AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081436574
Éditeur : Pere Castor (09/01/2019)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 40 notes)
Résumé :
Souvent, Suzine se 'chut'. Les cheveux plaqués sur les oreilles, elle se coupe du monde pour ne pas affronter les autres et pour cacher sa différence. Un jour, ses meilleures amies se disputent et lui demandent de choisir un camp. Suzine se 'chut', ses amies l'abandonnent. Elle va alors devoir faire preuve de courage pour retrouver confiance en elle.
Pendant ce temps, le concours de Miss France du club de foot se prépare...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  25 janvier 2019
Depuis quelques années, Suzine se 'chut' : elle préfère se taire dans certaines situations. On ne saurait l'en blâmer, les adultes racontent tellement de conneries - qui ne passent plus quand le sens critique se développe à l'adolescence.
Et les copines peuvent être très vaches.
Ce mutisme permet aussi à Suzine d'être conforme à ce que chacun attend d'elle. Ça évite les conflits, mais ça demande beaucoup d'énergie : elle doit s'adapter en permanence, quitte à mentir.
Ce que j'aime, chez Claire Castillon, c'est le grain de folie.
Un gros grain, en fait, et certains de ses textes sont vraiment flippants.
Evidemment, dans ses romans jeunesse, ce trait est lissé, se transforme en humour gentillet pour ados, donc on peut s'ennuyer. C'est ce qui m'est arrivé en suivant les aventures de Suzine & Cie. Surtout pendant l'interminable séjour-ski et en suivant ce genre d'atermoiements très fifilles : « En fait T. et elle, c'est complètement fini, et c'est aussi fini avec R., qui est tombée amoureuse de K. »
Heureusement, l'auteur a d'autres qualités, notamment son regard acéré sur la famille, les relations parent-enfant et mère-fille en particulier : incompréhension, maladresse, gentillesse sucrée en décalage avec les attentes de 'son petit' qu'on n'a pas vu grandir, amour et soutien.
Autres messages ici :
- le droit de prendre son temps pour quitter l'enfance
- celui de dire NON, au risque de déplaire
- ce qu'on peut accepter de ses ami(e)s
- la confiance en soi : « Tu dois reprendre confiance en toi et affronter les méchancetés qui se disent autour de toi. Il y en aura toujours, bien sûr, et la question n'est pas d'empêcher les autres de les dire mais d'apprendre, toi, à les recevoir. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Shan_Ze
  26 janvier 2020
Suzine se chut pour ne pas choisir un camp, donner son opinion, être toujours copines avec celles qui la chahutent. Bref, pour éviter le conflit. Mais ça ne résoud pas tout... Heureusement que ses parents, d'autres amis l'aident à s'accepter.
Dommage le séjour ski qui dure, qui dure alors qu'on parle d'une "miss Crampon". le msytère qui n'en est pas un... Suzine se sent acculée et accumule les mensonges. Mais elle apprend de ce moment de sa vie, elle a le droit de dire ce qu'elle pense, de ne pas être prête à aimer, de ne pas tout accepter. Premier fois que je lis cette auteur, roman jeunesse qui amène à la réflexion sur certains domaines comme le handicap, l'amour, l'amitié...
Commenter  J’apprécie          270
Bazart
  16 mars 2019
Contrairement à ce que le titre pourrait laisser penser, le foot n'est pas l'élément central du nouveau roman jeunesse de Claire Castillon, plus connu pour sa littérature adulte, mais qui se pique avec un vrai talent au roman d'adolescent avec ce beau portrait, juste, drôle et sensible d'une jeune fille de 14 ans, Suzine dont les relations avec ses amies et sa famille sont un peu compliquées.
En voulant éviter problème et conflit notre jeune héroïne se met en mode silencieuse ( elle "chut" comme elle dit), et se comporte exactement comme les autres voudraient qu'elle se comporte. Sauf qu'à force de ne prendre pas parti, elle ne s'affirme pas du tout et se met finalement dans des situations plus compliquées que prévu, que ce soit avec ses deux meilleures amies, amoureuses du même garçon ou ses parents, divorcés.
Les relations amicales, amoureuses et filiales ne sont pas toujours évidentes dans ce récit au ton doux amer sur l'âge ingrat, sur l'affirmation de soi et le manque de confiance qu'on a souvent à cet âge là
Notre jeune héroïne extrêmement attachante souffre d'un "petit problème" qui handicape ses relations à autrui un probleme dont elle parle souvent, mais dont on ne connaitra la teneur ( même si on la devine d'autant plus que le quatrième de couverture en dévoile un peu trop ) qu'à la toute fin..
Un dénouement d'autant plus original et joli qu'il tend à dire qu'il ne faut pas précipiter les choses et laisser le temps faire , et ne pas toujours vouloir ressembler à tout le monde...
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
letilleul
  15 février 2019
Suzine, dite Suz, vit en alternance chez sa mère - joyeusement dingue qui lui écrit chaque jour des poèmes douteux...- et son père – remarié à Camélia, de vingt ans sa cadette, adepte des SPA et autres produits de beauté, mais qui a le mérite de vraiment écouter sa belle fille....
Adolescente un peu gauche, manquant de confiance en elle depuis un « accident » survenu dans son enfance, Suz s'est donnée un ligne de conduite, elle dit ce que les gens souhaitent entendre sans jamais prendre parti.Mais un jour, ses deux meilleures amies, fâchées à cause de Tom, un garçon dont elles sont toutes deux amoureuses, lui demandent de choisir son camp. Suz se « chut », comme elle dit, et ses amies lui en veulent. Ce roman est touchant et drôle à la fois par le style si unique de Suz et une approche très futile du handicap mis en parallèle avec les malaises de l’adolescence.
Lien : http://www.liresousletilleul..
Commenter  J’apprécie          190
orbe
  11 janvier 2019
Suzine vient de se disputer avec ses deux seules amies. En vacances au ski avec son père, elle a la malchance, sur les pistes, de tomber sur Tom qui est l'objet de toutes les attentions de ses copines.
Or le jeune homme semble soudainement s'intéresser à elle en dépit de la présence encombrante de son papa.
Comment va faire Suz pour s'en sortir alors qu'elle cherche toujours à satisfaire chacun quitte à s'oublier elle-même ? Car Suz a eu un "accident" et depuis, elle a prit l'habitude de ne jamais dire ce qu'elle pense.
Un très joli récit sous le double signe des relations complexes des parents avec leur enfant et celui de l'amitié toxique qui sont doublés de la question des sentiments amoureux et du handicap.
J'ai beaucoup apprécié la lucidité de l'héroïne qui a bien conscience de ses limites. Elle ne souhaite entrer en conflit avec personne et manie l'évitement à la perfection, quitte à se noyer dans ses mensonges.
De même, l'autrice évite les stéréotypes. L'amitié est préférée à tous les autres attachements, et la belle-mère ne tient pas le mauvais rôle. Elle tisse progressivement, un portrait des préadolescents, tout en nuance.
A lire et à partager !
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

critiques presse (2)
Ricochet   18 février 2019
Claire Castillon réussit parfaitement son personnage de jeune fille au handicap physiquement léger mais psychologiquement lourd à porter. D’autres figures m’ont moins convaincue comme celle de la mère fantasque, ou de la grand-mère insistante. Par contre, la subtile belle-mère Camelia est réjouissante. L’intrigue comporte quelques faiblesses et le concours de Miss Crampon colle mal au puzzle. On l’aura compris, le roman ne cesse d’osciller. Comme Suzine finalement…
Lire la critique sur le site : Ricochet
Actualitte   24 janvier 2019
Miss Crampon, titre qui ne se dévoile qu’à l’ultime fin du roman, nous porte des pistes de skis aux affres des amours adolescentes, sans oublier l’inconstance de ces relations. C’est beau, c’est un peu triste, mais très doux.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
letilleulletilleul   15 février 2019
Donner mon avis sur sa poésie pourrait porter atteinte à mon confort. Il est invraisemblable de révéler à ma mère combien ses rimes sont nulles, ou à ma belle-mère que son acharnement à rester jeune et à parler comme moi relève du pathologique. Dire à mon père que son eau de Cologne Amber-Tobacco dont il est fier parce qu’il la trouve exclusivement à l’aéroport de Chicago sent le vieux mégot est aussi impossible que d’avouer à Mamita, ma grand-mère, que les papiers à lettre qu’elle m’offre me serviraient à découper des poissons chaque 1er avril si j’avais dix ans de moins, mais ne me serviront jamais à lui écrire des tartines sur ma folle vie d’élève de troisième à présent que j’en ai quatorze. Les gens qui m’entourent ont pour exigence commune d’être aimés plus fort que les autres. Est-ce normal ? Qu’à cela ne tienne, je fais comme si. Je veux que chaque membre de ma famille pense que je l’aime plus que tout. Depuis que mon « petit problème » est quasi résolu, je souhaite m’occuper exclusivement de moi-même. Mes rêves. Mon quotidien. Mon avenir. Pour avoir la paix et que chacun me laisse sur mes rails, j’ai appris à devenir l’incarnation exacte de ce que les gens attendent de moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ZilizZiliz   11 janvier 2019
[...] je suis actuellement mal partie avec mes amies filles, donc ma belle-mère de 41 ans (11 ans d'âge mental) n'est pas à exclure tout à fait de ma vie, même si elle porte ce soir, pour le karaoké de l'hôtel, une minijupe en cuir rose. Mon père lui a signalé que cette 'ceinture' n'était pas de saison mais elle n'a pas compris la blague, qui, évidemment, n'en était pas une. Mon père blague d'ailleurs assez peu avec la longueur des jupes de Camélia. Elle a cru qu'il tiquait sur la couleur et elle a affiné :
- Ce n'est pas du rose, Chris, c'est plutôt du rouge clair.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ZilizZiliz   13 janvier 2019
Depuis que l'adolescence a partiellement pris possession de moi, je constate que l'autosatisfaction de papa ne représente plus pour moi une de ses qualités majeures. Avant, je le croyais vraiment responsable des paysages. Maintenant, il y a de plus en plus de choses qui me gênent en lui. Je déteste quand il met ses baskets, par exemple, même si je sais que c'est Camélia qui les lui a offertes pour le rendre moins strict. Elles lui modifient la démarche et pire, il sourit en les portant, comme si marcher en baskets induisait forcément de prendre la vie avec légèreté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
AproposdelivresAproposdelivres   10 janvier 2019
Je me chut : c’est la règle. Ne jamais dire ce que je pense est un principe que j’ai adopté à l’âge de cinq ans quand Camélia, ma belle-mère, m’a demandé si je préférais ses blagues au regard de galgos de ma mère, son mètre dix-huit de jambes au ventre de sharpei de ma mère, ses jurons de boxeur à la poésie vieux rose de ma mère. Et pour conclure, du moins pour ce jour fondateur de notre relation à venir : ses tenues de zumba à la raquette de tennis en bois de ma mère. Raquette vintage, objecterait Camélia, mais elle ferait fausse route. La raquette de ma mère est juste une vieille raquette en bois comme on n’en fait plus, portée par une mère ringarde comme on en fait peu (mais que j’aime plus que tout). Nous nous rencontrions pour la première fois, Camélia et moi, et j’ai senti, malgré le sourire ravi de mon père qui se félicitait que le courant circule entre nous, qu’il y avait un petit piège dans ses questions. Pas méchant mais posé là, sous ma langue. J’ai poussé un tel oui en réponse à sa demande de réassurance que depuis neuf ans, Camélia, gonflée d’orgueil par mon élan pour elle, se vante auprès de ses amies d’être, loin devant sa mère, la chouchoute de Suz’, sa belle-fille. Bien entendu, ma mère n’est pas au courant de ma trahison. D’ailleurs, elle continue de m’aimer tellement qu’à chaque retour de chez mon père, ma mère me fait l’offrande de quelques vers qu’elle a pondus en mon absence : « Ma Suzine, petite usine, toi le bateau qui vogue droit, tu resteras toujours à moi » ou « Suzine, si fine, sois heureuse même à Villetaneuse ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ZilizZiliz   08 janvier 2019
'Ma Suzine, petite usine, toi le bateau qui vogue droit, tu resteras toujours à moi'. Ou 'Suzine, si fine, sois heureuse même à Villetaneuse'.
Donner mon avis sur sa poésie pourrait porter atteinte à mon confort. Il est invraisemblable de révéler à ma mère combien ses rimes sont nulles, ou à ma belle-mère que son acharnement à rester jeune et à parler comme moi relève du pathologique. Dire à mon père que son eau de Cologne Amber-Tobacco dont il est fier parce qu'il la trouve exclusivement à l'aéroport de Chicago sent le vieux mégot est aussi impossible que d'avouer à Mamita, ma grand-mère, que les papiers à lettre qu'elle m'offre me serviraient à découper des poissons chaque 1er avril si j'avais dix ans de moins, mais ne me serviront jamais à lui écrire des tartines sur ma folle vie d'élève de troisième à présent que j'en ai quatorze. Les gens qui m'entourent ont pour exigence commune d'être aimés plus forts que les autres. Est-ce normal ? Qu'à cela ne tienne, je fais comme si. [...] Pour avoir la paix et que chacun me laisse sur mes rails, j'ai appris à devenir l'incarnation exacte de ce que les gens attendent de moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Claire Castillon (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claire Castillon
Entretien avec Claire Castillon à l'occasion de la rencontre entre l'auteur et les lecteurs de Babelio.com dans nos locaux, le 9 février 2018. Découvrez les 5 mots choisis par l'auteur pour évoquer son roman "Proxima du centaure"
La page du livre : https://www.babelio.com/livres/Castillon-Proxima-du-Centaure/1013729
Retrouvez-nous sur : F A C E B O O K : Babelio T W I T T E R : @Babelio I N S T A G R A M : @babelio_ P I N T E R E S T : Babelio S N A P C H A T : babelio_off
autres livres classés : surditéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





.. ..