AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Ray Carney (Éditeur scientifique)Larry Shaw (Illustrateur)Sam Shaw (Illustrateur)
EAN : 9782866421298
188 pages
Éditeur : Cahiers du cinéma (19/11/1992)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 6 notes)
Résumé :

« Faire des films, c’est en fait du plaisir à l’état pur… Il faut s’amuser et être dégagé…
Aimer son travail, et le faire en compagnie de gens formidables. C’est ça qui me garde en vie. » John Cassavetes
Sous-titré "Autoportraits", cet ouvrage de la collection "Les Cahiers du Cinéma" propose une plongée dans l'univers Cassavetien principalement au travers de magnifiques photos de tournages, mais aussi plus privées (puisque l'on sait à quel poin... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
manU17
  19 mars 2019
« Cassavetes avait horreur des clichés. C'est pourquoi, lorsqu'il avait l'impression que le public voyait dans ses films un contenu "réchauffé", il réécrivait certaines scènes pour les forcer à chercher au-delà du sens premier, à aller plus loin dans la réflexion et se libérer des émotions artificielles. »

Quel plaisir de replonger dans l'univers de John Cassavetes grâce à ce livre !

Ouvrage critique consacré à travail de cinéaste de John Cassavetes, il regroupe 14 textes d'auteurs divers. Journalistes, critiques, auteurs, historiens du cinéma ou réalisateur comme Olivier Assayas et même un texte de Cassavetes lui-même parlant de son art.

Autant de regards et d'éclairages différents permettant d'aborder son travail, de donner envie de le découvrir ou de le redécouvrir dans mon cas.

Comme le raconte ici Mounir Allaoui, j'ai également découvert les films de Cassavetes à la faveur d'une rétrospective télévisuelle, sans doute au sortir de l'adolescence.

Je ne connaissais alors que John Cassavetes acteur. Guy Woodhouse, le mari de Mia Farrow dans le fameux Rosemary's baby de Roman Polanski, c'est lui. Aux côté de Blythe Danner et Myrna Loy, Alex Benedict, chef d'orchestre assassin dans Symphonie en noir, très bon épisode de Columbo, c'est encore lui. Là, je sens que je perds les cinéphiles…

Mais si je parle de Columbo, dans lequel joua aussi Gena Rowlands son épouse, dans l'épisode Play Back, c'est pour en venir à Peter Falk qui comme Ben Gazzara ou Gena Rowlands fut l'un des acteurs fétiche de Cassavetes. Cette image du cinéaste faisant tourner ses proches, dans le cercle familial ou des amis intimes reste pour moi très ancrée à l'image du réalisateur. Et ce n'est pas un hasard si le couple répondit favorablement pour participer en guest à la série de leur fidèle ami.

Le réalisateur entretenait et favorisait un lien unique avec ses acteurs, au détriment de son équipe technique, leur laissant une grande liberté de jeu et dans l'art maitrisé de l'improvisation.

C'est donc armé de toutes nouvelles clés que je me suis replongé dans quelques-uns de ces films, ceux disponibles à la médiathèque pour être honnête, à savoir Shadows, Gloria, Une femme sous influence et Meurtre d'un bookmaker chinois. Je n'ai pas encore pu revoir Opening night qui est un de ceux qui m'avait le plus marqué, sans doute pour la performance de Gena Rowlands.

John Cassavetes, c'est dans une certaine mesure la naissance du cinéma indépendant américain, loin des diktats des studios mais ce sont surtout de touchants portraits d'individus blessés par la vie et acculés par les événements : Cosmo Vitelli (Ben Gazzara) dans Meurtre d'un bookmaker chinois, Gloria Swenson dans Gloria, Mabel Longhetti dans Une femme sous influence et Myrtle Gordon dans Opening Night, toutes interprétées par une incroyable Gena Rowlands.

Il est urgent, pour ne pas dire indispensable, de redécouvrir John Cassavetes !

Merci à Babelio et aux Éditions LettMotif !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          371
Petitebijou
  29 mai 2013
L'attrait principal de ce livre réside dans le choix des photos, sur un format généreux, qui raviront tous les amoureux de John Cassavetes et de son oeuvre. Essentiellement en noir et blanc, l'auteur a choisi de privilégier les photos de tournages qui captent l'ambiance du work in progress. On trouve également des photos extraites de films et l'émotion nait de la continuité évidente des premières aux secondes. Photos de groupes, décors enfumés, visages saisis dans le rire, les larmes, John acteur ou réalisateur, le lecteur n'a qu'une envie : avoir le pouvoir de sauter à pieds joints dans la photo et rejoindre cette bande d'amis. Les savoir presque tous disparus aujourd'hui ajoute bien sûr à l'émotion. le livre consacre une part secondaire à des citations, réflexions, anecdotes de tournage. le propos n'est pas dans l'analyse sérieuse pour cinéphiles avertis. C'est une invitation au bonheur.
Lien : http://parures-de-petitebijo..
Commenter  J’apprécie          142
CarolineDBruihier
  18 mars 2019
Reçu dans le cadre d'une Masse critique, j'ai apprécié la lecture de ce recueil d'articles sur le cinéma de John Cassavetes, par des grands noms (Olivier Assayas entre autres) et des spécialistes du cinéma. Chacun évoque le réalisateur, sa façon si particulière de proposer des films innovants, fous et surtout libres, cette liberté étant sa marque de fabrique, avec son amour pour sa "troupe" d'acteurs comme Ben Gazzara, Gena Rowlands et Peter Falk. Chaque article aborde de manière différente ses films, mais tous se rejoignent sur cette fameuse liberté qui sied si bien à Cassavetes. L'ouvrage est agréable à lire également de par les nombreuses photos extraites des films ou de tournage, en noir et blanc - le seul petit reproche que je pourrais faire est que souvent les photos ne sont pas annotées sur les films dont elles proviennent.
En tout cas, une belle découverte qui redonne envie de regarder les films de Cassavetes ! Merci aux éditions LettMotif et à Babelio.
Commenter  J’apprécie          40
Fx1
  26 juin 2014
Cassavetes dans son élément , voila ce que propose ce remarquable ouvrage . Les photos sont superbes et permettent de mieux comprendre la réalité des plateaux de cet auteur majeur dont l'on parle hélas trop peu aujourd'hui . Un trés bel hommage à un créateur de génie qui encore aujourd'hui reste sans successeur .
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
manU17manU17   04 mars 2019
Comme Warhol - ce grand cinéaste méconnu - Cassavetes a été pour les USA une sorte de Nouvelle vague à lui tout seul, d'impressionniste isolé. Face à l'industrie cinématographique toute puissante, il aura opposé un cinéma d'auteur - dont la nature même, on ne le répétera jamais suffisamment, est d'être indépendant et artisanal - construisant sa propre économie, son propre système, son équipe et inventant à son propre usage sa propre troupe comme l'ont fait suivant des schémas assez proches Bergman en Suède, Fassbinder en Allemagne et la Nouvelle vague en France, cela va sans dire.

Olivier Assayas
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
manU17manU17   01 mars 2019
Cassavetes avait horreur des clichés. C'est pourquoi, lorsqu'il avait l'impression que le public voyait dans ses films un contenu "réchauffé", il réécrivait certaines scènes pour les forcer à chercher au-delà du sens premier, à aller plus loin dans la réflexion et se libérer des émotions artificielles.
Commenter  J’apprécie          100
manU17manU17   28 février 2019
Les films de Cassavetes sont des lignes brisées qui touchent parce qu'elles désorientent, si ce n'est l'inverse, elles désorientent parce qu'elles touchent à ce que nous avons de plus profond.

Martin Valente
Commenter  J’apprécie          110

autres livres classés : analyse filmsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
5706 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre