AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1623653983
Éditeur : Jo Fletcher Books (05/03/2015)

Note moyenne : 4.4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Tristia is a nation overcome by intrigue and corruption. The idealistic young King Paelis is dead and the Greatcoats - legendary travelling magistrates who brought justice to the Kingdom - have been branded as traitors. But just before his head was impaled on a spike, the King swore each of his hundred and forty-four Greatcoats to a different mission.

Falcio Val Mond, First Cantor, with the help of fellow Greatcoats Kest and Brasti, has completed his ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Tatooa
  06 octobre 2017
Lu en anglais (de toute façon il n'est pas sorti en français...). Il est meilleur que le premier. J'en profite pour dire que la traductrice du 1 a fidèlement reproduit le ton de l'auteur, chapeau à elle.
Et je suis fière. Et heureuse parce que, après un début difficile, j'ai fini par arriver à me plonger dedans, et, passé 60% de l'ebook, je n'ai plus pu m'en dépêtrer, il FALLAIT que je sache la suite. En anglais, parfaitement messieurs dames. Comme quoi le mooc "Spice up your english" que j'ai fait il y a deux ans a été plus qu'utile et efficace, j'en profite pour faire la pub de la plateforme de formation FUN. Vala vala... (Avec pas mal de travail personnel aussi, hein, faut pas se leurrer il n'y a pas de miracle, lol). Il y a quelques coquilles dans l'édition ebook en anglais, je ne les ai sans doute pas toutes repérées, d'ailleurs, mais j'en ai vu.
On retrouve donc nos héros "cassés", plus que jamais, Falcio, Kest, Brasti, Valiana, Aline etc... Pas de misogynie ici, femmes et hommes sont à égalité de rôles et d'importance, bien que le héros en "je" soit un homme.
Peut-être parce que j'ai peiné au départ à entrer dans l'histoire, j'ai davantage apprécié Falcio ici que dans le 1. Oui ça paraît bizarre, parce qu'il reste égal à lui-même, lol, mais passant plus de temps avec lui, je l'ai mieux compris.
Pour l'intrigue, bon dieu qu'elle est tordue ! On se perd en conjectures aux côtés de Falcio, on erre dans le flou, il se fait manipuler par les vivants et par un mort (Paelis son Roi), et les homines crevarices (Copyright Alfaric) sont légion dans cette saga ! (Saga parce qu'il y a déjà 4 ou 5 tomes, et si elle se bonifie à chaque tome comme entre le 1 et le 2, je me demande ce que c'est dans ces suites.... Il y a de très fortes chances que je la lise en anglais moi aussi, n'est-il pas Igguk ? mdr !)
Les personnages sont ultra-attachants. On oscille entre tragédie et comédie, Falcio ayant toujours son regrettable sens de l'humour et sa trop grande gueule, arfeu ! Brasti allège aussi l'atmosphère, ses piques avec Dariana sont réjouissantes. Dariana personnage féminin on ne peut plus mystérieux et ambiguë, ajoutant une note d'angoisse sous-jacente aux tribulations de notre petite troupe.
Comme je l'ai dit, à partir de 60% (sur 600 pages, ça fait à partir de la page 360), l'intrigue devient opaque alors que les événements s'accélèrent, et les pages se tournent sans même s'en rendre compte, même en anglais. J'ai appris des tas de mots (grâce soit rendue à Kindle pour le dico intégré, que c'est pratique !) et expressions, c'est aussi pour cela que j'ai ramé sur la première partie. Une fois habituée au vocabulaire (qui revient), aux tournures de phrases, je suis allée beaucoup plus vite. Il y a donc peut-être des répétitions, le hic étant qu'en français je les repère et s'il y en a trop ça m'agace, mais qu'en anglais, bah ça m'arrange ! Mdr !
Les batailles sont énormes ! Les capes (enfin les manteaux) et les épées volent dans tous les sens, et si vous aimiez les chevaliers, bah ici vous allez adorer les détester, lol ! Ils sont plus apparentés à des mercenaires qu'autre chose tout en se targuant d'honneur et de loyauté, c'est confondant d'hypocrisie...
Mais restons-en là, ne spoilons pas, c'est une série à lire pour les amateurs de dark-fantasy (sisi, c'est dark, en plus d'heroic, je persiste et signe...) ! J'espère que Bragelonne prévoit de sortir la suite de cette excellente série, mais dans le cas contraire, je n'ai plus besoin d'eux, et p*****, ça, c'est que du bonheur !
Coup de coeur 2017, un de plus.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          144
Igguk
  10 avril 2015
Knight's Shadow est la suite du très excellentissime Traitor's blade par Sebastien de Castell dont je parlais déjà par ici. Pour tous les amateurs de trucs pointus ou aiguisés qui zigouillent des gens méchants avec classe, on retrouve les personnages de Falcio, Kest et Brasti qui doivent maintenant se démerder pour placer la petite Aline sur le trône malgré le fait que tout le monde les déteste encore, ce qui peut compliquer les choses quand on veut se la jouer subtil…
Comme dans le premier tome, les Greatcoats sont considérés comme des traitres et des lâches par une grosse majorité des habitants de Tristia vu qu'ils n'ont rien fait pour défendre le roi Paelis quand les ducs sont venus prendre sa tête. Pourtant, ces duellistes/magistrats exceptionnels, jadis symboles de justice et de noblesse, continuent tant bien que mal à accomplir les dernières volontés de leur souverain alors qu'ils sont éparpillés sur tout le royaume. Cette suite démarre alors que Falcio n'a pas la grande forme mais cherche à faire des alliances avec les ducs des régions du sud pour faire face à l'armée grandissante de BIIIIIIIIIIIIIIIIIP (Oui, je m'autocensure pour pas spoiler le premier tome trop violemment). Sauf que les greatcoats n'aiment pas trop les ducs, ils ont un peu assassiné le roi, et les ducs méprisent les greatcoats tout autant donc les négociations commencent moyennement bien. Ajoutez à ça des assassins mystérieux, des villageois en colère, des chevaliers pas très chevaleresques, la marmite va bouillir très très vite…
On a toujours de gros doutes sur un des mystères de la saga, est-ce que Paelis avait un plan avant de mourir ? Est-ce qu'il a posé ses pièces avec génie en envoyant les 144 Greatcoats en mission le jour de sa mort, ou est-ce que c'était un gros gland prétentieux, tout le monde se fait des films et l'homme ne savait pas du tout ce qu'il faisait ? Nos héros n'en savent rien et se raccrochent aux idéaux qu'ils ont défendu sous les ordres du roi et c'est un des thèmes qui revient régulièrement dans l'histoire : l'idéalisme et la noblesse valent-ils encore la peine d'être défendus dans un monde bien corrompu jusqu'à l'os qui part en sucette ? Les greatcoats sont paumés, livrés à eux-mêmes et seuls contre tous, ils défendent un idéal qui n'est qu'un lointain souvenir mais ils s'appuient les uns sur les autres même si le doute s'installe de plus en plus.
L'amitié qui lie le groupe de personnages principaux est toujours centrale, la camaraderie se manifeste à travers des dialogues légers et vraiment drôles, bien écrits et percutants. Comme pour le livre précédent, tout est raconté à la première personne du point de vue de Falcio et c'est cette écriture fun et enlevée qui fait contre-poids face aux évènements tragiques qui se déroulent sous ses yeux, et oui, ça peut être bien violent par moments. Mais au final l'histoire dégage quelque chose de positif malgré les coups du sort, c'est une lecture qui me fout une énorme pêche à chaque fois que j'ouvre le bouquin, y'a là-dedans un souffle monstrueux.
Le rythme est encore plus soutenu que dans Traitor's Blade, il n'y a aucun temps mort, des évènements surprenants débarquent à chaque chapitre sans nous laisser le temps de souffler et Sebastien de Castell arrive toujours à mettre en scène l'action et la bravoure de manière magistrale. Les flèches de Brasti, l'épée de Kest, les rapières de Falcio, toutes dansent avec une grâce et une précision mortelles et les stratégies du premier Cantor leur permettent d'affronter des situations toujours plus désespérées. le livre nous met constamment devant des situations à priori impossible à surmonter et c'est toute l'astuce de Falcio et le courage de ses camarades qui les sortent de ces impasses. Cette succession de dangers mortels happe le lecteur qui se demande toutes les 10 pages « mais comment vont-ils se tirer de là ? », suivi 2 pages plus tard d'un « oh bordel c'est trop cool ! »
Nos héros forment un groupe à la dynamique parfaitement équilibrée, des personnages féminins vont venir s'y ajouter et prennent d'ailleurs un peu plus d'épaisseur, ce qui est fort bienvenu, Dari en particulier est impressionnante de cynisme et de « bad-assitude ». On a le plaisir de croiser de nouveaux personnages, le chevalier Shuran est un des plus marquants de ce nouveau tome, on sent un conflit intérieur constant compensé par une dignité apparente qui donne une aura particulière au bonhomme. Les ducs se dévoilent également petit à petit, et plus on les comprends, plus on a de doutes sur le vrai but de Paelis.
Le ton de l'histoire est un équilibre assez bluffant entre comédie légère, tragédie poignante et action réjouissante, on sait jamais vraiment où ça va taper mais ça touche toujours son but tout en construisant au fur et à mesure une intrigue solide. Les différents mystères et complots se dévoilent, de rebondissements en révélations on se laisse porter par l'intrigue sans problème, on reste scotché au bouquin.
Encore une fois, j'ai lu Greatcoats en VO, mais monsieur Amazon nous laisse entrevoir une hypothétique sortie du premier tome chez Bragelonne pour le mois de Juin, et si ça se confirme, vous n'aurez plus l'excuse de votre pitoyable médiocrité en anglais pour passer à côté. C'est pour moi un incontournable, je le conseille, le recommande, l'impose, ou vous le jette à la gueule en vous ordonnant de la lire tout de suite sous la menace. Putain, j'adore cette série…
Lien : http://ours-inculte.fr/knigh..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
TatooaTatooa   14 septembre 2017
- No signs of danger at all, Brasti said.
I loosened both my rapiers.
- So, definitely a trap, then.
- Oh, absolutely, Brasti said, and motioned for me to go forward. I imagine you'll want to walk right into it.
[...]
The girl held up her hand and waved to me. When I didn't wave back she turned and ran into the small stone building.
- She might have some kind of crossbow or even a pistol in there, Kest cautioned.
- Or maybe she's an innocent girl who's been attacked and is now scared for her life, I said.
Dariana snorted.
- Do you really believe that ?
- No, I'm fairly sure it's a trap.
- Then why go in ?
- So I can find out -
- Because that's what he does, Brasti interrupted. He asks himself what the dumbest possible thing to do would be in any given situation and then he does it.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
TatooaTatooa   11 septembre 2017
Only a Tristian Knight would make the argument that to be honourable doesn't require behaving honourably; that murdering a young girl is justified so long as you lawful Lord demands it. But there you have it. That's the country of my birth and the place I'd spent most of my life trying to defend from itself. If that meant I had to kill a few Knights along the way, well, I thought, as I took in deep breaths and tried to slow my heart, I could live with that.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
TatooaTatooa   01 octobre 2017
He truly loves Tommer, I thought. He's a monster and a tyrant, and yet his heart is trembling in fear at the thought of losing his child. He is oblivious to the fact that he's destroyed the lives of hundreds - maybe even thousands - of other parents and children.
What strange creatures this world creates.
Commenter  J’apprécie          60
TatooaTatooa   15 septembre 2017
- Neatha's fatal. A man's exposed to it and he dies. It's that simple. (Merchant on the road)
- I was exposed, I said. And I'm still moving.
The old man took up the reins of his mules.
- If you got it by neatha then you're dead, son. Your body just needs a bit of time to figure that out, is all.
Commenter  J’apprécie          40
TatooaTatooa   16 septembre 2017
- I said I'd help you put her on the throne, and I will. But she'll never last, Falcio. Thirteen years old ? She'll be dead a week after she's crowned.
(Duke Isault)
Commenter  J’apprécie          70
Video de Sebastien De Castell (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sebastien De  Castell
Sébastien de Castell nous accueille chez lui, à Vancouver, et nous parle de ses inspirations et de sa méthode de travail pour créer sa série en 6 tomes, "L'Anti-Magicien".
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1394 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre