AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782823604917
176 pages
Éditeur : Editions de l'Olivier (06/05/2016)

Note moyenne : 2.95/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Lycéennes délurées ou fiancées romantiques, les héroïnes des nouvelles qui composent Les Messieurs ont toutes un point commun : ce sont des jeunes femmes amoureuses d'hommes plus âgés, voire bien plus âgés qu'elles. Toutes savent aussi se montrer tour à tour intrigantes, ingénues, entre rouerie et naïveté. Mais ne nous y trompons pas : la cible de ces histoires, ce sont avant tout ces « messieurs » qui paraissent, comparés à leurs petites amoureuses, d'une pathétiqu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
mollymon
  22 mai 2016
Dans ces nouvelles Claire Castillon donne la parole à des femmes plus ou moins jeunes qui vivent une histoire amoureuse avec des messieurs beaucoup plus âgés qu'elles. Ces messieurs ne sont pas de vieux pervers, juste des hommes plutôt ordinaires qui se sont laissés séduire, victimes ces donzelles intrépides...
Le plus souvent illégitimes, platoniques ou charnelles, ces amours sont vues au travers du regard sans indulgence des jeunes femmes qui s'attachent aux détails pitoyables et dérangeants. Ceux qui tuent l'amour... La mèche qui cache la calvitie, les poils qui sortent des oreilles, les doigts raidis par l'arthrose, la mémoire qui fout le camps, autant de signes de décrépitude qui, observés par l'oeil féroce des demoiselles, donnent une image assez grincante de la vieillesse.
Malgré quelques traits d'humour bien sentis, ces nouvelles un peu méchantes laissent une impression générale de tristesse. Aucune des 21 histoires n'est franchement réjouissante et il n'est pas sûr que les messieurs qui redoutent de ne pas rajeunir et envisagent la vieillesse comme un naufrage, en apprécient la saveur aigrelette.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
kuroineko
  21 octobre 2017
Impression en demi-teinte après lecture de ce recueil de nouvelles de Claire Castillon. Elles tournent toutes autour d'un même thème décliné au fil des récits : les relations amoureuses et/ou sexuelles entre de (très) jeunes filles et ces messieurs nettement plus âgés. Voire carrément de l'âge d'être leur grand-père.
Les histoires présentent diverses trames et décors. Les lolitas agissent toutes avec une intention particulière qui recherchant un père, qui essayant ses griffes sur ces hommes matures, qui voyant une manne financière dans cet arrangement, et j'en passe.
Cependant, au final, on revient toujours au même point. Ce qui finit par rendre le tout lassant en dépit d'indéniables qualités de style et d'écriture.
Dans ce genre de scénario, si le Lolita de Nabokov laisse une marque indélébile dans ma mémoire malgré les années écoulées, il n'en sera pas de même pour l'ouvrage de Claire Castillon, les récits s'étiolant peu à peu dans leur multitude.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
zabeth55
  15 juillet 2019
Les hommes vieillissants en prennent plein leur grade dans cette série de nouvelles.
Il faut dire que les jeunes filles et les jeunes femmes ne sont pas toujours tendres non plus.
Comme toujours, Claire Castillon est cynique, percutante, féroce, sans concessions ; et on ne s'ennuie pas en la lisant
Ces nouvelles sont très courtes et on passe de l'une à l'autre sans lassitude
Commenter  J’apprécie          200
missmolko1
  25 janvier 2017
J'étais curieuse de découvrir un roman de Claire Castillon et comme j'adore les nouvelles, j'ai eu envie de commencer par ce livre-ci. Au final, je suis quelque peu déçue et quelques jours après cette lecture, j'ai déjà oublié la totalité des histoires présentes dans ce recueil.
Tout n'est pas négatif, et je dois dire que j'ai aimé la plume et le style de l'auteur. C'est léger, parfois drôle et ça se lit très vite. Malheureusement, je suis peu convaincue par ces nouvelles qui sont pour moi moyennement réussites car il n'y a pas vraiment de chutes. Ce que j'aime dans les nouvelles, c'est que c'est court. L'auteur doit donc captiver le lecteur sur très peu de pages et surtout la chute doit être totalement inattendue et retourner totalement la situation de départ. Ici on a plus affaire a des petites scènes de vie, avec des couples tous plus ou moins hors du commun.
Je retenterai ma chance avec Les pêchers ou Les couplets qui sont tous deux dans ma PAL.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
Commenter  J’apprécie          170
bdelhausse
  04 avril 2020
De petites nouvelles qui sonnent et résonnent comme autant de clins d'oeil, de saillies mi-coquines mi-perverses. Des jeunes filles, des jeunes femmes qui marchent bras dessus bras dessous avec de vieux mâles finissant... On reste coquet. On rentre le ventre. On lisse sa mèche. On donne le change. de vieux beaux... comme on dit. Des papys qui paient. Qui découchent. Qui folâtrent. Qui papillonnent.
Souvent, c'est entre adultes consentants. Parfois elles sont mineures.
C'est intemporel aussi. Des gamines qui lorgnent le mauvais garçon aux bottes de cuir et à la moto, cela a toujours existé. Des femmes trompées. Des rivales jeunes et belles, fraîches et pas si innocentes que cela... Syndromes de Blanche-Neige et de Peter Pan réunis.
Cela reste assez convenu, bien écrit, dans un style elliptique où Claire Castillon travaille beaucoup ses non-dits. Quelques nouvelles sont au-dessus du lot, mais au terme d'une lecture assez longue (malgré un livre plutôt court), je n'en garde pas un souvenir ébloui. Il est assez complexe (en ce qui me concerne) d'enchaîner les nouvelles rapidement, car chacune possède son style et son ambiance, sa trame et ses références. Tout lire à la suite m'aurait rendu confus. Techniquement, donc, c'est bien foutu, mais je cherche encore l'étincelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
cathulucathulu   14 juin 2017
Il n'y avait donc aucune méthode propre aux vieux d'avant 1938 dont j'aurais tout ignoré. Les nouvelles technologies n'avaient pas fait évoluer les baisers.
Commenter  J’apprécie          30
ValerieLacailleValerieLacaille   08 juin 2016
Les références, avec les vieux, ça date toujours d'avant l'époque de la télé. On ne peut pas rester longtemps indifférente à leur littérature.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   02 avril 2018
Nous tardons à faire l’amour de peur de nous faire prendre. Nous subissons les yeux dans les murs, les oreilles dans les voitures, la honte sous les vêtements. Nous craignons qu’apparaissent dans notre chambre d’amour sa femme et mon mari, ensemble, main dans la main, les joues brûlées par le feu de la haine. Nous craignons qu’ils nous abolissent. Nous ne voulons pas leur faire de peine parce que nous sommes bien, chez nous. Même si nous sommes mieux, ensemble. Nous savons aussi que nous sommes mieux parce que nous ne sommes pas ensemble.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   02 avril 2018
Nous aimons inventer ce que nous ne ferons pas. Nous aimons nous offrir des cadeaux dans nos têtes. Nous regardons, émus, nos âges n’en faire plus qu’un. Nous ne comptons pas l’écart puisque nous ne comptons sur rien. Nous sauvons des minutes. Nous les réunissons dans une caisse au soleil, comme les petits chatons que j’ai fait cuire un jour où j’étais triste, des petits chatons trouvés que j’avais voulu réchauffer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   02 avril 2018
Je m’étais peu maquillée, mais je n’avais pas réussi à ne rien mettre. Trop nue, j’avais peur de ressembler à une enfant et de le faire fuir. Physiquement, Jean-Paul ne me plaisait pas. Il était mince, mais mou. Sa peau, même celle de ses mains blanches, manquait de tonus.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Claire Castillon (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claire Castillon
Découvrez le deuxième épisode du tout nouveau podcast des éditions du Masque : Conversation dans le noir. Chaque jeudi, nous vous proposons une conversation téléphonique entre éditrice et auteure, à écouter sur l'ensemble de nos réseaux sociaux. Dans cet épisode, Nathalie Sauvagnac se livre dans une conversation très touchante autour de la norme, des marges, mais aussi de son roman Les Yeux fumés et de la littérature en temps de confinement. Nous vous souhaitons une bonne écoute !
Extrait lu : https://www.editions-jclattes.fr/sites/default/files/webmaster/lyf.pdf Oeuvres citées : Colette Philippe Djian Virginie Despentes Claire Castillon Charles Bukowski Salinger Boris Vian Kate Tempest
CRÉDITS : Conversation dans le noir est un podcast des éditions du Masque. Réalisation : Paul Sanfourche. Générique : Longing - Joachim Karud.
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox