AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782264048400
168 pages
10-18 (03/11/2011)
3.52/5   32 notes
Résumé :
Jeune désoeuvré, Eduardo Sosa tue et usurpe l’identité d’un clochard à l’existence tapageuse. A bord de sa Chevrolet, le voilà lancé dans une virée hallucinée en compagnie de quatre vipères venimeuses, mettant la ville à feu et à sang. Satire sociale et délire surréaliste : embarquez pour une balade ophidienne inoubliable.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Krissie78
  16 mai 2022
Quelle drôle d'histoire ! Une Chevrolet jaune, un chômeur, 4 vipères et un règlement de comptes qui tourne au chaos et sème la terreur dans une ville d'Amérique Latine.
Bien sûr l'affaire devient vite hautement politique. Des proches de personnalités figurent au nombre des victimes. La pression monte pour le chef de la police. La presse s'empare du sujet, fleurant le scandale, se réjouissant de ce chaos source du potentiel scoop qui fait une carrière.
Il est évident que sans le challenge Babelio Globe-Trotteur je n'aurai jamais découvert ce livre et cet auteur. Il nous livre là une aventure hallucinée par l'alcool et la drogue, et un parcours marqué par la violence et la folie. Avec humour et rigueur il met en scène les dérives de la société : misère sociale, trafic, corruption, soif de sang et de sensationnel.
Le récit est construit en quatre parties, présentant trois points de vue : celui d'Eduardo, jeune chômeur qui par opportunisme et désillusion va se glisser dans la peau Don Jacinto Bustillo et décider de le venger, celui du chef de la police soumis aux pressions politiques, celui de Rita, la journaliste aux dents qui rayent le parquet.
Le rythme est hypnotique. On se demande jusqu'où va aller la folie d'Eduardo qui sème le chaos derrière lui sans en avoir complètement conscience tant il est subjugué par l'amour de ses quatre compagnes Loli, Beti, Valentina et Carmela. L'ensemble ne manque ni d'humour ni de noirceur.
Une belle surprise que cette fable qui vire au fantastique, qui se lit facilement grâce à un style très fluide. Une lecture aussi réjouissante que déroutante. Et inclassable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          184
Cronos
  18 octobre 2020
Si je devais résumer l'histoire en une phrase ce serait : un simple fait divers qui met la ville à feu et à sang. Cette histoire totalement loufoque m'a bien plu. Jacinto vit dans sa voiture, une vieille Chevrolet jaune, une relique du temps passé. Il reste garé devant cet immeuble, quelques commères y vivent ainsi que notre protagoniste Eduardo, un jeune sans avenir, qui va se choisir son destin après un drame dont il est à l'origine. Il m'a tout de suite plu, autant les personnages singuliers que l'intrigue, ce roman a un côté irréaliste sans tomber dans la science-fiction, j'adore.
Le point négatif est le découpage en quatre parties qui m'ont paru longues même si j'étais entré dans l'intrigue. Je préfère des chapitres courts, surtout pour un road-trip comme celui-ci. Il se lit quand même facilement, l'écriture est simple, la complexité vient du récit avec ces métaphores entre les vipères et les femmes qui vont suivre Jacinto dans sa folie.
Commenter  J’apprécie          40
SophieChalandre
  25 septembre 2021
Dans un style d'une énergie remarquable, Castellanos Moya nous offre, entre polar et fable, une oeuvre déroutante, hallucinante et loufoque à souhait, accompagnant pas à pas son héros Jacinto, devenu clochard usurpateur d'identité, traquant de près son ascension vers la folie.
Ce road movie de Jacinto, accompagné de quatre vipères sensuelles et cruelles, pisté par la police et les medias, sème chaos, mort et désordre.
Au travers de personnages sans illusion, cyniques et égarés dans la violence, l'auteur impose à la réalité la dimension fantastique pour mieux en décrypter les contours, portant un regard sans concession sur la société centraméricaine contemporaine et son devenir.
Lien : https://tandisquemoiquatrenu..
Commenter  J’apprécie          90
Paojito
  12 avril 2017
Je vous avoue, parfois, une belle couverture fait la différence. Ce livre m'a sauté aux yeux, son format court et sa 4ème ont fini de me convaincre. Trois heures plus tard, j'ai suivi un mec totalement barré, en pleine furie dévastatrice au volant d'une Chevrolet, accompagné par des vipères assoiffées de sang (et de sexe), recherché par la police.. c'est complètement dingue. Un peu décousu certes, mais clairement loufoque, appuyé par le style direct et noir de Moya.
Commenter  J’apprécie          30
fredaillesagu
  16 mai 2021
Délirant, décalé, dans le réalisme de l'Amérique centrale de nos jours. Enfin : loin des clichés des pubs touristiques, c'est davantage le réalisme de ce pays de voisins chaleureux, de braves gens, hyper pauvres. Protagoniste presque malgré lui, le personnage nous promène dans un monde qui le dépasse.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Krissie78Krissie78   16 mai 2022
Elle voudrait commencer à écrire - fiévreusement, presque rageusement - une autre histoire, pas celle que Matias exige, ni celle que pourrait imaginer Roger, mais la sienne, celle qu'elle aimerait se raconter pour comprendre comment en vingt-quatre heures la vie peut acquérir un sens nouveau, et que ce qui naguère paraissait ferme et solide se révèle maintenant d'une terrible vulnérabilité
Commenter  J’apprécie          10
SophieChalandreSophieChalandre   25 septembre 2021
- On doit arrêter ce dingue par n'importe quel moyen, murmura le commissaire adjoint. D'où est-ce que putain il a pu tirer ces serpents ?
Commenter  J’apprécie          70
CronosCronos   13 octobre 2020
Et c'est à partir de là, quasiment au forceps, tout en l'observant ramasser des détritus, des objets inutiles (qu'il fourrait immédiatement dans le sac de toile), que je commançai à extraire l'histoire d'un pauvre type qui, quelques années auparavent seulement, était le chef comptable de l'une de ces usines entre lesquelles maintenant nous déambulions, un type qu'on avait soudain jeté à la rue, avec une indemnité non négligable, mais absolument détruit, [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Horacio Castellanos Moya (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Horacio Castellanos Moya
EN LIGNES avec Jacques Aubergy, éditeur et traducteur.
Aujourdhui "Severina" de Rodrigo Ray Rosa
Avoir comme conseiller Pablo Ignacio II, c'est gage d'exigence et d'engagement. Se former au droit, “faire” cadre dans la restauration collective, s'essayer à la traduction et devenir par rupture éditeur d'une littérature latino américaine qui explore le continent, c'est marque d'un désir accompli. Ainsi est née “L'atinoir”, néologisme, maison d'édition, librairie et belle adresse marseillaise
"L'atinoir – édition" Conçu au Mexique sous l'impulsion de l'écrivain Paco Ignacio Taibo II et créé à Marseille en 2006, L'atinoir publie de la littérature, des essais et de la poésie écrits pour l'essentiel dans des pays d'Amérique latine. Depuis 2014, les choix éditoriaux privilégient les formes brèves de la fiction. La plupart de ces textes sont publiés en version bilingue. http://www.latinoir.fr/
Plus loin... Jacques et son "métier" https://desmotsdeminuit.francetvinfo.fr/tripalium/la-serie-documentaire-dmdm-jacques-aubergy-editeur-de-passion-latino/ Jacques Aubergy est notamment traducteur de l'écrivain salvadorien Horacio Castellanos Moya. https://desmotsdeminuit.francetvinfo.fr/mot-a-mot/horacio-castellanos-moya-la-litterature-contre-les-escadrons-de-la-mort/
+ Lire la suite
autres livres classés : salvadorVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
320 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre