l'honneur de voir leur rôle s'étoffer, mais pour la majorité, ils ne sont que des visages anonymes, comme on en croise tous les jours. Des gueules quelconques croquées avec talent par Casenave. On fil des pages, le lecteur est pris à témoin, découvre le que l'on reproche au fils Gabory. On découvre surtout toute l'hypocrisie d'une petite ville qui a ostracisé plus ou moins consciemment un indivivu marqué par les circonstances, mais qui a ignoré le comportement d'autres, mieux installés dans la hiérarchie.
Ce livre est la chronique de la violence sociale, lorsqu'un groupe décide d'exclure un individu. Ce mécanisme est implacable, d'autant plus qu'il repose sur uun effet de masse. Pour harceler efficacement, rien de mieux que la bonne conscience de quelques dizaines de personnes de bonne foi, et de petit esprit si possible.
Et la rumeur ne s'arrête pas.
Elle peut même en faire naître une nouvelle...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Belzaran
  22 février 2017
L'association entre Gilles Rochier et Daniel Casanave me paraissait improbable. Si j'apprécie les deux auteurs, je les imaginais mal ensemble. Quelle erreur ! le premier signe un scénario des plus originaux : raconter une histoire à partir de on-dit. Casanave dessine alors toute une galerie de personnages d'une bourgade qui discutent d'un fait divers… le tout pèse 80 pages et est publié chez Warum.
Quel bel ouvrage ! S'il est incontestablement expérimental dans sa narration, « Tu sais ce qu'on raconte » est également très accessible. Bien sûr, on se récupère que des bribes de conversation, qui construisent peu à peu l'histoire.
Le point de départ est simple : le fils Gabory est revenu prendre un café. de là, les événements s'enchaînent : pourquoi est-il revenu ? Peu à peu, on découvrir son histoire, sa famille, les raisons de son départ… Et les vieilles rancunes surgissent : et si le môme était venu se venger ?
La multitude des personnages permet de dynamiser la narration. Certains savent des choses, d'autres questionnent… le tout rebondit de case en case et happe le lecteur. À force de ressasser le passé, une nouvelle histoire surgit, dans le présent cette fois-ci. Ainsi, on découvre à la fois le passé du fils Gabory, mais on suit son retour…
On ne va pas se le cacher : quand on ferme l'ouvrage, on s'attendait à une fin plus percutante (quoique…). Une petite pirouette supplémentaire pour atteindre le nirvana des ouvrages conceptuels ? Malgré tout, la fin du livre suffit à combler nos désirs et fait de l'ouvrage une indéniable réussite, tant dans le concept que dans sa réalisation concrète.
Daniel Casanave avait la lourde tâche de dessiner ce livre original, où les personnages récurrents restent des anonymes que l'on voit trois ou quatre fois dans l'ouvrage. Il fallait donner vie aux personnages, même, en les voyant peu. C'est plutôt réussi. Son trait fait merveille pour dessiner une petite bourgade et ses habitants. le choix du dessinateur est particulièrement pertinent ! La bichromie est bien utilisée et met en valeur son trait dynamique.
« Tu sais ce qu'on raconte » est un beau bouquin, le genre que l'on pourrait citer en exemple de narration. Car si les racontars nous apprennent beaucoup de choses, il reste beaucoup de zones d'ombre et le fin mot de l'histoire ne sera pas révélé. Au lecteur, devenu habitant de la bourgade, de se faire son propre avis…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
alouett
  05 février 2017
Le môme Gabory est revenu après une longue absence. La dernière fois qu'on l'avait vu, c'était au moment de l'accident, il y a deux ans. Alors, dans sa petite ville natale, les commentaires vont bon train. L'occasion de régler quelques comptes personnels et de se laisser aller à quelques suppositions mesquines.
Chacun a sa petite interprétation des faits et de l'histoire du fils Gabory.
En tout état de cause, une fille de vingt ans est morte. Mais à qui la faute ? Au môme Gaborit ou parce que c'est une sale affaire de magouilles ? Et pourquoi revient-il ? Pour voir sa famille… ou pour se venger ?

La rumeur. Détestable. Exécrable. Celle qui excite les mégères et se nourrit de fantasmes. Celle qui vire au glauque. Celle dont c'est la faute de personne mais personne n'est capable de s'empêcher de l'alimenter… comme si c'était plus fort que soi, comme si ça nous protégeait d'y participer aussi.
Gilles Rochier vient jeter de l'huile sur le feu avec ce récit choral où l'on voit les habitants d'une ville parler d'une seule voix pour créer une légende urbaine de toute pièce. Certains se font la voix de la raison, d'autres entonnent les mises en garde, les derniers inventent, supposent… et il est impossible pour nous de savoir où est le faux du vrai. D'un foyer à l'autre, la rumeur enfle, elle se répand comme un virus et contamine même ceux qui pourtant, ne devraient pas avoir voix au chapitre, faute de connaître l'histoire et ses protagonistes.
Des tons rouges, qui piquent, qui heurtent, à l'instar de ces propos en apparence anodins. Chaque détail s'infiltre dans les interstices. Avec ses illustrations, Daniel Casanave fait lui aussi rumeur. Cette dernière, d'un coup de crayon, devient vivante ; elle déforme la réalité, elle se joue des non-dits pour créer une vérité nouvelle, fausse, virtuelle et malsaine.
(...)
Lire l'article complet : https://chezmo.wordpress.com/2017/02/03/tu-sais-ce-quon-raconte-rochier-casanave/
Lien : https://chezmo.wordpress.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Nadouch
  06 mai 2017
Une très bonne idée de départ : comment une rumeur se propage dans une petite ville. On passe de personnage en personnage, et peu à peu une histoire semble se dessiner, un truc qui s'est passé, dans le passé... Chacun a son mot à dire semble-t-il, et l'agacement et la violence montent...
Une BD habile pour dire cette haine ordinaire et quotidienne, avec des dessins stylisés et soignés.
Commenter  J’apprécie          60
Amindara
  29 mars 2017

Voilà une BD qui traite d'un sujet intéressant et pas tout à fait banal : la rumeur. Pourquoi intéressant ? Parce que c'est, à mon sens, un vrai problème de société. En effet, les rumeurs peuvent faire beaucoup de mal. Et c'est un peu ce que démontre cette BD.
Nous sommes ici face à une rumeur qui fait parler les habitants d'un village (difficile d'estimer la taille de la commune). Chaque case amène un personnage différent qui reprend pourtant la conversation en cours sans en gêner la logique. Cela montre à la fois la rapidité avec laquelle une rumeur se répand et montre aussi que certains "on dit" peuvent occuper l'esprit de plus de personnes qu'on ne le croit. Et dans tout ça, comment démêler le faux du vrai puisque le principal intéressé, l'homme au coeur de la rumeur n'apparait même pas. On voit donc cette rumeur s'enfler et aller jusqu'à prendre des proportions énormes. C'est fou quand on y pense, tout ce qu'une rumeur peut déclencher.
Niveau dessins, ce n'est pas un style que j'affectionne particulièrement. Mais ça va, ça passe. L'important ici est, je pense, de bien différencier les différents intervenants et c'est assez réussi. On a l'impression de se trouver face à une multitude de personnages. J'ai eu plus de mal avec les couleurs utilisées. Mais bon, ça passe.
Pour conclure, je dirai que c'est là une BD intelligente et bien construite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (2)
BoDoi   10 février 2017
Avec ses airs de thriller local, le procédé est ultra efficace.
Lire la critique sur le site : BoDoi
LeMonde   30 janvier 2017
A chaque case, le locuteur change, la rumeur rebondit. Un joli tour de force narratif.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Videos de Daniel Casanave (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Daniel Casanave
L'Émission Dessiné rend hommage à Jean Frapat et à du "Tac au Tac" Julien Solé et Daniel Cazanave rendent quant à eux hommage à René Pétillon dans cette première bataillé dessinée
autres livres classés : rumeursVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3341 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre