AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782246785859
240 pages
Éditeur : Grasset (04/01/2012)

Note moyenne : 2.91/5 (sur 58 notes)
Résumé :
" Le plaisir, ça m'avait bien secouée, mais le plaisir à faire du mal, ça devient mille fois meilleur et ce serait ma façon d'aimer."Ainsi parle Evelyne, petite fille dérangée, puis jeune femme détraquée. A son compagnon Luiggi, le pizzaïolo, elle dit qu'elle fait des ménages dans une usine. Mais du lundi au vendredi, elle est escort-girl en secret.C'est une histoire qui finit mal.Une langue unique, juste et puissante.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
LiliGalipette
  09 février 2012
Evelyne est une enfant qui croyait à la famille. Et un jour, son père attache Lulu, son chien adoré, à l'arrière de la voiture. Et il démarre, traînant l'animal sur des centaines de mètres, pour lui apprendre à ne plus aboyer. de ce jour, Evelyne garde une rancoeur envers son père et une violence qui s'exprime un jour contre sa mère, à coups de marteau. Evelyne a cédé aux cloches qui retentissent dans sa tête, elle a cédé au besoin et au plaisir de faire mal. « Quand je faisais du mal, ça me faisait du bien. » (p. 32) Et ce plaisir ne s'éteindra pas : Evelyne devient savamment et perversement sadique. « Je jouissais pour de bon dans son mal. le plaisir, ça m'avait bien secouée, mais le plaisir à faire du mal, ça devenait mille fois meilleur et ce serait ma façon d'aimer. » (p. 80)
Désormais, son seul amour, son seul ami, c'est Lulu, chien sourd et estropié. À lui, elle dit tout et pour lui, elle accepte tout. Ce chien martyr est le dernier lien qui la rattache à la normalité. « C'est sûr que Lulu, c'est impeccable au niveau des barricades de protection, c'est la palissade devant le vide. Sans lui, je saute. Mais l'homme, ça va être un gros aspect de ma question désormais. Ce sera le balcon, je poserai les pieds dessus et des fois, ça tiendra, des fois pas. » (p. 55) Car à treize ans, Evelyne s'est découvert une passion pour les hommes et le sexe.
Adulte, même mariée au gentil Luiggi, pizzaïolo sans histoire, et mère d'une petite Ophélie, Evelyne reste dérangée. À tous, elle fait croire qu'elle est technicienne de surface. Mais en vrai, elle est escort girl et plus clairement, elle fait la pute dans tous les quartiers de Zurich. Au-delà du sexe, c'est l'argent qu'elle aime : « S'il y a quelque chose à propos de quoi je peux philosopher seule, c'est de mon plaisir respiratoire quand je tâte des billets. C'est comme un coussin brodé. » (p. 126)
Un jour, Evelyne rencontre Daniel et pour lui, elle devient Lulu. C'est d'abord l'amour fou. Il est idéaliste et très intelligent et elle s'abreuve de ses mots, encore et encore. Jusqu'au trop plein, jusqu'au ras-le-bol. Ensuite ? Que sonnent les cloches… Luiggi n'est pas si mal, finalement. « Luiggi et son terre à terre, c'est l'amarrage. Et quelquefois, la corde au cou, c'est une laisse, ça rassure. » (p. 188) Mais l'issue ne sera pas rassurante, ni douce, ni merveilleuse.
Je n'ai pas aimé ce roman. La vulgarité et l'obscénité écoeurent à toutes les pages. La scène initiale avec le chien est insoutenable (crise de larmes pendant une heure au bout de 5 pages, c'est malin !) L'anecdote de la mère bouchée du cul (l'auteur dit « rond », mais le pléonasme répété est irritant) tourne d'abord au bouffon, puis au dégoût. Entre pornographie, sadisme, scatologie et vénalité, j'ai trouvé le style de l'auteure et le sujet trop racoleurs. Pourtant, j'aurais pu m'identifier à la douleur de cette gamine qui voit son chien martyrisé. Mais non, le personnage est trop dérangé et trop peu crédible. J'ai entendu beaucoup de bien de ce roman et je m'interroge : l'immondice est à ce point vendeuse ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
malko
  20 août 2014
Malgré toutes les critiques négatives, moi j'le dis bien fort : j'ai bien aimé !
On reconnait de suite le style aiguisé de Miss castillon et c'est un plaisir !
Même si ce n'est pas le roman que je préfère de l'auteure, j'ai aimé le personnage d'Evelyne, la complexité de sa personnalité, sa double vie et bien sûr son ( pauvre ) Lulu.
Je ne trouve pas que le personnage soit si sadique que cela comme j'ai pu le lire dans diverses critiques...Beaucoup de personnes se reconnaissent à un moment donné dans les personnage de Claire Castillon mais peu, l 'admette...enfin c'est tout t'a fait personnel hein et non - je ne suis pas dérangé du ciboulot ou sadique !
Bref j'aime claire Castillon. Elle décrit parfaitement les aléas de la vie, notamment celle du couple.
Commenter  J’apprécie          40
jostein
  18 janvier 2012
En 2010, j'avais raté Les cris, qui a eu de bons échos et je souhaitais découvrir l'écriture de Claire Castillon. Je me suis donc précipitée sur le dernier roman de Claire Castillon, sans avoir vu les critiques qui disaient pourtant "âmes sensibles s'abstenir".
Le titre et la couverture sont engageantes mais je n'ai pas pu dépasser la soixantième page. Il est très rare que j'abandonne une lecture. Je supporte des longueurs, des intrigues mal ficelées, la banalité d'une histoire, des personnages antipathiques mais très rarement la vulgarité.
Tout commence avec un acte de maltraitance animale. Moi qui adore les chiens, la lecture fut difficile à supporter. Ensuite, l'auteur enchaîne avec la pédophilie puis le sadisme, le sordide. C'en fut trop pour moi.
Nul doute qu'il faut un grand talent d'écrivain pour constituer un tel environnement. Je crois comprendre ce que l'auteur a voulu montrer mais je n'ai pas pu y faire face.
J'essaierai tout de même de découvrir cette auteur sur un autre titre.
C'est pour moi très frustrant d'abandonner une lecture, d'autant plus que cet exemplaire m'avait été gentiment envoyé par Grasset. Bien sûr, je les en remercie très chaleureusement
Lien : http://surlaroutedejostein.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
luis1952
  22 mai 2013
C'est le troisième roman que je viens de terminer de Claire Castillon.
Un ménage français moyen, un couple avec deux enfants , un garçon et une fille. Evelyne la gamine adore Lulu son chien. La vie de la petite fille va basculer le jour où son père fou de rage a martyrisé Lulu, il en a perdu une patte. Evelyne tombe dans la prostitution, échappe ainsi à la vie monotone de tous les jours, et rencontre des hommes les plus bizarres et farfelus. Elle les écoute et est presque leur psychologue. Alors où sont les merveilles ? Vous le trouverez dans le dernier chapitre !
Commenter  J’apprécie          40
Galirad
  17 février 2015
Claire Castilllon, pour moi c'est la chérie à PPDA, lancé par lui et pour lui.
Jusqu'à présent, je n'avais pas envie de la lire et puis finalement, j'ai cédé à la curiosité.
C'est trash !
Presque 300 pages de style parlé (ça a un nom mais j'ai oublié...), un contenu à la limite du supportable qui monte crescendo en horreur pour finir, forcement, par un meurtre qui est l'aboutissement ultime de la violence, après il n'y a plus rien ...
Comment une si jolie jeune femme peut-elle écrire des choses si terribles ? Après tout, c'est vrai que pour certains, la vie n'est que la répétition perpétuelle d'actes sordides et que tout, autour d'eux, est gore, il est sage de ne pas l'ignorer.
Cependant, je n'ai pas l'intention de poursuivre prochainement ma découverte de cet auteur ... Plus tard peut-être ...
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (2)
Lexpress   19 janvier 2012
Pour son onzième roman, Claire Castillon détruit joyeusement les codes et les cadres. Jubilatoire.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LeMonde   06 janvier 2012
Ces confessions sont bouleversantes. Ajoutons encore qu'elles sont souvent douloureusement drôles. La merveille, c'est qu'on y croit !
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
luis1952luis1952   22 mai 2013
Je suis pas le métier le moins enclin à rapporter des microbes à la maison. Qui sait ce que je trimbale sous mes ongles d'orteils. Ils viennent peut-être de moi les vers d'Ophélie ! A l'école on m'a repproché publiquement de pas l'avoir vermifugée. Déjà j'avais fait une fille avec de la peau d'orange sur la cornée qui l'obligeait à porter des lunettes et c'était injuste. Mais une fille avec des vers c'est humiliant.
-Des vers ? Non, mais oh !
-Ophélie se frotte le derrière sur le bord des chaises.
-Et alors ! Plein de petites filles font ça, elle s'excitent le tutu;
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LiliGalipetteLiliGalipette   24 janvier 2012
" Le plaisir, ça m'avait bien secouée, mais le plaisir à faire du mal, ça devient mille fois meilleur et ce serait ma façon d'aimer."
Commenter  J’apprécie          190
claraetlesmotsclaraetlesmots   06 janvier 2012
Donc je dois rompre encore, jusqu’à ce que Daniel l’accepte. A coup sûr, il va me chanter. On croit que les cerveaux menacent pas, on pense qu’ils vont quand même pas se ratatiner dans un chantage, à cause du panache, mais c’est pas dit. Daniel a beau être panaché, s’il veut pas me perdre, il peut décider de me coller. La classe, c’est pas livré avec le sentiment, ça se tient parfois en marge de lui, c’est un accessoire, chapeau gants sac à main, mais c’est jamais naturel. C’est une épice qu’on ajoute mais faut avoir du goût pour ça, c’est pas du tout inné la gastronomie intérieure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MorganeJollivetMorganeJollivet   04 juin 2012
C'est le tournevis dans le cœur quand ça me remonte, c'est la vrille, et des milliards de cloches qui me défont le cerveau. Je me fous que le milliard de voix recommence à gueuler dans ma tête mais j'aime bien quand je reprends ma voix beige rosé d'avant, ça fait des vacances entre deux orchestres. L'orchestre tout le temps, je sais pas ce que ça va donner dans la vie, l'ambivalence, oui, non, les deux dans la même seconde, la sinusoïde, l'humeur qui monte et descend, avec les couteaux lancés vers le ciel ou du ciel, vers ce que je dis ou vers ce qu'ils font, tous autour de moi. Ma voix, c'est la menace qui plane. Elle écrase ce que je pense ou elle pense à ma place, plus forte, plus directe. Moi toute seule, je prendrais bien un chemin de traverse, et je pardonnerais aux cons. Même à mon père je trouverais des excuses, on sait jamais les miracles possibles dans sa propre humanité, mais ma voix, non, ma voix pardonne rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
luis1952luis1952   20 mai 2013
Un matin ,mon chien Lulu a fermé ses yeux. Je me suis approchée, orteils nus , pour le secouer mais il arrivait pas à se lever; Il retombait; Il m'a regardée au fond de l'âme , il a soupiré comme après une longue promenade Il a posé sa tête sur sa patte et il est mort Dans mon corps c'était la fin du monde Je l'ai enterré devant la maison puis j'ai dormi six mois
Commenter  J’apprécie          41
Videos de Claire Castillon (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claire Castillon
Entretien avec Claire Castillon à l'occasion de la rencontre entre l'auteur et les lecteurs de Babelio.com dans nos locaux, le 9 février 2018. Découvrez les 5 mots choisis par l'auteur pour évoquer son roman "Proxima du centaure"
La page du livre : https://www.babelio.com/livres/Castillon-Proxima-du-Centaure/1013729
Retrouvez-nous sur : F A C E B O O K : Babelio T W I T T E R : @Babelio I N S T A G R A M : @babelio_ P I N T E R E S T : Babelio S N A P C H A T : babelio_off
autres livres classés : prostitutionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr





.. ..