AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2370551569
Éditeur : Le Tripode (01/03/2018)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 9 notes)
Résumé :
« Je lève le visage et je la regarde et elle observe les lacérations sur mes iris et me montre le ciel. J'entends le bruit des ailes des drones qui craquent dans les nuages. Ils sont une douzaine peut-être et se dirigent tous vers l'ouest en faisant le même bruit. C'est la première fois que je prends conscience qu'elle entend le bruit des drones, le bruit de la guerre et son regard doit probablement ressembler à celui que j'avais avant que mes yeux soient à jamais c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
ClaireBangert
  07 février 2018
…L'homme qui savait la langue du métal et de la rouille…
Contondant, acéré, dangereux et cependant inerte, le décor de « Crépuscules » figure un territoire sans nom dans lequel évoluent, à l'ombre des montagnes de carcasses métalliques, les réfugiés d'une guerre sans fin.
Mis au ban d'une société qui les ignore autant qu'elle les rejette, les personnages (sur)vivent du trafic des morceaux de ferraille qu'ils découpent dans le ventre béant de la décharge.
Nouvelle « jungle » d'infortune, camp corrodé de wagons destitués de leur fonction première dans une immobilité sans espérance, le bidonville n'est accessible que par une route, unique artère dont l'armée régule le pouls et qu'elle maintient sous perfusion au rythme de ses incursions régulières pour s'y nourrir.
Dans l'atmosphère nécrosée du campement léthargique balayée par les passages réguliers de drones, sortes de « Big Brother » en charge de la surveillance du bon déroulement d'un dessein qu'on devine aussi malveillant qu'inéluctable, surgit un couple, transfusé du monde légal vers ce no man's land amorphe, en quête d'un destin pour l'enfant attendu par la femme.
De cette incursion, naît un huis-clos aux contours bouleversés, plongeant les habitants du campement dans une introspection inconfortable autant que nécessaire. S'y mêlent désir d'être, à l'image de l'enfant s'épanouissant dans le corps de la femme enceinte, et conscience des limites imposées par la violence de ce monde, où l'humanité permet à certains de vivre sur les déchets d'une civilisation qu'ils ont transformée, bafouée et finalement abandonnée.
Sans nom, comme la terre qui leur a été allouée, ils se heurtent à leur propre vulnérabilité à travers celle de la femme encombrée par la vie qu'elle porte en son sein. Exilés involontaires sur une terre qui ne tient que les promesses de ceux qui l'ont engendrée à leurs propres fins, les personnages voient lentement mais précisément leur avenir se dissoudre dans la poussière collante, inexorable, laissée chaque soir sur leur survie par le jour qui s'achève.
Et chaque crépuscule cristallise un peu plus leur agonie lente et irrémédiable, assombri chaque jour davantage par le silence assourdissant de leur anonymat.
Exacerbés, diffractés, défigurés, leurs espoirs s'écorchent aux débris de métal, s'épuisent contre les membranes opaques du mutisme et de la résignation, deviennent limaille, boue, breuvage frelaté ou verbe acerbe, concentrés d'une violence en gestation.
Dans le ventre du camp, s'épanouissent déjà des jumeaux à l'avenir condamné : esclaves ou despotes, réfugiés ou militaires.
Aux plaies déjà ouvertes, à celles cicatrisées, l'accouchement prochain de la nouvelle venue ravive la douleur de l'inachevé, de la perte, de l'impossible salut.
Matrice d'une génération sans perspective, elle attise la souffrance de ceux qui ont cessé de croire, elle ravive les désirs avortés et les rêves abandonnés, étrangère de mauvaise augure dont la colère sourde prend forme(s) dans l'aura de sa grossesse. Cette genèse manifeste déforme son corps et trouble ses rapports au père de l'enfant.
Ce dernier semble atteint par la résignation des habitants du camp, contraint comme eux à subir une vie apathique, rythmée par la vacuité des jours se succédant selon des rites ineptes et répétitifs visant uniquement à les maintenir en vie, dans les limites des frontières de l'exil.
Et le lecteur de « Crépuscules » entre en résilience…en attendant (en espérant ?) une possible délivrance.
Ce roman, aussi court que dense, oppressant, lourd comme du plomb, déstabilise.
D'abord, par cette écriture, si singulière. le verbe de Joël Casséus n'est pas sans rappeler, parfois, celui de Jean-François Beauchemin dans « le jour des corneilles », tant dans son langage, presque innocent, que dans l'approche de cette collision entre les humanités, la « civilisation » et les exclus.
Plus acide, Joël Casséus ne gomme aucune aspérité.
Ni de ses personnages, bruts, désincarnés puisqu'anonymes, sans nom, sans repère autre que leur fonction ou leur genre.
Ni de cette terre désolée, isolée, à laquelle on pourra identifier toutes les « jungles » et tous les camps du monde. Inutile de nommer l'indicible, juste le regarder bien en face et s'y griffer pour en prendre conscience.
Ensuite, au-delà du style, « Crépuscules » nous entraîne vers une « finis terrae » sans horizon, ou si peu.
Et au bord du vide, l'équilibre se mesure à la propension à choisir le camp auquel les personnages veulent appartenir, entre innocence et violence, corruption ou abnégation. L'auteur ne prend pas parti, il ne préfère pas. A la fois conte et roman d'anticipation, il est bien au-delà du trop facile « roman dystopique », mais en adopte certains codes, pour nous accorder quelques repères un peu rassurants, pour nous laisser un peu d'air dans l'univers suffocant dans lequel il nous immerge.
Pas de cases, sinon celles dans lesquelles il semble placer ses personnages (« La femme », « le père de l'enfant », « l'homme »). Mais les barrières sont mouvantes dans l'immobilité apparente du camp, comme les parois du ventre maternel contre lesquels les poings de l'enfant à naître, boxe. Et les certitudes sont de fait bousculées, malmenées.
Ce livre, où la violence affleure, exsude, laisse des marques ou corrompt sans bruit les âmes les plus vulnérables, est l'uppercut nécessaire et douloureux pour nommer la souffrance. Pas d'esquive possible, juste une parade qui aurait pour nom empathie ou bienveillance, et qui nous permettrait de sortir du ring la tête haute et le coeur libéré d'un combat stérile à l'issue fatalement corrompue. Une sorte de délivrance…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Ingannmic
  11 juillet 2018
Comment vous dire la beauté de ce texte étrange et terrible, qui à la fois vous enveloppe et vous heurte, vous enserre entre son harmonieuse musicalité et son atmosphère sourdement pesante... Comment vous convaincre que son sombre et macabre propos n'altère pas sa poésie ?
Y évoluent des êtres sans nom, dans des lieux eux aussi anonymes, à une époque indéfinie... leurs voix se succèdent, alternances de "je" que l'on identifie peu à peu, dont les interventions composent, par bribes, un tableau du sordide environnement dans lequel ils nous immergent.
Un couple de réfugiés arrive dans un "village" de wagons. Elle est enceinte, lui est un sans-papiers aux iris lacérés, portant des tatouages l'apparentant à une communauté honnie. La confrontation avec les quelques habitants du lieu est pesante de silences inconfortables et hostiles, alimentée des peurs, de la détresse, de l'impératif quotidien qui hantent chacun, celui d'une survie mécanique et pessimiste, parfois proche de l'animalité.
L'endroit est comme une impasse, où l'humanité aurait aboli tout espoir et toute joie. Ceux qui y coexistent semblent s'être arrêtés là pour accumuler la poussière et disparaître lentement, en silence. Il y règne une ambiance post-apocalyptique : le sol est empoisonné par les déchets métalliques qui le jonchent ; des charniers, offrant le spectacle devenu banal de monceaux de cadavres, le parsèment. le panorama, vide d'une nature disparue, bordé par la fumée de cheminées d'usines, est plombé par un ciel toujours grisâtre. Les drones qui sillonnent le ciel en permanence rappellent la guerre que mènent, derrière des écrans, des enfants soldats.
Les crépuscules hantent les esprits en permanence, comme si leur régularité les dotait d'une dimension intentionnellement maléfique.
Plongé dans les pensées de chaque acteur de ce huis-clos oppressant de violence insidieuse et d'angoisse effroyable mais latente, le lecteur appréhende les éléments de cet univers sombrement énigmatique en tissant des connexions entre leurs propos elliptiques, faits de phrases tronquées, d'émotions livrées sur le vif, d'auto-questionnements anxieux. S'y expriment à la fois la peur de l'autre et la peur de cette peur, l'effroi de constater qu'on ne sait plus voir que ce qui nous sépare, et non plus ce qui nous rapproche... s'y manifeste la difficulté à conserver sa dignité et sa capacité à l'empathie au milieu du chaos instauré par la violence du monde. Mais il en émane aussi quelques lueurs d'espoir, nichées dans la perspective de l'enfant à venir, perspective effrayante face à l'avenir probable qui l'attend, mais pourtant riche de la promesse irréductiblement liée à l'acte du don de la vie...
Et c'est surtout, malgré son propos, un texte magnifique, à l'écriture à la fois minimaliste et envoûtante, comme si Joël Casséus avait trouvé le parfait équilibre entre beauté et efficacité.
"Parce que nous ne sommes pas endeuillés de ce crépuscule particulier, mais de l'ensemble. de tous ceux qui sont passés et de ceux à venir ; puisque nous sommes incapables de les différencier, puisque notre détresse n'a pas de limites".

Lien : https://bookin-ingannmic.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Antoine_Libraire
  24 avril 2018
Un très grand texte ! Voilà ce que je me suis dit en refermant « Crépuscules » de Joël Casseus.
« Crépuscules », au pluriel. 8 voix pour dire la survie, l'exil, le désespoir, dans une géographie et une époque incertaines.
Au dessus passent des drones. À leurs pieds la terre a été rendu stérile. Et tout autour la menace sourde, une guerre dont nous ne saurons rien, qui pourrait être, qui est, toutes celles de notre époque. Celles qui chassent les populations sur les routes de la solitude et de l'exode, de la fuite. Celles qui décomposent notre humanité comme la rouille, omniprésente dans le texte, décompose le monde de métal et de déchets où survivent les 8 narrateurs.
Les voix alternent sans s'entendre, sans même s'écouter entre elles, solitaires dans cet assemblement de wagons, morceaux de train à jamais à l'arrêt, qui échouent à recréer même un semblant de communauté.
« Crépuscules » est il une dystopie, un conte étouffant ? En tout cas un très grand texte.
En 160 pages, Joël Casseus, d'une langue fertile et poétique, nous captive et nous fait entendre les voix fragiles des exilés de partout.
Un récit qui m'a terriblement remué, tant par sa maîtrise que par son empathie. Un texte foncièrement politique, terriblement actuel sur les réfugiés, les laissés pour compte, les extrémismes.
Et pourtant il se pourrait qu'un homme prépare un potager.
Qu'une femme refuse que tout s'oublie.
Un immense, immense coup de coeur !!
« Alors je joue. Comme je l'ai fait pendant tout mon trajet. Je reproduis les sons de ce que j'ai vu et de ce que j'ai ressenti et je leur donne. Je leur donne sans même utiliser des mots parce que je veux qu'ils comprennent. Je ne veux pas qu'ils puissent faire semblant de ne pas savoir. Que leurs enfants tuent les nôtres. Je leur dis partout. Je leur dis à ceux qui veulent encore écouter. Je leur dis avec les sons, sans les mots, parce qu'il n'y a plus de mots pour dire. »
Lien : https://bonnesfeuillesetmauv..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Librairieenfolie
  17 novembre 2018
Il y a la femme enceinte, la voisine et la marchande. Et leurs maris. Autour de ces trois couples gravitent l'enfant à naître, les jumeaux, et les enfants jamais conçus. Ils partagent le même écosystème, ravagé par les bombes. Dans les yeux des hommes, dans leurs « iris lacérés » les traces indélébiles de l'inhumanité. Les femmes, elles trainent leur espoir et leurs hommes, à bout de bras, à bout de souffle. Elles partagent une haine qui a déjà quitté les hommes. Ils sont en retrait, distants, plus vraiment conscients. En pilotage automatique, dénudés de leurs sentiments. Absents. Tout ce qui fait la vie les a quittés et ils continuent à vivre. Au fond d'eux ils gardent leur espoir, bien tapi, bien au fond, indécelable.
C'est une lecture brumeuse, chaotique. Il faut accepter de se laisser porter, de n'y pas tout comprendre. Il y a une mise à distance, un flou volontaire, comme le brouillard dans lequel se trouvent les personnages. Il y a des mots, des histoires communes, des voix. Plusieurs voix différentes tissent ce texte et en font son originalité, sa distinction. Chacun des personnages des trois couples prennent la parole, disent une même continuité d'action sous un regard différent. Toujours avec cette même distance, cette chape de plomb qui survole et assomme. Aucun nom, aucun prénom. Des épithètes homériques suffisent à indiquer au lecteur de qui sont les pensées qu'il lit. Une horreur partagée, une terre d'accueil, d'exil, qu'importe, une terre de sursit. Chacun réagit à sa manière pour contrer les coups. Attendre, espérer mais à la fois repousser la mort.
Un lecture aux éditions le Tripode pour le challenge Varions les éditions.
Lien : https://librairieenfolie.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2
  07 mars 2018
Aux marges réfugiées, un sublime cantique de la ferraille, de la boue et de l'humanité.
Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2018/03/07/note-de-lecture-crepuscules-joel-casseus/
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (2)
LeDevoir   17 décembre 2018
Porté par une structure narrative atypique — huit personnages témoignent en alternance de leur quotidien aux frontières des combats —, le roman soulève des questionnements d’une grande contemporanéité sur le choc post-traumatique et l’aveuglement volontaire des grandes puissances.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
LeMonde   11 mai 2018
Douze narrateurs parlent d’un univers ruiné et violent, d’un futur sans espoir. « Crépuscules », troublante expérience de lecture signée du romancier québécois.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   07 mars 2018
La porte s’ouvre et je vois que c’est le père des jumeaux qui est accompagné par deux individus.
J’observe les nouveaux venus un peu mieux et je reconnais la femme enceinte avec un homme qui est visiblement son mari. Je finis de placer les verres derrière le comptoir et je fais un signe de tête et ils prennent place à une table. Alors je me dis que je devrais aller m’occuper d’eux avant que ma femme se plaigne des ivrognes qui finissent toujours par se trouver dans mon dépensier.
Je prends une bouteille d’assommoir et quelques tasses et je m’approche. Je mets trois verres sur la table et je me rappelle que la femme est enceinte alors j’en enlève un. Je verse l’assommoir et je regarde les hommes saliver pendant que le liquide se hisse jusqu’au rebord.
– T’as un wagon de libre ? me demande le voisin après avoir pris une première gorgée.
Je me retourne et je regarde si ma femme a entendu et elle est debout et me dévisage et lave un verre et elle secoue la tête comme si tout cela était de ma faute.
Je discute un moment avec le voisin et les nouveaux arrivants.
– Peut-être… enfin, je dois savoir c’est pour qui.
– Eux, il fait en désignant le couple d’un signe du menton.
Je les observe et je sens le regard de ma femme sur mon dos. Enfin… ils peuvent quand même pas dormir dehors. Surtout qu’elle attend un enfant.
– Vous venez de loin ? que je leur demande.
Le nouveau venu regarde les tatous sur ses mains et ne lève pas le visage. Alors je comprends qu’il ne va pas me répondre. Je sens toute la dureté de l’homme, je pense presque voir les épreuves sur les lèvres serrées. Je regarde la femme qui le dévisage et je vois qu’elle comprend quelque chose. Qu’elle est plongée dans ce qui ne peut pas être dit. Elle allonge la main et la pose sur celle de l’homme et celui-ci l’agrippe et lève son visage et la regarde. Comme s’il avait dérivé et qu’il s’accroche à elle pour ne pas sombrer. Je soupire et j’observe dehors et je m’attends à voir le soleil se coucher, mais il est peut-être déjà trop tard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2Charybde2   07 mars 2018
Je suis devant le réchaud et la flamme bleue lèche le fond de la casserole et je comprends – contrairement à lui – que c’est peut-être tout simplement à ça que se réduit notre existence : un vieux restant de soupe de boue avec ce que je pense être du chou. Voilà à quoi est réduite toute une vie qui m’avait autrefois semblé si complexe, si pleine de promesses. Alors je me rappelle la vitalité qu’il avait avant et de la force que nous trouvions en réponse à tout le mépris qu’ils nous témoignaient et l’audace, l’audace de ne pas refuser la vie, de ne pas refuser de donner la vie et la lutte, la lutte incessante qui nous rendait de plus en plus forts face à toutes les embûches et la vie qui continuait et leur vie qui prenait, qui explosait parfois dans toute la force de l’enfance et leur rire et nos sourires qui étaient réapparus et maintenant cette soupe, cette bruine, ces nuages… eh bien, eh bien, regardez-moi un peu ça…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Antoine_LibraireAntoine_Libraire   24 avril 2018
Alors je joue. Comme je l’ai fait pendant tout mon trajet. Je reproduis les sons de ce que j’ai vu et de ce que j’ai ressenti et je leur donne. Je leur donne sans même utiliser des mots parce que je veux qu’ils comprennent. Je ne veux pas qu’ils puissent faire semblant de ne pas savoir. Que leurs enfants tuent les nôtres. Je leur dis partout. Je leur dis à ceux qui veulent encore écouter. Je leur dis avec les sons, sans les mots, parce qu’il n’y a plus de mots pour dire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
diparidipari   09 mars 2018
Il sait peut-être. Il sait sûrement. Ce ne peut pas être possible qu'il n'ait pas remarqué l'odeur. L'odeur des bombes qui provient de la ferraille. Parce que lui aussi, il a été chassé du vieux pays par les bombes. Et je sais que c'est impossible d'oublier cette odeur. Par ce que c'est tout ce que nous avait laissé le vieux pays, à l'exception des cauchemars et des cicatrices et des souvenirs. L'odeur des bombes, dans nos nez, sur nos vêtements. Je pensais que toute la route que j'avais traversée jusqu'ici faisait que je n'aurais plus à connaître cette odeur. Mais je comprends maintenant que j'ai quitté l'endroit où était enterré mes parents et ma famille pour un cimetière de bombes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
diparidipari   09 mars 2018
Alors je fais ce que je fais toujours dans ces occasions. Je vais à l'extérieur et j'enlève toute la poussière qui s'est accumulée sur le porche. Je les vois alors, marchant côte à côte. Je trouve alors obscène l'espoir qu'ils incarnent. Je trouve leur espoir obscène et je sens les larmes qui gagnent. Alors je sors ma blague à chicochlorophyle et je me prends plusieurs feuilles et je balaie. Je balaies et je pense enfin à rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Joël Casséus (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joël Casséus
"Cela faisait quelques mois que je ne m?étais pas pris un coup de poing comme ça en lisant un roman."
Anaïs Ballin, en deux minutes, fait découvrir la force du roman de Joël Casséus (Crépuscules) paru le 1er mars en France. L'émission originale est "La voix est livre" de Nicolas Carreau.
Présentation du livre : https://le-tripode.net/livre/joel-casseus/crepuscules Émission complète : http://www.europe1.fr/emissions/la-voix-est-livre/la-voix-est-livre-nicolas-rey-170318-3602042
autres livres classés : campVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2839 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre