AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Gérard Guégan (Traducteur)
ISBN : 2264029528
Éditeur : 10-18 (19/05/2000)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Les souvenirs d'enfance de Neal Cassidy, écrivain américain appartenant au mouvement de la Beat Generation, avec Kerouac et Ginsberg. Savoureux.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Fleitour
  25 septembre 2017

Je pense à Neal Cassady, je pense même au bon vieux Neal Cassady, le père que nous n'avons jamais trouvé, je pense à Neal Cassady, je pense à Neal Cassady. ( Sur la Route Kerouac p 505)
Ainsi finit le long roman Sur la Route de Jack Kerouac.
En retour dans une lettre adressée à Jack Kerouac, par Neal Cassady, "j'avoue putain Jack , comme je suis heureux, je suis heureux, ton livre est édité".
Neal Cassady, intimement lié à l'itinéraire de Jack Kerouac. est le personnage central ou le héros de Sur la Route. Kerouac s'est très largement inspiré de son copain Neal Cassady, utilisant ses lettres, classant toutes les anecdotes et les querelles nées sur les routes entre New-York et Denver.

Neal Cassady entreprendra sa propre biographie, et tracera la route chaotique de son enfance. Parler de Neal c'est s'aventurer sur des terres, hostiles et se frotter à des personnages douteux violents incapables souvent de vivre seuls, des être à la marge des personnages à la Dostoïevski.
" Perdu au milieu de tant de morts vivants qui ne se laissaient guider,chacun pour une bonne raison,que par le désir de finir leur existence dans le ruisseau,
j'étais bien le seul à pouvoir, jour après jour,leur évoquer une enfance à jamais révolue".P 56.
À l'âge de six ans, il rejoint son père, soulagé, il ne verra plus la gueule fracassée de son père, la gueule ensanglantée par les demi-frères de Neal, sa mère impuissante à les arrêter. À l'âge de six ans, il ne sera plus harcelé par Jimmy, pour se battre avec les gosses de mexicains, ces frayeurs d'enfants, son ordinaire, cesseront.
C'est dans ce vent de liberté, qu'il va pouvoir enfin tracer sa vie, malgré son nouvel entourage, des plus extravagants, d'où il observera "depuis le fond des poubelles les rebuts de l'humanité."
Bénédiction pour lui, il ira à l'école, où son intelligence, pourra enfin trouver à s'exprimer sans violence, c'est l'école qui lui apprendra à goûter les textes, à s'enivrer de lecture. Auprès de lui son père, lui, continue à s'enivrer, état dans lequel il le retrouve, souvent ivre mort à la sortie l'école. Il vivra sa descente dans l'enfer de l'alcool; "il me déclara qu'il ne renoncerait jamais à la bouteille "p78.
Le goût de l'aventure, viendra très vite, pour aller à l'école il expérimentera tous les chemins possibles les plus longs comme les plus courts, bientôt Denver n'aura plus aucun secret pour lui ; hélas combien de fois il est allé à la recherche de son père, pour enfin le trouver dans un fossé ou au fond d'une ruelle.
Mais c'est la littérature qui une fois encore va l'instruire, sur les délices des voyages. Le Comte de Monte-Cristo n'aura plus de secret pour Neal, » chacune des scènes du film me submergea, je me souviens de mon excitation proche de l'ivresse, de mon hébétude et de ma rage de devoir attendre avant que je ne puisse emprunter à la bibliothèque le roman dont s'était inspiré le film ».p 80
Neal Cassady ne pouvait que subjuguer le romancier, Jack Kerouac , meurtri par la mort de son père, et douloureusement orphelin de son frère mort à l'âge de cinq ans, Jack Kerouac s'est pris d'amitié pour ce fou, au visage d'ange, qui lui parlait de philosophie, aussi simplement que de sa façon de démarrer toutes les cadillacs.
Première Jeunesse m'a envahit, je me suis englué dans ce destin, sombre et tragique, où les quelques éclaircies sont trop éphémères, comme ce bon allemand Schwartz, qui offrit son salon de coiffure, au père de Neal, mais celui-ci allait s'engager en 1917.
Les premières pages vous saisissent quand le grand père de Neal se bat en duel avec son frère à coups de fourches, son frère Ned est touché à mort.
L'écriture de Neal Cassani est incandescente, chaque phrase imprime une émotion nouvelle, ricoche sur un événement inattendu, et s'en va vers des digressions surprenantes, ou la mort n'est jamais oubliée, elle rôde, se dissimule à peine, comme autour des voies de chemin de fer, et de ce métier diabolique, « serre frein ».
Devenir l'Icône de la Beat Génération, n'était pas un souhait de Neal, ce qu'il voulait, c'était devenir un écrivain.
Ce texte montre au combien sa plume est singulière et porte une force incroyable, sans aucune retenue, sauvage, débridée, charnelle. Il montre aussi qu'il savait évaluer son travail goûter celui des autres et qu'il n'hésitait pas à raturer ou corriger. Il n'y a pas dans ses textes les fulgurances de Kerouac, cette capacité à débiter un texte en trois semaines, mais les mots de Neal sont à vif, proches de la douleur.

L'exemplaire de Première Jeunesse que j'ai lu est l'édition dirigée par Jean-Claude Zilberstein : les Belles Lettres.
Cette édition date de 2015,, elle se termine par un certain nombre de lettres adressées par Neal Cassady à Jack Kerouac, ces lettres sont passionnantes, émouvantes, l'expression de l'amitié de coeur qui unissait ces deux hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ivre_de_livres
  26 avril 2016
Dans « Première jeunesse », Neal Cassady – auteur de la Beat Generation – entame le premier tiers de son autobiographie qui sera publiée en 1971.
Sur la route avec Neal Cassady
Élevé par un père alcoolique, une mère froide et des frères violents, Neal Cassady retrace ici la première partie de son enfance. Nous passons d'un souvenir à un autre avec le rythme qui caractérise Cassady. Des phrases à rallonge, des digressions à n'en plus finir qui renforcent le récit au lieu de le desservir. C'est puissant, brut. Plusieurs sentiments s'entrechoquent à la lecture, certaines anecdotes étant aussi drôles que terribles mais celles-ci nous permettent d'un peu mieux comprendre et cerner le personnage.
On découvre ses jeux enfantins et l'innocence d'alors, ses relations avec sa famille et celles, naissantes avec les premières filles qu'il côtoie.
Chaque été avec son père il part en auto-stop ou à bord de trains de marchandises à travers une Amérique au temps de la Grande Dépression. Nul doute que c'est ce qu'il lui donnera à jamais ce besoin de liberté et de mouvement perpétuel.
Je dois quand même dire qu'il est un peu frustrant que ce soit seulement une seule partie de son autobiographie (qui ne sera d'ailleurs jamais achevée), malgré un prix assez élevé. Même en ayant adoré il me faudra attendre pour m'offrir la suite… On ne reste néanmoins pas sur notre faim, l'ouvrage étant enrichi d'autres textes de Cassady et de lettres pour la plupart adressées à Kerouac.
Lien : http://ivredelivres.com/prem..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
ougou_dabilougou_dabil   18 juillet 2017
Les lois du Colorado mettant Charley dans l'obligation de fermer boutique à 21 heures, c'était à peu près dans ces eaux-là que je repassais la porte de son salon, et à chaque fois, ça ne ratait pas ; finie la grimace du déjeuner, mon père se fendait d'un large sourire, l'Amour Vrai irradiait ses pupilles ; mais on se tromperait en attribuant cette marque d'affection à ma seule apparition - car plus l'après-midi s'écoulait, et plus il souriait de toutes ses dents - ou au fait qu'il était heureux d'en avoir fini, ou encore à la perspective, réjouissante, de pouvoir enfin toucher sa paie. Pas du tout ! Ces clins d'oeuil à répétition, ces regards où l'envie se lisait en grosse majuscules, autant que cet embrasement progressif de son visage, signifiaient, en réalité, que l’heure approchait où il allait enfin assouvir son inextinguible soif. Et ce, d'autant plus que, le samedi, toutes les conditions, quoique contradictoires, étaient remplies. Primo, le matin de ce jour-là, il se réveillait sans gueule de bois car, comme chacun à pu le vérifier, jamais, durant les années noires, il n'a manqué une seule journée de travail quand il s'en voyait proposer une ; et secundo, aurait-il ou non gagné quelque argent le reste de la semaine et pris de l'avance sur l’horaire, ce n'était vraiment que le samedi soir qu'il se noircissait en conscience.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
FleitourFleitour   25 septembre 2017
Eh oui, c'est en observant depuis le fond de la poubelle les rebuts de l'humanité
que j'ai reçu, sans mentir la meilleure des instructions.
p 58
Commenter  J’apprécie          100
FleitourFleitour   25 septembre 2017
Perdu au milieu de tant de morts vivants qui ne se laissaient guider,
chacun pour une bonne raison,
que par le désir de finir leur existence dans le ruisseau,
j'étais bien le seul à pouvoir, jour après jour,
leur évoquer une enfance à jamais révolue,
de telle sorte que, la greffe ayant pris, une bonne vingtaine de ces débris humains en vinrent à adopter comme leur propre enfant.
p56
Commenter  J’apprécie          10
FleitourFleitour   25 septembre 2017
La naïveté de leurs échanges,
confinait au sublime, car, dans leur souci d'accorder leur vue,
ils ne se fixaient aucun interdit.
p 57
Commenter  J’apprécie          30
FleitourFleitour   25 septembre 2017
Resté avec son père l'alcoolo, Petit Neal s'enfonça alors dans les bas-fonds de Denver.
p 54
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
Videos de Neal Cassady (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Neal Cassady
Lettres 1944-1950 de Neal Cassady, publiée par les éditions Finitude. www.finitude.fr
Dans la catégorie : hommes célèbresVoir plus
>Biographie générale et généalogie>Biographie générale et généalogique>hommes célèbres (19)
autres livres classés : beat generationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
539 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre