AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2262015066
Éditeur : Perrin (10/02/1999)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 18 notes)
Résumé :
La trajectoire mouvementée de la fille de Marie-Antoinette et de Louis XVI, de Versailles en 1778 à Frohsdorf en 1851. Marie-Thérèse Charlotte aura connu trois règnes, deux républiques et deux empires.
Quatrième de couverture

Cette petite-fille d'empereur, fille, soeur, femme et belle-fille de rois, présente la particularité historique sans équivalent d'avoir connu trois règnes, deux républiques et deux empires. Elle est à la fois le trait d'un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Chocolatiine
  01 juillet 2019
Fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette, Madame Royale naît à Versailles en 1778. Elle connaîtra plusieurs révolutions, plusieurs rois, plusieurs exils et c'est loin de la France, que malgré tout elle aime tant, qu'elle meurt en 1851. Sa destinée tragique en fit "la femme la plus malheureuse de notre Histoire".
C'est donc dans la vie de la princesse Marie-Thérèse de France qu'André Castelot nous propose de nous plonger. de Versailles à l'Autriche, en passant par la Russie et l'Angleterre, nous suivons celle qui fut également duchesse d'Angoulême par son mariage, à travers son exil. Quel caractère ! Quelle vie ! Ce roman historique d'André Castelot, parfaitement documenté, est extrêmement intéressant. On se laisse volontiers porté par l'histoire de ce personnage hors du commun. Voici donc une lecture bien agréable et fort enrichissante.
Challenge XXème siècle
Commenter  J’apprécie          180
Taraxacum
  09 juin 2015
Découvert totalement par hasard, l'exemplaire était dans un lot de livres acheté d'occasion, Madame Royale a été une excellente surprise, instructive, intéressante, une biographie agréable à lire.
Ce n'est peut être pas la biographie la plus complète qu'il m'ait été donné de lire, ou la plus précise, mais elle met en valeur beaucoup de sujets généralement peu abordés, comme par exemple la vie en exil, avant la Restauration.Rien que le personnage choisi change des habitudes les biographies de personnages féminins de l'Ancien Régime qui se concentrent généralement sur les maîtresses royales ou les reines, comme si seuls les rôles de mères ou d'amantes étaient possibles à l'époque. Je sais bien qu'il n'y avait pas de femmes ministres, mais tout de même....
Madame Royale n'a rien d'un livre gai, prévenons tout de suite un lecteur potentiel, la fille ainée de Louis XVI n'a pas vraiment eu une existence heureuse. C'est horreur sur horreur sur horreur et ceux qui devraient la protéger ou lui venir en aide pensent surtout à l'utiliser pour leurs agendas politiques, à commencer par son cousin l'empereur autrichien ou son oncle Louis XVIII ! C'est une survivante que cette figure historique, née pour les ors des palais et qui endurera tout, de la mort de toute sa famille proche, leurs exécutions dont elle ne sera avertie que plusieurs années après, coupée du monde dans sa prison, un mariage politique sans amour avec un homme impuissant, les intrigues et cabales politiques, le retour au pays où nul ne semble prêt à la laisser faire son deuil, utilisant toujours son statut d'orpheline du Temple comme un étendard politique, l'exil à trois reprises, les manipulations... L'auteur se sent beaucoup de compassion pour elle, c'est flagrant, et il lui pardonne allégrement la façon dont elle s'aigrit à certaines périodes de sa vie, oubliant la bonté qui l'habitait au sortir même de la première de ses prisons.
J'ai trouvé ce livre très intéressant, particulièrement la partie entre son départ de la prison du Temple et son retour en France à la Restauration. On trouve beaucoup de livres sur la Révolution, sur l'Empire, sur la Restauration, mais bien moins sur la communauté française en exil et c'est un sujet sur lequel je chercherai certainement des ouvrages plus pointus.
Une biographie que j'ai beaucoup appréciée et si c'est de la vulgarisation historique plus qu'un travail d'historien, cela reste un ouvrage épatant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
Federom
  23 août 2018
Quelle vie exceptionnelle que celle de la fille de Louis XVI et Marie-Antoinette ! Son enfance l'aura faite passer du faste de la Cour au destin funeste de la détention de sa famille et de la mort de tous ses plus proches parents lors de la Révolution et de la Terreur qui s'en est suivie. Sortie un peu miraculeusement de la prison du Temple, elle connaîtra ensuite l'exil, qui sera le premier d'une longue série d'errance en Europe.
Fortement attachée malgré tout à son pays et à ses compatriotes, elle vivra intensément les soubressauts de l'histoire de France : le règne de Napoléon, la Restauration et le début de la IIe République... Elle aura vécu la transformation radicale de la France, et jusqu'au bout espèrera le retour de la monarchie.
André Castelot conte avec talent la vie tumultueuse et tragique de Madame Royale, plongeant le lecteur dans la tourmente de cette fin du XVIIIe siècle et de la première moitié du XIXe. le propos est toujours clair, instructif et permet de comprendre la psychologie de cette femme ballottée par les événements mais qui est restée toujours digne malgré les souffrances endurées.
Seul regret peut-être, qu'il passe parfois rapidement sur certains événements, mais l'époque est tellement foisonnante que cela reste bien compréhensible et le livre est toujours passionnant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
araucaria
  30 avril 2012
Récit historique intéressant et instructif qui se lit comme un roman. Bon livre.
Lien : http://araucaria.20six.fr/
Commenter  J’apprécie          120
laulaulafrite
  15 février 2019
Un livre passionnant sur la vie d'une grande oubliée de l'Histoire de France, balayée par la Révolution Française et la fin tragique de ses proches. On découvre la petite princesse heureuse de Versailles, et on la suit dans les ténèbres de la Révolution, puis dans sa vie d'après alors qu'elle est la seule survivante du Temple.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
ChocolatiineChocolatiine   29 juin 2019
En cette fin d’avril 1814, on excusait tout ! Et si la froideur, voulue ou non, de la princesse n'avait duré que pendant ces premiers jours, tous l'auraient comprise et nul n'aurait pensé à la lui reprocher.
Il est cependant une chose que les assistants, en bons Français, ne lui pardonnaient pas : le manque de goût de sa toilette. Son ahurissant accoutrement anglais stupéfia.
- Elle n'est pas habillée, mais fagotée, soupirèrent les dames royalistes, dès que Marie-Thérèse apparut derrière Louis XVIII.
Suivant la mode de Londres, la duchesse d'Angoulême porte en effet un chapeau minuscule - un fantôme de chapeau - et une robe particulièrement étriquée... Les Parisiennes sont alors ensevelies sous des poufs et des toques, sont bardées de festons et de retombées, empanachées de mousselines et de plumes, cuirassées de bouillonnés et de choux. De plus, les chapeaux à hautes formes, les capotes posées sur les chignons à la Sévigné ou les coiffures à la Ninon semblent partir à la conquête des cieux.
Les robes françaises sont en berrienne, en sicilienne, en baratin ou en raz de Saint-Cyr. Les couleurs que l'on se doit de porter, si l'on ne veut point être déshonorée, sont baptisées : arbre de Judée, flamme du Vésuve, feu de punch, queue de paon... Et notre pauvre duchesse débarquait en petite robe blanche en drap de pensionnaire !
On devine l'ampleur du scandale !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
TaraxacumTaraxacum   04 juin 2015
La première chose à faire fut pour elle de débarrasser les Tuileries de l'obsédant souvenir de Napoléon. Tous les murs du palais, le mobilier, les ferrures, les quinquets, sont semés de couronnes impériales et de l'N maudit. Des aigles planent au plafond, les abeilles butinent sur les draperies, les tapis sont semés de violettes.
[...]
On se mit avec ardeur à faire la chasse aux abeilles, on transforma les aigles en cygnes et les N en deux L adossés. Mais le travail s'avérait considérable !
Le comte d'Artois trouva que l'on n'avançait pas. Poussé par Madame, il vint se plaindre amèrement auprès de son frère qui haussa les épaules. N'avait-il pas promis d'amnistier jusqu'aux violettes symboliques de l'Empire? Il désirait tenir parole. Et il répondit à Monsieur qui revenait à la charge :
- Si vous insistez, je mets son buste sur ma cheminée!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ChocolatiineChocolatiine   28 juin 2019
La reine [Marie-Antoinette] supervisait tous les cours, mais elle-même, nous dit Hannet-Cléry, valet de chambre de Madame Royale, "enseignait à sa fille, et avec le même zèle, la couture, la broderie et toutes sortes d'ouvrages à l'aiguille. J'ajouterai, pour bien faire connaître cette excellente reine, qu'elle exerçait aussi les jeunes doigts de son auguste fille à coudre les chemises et les layettes, qu'elle lui faisait ensuite distribuer aux pauvres."
Qui eût pu prévoir que cet enseignement devrait un jour aider Madame Royale à vivre pendant ses trois dures années d'emprisonnement?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ChocolatiineChocolatiine   01 juillet 2019
Le cahier dans lequel Madame Royale, étant enfant, notait le "fruit de ses lectures" contient cette réflexion : "La dureté est un vice du cœur qui vient du tempérament. Les vieilles gens sont ordinairement moins compatissantes que les jeunes. Il semble que le cœur s'use. C'est que l'expérience des maux l'endurcit."
N'est-il pas émouvant de penser que ces lignes si prophétiques, glanées ou inspirées par je ne sais quel ouvrage, aient frappé la petite Marie-Thérèse?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ChocolatiineChocolatiine   03 juillet 2019
Ceux qui se sont penchés sur la vie de la fille de Marie-Antoinette n'ont voulu voir que son intelligence médiocre, son extérieur maussade, sans se rendre compte que ce manque d'aménité et cet aspect revêche cachaient - sa correspondance nous le prouve - le constant désir de faire le bien, dissimulaient une grande Française et une âme de grande chrétienne.
Puissent ces "beautés intérieures" nous faire comprendre - et peut-être aimer - celle qui fut la femme la plus malheureuse de notre Histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de André Castelot (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Castelot
À l'occasion de la parution de "Franck Ferrand raconte", Franck Ferrand explique sa fierté à suivre les traces des auteurs mythiques de la maison Perrin que sont Alain Decaux et André Castelot.
En savoir plus sur le livre : https://bit.ly/2BRyApM
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
879 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre