AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Confessions (Récits) tome 1 sur 20
EAN : 9782732430188
155 pages
Editions de la Martinière (13/09/2003)
3.63/5   19 notes
Résumé :

J'ai treize ans. Je m'appelle Anne, Anne Castries. Je déteste la couleur rose. Ce rose qui envahit ma chambre et qui m'étouffe comme ma famille. Cette famille où tout est faux, où personne ne me connaît. Nous sommes des étrangers les uns pour les autres. Oui, c'est ça, des étrangers..

Que lire après Une adolescence douce-amèreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
C'est un titre de la collection "Confessions" aux éditions de la Martinière que je ne connaissais pas (pas plus que l'auteur).
Anne y témoigne de son adolescence d'enfant mal-aimé qui cherche à découvrir et comprendre quel secret se cache sous la froideur de sa famille.
Les chapitres sont courts et dépeignent des scènes de vie : à table, jeux avec ses frères, vacances chez les grands-parents bienveillants et aimants, amitiés scolaires et solitude dans sa chambre où elle dévore les livres et écrit...
Commenter  J’apprécie          100
Ce livre est magnifiquement bien écrit.
L'histoire ne vous concerne sans doute pas, si comme moi, votre enfance-adolescence à été plutôt heureuse... Mais à travers ces quelques pages d'Anne Castries, on reconnait fatalement des amis, des personnes que l'on a côtoyé qui ont vécu plus difficilement cette période...

Elle nous offre les mots juste pour nous faire comprendre les difficultés qu'elle a eu, plus jeune. A travers Une Adolescence douce-amère, j'ai pu comprendre une de mes amies qui a fait un geste que je ne peux pas comprendre, dans un contexte proche de celui d'Anne Castries.
Au milieu d'un monde comme le siens où les femmes sont presque rien, ou l'on ne peut pas sortir, profiter un minimum de la vie et de ses ami(e)s, où tout est secret.... Et bien, je ne sais pas comment j'aurais survécu !

Ce qui est bien dans ce livre, c'est qu'il est vrai, que c'est une autobiographie. On s'attache forcément au personnage d'Anne, car on sait que ça lui est fatalement arrivé. Bien que l'on sent une distance entre ses mots et nous comme si l'auteur ne voulait pas que l'on s'apitoie sur son sort (ce que n'importe qui peut comprendre).

Je ne peux que vous conseillez ce livre.
Pour relativiser les chose, il n'y a rien de mieux qu'Une adolescence Douce-Amère d'Anne Castries.
Lien : http://lunazione.over-blog.c..
Commenter  J’apprécie          70
L'auteur nous décrit un moment de son adolescence. Elle dépeint sa famille très conventionnelle, les silences, son propre malaise.
Elle arrive à dire les non-dit.
J'ai trouvé l'ensemble très touchant, très vrai.
Commenter  J’apprécie          80
Joli roman autobiographique qui évoque l'adolescence de l'auteur (qui écrit sous pseudo), pendant laquelle elle a compris que ses parents ne l'aimaient pas vraiment. Un secret de famille lui sera révélé par son adorable grand-mère quand elle a 17 ans.
L'auteur met un peu trop de distance pour m'emouvoir. C'est néanmoins un livre à conseiller aux ados.
Commenter  J’apprécie          21
La couverture et le titre de ce livre m'ont beaucoup attirée et ses pages sont magnifiques.
A travers cette oeuvre, l'auteure nous révèle son adolescence qui n'a vraiment pas été facile.
J'ai vraiment été happée par les aventures de cette fille. Une fois que j'ai ouvert le livre, j'ai eu du ma à le refermer.
Le fait qu'elle nous raconte cette histoire à la première personne nous plonge encore plus dans son vécu.
J'ai ressenti beaucoup d'émotions tout au long de ce roman qui est très poignant.
Je me suis vraiment mise dans la peau d'Anne Castries qui nous explique, au fil des pages, combien elle s'est sentie en prison pendant cette période difficile.
Elle a vécu une adolescence faite de mensonges et de reproches.
Une adolescence douce-amère est un témoignage très prenant que je conseille aussi bien aux ados qu'aux adultes.
Lien : http://lestribulationsdunele..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Il y a des mots qui font vivre
Et ce sont des mots innocents
Le mot chaleur, le mot confiance…
Amour et justice et le mot liberté…
Et certains noms de femmes et d’amis
Commenter  J’apprécie          60
Je pense rarement à mon adolescence.
A cette adolescence, un peu curieuse, un peu bizarre, qui fut la mienne. Mi-figue, mi-raisin.
... Douce-amère. (p.155)
Commenter  J’apprécie          20
Plus que prisonnière, je suis emprisonnée.
Mes parents, ma mère surtout, tissent leur toile comme une araignée, une toile, qui, peu à peu, m'ôte de l'assurance, me fait perdre confiance. En moi. En la vie. (p.7)
Commenter  J’apprécie          10
J'écris plus particulièrement ce récit pour les jeunes qui se sentent, au sein même de leur famille, emprisonnés. Rejetés.
Pas aimés. Ceux qui vivent leur adolescence comme un tunnel noir.
Je veux juste témoigner : au bout du tunnel, la liberté et le bonheur restent toujours possibles. (p.8)
Commenter  J’apprécie          00
"Mes parents ne m'aiment pas."
Ce n'est pas une phrase négative. C'est une affirmation, une constatation.
Ils ne me détestent pas. Ils ne me haïssent pas. Tout simplement, ils sont indifférents. Et je m'habitue à ce vide dans ma vie. A ce "non-plein". (p.149)
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : relations parents-enfantsVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus

Lecteurs (44) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1754 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..