AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070128037
252 pages
Éditeur : Gallimard (14/01/2010)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 38 notes)
Résumé :
" Je suis atteint d'un mal étrange, non répertorié par la psychiatrie, un mal dont je connais la source avec précision mais qui perdure depuis l'adolescence en dépit de tous mes efforts pour m'en libérer. Devant le silence effaré de mes interlocuteurs, j'ai donné un nom à ce mal. Après une longue hésitation, faute de mieux, je l'ai appelé : syndrome Enigma. "
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Chrisdu26
  03 février 2014
Waouh quel choc littéraire ! Un nouveau coup de maître pour Monsieur Antoni Casas Ros !
J'ai touché les étoiles avec «Le Théorème d'Almodovar» du même auteur, mais j'étais loin d'imaginer que c'était le nirvana qui m'attendait !
Antoni Casas Ros frappe encore plus fort avec ce roman qui m'a bouleversé corps et âme et je veux bien la vendre au diable, Antoni, pour qu'un autre roman sorte tout droit de vos entrailles. Parce que l'auteur va chercher plus loin au plus profond de son être pour faire de ce livre, mon livre, et vous comprendrez Ô combien je ne suis pas si loin de la vérité. Je n'ai pas le souvenir d'avoir ressenti quelque chose d'aussi fort, à tel point que j'en suis à me demander comment, après une telle signature, un futur roman pourra me transporter aussi loin. Peur de trouver mes prochaines lectures vides et dénudées de sensations si délicieuses et exaltantes. Vous est-il déjà arrivé d'écouter une musique si intense qu'elle vous tient en suspend ? Au moment où la dernière note se meurt, c'est la chute fatale, un vide étrange presque douloureux. C'est ce vertige que j'ai connu en lisant ces mots. L'histoire nous happe dès la première page, on ne peut plus lâcher ce roman, comme accro à une drogue qui coule dans nos veines.

Il y a dans ces 266 pages ou plutôt 240, les 26 qui manquent, soyez patient j'y reviendrais, un condensé de sacré qui demande un lâcher-prise intense et contrôlé pour en apprécier l'ascension qui va crescendo au fil des pages, pour atteindre son point culminant.
Les quatre personnages principaux sont atteint du syndrome Enigma, un mal étrange qui les asphyxie et les envenime de l'intérieur. Ils vont à tour de rôle prendre la parole : Ricardo, affamé de poésie et tueur à gage, Naoki, mi ange mi démon venue tout droit de l'Empire du soleil levant, Zoé, à la beauté tortueuse, étudiante en littérature et son professeur Joaquim, au corps atrophié et au coeur mutilé. Ce quatuor troublant délivre ce qu'il y a de plus beaux et de plus effroyables en eux : Une passion à la fois libératrice et destructrice. L'amour qu'ils vouent à la littérature les mènera à se croiser, se dévorer, s'aimer se désaimer et jouir de leurs corps pleinement. Ils uniront leurs blessures les plus profondes pour réécrire la fin de certaines oeuvres littéraires, jugés décevantes et impardonnables.
Mais Antoni, je n'ai pas voulu tomber dans le tourbillon scabreux de votre piège. Je la vois venir cette fin cruelle pour mon coeur. Un roman comme le vôtre ne peut finir par « ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants ». Alors vous savez quoi, je ne déchirerai pas comme vos profanes la fin de ce roman, geste mesquin et bien trop lâche à mes yeux, mais en revanche j'ai fait un choix incroyable : je me prends ce droit et ce luxe unique de ne pas lire vos 26 dernières pages, ainsi je ne saurai jamais quelle destiné vous leurs avez réservée. Désormais la fin est mienne et m'appartient. Joaquim, Zoé, Naoki et Ricardo sont à moi à tout jamais. C'est ainsi que je le désire au plus profond de moi. Vos 26 pages sont là, me narguent, me défient avec insolence et mépris, mais quelle jouissance car « Je suis le maître de leur destin et le capitaine de leur âme ».
N'est ce pas un coup de maître ?
Pour lire ce livre il faut être prêt, le mériter, s'ouvrir à lui et s'abandonner car l'écriture de l'auteur est tout simplement orgasmique.
Mettez de côté vos règles et vos préjugés. Attention, Enigma est un virus contagieux, si vous le lisez, vous en aurez rapidement le syndrome !
Antoni si tu me lis, si tu me devines…

Lien : http://marque-pages-buvard-p..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          519
le_Bison
  29 mars 2015
« Je la pris par la main et, en silence, nous marchâmes jusque chez moi. Elle n'avait pas peur, ne manifestait pas la moindre réticence. Son silence intérieur se lisait comme un poème.
Je ne voyais rien, je n'entendais rien, je flottais dans le courant qui nous poussait toutes les deux à travers la ville. […] »

Jusqu'où vais-je aller ? A quoi m'attendre avec cette lecture, avec cet auteur, Antoni Casas Ros. J'avais adoré tellement « le théorème d'Almodovar » que je ne pouvais décemment me faire embarquer une seconde fois. Inimaginable. Impossible. Même pas envisageable. Je me laisse donc guider par cette force du Sud et partir à la compréhension du syndrome Enigma.
« […]Je la fis entrer. Elle se déshabilla, laissant ses vêtements légers tomber sur le sol, et, quelques secondes plus tard, je me retrouvai nue face à elle. Je sentis ses lèvres contre les miennes, sa langue si douce, et je plongeai dans ses yeux ouverts.
Je la couchai doucement sur le lit, j'embrassai son cou, ses aisselles où couraient trois ou quatre poils délicats. J'enfouis ma tête dans son ventre souple qui ne m'opposait pas la moindre résistance et enfin je m'approchai de son sexe et m'en abreuvai tandis qu'il jouait avec ma langue comme une fontaine de jasmin. »
Je ne sais pas où cette lecture m'entraînera lorsque je découvre les premiers passages. Je laisse parfois dériver mon imagination, les phrases si sensuelles si empreintes d'amour si riches en émotion. de la passion. A chaque mot, je perçois cette passion. Il n'y a pas d'âge pour ressentir la passion. Et forcément la passion vient du Sud, de cet esprit latin. Certainement ce vent chaud qui souffle dans les coeurs et les esprits. Je ne connais pas encore d'autre auteur que ce catalan capable de me distiller en si peu de mots une passion si intense, débordante, enivrante. Oui seul Antoni Casas Ros a su me bouleverser autant à travers la passion, chaude, sensuelle, énigmatique.
Mais là je sens que je t'égare à parler de passion à chaque page, dans chaque mot. Il y a aussi du sexe, cru mais passionnel. Je ne pouvais passer à côté de ce passage, tu m'en aurais voulu. Question déontologie et la ligne éditoriale :
« Je le rejoignis, nue de peau et de coeur. Son sexe était dressé. Je le pris dans la bouche et commençai à le sucer. Je sentais son gland palpiter sur ma langue. Je tenais son sexe à pleine main, luttant contre son expansion, avec rage alors que ma langue et mes lèvres exprimaient la plus grande douceur. Joaquim criait. Je sentais sa jouissance monter progressivement, sauvagement jusqu'au moment où son sperme fit entrer une blancheur laiteuse dans mon âme. »
Dans son âme… Une lecture orgasmique.
[...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
nadejda
  01 février 2011
Ce livre est plein de passion, de poésie, de magie.
Les premières pages nous présentent un quatuor : Joaquim, Naoki, Ricardo, Zoé.
Il ne se connaissent pas mais le lecteur apprend aussitôt qu'ils sont tous reliés par le mot qui donne son titre au roman «Enigma»
Joaquim : «Je suis atteint d'un mal étrange, non répertorié par la psychiatrie, un mal dont je connais la source avec précision...... j'ai donné un nom à ce mal. Après une longue hésitation, faute de mieux, je l'ai appelé : syndrome Enigma»
Naoki : «Malgré mon goût pour la musique, j'ai cessé de la pratiquer mais je me souviens du jour de mes quinze ans où Mishawa, une amie qui étudiait la clarinette et embrassait merveilleusement, m'offrit un disque dont le titre me charma immédiatement : Enigma Variations d'Edward Elgar, un compositeur anglais du XXème siècle. Je l'avais téléchargé sur mon iPod et je l'écoutais chaque jour. C'était devenu un rituel.
Ricardo : « La vie d'un poète est déraisonnable. Il est très difficile de publier et impossible de gagner de l'argent.
... Mon premier recueil de poèmes, Enigma Variations, n'a pas encore trouvé d'éditeur.
Zoé : 
« Un jour j'écrirai mon premier roman et je crois que j'en ai déjà trouvé le titre : Enigma... Je tente de capter ce que les autres ne voient pas, je reste de longues heures à sentir la banalité du monde jusqu'au moment où il se met à exhaler un parfum, une fraîcheur qui se métamorphose en mots»
Chaque membre du quatuor va prendre la parole tour en tour. Entrelaçant leurs voix, ils vont progressivement se rejoindre au sein de la ville de Barcelone attirante et mystérieuse comme ils le sont tous.
Ils se réuniront autour de leur passion des livres mais aussi dans un lien fusionnel formant un seul être à quatre après une initiation douloureuse. Ils entrelaceront aussi leurs corps.
Mais un lien aussi intense ne peut se maintenir ...... Et je n'irai pas plus loin car il faut préserver l'étonnement , la jubilation, l'émotion que provoque ce livre.

La littérature est omniprésente dans ce roman avec des variations autour de la fille aux yeux d'orDe Balzac, l'apparition de Enrique Vila Matas et de l'auteur lui-même au sein du récit. Ce roman baigne dans un climat de mystère, de violence froide et de sensualité rendu dans une langue pleine de poésie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
littlecat
  16 mai 2015
Quatre personnages énigmatiques, deux hommes, deux femmes réunis par le goût de la littérature, et des mots : un universitaire, son élève, une japonaise muette et un tueur à gages poète vont se croiser, s'aimer, s'éviter.
Avec leurs traumatismes dont ils tentent de se libérer, ces personnages sont attachants, troublants et n'échapperont pas à leur destin.
Attirance des corps et des esprits, sensualité, désir charnel, homosexualité, bisexualité, tout dans cette histoire à un côté étrange et mystérieux.
Un bon livre qui rejoint "le théorème d'Almodovar", que j ai beaucoup apprécié également.
Commenter  J’apprécie          143
patrick75
  29 février 2016
C'est un récit polyphonique doté d'une histoire originale. L'auteur creuse l'âme humaine et emmène ses personnages aux frontières de la folie. Il crée une ambiance particulière teintée de sadomasochisme. Casas Ros n'a pas réussi à m'entraîner dans son monde, trop de mélange des genres.
Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
Chrisdu26Chrisdu26   29 janvier 2014
Parfois, des fantaisies plus sensuelles s'emparaient de moi, et je m'imaginais ces corps qui se pénétreraient. Je jouissais d'un plaisir incroyable à imaginer le sexe de Ricardo entrer en Joaquim, ma main le guidait et lui, perdu, ne savait plus ce qu'il rencontrait alors que Joaquim, le souffle coupé, tentait de vivre cette sensation nouvelle qui devait être si puissante pour un homme. Je me dis même que c'était la condition absolue à notre joie, que cette fameuse barrière, cette crainte fondamentale de l'autre homme soit dissipée. il fallait que tous deux se fassent enculer pour nous ravir, nous émerveiller et pénétrer le domaine secret de la femme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1613
le_Bisonle_Bison   12 septembre 2014
Je la pris par la main et, en silence, nous marchâmes jusque chez moi. Elle n’avait pas peur, ne manifestait pas la moindre réticence. Son silence intérieur se lisait comme un poème.
Je ne voyais rien, je n’entendais rien, je flottais dans le courant qui nous poussait toutes les deux à travers la ville.
Je la fis entrer. Elle se déshabilla, laissant ses vêtements légers tomber sur le sol, et, quelques secondes plus tard, je me retrouvai nue face à elle. Je sentis ses lèvres contre les miennes, sa langue si douce, et je plongeai dans ses yeux ouverts.
Je la couchai doucement sur le lit, j’embrassai son cou, ses aisselles où couraient trois ou quatre poils délicats. J’enfouis ma tête dans son ventre souple qui ne m’opposait pas la moindre résistance et enfin je m’approchai de son sexe et m’en abreuvai tandis qu’il jouait avec ma langue comme une fontaine de jasmin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
patrick75patrick75   17 février 2016
Ma principale qualité est celle de demeurer silencieuse de longues heures, sans but précis, sans discours intérieur, dans une sorte de présence lunaire. Assise à la terrasse d'un café, sur mon lit, dans un parc ou un bus, je suis à l'écoute de l'énigme du monde et de ses variations infinies. Je moissonne du silence.
Commenter  J’apprécie          200
NadinePestourieNadinePestourie   22 mars 2010
Traverser les livres dans le silence était pour moi une expérience étonnante. Je sentais chaque auteur, chaque texte, d'une manière absolument organique. Les livres avaient un effet direct sur tout mon être et de temps en temps, il fallait que je les change de place. Un volume demandait à venir sur la table pour qu'il trouve son lecteur du jour. Un autre désirait réintégrer les rayonnages, se fondre dans la masse anonyme. Certains auteurs criaient, ne supportaient plus l'ordre alphabétique, ils voulaient clairement échapper à une certaine fatalité de voisinage et le disaient haut et fort. Il suffisait d'être à l'écoute des livres pour comprendre qu'on ne pouvait rien leur imposer. Un livre est un organisme vivant, avec ses besoins, ses rêves, ses revendications. Et trop souvent, les librairies et les bibliothèques ressemblaient à des mouroirs où s'entassaient des êtres débilités. En passant, je pris un petit volume de Reinaldo Arenas : Arturo, l'étoile la plus brillante. Il exigeait d'être lu ce matin même, dans la tranquillité, l'odeur du café, les rires des enfants
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
patrick75patrick75   21 février 2016
-" ...Imaginez l'hiver dans les montagnes environnant Kyoto...le silence...la blancheur immaculée...Au loin, les percussions d'un petit ermitage zen...une rivière gelée...des oiseaux transis sur les branches...une minuscule colonne de neige qui tient comme par miracle et qu'une légère brise fait tomber...Près de la rivière, un ryokan, une auberge minuscule aux cloisons tendues de papier de riz...le silence...les froissements des kimonos...la lune qui rend le paysage irréel et encore plus silencieux..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Antoni Casas Ros (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoni Casas Ros
Le théorème d'Almodovar Livre de bord
autres livres classés : littérature catalaneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3784 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..