AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Quand la vie s'en mêle tome 2 sur 3
EAN : 9781774537275
283 pages
Kobo Originals (28/09/2022)
3.65/5   40 notes
Résumé :
Suivez cette fois les pas de Valentine dans ce deuxième tome de la trilogie Quand la vie s’en mêle, par Lucie Castel. Après avoir décidé de couper les ponts avec sa famille, Valentine se lance dans une formation de guide touristique à Paris. À l’obtention de son diplôme, elle postule auprès du célèbre château des Deux Sources de la petite ville de Luserne, d’où elle est originaire. C’est Louis, le châtelain, patriarche fatigué et solitaire, qui l’embauche pour mettr... >Voir plus
Que lire après Quand la vie s'en mêle, tome 2 : ValentineVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
3,65

sur 40 notes
5
4 avis
4
14 avis
3
8 avis
2
0 avis
1
1 avis
Ce tome se déroule après les événements du premier consacré à Adèle, mais les deux histoires peuvent se lire indépendamment l'une de l'autre, comme je l'ai fait. Si je ne doute pas que ce roman puisse plaire aux amateurs de livres feel good avec, en trame de fond, une romance qui prend le temps d'éclore, je me suis hélas ennuyée.

Les débuts et la plume vive et non dénuée d'humour de Lucie Castel m'avaient pourtant laissé espérer une lecture détente et divertissante, le genre que je lis en une soirée, mais mon intérêt est vite retombé. J'ai trouvé les messages véhiculés importants mais amenés avec lourdeur à travers des dialogues qui m'ont donné l'impression de lire des pages de développement personnel. Je valide donc le fond mais pas la forme qui manque, du moins pour moi, de subtilité et qui mériterait d'être retravaillée pour apporter une authenticité qui fait défaut à certains dialogues.

J'ai néanmoins, au début, apprécié le mystère entourant le château des Deux Sources dont les travaux en vue de son ouverture au public semblent compromis par des incidents étranges, aux allures d'actes de sabotage ! Mais, et peut-être parce que j'aime les thrillers et les romans policiers, j'ai trouvé cette partie bien maigre et diluée dans des considérations qui n'ont guère suscité mon intérêt. Il faut dire que la partie semble quand même jouée d'avance… Ce manque de surprise ne m'a pas dérangée outre mesure, même si j'aurais quand même apprécié de ne pas voir LA révélation du roman arriver des kilomètres à la ronde.

Je n'ai, en outre, pas accroché aux personnages, ayant développé rapidement cette impression tenace que tout était surjoué : leurs paroles, leur comportement, leurs réactions… Sans oublier cette tendance de l'autrice à vouloir nous faire nous apitoyer sur leur sort. À cet égard, et si évidemment, j'ai été touchée par le passé de Valentine et heurtée par son horrible mère, j'ai été gênée qu'on insiste sur ses blessures comme pour expliquer ses problèmes relationnels et le fait qu'ado, elle ait harcelé plusieurs de ses camarades. Je veux bien que cela explique en partie ses agissements, mais en tant qu'ancienne harcelée, j'ai eu beaucoup de mal avec la manière dont son passé est mis en avant comme pour faire accepter d'anciens actes qui ne le sont pas. Et le fait que son meilleur ami soit l'une de ses anciennes victimes m'a semblé malsain. Non, on ne devient pas ami avec son ancien harceleur !

Ce roman m'a donc mise en colère sur la question du harcèlement, étant fatiguée que cette thématique soit si souvent mal abordée, et que les auteurs se montrent bien trop indulgents envers les harceleurs. En revanche, il m'a semblé que Lucie Castel faisait un meilleur travail sur la thématique de l'anorexie, mais n'étant pas concernée par le sujet, je ne m'avancerai pas plus. Je peux juste dire qu'à titre personnel, j'ai été touchée de voir Valentine lutter contre cette maladie, ce monstre qui guide certaines de ses réactions, tout comme j'ai été peinée de voir le mal que sa mère a pu lui faire et tente encore, par des paroles blessantes et injustes, de lui infliger. Un personnage quelque peu caricatural qui a fait de sa vie un enfer. On comprend alors sans peine que Valentine ait préféré couper les ponts avec celle-ci et décidé de passer de la pâtisserie familiale à la carrière qui l'intéresse elle.

Alors même si son travail pour les Lacombe ne correspond pas vraiment au travail de guide pour lequel elle a été formée, on peut dire qu'elle le fait bien. Elle s'implique même plus que de raison, devant gérer les problèmes retardant le chantier et les relations complexes entre les membres d'une famille d'aristocrates ayant son lot de casseroles, de non-dits et de secrets profondément enfouis ! On découvre ainsi trois générations de Lacombe, et le moins que l'on puisse dire, c'est que la communication semble quelque peu difficile entre le grand-père, le fils et le petit-fils. Quand le grand-père est obsédé par l'idée de sauver son château, le fils prêt à tout pour satisfaire son père, le petit-fils, lui n'a qu'une envie, vendre cette bâtisse de malheur et fuir loin de cette famille contre laquelle il ne ressent que de la rancune.

Si je n'ai pas eu d'avis sur Charles aux abonnés absents ou du moins plus passif qu'actif, j'ai apprécié l'exubérance du grand-père, un homme très théâtral qui a du mal à exprimer ses émotions, mais qui sait se mettre en scène ! Au fil des pages, j'ai fini par le trouver très touchant, et ai compris sans peine l'attachement que Valentine a pu développer pour ce patron peu conventionnel. La personnalité de Gabriel n'est pas assez approfondie pour que je m'attache à lui, mais j'ai apprécié qu'il se dévoile aux lecteurs par petites touches.

Il se révèle finalement assez différent de l'image qu'on peut se faire de lui lors de son arrivée au château, où il ne nous apparaît pas sous un jour très favorable. Et ce n'est pas Valentine qui vous dira le contraire, cette dernière l'ayant pris en grippe, avant de, petit à petit, développer pour lui d'autres sentiments… Mais est-ce bien raisonnable de fricoter avec le petit-fils de son patron et de risquer, au passage, de perdre son coeur, la situation avec Gabriel étant complexe ? Une question qui ne m'a pas tenue en haleine, mais qui pourrait plaire à d'autres lecteurs et leur donner envie de tourner les pages avec avidité. Si je m'étais attachée aux personnages, cela aurait d'ailleurs pu être mon cas.

Mais de manière générale, il m'a manqué un travail de fond sur les protagonistes, dont la psychologie aurait mérité d'être étoffée pour qu'ils nous apparaissent moins caricaturaux. Si vous êtes cependant juste en quête d'une histoire divertissante, ce point pourrait ne pas vous gêner, a fortiori si vous aimez les groupes soudés constitués de personnalités atypiques, Valentine évoluant parmi un groupe d'amis hauts en couleur. Leurs échanges sont d'ailleurs souvent emplis d'humour, de complicité et de cet amour dont la famille de Valentine l'a privée. Sa mère, par égoïsme et égocentrisme, son père par lâcheté… Attendez-vous donc à quelques jolis passages où l'on ressent toute la force de leur amitié ! Il y a aussi quelques beaux instants familiaux d'autant plus appréciés qu'ils sont rares.

En résume, Quand la vie s'en mêle n'a pas réussi à susciter en moi un réel intérêt ou un quelconque attachement envers les personnages, à l'exception d'un châtelain excentrique qui m'a fait sourire et même touchée. Je reconnais néanmoins que le roman possède des qualités qui devraient enchanter d'autres lecteurs, à commencer par la plume fluide et légère de Lucie castel qui lui confère un côté feel good certain. Si vous en êtes d'une histoire rapide à lire avec un peu de mystère, de l'humour, de l'amitié et en trame de fond une romance qui se développe dans un contexte tendu entre démons personnels, problèmes familiaux, sabotage, secrets de famille et rivalité entre châtelains, ce roman pourrait vous plaire.
Lien : https://lightandsmell.wordpr..
Commenter  J’apprécie          142
Quand la vie s'en mêle, tome 2 est le sixième roman que j'ai l'opportunité de lire dans le cadre de la masse critique Babelio x Kobo Originals, je remercie donc Babelio ainsi que Kobo de m'avoir permis de le découvrir.

J'avais déjà eu l'occasion de lire le premier tome, centré sur le personnage d'Adèle, il y a quelques mois (toujours dans le cadre de cette masse critique) et j'avais beaucoup aimé ma lecture. J'étais donc très heureuse de retrouver Adèle ainsi que Nicolas, Jazz, ou encore Ed dans ce deuxième tome, consacré cette fois à Valentine, personnage intéressant et complexe, qui donnait envie d'en savoir davantage sur elle dans le premier tome.

Ici, on retrouve Valentine environ deux ans après les événements du premier tome, alors qu'elle travaille depuis peu en tant que guide touristique au Château des Deux-Sources, lieu emblématique de Luserne qui la faisait rêver étant enfant. Elle a été engagée par Louis de Lacombe, châtelain et propriétaire des lieux, ainsi que par son fils, Charles, afin de préparer l'ouverture au public du domaine. Cependant, très vite, Valentine se retrouve à devoir faire bien plus que ce qui relève normalement de ses attributions, et finit tout bonnement par superviser le chantier de réhabilitation du château, engagé en prévision de l'ouverture prochaine. Elle doit donc entre autre gérer des artisans incompétents qui lui font vivre toutes sortes d'ascenseurs émotionnels et lui font des frayeurs régulièrement. Pourtant, malgré son manque de qualification matière de gestion de chantier, Valentine s'en sort plutôt bien.

Jusqu'au jour où Gabriel, le fils de Charles, débarque au château, ravivant de nombreuses tensions entre les trois hommes du clan, auxquelles Valentine se retrouve mêlées malgré elle. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que gérer trois générations de de Lacombe n'est vraiment pas une mince affaire ! Entre la personnalité fantasque de Louis, celle plus énigmatique et inexpressive de Charles et l'antipathie affichée de Gabriel, Valentine n'est pas au bout de ses peines !

Et comme si ça ne suffisait pas, voilà qu'une série de mystérieux incidents se produisent au château, dont le but semble clairement de ralentir l'ouverture au public de celui-ci.

Enfin, pour couronner le tout, elle se retrouve malgré elle au coeur du conflit qui fait rage entre les Lacombe et les Abzac, l'autre famille de châtelains de Luserne ! Tous les habitants de Luserne connaissent l'histoire de cette guerre qui dure depuis des siècles entre les deux famille. Et au vu de l'animosité qui règne encore entre Louis de Lacombe et Honoré d'Abzac, tout porte à croire qu'elle est loin de se terminer...

Heureusement, Valentine peut compter sur l'aide et le soutien indéfectible de son groupe d'amis, toujours là pour lui prêter main forte dès qu'elle en a besoin.

J'ai encore une fois beaucoup aimé ce deuxième tome. J'ai trouvé l'histoire riche, intéressante et vraiment originale, avec une touche de suspens qui la rend d'autant plus intrigante.

De plus, même si je l'ai moins ressentie que dans le premier tome (ce qui est normal puisque l'action se déroule majoritairement au château des deux Sources (chose qui m'a d'ailleurs beaucoup plu, étant une fana de châteaux !)), j'ai aimé retrouver l'ambiance « petite ville où tout le monde se connaît », notamment grâce aux traditions de fin d'année propres à Luserne ( Médiévales blanches, conflit ancestral entre les maisons de Lacombe et d'Abzac...)… L'autrice a véritablement un don pour récréer avec réalisme cette ambiance plaisante.

En ce qui concerne les personnages, je les ai trouvé très bien construits. Ils sont complexes, ont une histoire, de la profondeur, des traumatismes passés qui ont forgé qui ils sont. Ils ont du caractère, de la personnalité, et on s'attache très vite à eux.

J'ai été ravie de davantage découvrir Valentine, d'en apprendre plus sur elle ainsi que sur son passé. On en apprend notamment plus sur l'origine de ses TCA, sur la nature de ses relations avec ses parents, sur ses ressentis, la façon dont elle se perçoit et pourquoi elle se perçoit de cette façon, et on découvre un personnage profondément touchant. J'ai beaucoup aimé voir son évolution entre le premier et le deuxième tome. On la retrouve plus épanouie, mieux dans sa vie, et ça fait plaisir pour elle. Mais elle évolue également beaucoup au fil de ce deuxième tome, en partie grâce à son nouveau travail qui lui plaît vraiment, mais surtout grâce aux gens qui l'entourent et l'aide à prendre les bonnes décisions.

J'ai également beaucoup aimé le personnage de Gabriel. Ouvertement antipathique au début de l'histoire, on découvre finalement un jeune homme sensible, un peu perdu, qui se pose de nombreuses questions auxquelles son père et son grand-père ont toujours refusé d'apporter des réponses. C'est un personnage touchant lui aussi, à qui le fait de côtoyer Valentine va faire beaucoup de bien.

D'ailleurs j'ai adoré l'évolution de la relation entre Valentine et Gabriel. le moins qu'on puisse dire, c'est que le courant ne passe pas beaucoup entre eux au début ! Valentine se méfie de lui et voit sa présence au château comme un mauvais présage. Quant à Gabriel, il ne la porte non plus dans son coeur et lui parle régulièrement avec mépris et condescendance, ce qui à le don d'agacer Valentine au plus au point. Pourtant, au fil de leurs discussions, ils finissent par découvrir qu'ils ont peut-être plus en commun qu'ils ne l'auraient soupçonné au départ.

Enfin, en ce qui concerne l'histoire, j'ai trouvé qu'elle réussit la prouesse de rester plutôt légère tout en abordant des sujets sérieux (TCA, conflits intrafamiliaux et les conséquences que peuvent avoir une mauvaise communication au sein des membres d'une même famille, ou l'impact que peut avoir un parent abusif ou toxique dans le développement et la construction de l'enfant lorsqu'il arrive à l'âge adulte...) avec beaucoup de justesse, et en étant parsemée de réflexions pertinentes et très justes qui incitent à réfléchir.

En conclusion, ce deuxième tome de Quand la vie s'en mêle m'a autant plu que le premier, et je suis ravie d'avoir eu l'occasion de le lire. C'est une histoire riche, originale et pleine de rebondissements, avec des personnages profonds, complexes et attachants, qui aborde des sujets importants, telle que la complexité des relations familiales, avec beaucoup de justesse. Maintenant, j'espère qu'il y aura un troisième tome consacré à un autre personnage !
Commenter  J’apprécie          10
29.10.2022 #92ème

Dans le cadre de l'opération Masse Critique spéciale Kobo Originals, voici le sixième titre lu en tant qu'ambassadeur de la collection sur Babelio (j'adore toujours ce titre 😃) : « Quand la vie s'en mêle » de Lucie Castel.
C'est le tome 2 intitulé « Valentine » qui a priori se lit sans avoir besoin d'avoir lu le premier, mais des références régulières y sont faites.
Valentine AUBERT, 26 ans, a été engagée par Louis de Lacombe 70 ans, et son fils Charles pour accompagner l'ouverture prochaine au public de leur Château des Deux sources. Fraîchement diplômée guide touristique, elle est installée depuis deux mois dans l'une des chambres du château, qui l'a fait rêver depuis toute petite, pour mieux superviser les travaux qui permettront l'accueil de touristes en vue d'amener des fonds supplémentaires pour mieux entretenir cette demeure ancestrale vrai gouffre financier.
Arrive alors Gabriel, fils de Charles, donc petit fils de Louis (c'est bien ! Vous suivez jusqu'à présent) qui ne voit pas vraiment d'un bon oeil tous ces travaux, et dépenses, et souhaiterait vendre la propriété. Il y vient passer quelques semaines avant de s'envoler vers le Japon où un nouveau poste important l'attend.

L'inauguration est prévue quelques temps avant Noël à l'occasion des fêtes médiévales organisées par la ville de Luserne. C'est sans compter sur des actes malveillants qui se produisent sur le chantier, la jalousie de Honoré d'Abzac, propriétaire d'un autre château proche et des conflits familiaux de toute part…
Mais Valentine sait s'entourer des bonnes personnes, ses amis depuis le collège Nicolas, Ed, Jazz et surtout Ophelie qui a les bons contacts dans l'événementiel.

La magie de Noël opérera t-elle jusqu'au bout afin d'effacer les animosités et de faire aboutir un beau projet touristique pour la région ? Valentine réussira t elle aussi a surmonter ses démons et sa maladie pour s'épanouir enfin loin de sa mère ?
J'ai aimé le style tournant uniquement sur ce personnage torturé par son passé et qui sait s'immiscer dans les vies des autres sans prendre de gant. Les rebondissements sont nombreux et intéressants. Série à suivre…
Commenter  J’apprécie          30
J'avais beaucoup aimé le tome 1 et l'arrivée d'Adele à Luserne avait fait pas mal de bruits et de changements. Parmi ceux-ci la « création » d'un petit groupe d'amis improbables mais unis par leurs fêlures et leur courage.
Cette fois ci nous suivons donc Valentine. La fille du boulanger.
On savait déjà ses soucis face à la nourriture, 2 ans ont passé et beaucoup de choses ont évolué.
Elle lutte toujours contre ses démons, son monstre comme elle l'appelle. Elle le domestique comme elle peut mais parfois ses griffes ressortent et la mettent à genou.
Elle n'en est pas moins attachante dans sa grande honnêteté très « brute de décoffrage ». Elle est sans filtres. Sans fard non plus.
Alors forcément parfois ça pete. Ça clashe. Ça dégénère. Mais parfois aussi les retombées ne sont pas funestes.
Et c'est ce qu'elle va apprendre dans ce nouvel emploi au château des Lacombe.
Face à 3 générations d'homme Lacombe, sa verve, sa colère, son courage et sa fragilité ne seront pas de trop.
Car pour une jeune femme sans filtre côtoyer des hommes coincés derrière des non-dits et des silences de bonne éducation c'est l'enfer.
Ça va donc déménager au château et aussi faire du ménage. Et je ne parle pas seulement des travaux de rénovation, des manigances pour leur mettre des bâtons dans les roues ou de la vieille inimitié quasi séculaire entre les deux châteaux du coin.
Lucie Castel m'a offert cette fois encore des moments d'émotions brutes. Des scènes surprenantes. Des échanges piquants ou incisifs. Mais surtout des personnages loin d'être tout lisses. Certaines aspérités vont réussir à être un peu érodées mais d'autres vont se creuser.
Valentine saura t elle combler les brèches des autres quand les siennes propres menacent non plus d'effriter ses murs de courage mais carrément de les faire s'effondrer?
Merci #kobooriginal pour ce 2e tome tout aussi attractif que le premier.
A qui le tour pour la fin de la trilogie? Nicholas je dirais car Jazz semble ne pas avoir besoin d'aide.
A bientôt donc.
Commenter  J’apprécie          30
Tout d'abord je tiens à remercier babelio et kobo pour la masse critique kobo original pour la sélection des 6 livres cette année. de belles découvertes.

Tome 2 mais cela ne gêne en rien la lecture, il peut se lire de façon totalement indépendante.
On doit retrouver des personnages du premier tome avec le château concurrent, je n'ai pas senti de manque.

Valentine est une femme forte même si blessée par une enfance malheureuse, une anorexie destructrice dont elle se remet encore difficilement. Elle a abandonné ses parents et surtout sa mère boulangère toxique pour devenir guide touristique. Son premier challenge redonner tout son cachet au château des Lacombe. Elle s'investit fortement malgré les obstacles et le caractère exaspérant parfois des trois générations de propriétaires du château.

On est dans de la romance, donc on se doute qu'il va y avoir une histoire avec Gabriel le dernier de la famille. Mais elle ne prend pas beaucoup de place au final, l'évolution n'est pas forcément évidente.
J'avais lu un autre livre de cette autrice et j'avais plus apprécié le côté narration. Ici la partie dialogue est assez importante mais vu les sujets abordés, les dialogues font un peu artificiels, ça ne coule pas de source. J'ai plus ressenti un manque de naturel dans la construction de l'histoire, l'interaction entre les personnages. Les idées étaient bonnes, les sujets dont l'anorexie intéressants, il m'a manqué un je ne sais quoi pour apprécier ma lecture.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Mais, Valentine, quand les gens parlent, les mots sortent de leur esprit et de leur bouche, non des vôtres. Quelles que soient les idées derrière ces mots, elles ne vous appartiennent jamais, parce que vous n'êtes responsable que de vos propres mots. Converser avec autrui n'est qu'une succession de projections mutuelles de pensées qui n'ont de sens que pour celui qui les formule. Vous devriez faire le tri dans tout ce qui tourne dans votre esprit pour être bien certaine de ne garder que ce qui est bien à vous.
Commenter  J’apprécie          10
Ce garçon, aussi mignon fût-il avec son vocabulaire et ses fossettes, me prenait vraiment pour un lapin de six semaines. Il n'était pas le premier, les hommes le faisaient tous. Quand ils me rencontraient, ils voyaient en moi l'ancienne reine de beauté régionale : une jolie blonde fluette au visage triangulaire de princesse Disney. Ils ne s'imaginaient pas une seconde que je puisse me servir de mon cerveau autrement que pour parler maquillage et mode.
Commenter  J’apprécie          10
- Vous pouvez être qui vous voulez, puisqu'il n'y a que vous qui détenez votre propre vérité. Annoncez au monde qui est Valentine et peu importe ce qu'il fera de cette information, car cela ne vous concerne en aucune façon.
Commenter  J’apprécie          10
Plus je vieillissais et plus la vie me confortait dans l'idée que la plus belle des familles ne se trouvait presque jamais suspendue sur le même arbre généalogique.
Commenter  J’apprécie          10
N'ayant pu régler mon problème de colère chronique, ma psy avait trouvé comme alternative le sarcasme de substitution. Se moquer des gens était socialement plus acceptable que leur hurler des insultes ou les frapper. Ce n'était pas aussi gratifiant qu'un bon pétage de plombs, mais ça m'attirait moins de soucis.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Lucie Castel (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lucie Castel
Cet été, plongez dans la lecture ! Et si nous vous disions que nous avons la sélection IDEALE pour cet été ? A découvrir dès maintenant ?
Au programme : - La librairie des rêves suspendus, de Emily Blaine - Petites confidences et grandes confessions à Martha's Vineyard, de Sarah Morgan - Tu ne m'oublieras pas deux fois, de Mhairi McFarlane - C'était pas censé se passer comme ça, de Eve Borelli, - Fais-moi taire si tu peux, de Sophie Jomain - Ce crétin de prince charmant, de Agathe Colombier-Hochberg - La guerre des papilles, de Lucie Castel - Mes amies, mes amours, mais encore ? de Agathe Colombier-Hochberg - Avant, j'étais un salaud, de Louisa Méonis - Mais sinon, tout va bien, de Max Deloy
+ Lire la suite
autres livres classés : anorexieVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (108) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3702 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *}