AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226246274
Éditeur : Albin Michel (02/10/2013)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Le livre papier est-il mort ? Non. Si le livre papier risque de devenir commercialement obsolète, cela ne signifie pas qu’il soit obsolète cognitivement. N’en déplaise aux colonialistes numériques, les nouveaux formats n’ont pas ouvert de nouveaux horizons de lecture ; au contraire, cette lecture a été volée.
Dans cet essai percutant, Roberto Casati montre comment choisir utilement entre des parcours qui capturent l’attention et d’autres qui la protègent. C’e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Pchabannes
  19 novembre 2013
“La légitimité de la migration vers le numérique doit être établie au cas par cas ; elle en appelle à des interprétations créatives, et c'est précisément ce que nous tenterons de faire dans le livre.”
Extraordinaire essai scientifique exprimé dans la langue commune posant la question de l'usage du numérique et de la lecture instrument de la liberté.
Qu'est-ce donc que le colonialisme numérique ? Une idéologie tendant à faire entrer les nouvelles technologies dans tous les domaines de notre vie car “si tu peux, tu dois. Pour les colons, il ne devrait même pas y avoir de débat”.
Réfléchir sur l'usage du numérique, penser à ses apports objectifs et à ses dangers est le fait de ceux qui ne savent pas vivre avec leur temps, des déclassés du darwinisme social. Mais qui aura un avantage darwinien dans la société de demain ? le grand gaillard, casque sur les oreilles, regardant un film sur une tablette retro-éclairée en tapotant un SMS et parcourant son fil twitter ou le lecteur de livres-papier capable encore de se concentrer, d'entrer en lui pour mieux connaître l'autre.
L'ouvrage est d'abord un manifeste pour lire, condition nécessaire de la liberté, principe de l'être. Nous n'oublions pas le livre objet, avec cette odeur du papier, l'ambiance de gentillesse et de calme qu'offrent les bibliothèques et cette nostalgie lorsque le regard se pose sur un livre que personne n'a ouvert depuis 20 ans, ses pages encore liées…
La lecture, tout revient à la lecture. Seul moyen de s'instruire, de s'informer, de porter un regard critique sur le monde, un esprit ouvert sur les différences, une connaissance de soi. Oui, Lire tue les ignorances et les préjugés.
N'est-il pas surprenant de voir en France encore tant de gens accrochés à un journal ou un livre dans le train ou le métro aux heures de pointe, alors qu'à Atlanta ou à San Francisco, le pionnier de la télévision et du numérique, le regard dans le vide, l'air absent, lit peu, s'informe peu, participe peu, ne vote pas et se laisse écraser par un système oligarchique ou ploutocratique, c'est selon, qu'il a renoncé à connaître ou créer.
La lecture est attaquée par le manque de lumière dans les chambres d'hôtel ou les chemins de fer, par le bruit continu de l'économie du divertissement abrutissant.
La multitude et l'instant. Les deux mots d'ordres du jour. Ne cueillir que les fruits mûrs à portée de main, optimiser les coûts et les efforts. le livre numérique est le compagnon idéal du commerce, de l'Homo economicus. Un livre pour le monde, une campagne de communication pour la planète, les bibliothèques numériques vous le «conseillent» à vous personnellement et à la multitude en même temps. Ces marchands savent ce que vous achetez, ce que vous lisez page après page, ce vous avez acheté sans jamais le lire, que vous commencez sans le finir, ce que vous lisez le jour ou la nuit…Le livre papier échappe à l'intrusion de la personnalisation, liberté...
Et pourtant, le marché du livre électronique n'a pas créé, aujourd'hui, de nouveaux horizons de lecture en utilisant les fantastiques caractéristiques du support. Il se contente voler de la lecture au livre papier. Pourquoi ?
Au-delà de la lecture, le marché de votre attention
La lecture approfondie, le temps au service de l'élaboration de la pensée. L'Ipad et ses épigones sont des instruments de divertissement cherchant à capturer notre attention. de la valeur accordée à notre principale ressource intellectuelle dépendra l'issue de la bataille entre la lecture et le divertissement, la réflexion et la consommation, la liberté et l'emprisonnement. L'attention disparue, la rhétorique de l'écrit disparaît au profit de l'oralité, des sophistes et des manipulations cognitives de tout poils.
“Le livre, fil d'Ariane tendu à l'esprit sans qu'il y prête attention. ”
Une analyse de la lecture électronique de Josh Schwartz pour Slate nous atterre. La majorité des lecteurs numériques, intéressée par un article au point d'en faire la promotion, ne parcourt pas la page jusqu'à la fin. Plus de la moitié change de page après les premières lignes. Auteurs tremblez ! Tout doit être dit dans les premières lignes.
L'école, dernière bataille de la lecture.
“Si la lecture est vraiment importante, pourquoi ne pas demander aux étudiants de lire à la maison, pendant les vacances, mais pas à l'école ? ”
A grands renforts d'études aux chiffres tronqués, le colonialisme numérique entre dans nos vies et nos têtes. L'auteur reprend et démonte scientifiquement les fausses vérités assénées à longueur de journée.
• Les natifs numériques ou génération Y auraient une intelligence numérique ?
• le magnifique multitasking ne serait-il pas qu'une dispersion ?
• Les réseaux sociaux d'amis n'existeraient-ils que grâce à une demande d'intimité accrue pour un cercle d'amis restreint ?
• A propos des MOOC, de ces cours magistraux. Ne devraient-on pas se demander comment on pu en arriver à donner des cours magistraux devant 600 personnes ? Quel projet pédagogique ? Projet pédagogique ou teasing marketing ?
Addiction numérique ?
Et si nous étions des “gens parfaitement normaux mis face à des décisions terriblement conditionnées par la façon dont sont présentées les alternatives, par exemple entre un texte un peu ardu et la énième vidéo du chat qui peint. ”
Extraordinaire essai pour ceux qui doivent s'exprimer par écrit du courriel à l'essai, pour les parents, pour les étudiants, pour les hommes voulant vivre libres, pour tous.

