AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782869591660
Arléa (25/05/1993)
4.06/5   9 notes
Résumé :
Libertin, épicurien, esthète et séducteur incorrigible, Giacomo Casanova est l'un des personnages marquants du 18e siècle. Faisant sien le précepte selon lequel il faut jouir de chaque instant vécu, il appliqua celui-ci à sa vie mondaine et amoureuse qui ne firent souvent qu'une. Toute cette vie de plaisirs fut consignée, sans aucune pudeur, dans ces Mémoires également intitulées Histoire de ma vie, autobiographie sans complaisance qui traverse le Siècle des Lumière... >Voir plus
Que lire après Histoire de ma vie - IntégraleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Ce livre est devenu rare/difficile à trouver et pourtant il s'agit de l'édition des mémoires du célèbre séducteur et aventurier que je conseillerais. Tout d'abord il s'agit d'une édition intégrale: toutes les mémoires de Casanova en un seul volume (cela fait donc des milliers de pages sur papier bible) et non pas de fragments, forme sous laquelle ce très long texte se présente généralement. Ensuite il faut savoir que l'édition la plus connue de ces Mémoires, celle de Laforgue datant de 1838, n'est pas totalement fidèle au texte original. En effet l'éditeur se permit de retoucher le texte (Casanova avait écrit directement en français) et d'effectuer des suppressions de textes jugés trop "osés" à l'époque. Ici nous avons droit au texte original de Casanova avec comparaison à la version de Laforgue. Je n'ai pas réussi à tout lire mais c'est tout de même passionnant et il s'agit d'un genre de livre que l'on peut (ré)ouvrir et picorer au hasard. Et je dois dire que la version originale du texte de Casanova est particulièrement savoureuse. Le français n'étant pas sa langue maternelle, il arrive à Casanova de s'exprimer par trouvailles langagières qui souvent font sourire et qui parfois font regretter qu'elles n'aient pas été intégrées dans le langage courant. Et puis le récit de l'interminable vagabondage du "grand" homme constitue un témoignage intéressant sur son temps...
Commenter  J’apprécie          60
Quand la volupté s'écrit avec autant de grâce, qui voudrait encore de la vertu ?
Commenter  J’apprécie          40
Au final peu de contenu dans cette masse énorme.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Dans cette année 1797, à l’âge de soixante et douze ans, où je peux dire vixi, quoique je respire encore, je ne saurais me procurer un amusement plus agréable que celui de m’entretenir de mes propres affaires, et de donner un noble sujet de rire à la bonne compagnie qui m’écoute, qui m’a toujours donné des marques d’amitié, et que j’ai toujours fréquentée.

Pour bien écrire, je n’ai besoin que de m’imaginer qu’elle me lira : Quaecumque dixi, si placuerint, dictavit auditor [« Si ce que je dis a l’heur de plaire c’est à l’auditeur d’en décider » ; d’après Martial]. Pour ce qui regarde les profanes que je ne pourrai empêcher de me lire, il me suffit de savoir que ce n’est pas pour eux que j’ai écrit.

Me rappelant les plaisirs que j’eus je me les renouvelle et je ris des peines que j’ai endurées, et que je ne sens plus.
Commenter  J’apprécie          90
Né à Venise le 2 avril 1725, fils de comédiens, Giacomo Girolamo Casanova aurait pu n'être qu'un aventurier parmi tous ceux que la Révolution Française a rejetés dans l'oubli. Mais, au soir de sa vie, il a su métamorphoser par l'écriture les aléas d'une vie en un destin légendaire. En 3 682 pages manuscrites, il a construit sa propre légende, en mettant en scène une vie plus romanesque que beaucoup de romans de ce temps.

(Préface de Gérard Lahouati )
Commenter  J’apprécie          80
Si le lecteur est curieux, je lui dirai tout à l'oreille.
Commenter  J’apprécie          50
Je vous assure que vous ne pourriez être ma fille.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Giacomo Casanova (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Giacomo Casanova
Casanova, ou le rêveur éveillé (1975 / France Culture). Raphaël Mengs, “Portrait de Giacomo Casanova”, vers 1760. Émission “Les samedis de France Culture”, réalisée pour le 250ème anniversaire de la naissance de Giacomo Casanova (1725-1798). Diffusion sur France Culture le 3 mai 1975. Par Pierre Barbier. Réalisation : Bronislaw Horowicz. Avec Pierre Barbier, Robert Abirached, Gilbert Sigaux et Hubert Juin. Textes de Giacomo Casanova, Carlo Goldoni, Lorenzo da Ponte, du prince de Ligne lus par François Périer, Pascal Mazzotti, Roger Bret, Pierre Delbon et Catherine Laborde. Giacomo Girolamo Casanova, né le 2 avril 1725 à Venise (République de Venise, actuellement en Italie) et mort le 4 juin 1798 à Dux (Royaume de Bohême, actuelle République tchèque), est un aventurier vénitien. Il est tour à tour violoniste, écrivain, magicien (dans l'unique but d'escroquer Madame d'Urfé), espion, diplomate, puis bibliothécaire, mais revendique toujours sa qualité de « Vénitien ». Il utilise de nombreux pseudonymes, le plus fréquent étant le chevalier de Seingalt (prononcer Saint-Gall) ; il publie en français sous le nom de « Jacques Casanova de Seingalt ». Casanova laisse une œuvre littéraire abondante, notamment ses mémoires connus sous le titre “Histoire de ma vie”. Il est cependant surtout connu aujourd'hui en tant qu'aventurier, et comme l'homme qui fit de son nom un synonyme de « séducteur ». Il savait user aussi bien de charme que de perfidie ou d'argent pour conquérir les femmes. Cette réputation provient de son œuvre autobiographique : “Histoire de ma vie”, rédigée en français et considérée comme l'une des sources les plus authentiques concernant les coutumes et l'étiquette en usage en Europe au XVIIIe siècle. Il y mentionne cent quarante-deux femmes avec lesquelles il aurait eu des relations sexuelles, dont des filles à peine pubères et sa propre fille, alors mariée à l'un de ses « frères » francs-maçons, avec laquelle il aurait eu le seul fils dont il eût connaissance, si l'on en croit son témoignage. Bien qu'il soit souvent comparé à Don Juan comme séducteur, sa vie ne procédait pas de la même philosophie : ce n'était pas un collectionneur compulsif. Parfois présenté (ainsi dans le film “Le Casanova de Fellini”) comme un pantin ou un fornicateur mécanique, qui se détourne de sa conquête dès lors qu'elle s’est donnée à lui, il n'en était rien, il s'attachait, secourait éventuellement ses conquêtes. Personnage historique et non de légende, jouisseur et exubérant, il vécut en homme libre de pensées et de comportements, des premiers succès de sa jeunesse à sa longue déchéance.
Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
autres livres classés : casanovaVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (42) Voir plus



Quiz Voir plus

Jacques Casanova de Seingalt

Dans quelle ville Jacques Casanova est-il né?

Naples
Florence
Venise
Palerme

10 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Giacomo CasanovaCréer un quiz sur ce livre

{* *}