Albin Michel, bibliothèque Idées, 2013, 200 pages, 17€ et pas plus !
Aux curieux et aux hommes libres, renvoyons à Noam Chomsky et ses écrits sur le langage, la raison et la liberté.
Lectori salutem, Pikkendorff

Lien : http://quidhodieagisti.kazeo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
OdysseeLn
  23 octobre 2013
Prenant parfois quelques raccourcis (par exemple dans sa définition de la lecture numérique), Roberto Casati dénonce ce qu'il nomme "colonialisme numérique". Une métaphore un peu extrême tout de même. Il dénonce l'omniprésence des grandes firmes, notamment Apple, pour monter les dérives d'un passage au "tout numérique". Pour cela il prend deux exemples : celui de l'école et celui du vote. Ainsi il alerte sur la disparition possible du livre et du papier, et sur un vocabulaire mal adapté quand il s'agit de nommer les digital natives.
Bref du bon, du réflexif, mais du trop imprécis parfois.
A lire en parallèle de Pour un humanisme numérique de Doueihi
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   06 mai 2016
Nous privilégierons, au contraire, une dimension que d'aucuns pourraient trouver inhabituelle. J'utiliserai à ce propos un terme particulier, "design", au sens général de conception de projet. La plupart des problèmes auxquels nous sommes confrontés sont des problèmes de design. L'apprentissage est le résultat d'un design - doit-on placer les étudiants derrière les bancs d'écolier ou les laisser libres de s'installer où ils veulent ? Doit-on les autoriser à utiliser la calculette ? L’interface d'un ordinateur ou d'une tablette, la façon dont certaines options par défaut finissent par aller de soi, tout cela relève de choix de design.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   28 mai 2018
Les choses que nous ne faisons plus grâce à la technologie sont, en réalité des choses que nous faisions grâce à la technologie. Les fax, les pellicules photo, les cartes géographiques, la télévision sont des technologies. C'est donc moins la technologie en soi qui fait différence que la transformation technologique.

Résister, être créatif, p. 159
Commenter  J’apprécie          70
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   24 mars 2015
J'observais simplement qu'il n'y avait pas de problème dont le livre électronique puisse être la solution: le téléphone sans fil résout un problème puisqu'il libère l'émission et la transmission des contraintes spatio-temporelles imposées par la présence de fils, mais quelle est la difficulté que viendrait résoudre le livre électronique? Pouvoir partir en vacances avec un kilo de livres dans son sac plutôt que dix ou cent kilos? Avoir accès aux dernières parutions en temps réel?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   24 mars 2015
L’appareil-photo-comme-appendice-corporel révèle quelque chose sur l'appareil photographique; quelque chose que l'usage cérémoniel de la photographie ne permettait pas de voir: les appareils photos sont des enregistreurs de notes visuelles.
Commenter  J’apprécie          50
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   24 mars 2015
Le livre papier a son propre design, conçu non seulement pour communiquer des informations, mais aussi pour protéger l'attention, et j'essaierai de monter comment ces caractéristiques - la matérialité, la linéarité - influencent non seulement la lecture approfondie, mais aussi la façon dont les livres sont conçus et élaborés par leurs auteurs pour aider le lecteur à le suivre dans un parcours passionnant et difficile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
Videos de Roberto Casati (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roberto Casati
La Grande Librairie
Le 28 avril 2011, François Busnel reçoit :
Jean-Claude Carrière, le Réveil de Buñuel Gilles Jacob, Sans titre Camille de Peretti, La Casati Nicole Krauss, La Grande Maison (en)

France 5 #LGLf5
-- François Busnel propose en direct chaque jeudi à 20h35 sur France 5, un magazine qui suit de près l'actualité littéraire avec pour seul mot d'ordre, le plaisir.
Retrouvez toutes les informations sur les invités et leur actualité sur notre site : http://www.france5.fr/la-grande-librairie Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux pour suivre notre actualité : https://www.facebook.com/pages/La-Grande-Librairie/512305502130115 https://twitter.com/GrandeLibrairie Et réagissez en direct pendant l?émission avec le hashtag #LGLf5.
+ Lire la suite
autres livres classés : idéeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
408 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre